Recommended Posts

Pinned posts

Édifice Rodier

whogivyw.png

Rénovation de l'édifice pour en faire le premier site destiné à l'entrepreneuriat culturel et créatif à Montréal

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'édifice Rodier sauvé par l'organisme La Piscine à Montréal

Citation

L'édifice Rodier sauvé par l'organisme La Piscine à Montréal

Un OSBL qui veut favoriser la créativité culturelle

18/07/2017 13:10 EDT | Actualisé il y a 19 heures
Patrick White Éditeur et rédacteur en chef, HuffPost Québec
 

L'édifice Le Rodier est sauvé. Gestion Georges Coulombe et l'organisme La Piscine ont annoncé mardi l'acquisition de la bâtisse historique située dans Griffintown.

L'achat de l'édifice Rodier, qui était la propriété de la Ville de Montréal, s'est effectué dans le cadre d'un appel à projets.

La bâtisse, qui fait partie du patrimoine historique et architectural de la métropole, abritera dès la fin de 2018 un lieu consacré au développement des entreprises culturelles et créatives.

Le projet met fin à la saga qui devait amener la démolition de l'édifice historique en raison de la construction des voies du train électrique rapide de la Caisse de dépôt et placement du Québec. Le bâtiment avait été exproprié mais une opposition populaire à la destruction du Rodier a permis de le sauver

Le Rodier est un édifice de style Flatiron, un peu comme celui de New York, et a été construit en 1875. Il abritait jusqu'à récemment le magasin Baron Sports. La Ville de Montréal a vendu l'édifice Rodier pour 930 000 $ le 1er juin dernier à la Société immobilière Georges Coulombe. En 2010, la Ville avait acheté l'édifice 1,6 million $

C'est David Santelli, président du conseil d'administration de La Piscine, qui a dévoilé les détails du projet lors d'une conférence de presse au Rodier.

Selon lui, cette annonce « incarne la volonté exprimée par l'ensemble des partenaires industriels et institutionnels de doter Montréal et le Québec d'un écosystème performant tourné vers l'innovation culturelle et créative sous le signe de l'entrepreneuriat ».

Les travaux de rénovation débuteront prochainement Trois types d'espaces seront offerts aux futurs locataires :

  • Un espace public et collaboratif
  • Un espace locatif réservé aux entreprises du secteur et aux organisations
  • Un espace voué à la formation et à la croissance de l'entrepreneuriat culturel et créatif avec la présence d'une plateforme d'incubation et d'accélération d'entreprises

La Piscine a aussi annoncé l'arrivée de deux nouveaux administrateurs, Guillaume Aniorté et David Moss.

L'agence d'innovation Rhizome et le Centre d'innovation et de formation en entrepreneuriat du Collège Dawson ont été impliqués depuis le début dans le développement du projet comme partenaires stratégiques.

La Piscine est un OBNL créé en 2015 avec pour mission de faire émerger une communauté dédiée au développement de l'entrepreneuriat du secteur des industries culturelles et créatives au Québec.

Autre article : http://patwhite.com/transformation-de-ledifice-rodier-un-premier-site-dedie-lentrepreneuriat-culturel-et-creatif-pour-montreal

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une photo de la construction de l'édifice Rodier en 1890. 

1890ph 5388437759_82f7e533ab_o.jpg

 

Et une photo de 1900, avec l'édifice Rodier dans toute sa splendeur d'origine. 

 

1890ph 5388437759_82f7e533ab_o.jpg

1900v. rodier.jpg

Désolé pour les double des photos, mais depuis la nouvelle configuration du site j'ai ben de la misère avec le fonctionnement pour insérer des photos au bon endroit dans le texte. 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ne reste plus qu'à lui redonner son lustre d'antan notamment en faisant disparaitre les murs aveugles. Cet édifice, en plus de d"amener des emplois dans le secteur, contribuera à l'animation du coin, un gros plus pour le quartier qui aura sûrement un effet d'entrainement positif dans le voisinage. :thumbsup:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah, que je suis content que cet édifice ait été préservé et ait échappé au pic du démolisseur ! Il ne reste plus à espérer que la restauration soit faite avec respect et avec un grand souci du détail.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans LaPresse + aujourd''hui :

 

L’art d'entreprendre

L’iconique bâtisse Le Rodier (ancien Baron Sports) vit une grande transformation. À l’intérieur, c’est un véritable chantier de construction pour en faire un lieu consacré au monde de la culture. Le bâtiment a été acquis par Gestion Georges Coulombe et par La Piscine. Pourquoi ce nom ? « Parce qu’on plonge dans l’action ! », lance David Santelli, président du conseil. Cette nouvelle maison servira de catalyseur à l’écosystème des entrepreneurs culturels et créatifs. Une première du genre au Québec.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par ScarletCoral
      Dernière phase de l'îlot St. Ann, immeuble locatif
      Emplacement : Coin des rues Ottawa et Rioux, sur l'îlot St. Ann en face du parc St. Ann
      Hauteur en étages : 14
      Hauteur en mètres :
      Coût du projet :
      Promoteur : Devimco
      Architecte : 
      Entrepreneur général : 
      Début de construction :
      Fin de construction : 
      Site internet : https://www.stannappartements.com/
      Lien webcam :
      Autres images :
      Vidéo promotionnelle :
      Rumeurs :
      Autres informations :   
      immeuble au 248, rue de la Montagne est intégré au projet immeuble locatif de 193 appartements, Studios, et unités de 1, 2 et 3 chambres, unités intergénérationnelles.  
    • Par Malek
      Jean-Christophe Laurence
      La Presse
       
      Dans quelques semaines, on connaîtra le nom des architectes qui réaliseront le nouveau Planétarium, dont l'ouverture est prévue pour mars 2012. Le moment semble bien choisi pour s'interroger sur le sort qu'on réservera à l'ancien Planétarium, qui s'élève depuis 1966 au 1000, rue Saint-Jacques.
       
      Si tout se passe comme prévu, le bâtiment devrait poursuivre ses activités jusqu'en septembre 2011. Après? On n'en sait trop rien. Et c'est justement ce qui inquiète Dinu Bumbaru, de l'organisme Héritage Montréal, qui considère le bâtiment comme un emblème patrimonial montréalais en raison de sa forme peu banale et de sa résonance historique. «Le maire a déjà laissé entendre que ce serait un bel endroit pour un projet immobilier, lance M. Bumbaru. Alors oui, c'est une question qui nous préoccupe.»
       
       
       
      Démolira? Démolira pas? À la Ville, on affirme que la réflexion est entamée, mais pas encore terminée. «Dire qu'on veut le détruire voudrait dire qu'on a déjà fait un choix, souligne Bernard Larin, attaché de presse au comité exécutif de la Ville. Pour l'instant, toutes les possibilités sont sur la table et on est en train d'étudier ça.»
       
      Que faire avec le Planétarium Dow, comme il s'appelait à l'époque? Comment recycler cet étrange objet architectural, moitié iglou, moitié spoutnik? Du plus farfelu au plus sérieux, architectes, designers, journalistes, urbanistes et spécialistes du patrimoine lancent quelques idées...
       
      Dinu Bumbaru
       
      Directeur des politiques, Héritage Montréal
       
      «Il faut faire preuve d'imagination. Personnellement, je le confierais à la Société des arts technologiques (SAT). Qu'on en fasse un salon de l'image. Un lieu consacré aux étoiles montantes des arts visuels, de l'art électronique - musique, infographie, création numérique. C'est un espace tellement exceptionnel qu'il ne faudrait absolument pas le banaliser. Les gens ne réalisent pas à quel point des endroits comme ça sont rares. Et celui-ci a son caractère propre. Il a été construit à l'époque d'Expo 67 et du métro. Pour nous, c'est un témoin de la volonté montréalaise de se situer dans la modernité.»
       
      Luc Noppen
       
      Historien d'architecture, professeur au département d'études urbaines et touristiques de l'UQAM
       
      «Spontanément, j'en ferais volontiers un grand amphithéâtre pour l'École de technologie supérieure (ETS), qui est juste à côté. L'autre option serait de démolir. Il y a de la construction immobilière qui va continuer à se faire dans le secteur. Mais ce serait dommage. C'est un édifice public avec une forme particulière. Si on a des quartiers qui ne sont faits que de parallélépipèdes destinés à abriter des appartements, ça devient un peu monotone.»
       
      Frédéric Metz
       
      Professeur de design, UQAM
       
      «Le bâtiment a une forme saugrenue, mais en même temps discrète. Il témoigne d'une époque où on faisait des choses un peu différentes. En ce sens, je trouve important de le sauvegarder. Maintenant, qu'en faire? J'ai trois options. Je mettrais l'institut Braille, vu qu'il fait tout noir. Ou alors un musée de la bière, parce qu'il avait été financé par la brasserie Dow. Sinon, je dirais un cirque de puces. Ou de chiens. Ou de nains. Ou de poneys. Un petit cirque pour être à l'opposé du Cirque du Soleil. Vous me trouvez farfelu? Le principe, c'est qu'il manque de fantaisie à Montréal...»
       
      Richard Lafontaine
       
      Architecte et membre de DOCOMOMO-Québec (Documentation and Conversation of Modern Movement)
       
      «Si on pense développement durable, il serait absurde de le démolir pour entasser encore plus de déchets de construction pour rien, alors qu'on pourrait se forcer pour lui trouver un autre usage. Il faut de l'imagination, mais je crois que le bâtiment est capable d'en prendre en matière de transformation. C'est la qualité des édifices modernes. Alors moi je dis qu'on conserve le bâtiment et son système de projection. Pour qui fait de la projection expérimentale, c'est une salle idéale.»
       
      Yves Beauchamp
       
      Directeur de l'École de technologie supérieure
       
      «L'option de récupérer le Planétarium, on la considère depuis longtemps. Tout le monde le sait. La seule chose, c'est qu'on ne paiera pas pour ça. Par contre, si on voulait bien nous le donner, on s'en occuperait. Ce serait un espace vert très intéressant pour notre communauté. Le bâtiment comme tel pourrait être utilisé comme incubateur pour les entreprises issues du travail de nos étudiants, de nos chercheurs. Ce serait une très belle vitrine pour l'école. Le grand avantage, si la Ville nous le donnait, c'est que, en notre qualité d'institution universitaire, nos en-lieux de taxes seraient payés par le provincial.»
       
      Philippe Lamarre
       
      Coéditeur du magazine Urbania
       
      «Aller au Planétarium, c'est comme être dans le coco de Jean Drapeau. Alors moi, j'en ferais un musée de tous les grands projets avortés de Montréal. On verrait le téléphérique reliant le mont Royal à l'île Sainte-Hélène, le restaurant sur le sommet de la croix du mont Royal, le métro jusqu'à Dorval, toutes ces choses-là... Imaginez un genre de Cyclorama, comme à Sainte-Anne-de-Beaupré. Sauf qu'au lieu de voir Jérusalem, ce serait les visions du maire Drapeau!»
       
      Daniel Gill
       
      Professeur, Institut d'urbanisme de l'Université de Montréal
       
      «Le Planétarium est situé dans une espèce de no man's land. Ça rend difficile d'y faire une activité qui pourrait être rentable. S'il était au centre-ville, on pourrait dire qu'il y a un potentiel, parce qu'il y aurait un achalandage.
       
      «On pourrait investir dans un équipement culturel qui changerait tout le quartier et qui entraînerait du développement. Mais il faudrait mettre des gros sous. Il faut penser les investissements publics en fonction de la mondialisation. Voir comment ils peuvent devenir attractifs pour les nomades de la planète. En investissant 200 ou 250 millions, on pourrait générer quelque chose.»
       
      * * *
       
       
       
      De la bière aux étoiles
       
      La petite histoire du Planétarium «dow»
       
      Construit en 1966, le Planétarium «Dow» a été entièrement financé par la brasserie Dow (d'où son nom) avant d'être offert à la Ville de Montréal. Il a été conçu par la firme d'architectes David, Barott&Boulva, qui a également collaboré au projet d'Habitat 67. Outre son design moderne et assez unique, l'endroit s'est longtemps distingué par son système de projection dernier cri, le «planétaire», de fabrication allemande, une «bibitte» à 2 têtes, 7 moteurs et 150 projecteurs qui aurait coûté un demi-million de dollars en 1965. Au moment de sa construction, il n'existait pas plus de 30 planétariums dans le monde. Une douzaine ont été construits depuis au Canada. Fait à noter: trois autres projets de planétariums avaient précédé celui de la brasserie Dow. Dès 1939, le directeur de l'Université McGill avait proposé la construction d'un planétarium dans le parc Maisonneuve... à quelques mètres de celui qui doit être construit en 2012.
       
      > Source: Conseil du patrimoine de Montréal
    • Par jerry
      "La deuxième vague s'en vient bientôt dans Griffintown! 
      Suite à l'immense succès de la première phase du projet Bass Condos, Constructions Musto est fier de vous offrir la deuxième phase du projet. Inscrivez-vous dès maintenant pour obtenir les détails, les plans et les prix de ce superbe projet dans Griffintown ➝ basscondos2.com"
      La photo ci-dessous est celle de Bass 1, les rendus de Bass 2 ne seront pas disponibles avant la fin août.

      Ça va être le bâtiment le plus à l'ouest de ce projet, soit juste au nord du quai 1 des bassins du Havre.