Mokita

HEC Montréal (pavillon centre-ville) - 8 étages

Recommended Posts

Pinned posts

HEC Montréal (pavillon centre-ville)

HEC PAVILLON centre-ville.png

Citation

Emplacement: 
Hauteur en étages: 8
Hauteur en mètres: 
Coût du projet: 
Promoteur: 
Architecte: Provencher Roy Associés Architectes inc
Entrepreneur général: 
Début de construction: 
Fin de construction: Automne 2021
Site internet: http://www.hec.ca/centre-ville/
Lien webcam: 
Autres images: 


Vidéo promotionnelle: 
Rumeurs: 
Autres informations: 

 

  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

HEC Montréal lorgne le centre-ville

L’arrivée d’une autre école de gestion laisse présager une concurrence féroce

LeDevoir 23 juin 2016 |Marco Fortier | Éducation

 

Citation
Le gouvernement Couillard étudie le projet d’aménagement d’un nouveau pavillon de HEC Montréal au centre-ville même s’il existe déjà trois facultés universitaires de gestion dans le quartier.

 

HEC Montréal manque d’espace dans son campus qui borde l’Université de Montréal, dans le quartier Côte-des-Neiges. Le gouvernement reconnaît à l’établissement un déficit d’espace de 15 500 mètres carrés, l’équivalent de près de trois terrains de football américain, a indiqué HEC Montréal au Devoir.

 

Selon nos sources, le projet de nouveau pavillon au centre-ville fait son chemin au sein du gouvernement, malgré la présence de trois écoles ou facultés de gestion dans le secteur — affiliées à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), à l’Université Concordia et à l’Université McGill.

 

Concurrence

 

Des sources à l’École des sciences de la gestion (ESG) de l’UQAM s’interrogent notamment sur la pertinence de créer une nouvelle offre de cours en français. L’ESG forme déjà plus de 14 000 étudiants dans le quartier. L’UQAM a déjà enregistré une baisse de 11 % des nouvelles admissions au baccalauréat, l’automne dernier. Cette baisse de fréquentation a créé un trou de plus de 5 millions dans le budget de l’université.

 

Au ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES), on explique que le projet de nouveau pavillon de HEC Montréal reste à l’étude. « Le dossier d’opportunité devra notamment établir tous les éléments nécessaires à la prise de décision », indique Bryan St-Louis, responsable des relations avec les médias au MEES.

 

HEC Montréal prépare depuis plusieurs années son projet de pavillon au centre-ville. Dès 2013, le directeur de l’établissement, Michel Patry, avait affirmé en commission parlementaire à Québec qu’un nouveau pavillon au centre-ville lui paraissait essentiel.

 

Études de soir

 

« Nous avons un très grand déficit d’espace. […] Année après année, nous avons le plus grand ou le deuxième plus grand déficit d’espace relatif, c’est-à-dire par rapport à ce qui est déjà construit. Ce déficit est basé sur la moyenne de la fréquentation des cinq ou six dernières années [et non sur des projections] », a-t-il déclaré.

 

« L’École étudie la possibilité d’ajouter des espaces supplémentaires à ses installations. À l’heure actuelle, plusieurs avenues sont possibles et l’École est en train de préciser ses besoins au gouvernement », a indiqué Julie Lajoye, conseillère en relations avec les médias à HEC Montréal.

 

Le directeur de l’établissement estime que le pavillon du centre-ville pourrait accueillir entre 2000 et 3000 étudiants au certificat de soir. Ça permettrait de libérer de l’espace pour les études de deuxième cycle au campus principal. Le centre-ville est l’endroit idéal pour former des gestionnaires près de leurs lieux de travail, a expliqué Michel Patry en commission parlementaire : les importants espaces de bureau du Complexe Desjardins et de Revenu Canada se trouvent à distance de marche.

 

Le projet de HEC Montréal est inscrit au plan québécois des infrastructures 2015-2025 dans la catégorie « à l’étude », et au plan quinquennal d’investissements universitaires 2013-2018.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Avec la venue de l'Université de Montréal au campus Outremont et sa présence déjà à Parc, il ne serait peut-être pas mieux de rester cohérent avec le campus HEC principal et de s'étendre vers Marconi-Alexandra ou Mile End plutôt? Comme ça, pas trop de chicane avec les écoles du Centre-ville, un accès plus proche pour la rive-nord, un lien maintenu avec la ligne bleue et l'UdeM, et un pôle important dans un quartier en pleine ébullition qui manque cependant de structure à long terme.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce qui aide le HEC c'est la hausse des étudiants pour les certificats. D'ailleurs l'université prévois un déploiement pour avoir beaucoup mais beaucoup plus de cours à distance. Par contre, le manque d'espace est flagrant et j'ai entendu que le pavillon Cote Ste-Cath était à pleine capacité à peine après son ouverture.

 

Je me tournerais vers Griffintown / Nouveau-centre ville (CF), c'est le nouveau centre des affaires et c'est non loin de l'actuel. Beaucoup de condos, de jeunes résidents et près de l'ETS. Ils pourraient y construire une université très moderne avec en masse d'appart étudiants et des locataires commerciaux dans une belle grand tour près de l'autoroute et des ponts. Faut pas se le cacher, une grosse clientèle du HEC est aussi des gens d'affaires en formation et le stationnement est aussi limité comme l'accès.

 

Si on veut compétitionner à l'international il faut aller dans la cours des grands. CSC à besoins de rénovations déjà et même si Decelles vient d'être rénové, hormis ses salles de classe et les bureaux des enseignants, il s'y passe pas grand chose.

 

Si l'UQUAM et le gouvernement peuvent mettre 200 millions dans l'Ilot voyageur, au même prix on peut avoir une tour de 40 étages just sayin..

Modifié par Falcon-Z

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tant mieux s'ils font compétition à l'ESG... Ça va peut-être les pousser à augmenter la qualité de l'institution, puis se séparer de l'UQAM.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour la grande majorité des étudiants au «certificat du soir», un site au centre-ville est certainement préférable, pour des raisons évidentes.

 

A qui craindraient une trop forte concurrence faite à l'ESG, je ferais remarquer qu'il ne s'agit pas d'augmenter l'offre de 2000 à 3000 places, mais de réaliser deux objectifs distincts: 1) de libérer de l'espace à CSC et Decelles; et 2) de se rapprocher de la grande majorité de ses étudiants du soir, allégeant leur fardeau de déplacement (travail-études-domicile).

 

Quelle que soit la réalité, la perception dominante est que la «marque» HEC Montréal est supérieure à la «marque» ESG: on ne peut donc pas bêtement suggérer aux travailleurs du centre-ville de choisir l'ESG simplement parce que «c'est plus proche».

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pourtant l'ESG est la plus grande école de gestion francophone au monde et la plus grande école de gestion au Canada. Elle a des partenariats avec des universités dans 28 pays et offre des programmes à travers le monde. Beaucoup de ses étudiants deviennent des sommités dans leur domaine et l'école a gagné de nombreux prix. C'est triste parce que l'école n'a absolument rien à voir avec l'UQAM, mais pourtant ils se font toujours associer à celle-ci...

 

POur revenir au sujet qui nous occupe, c'est une excellente nouvelle!!! La raison pour laquelle je n'ai pas choisi HEC pour mon MBA est justement la distance à faire entre chez moi, le bureau (les deux au centre-ville) et HEC (C-d-N)...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Svp, arrêtez de chier constamment sur l'UQAM. J'y ai eu d'excellents enseignants et une beau parcours. C'est loin d'être une mauvaise université.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Svp, arrêtez de chier constamment sur l'UQAM. J'y ai eu d'excellents enseignants et une beau parcours. C'est loin d'être une mauvaise université.

Prêcher pour sa paroisse est aussi vieux que le monde.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

^ j'ai obtenu mon diplôme de mcgill et je suis, de langue et d'histoire, anglophone quebecois. néanmoins, j'ai pris quelques cours non-disponibles à mcgill à l'UQAM. par exemple, l'excellent "histoire de montreal" avec paul-andré linteau, moitié du duo légendaire de l'histoire de cette ville, avec jean-françois marsan. franchement, je n'ai pas vu de grande difference entre la qualité d'enseignement entre les deux.

edit: the real difference, as most montrealers know, is that mcgill has a selective and involved atmosphere, whereas UQAM is a large open admission public university. difference in quality of teaching is small, difference in quality of students may be quite large.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par UrbMtl
      Il n'y a pas de proposition encore. Je n'ai rien à vous présenter, désolé.
      Cependant, je crois que nous devrions discuter du futur de ce terrain ici plutôt que de s'éparpiller dans différents fils dans les mois à venir.
       
      En passant devant il y a quelques minutes, j'ai remarqué que le commerce de pneu et définitivement fermé, du à une faillite (c'est écrit sur la porte).
      Bref, un terrain permettant 80m et valant 1 072 900 $ (le bâtiment dessus vaut 108 000 $...) ne restera pas longtemps dans cet état.
       
      D'ailleurs, il y a une roulotte de chantier sur le terrain. Probablement pour autre chose, mais quand même...
       
      Bref, à suivre.
       

    • Par nicko2a
      Bonjour à tous ! Je me suis fais un petit délire perso.
      Quand je vois la propagation des grattes ciels ultras-fins à New York, je me suis demandé pourquoi pas à Montreal ?
      Donc je me suis mis à chercher un emplacement propice pour un projet equivalent, à l'echelle de Montreal. Au début, je voulais le faire au 1240 Square Phillips parce que je me disais qu'avec le square devant, ça aurait été magnifique, mais la zone est limitée à 60m...

      Je me suis ensuite rabatu sur le 1422 Peel. L'endroit est très dense, mais avec uniquement des immeubles d'une dizaine d'étages. La zone est limitée à 120m, mais cela est déjà suffisant ! Ce qui me plaisait c'est d'integrer le batiment dans un quartier dense en l'adaptant au batiments plus anciens.

      J'ai trouvé la facade du petit batiment déjà présent sympathique alors j'ai décidé de l'integrer au projet.

      Parlons un peu du batiment. 
      La base fait 20m par 36m, ce qui correspond à l'espace libre actuellement, + le petit batiment.
      Il y a un premier rabat de à 25m de haut pour donner la largeur minimale de la tour, 18m et un profondeur de 30m. Il y en a un autre à 38m de haut, qui forme une terrasse et qui fait passer la profondeur du batiment de 30 à 18m. La tour s'élance ensuite en un carré de 18x18m sur 80m.


      Bon alors je me suis pas du tout penché sur l'aménagement interieur, ça ne m'interesse pas !
      Au niveau de l'apparence extérieure, la tour serait revetue de verre noire type One Madison à NYC :

      Avec un léger cerclage en métale gris foncé/carbon (la couleur) entre chaque étage.
      Je me suis dit qu'une longue antenne à la CIBC terminerait bien la tour ! 
      Voici maintenant ce que ça donne integré dans la ville !



      Et voici comment l'immeuble ressort de plusieurs endroits de la ville :
      Bonaventure :

      Mt Royal :

      St Catherine O :

      Du pied de la tour CIBC :

      Et du pied de la tour :

      Voila ! Qu'en pensez vous ?
       
       
       
    • Par ScarletCoral
      « En prévision, la direction planifie déjà une énième phase d'expansion. L'école est de toute façon en déficit de locaux de 500 000 pieds carrés, selon les estimations de l'établissement. Ça passera entre autres par la rénovation du complexe Dow, dans le quadrant sud-est de l'intersection des rues Peel et Notre-Dame Ouest. »
       
      Voir les fiches 11, 12, 13 et 14 (pages 65 à 80) de ce document pour plus d'info sur les bâtiments : http://ville.montreal.qc.ca/pls/portal/docs/page/arr_so_fr/media/documents/etude_patrimoine_griffintown_bati.pdf :
      - 984-990 Notre-Dame Ouest : Bureaux de la National Breweries
      - Rue Montfort : Entrepôt frigorifique
      - 1000 Notre-Dame Ouest/485 Peel : Brasserie
      - 333 Peel/1050-1052 William : Garage
       
       
    • Par UrbMtl
      Un autre projet qui semble être de Karl Fischer sur Crescent.
      Selon le rôle foncier de la Ville, le terrain et les bâtiments semblent toujours appartenir au Groupe Rester (ils possèdent pratiquement tout le côté Est de ce segment de Crescent). Rester est derrière l'aggrandissement du Sommer
      Donc on attend pour voir...
       


    • Par ar_13
      http://affaires.lapresse.ca/economie/immobilier/201712/06/01-5146084-cure-de-jouvence-de-60-millions-a-la-tour-de-la-bourse.php
      Publié le 06 décembre 2017 à 09h29 | Mis à jour à 09h29
      Cure de jouvence de 60 millions à la Tour de la Bourse

      Inaugurée en 1965, la Tour de la Bourse veut garder son rang face à la concurrence des nouvelles tours de bureaux et entreprendra donc des travaux de 60 millions de dollars pour remettre l'édifice emblématique de 47 étages au goût du jour.
      PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE
      ANDRÉ DUBUC
      La Presse
      Le propriétaire du gratte-ciel Place Victoria, mieux connu sous le nom de Tour de la Bourse, entreprend des travaux de 60 millions de dollars pour remettre l'édifice emblématique de 47 étages au goût du jour.
      « Place Victoria est classée comme un immeuble de catégorie A, explique au téléphone Jean-Philippe Giroux, conseiller en location pour le Groupe Petra, gestionnaire de la tour de bureaux du centre-ville de Montréal. Si on veut garder notre classement, il faut investir pour suivre la parade. »
      Inauguré en 1965, contemporain de Place Ville Marie et de la Tour CIBC, le 800, place Victoria veut garder son rang face à la concurrence des nouvelles tours de bureaux comme la Tour Deloitte, au 1190, avenue des Canadiens-de-Montréal, et la Maison Manuvie, au 900, boulevard De Maisonneuve Ouest.
      Les travaux ont commencé à la mi-novembre et doivent se terminer dans deux ans.
      « On va refaire un peu le lobby sans changer les éléments historiques que l'on souhaite conserver, notamment les planchers. » - Jean-Philippe Giroux, conseiller en location pour le Groupe Petra
      « On va moderniser l'aire de restauration. Même chose pour les cabines d'ascenseur et escaliers mécaniques, dit M. Giroux. Des travaux vont aussi se faire à l'extérieur de l'immeuble. »
      Le gestionnaire Petra entreprend à Place Victoria le type de chantier qu'il terminera sous peu dans une autre propriété au centre-ville, la Tour CIBC, au 1155, boulevard René-Lévesque Ouest. À cet endroit, la facture des travaux s'élève à 20 millions.
      Propriété d'un consortium formé par Jolina, le holding familial des Saputo, Place Victoria a perdu un locataire de prestige quand la Bourse de Montréal a annoncé son déménagement dans la Tour Deloitte pour 2018. La Bourse, qui se spécialise dans le commerce de produits dérivés, loge au 800, place Victoria depuis 1965.
      Les 3e et 4e étages qui sont actuellement occupés par la Bourse serviront d'espace tampon pour deux locataires majeurs de la tour, signale M. Giroux. Des travaux majeurs sont en effet prévus à leurs étages respectifs. Ces locataires se serviront des étages qui seront bientôt délaissés par la Bourse de Montréal pour y installer temporairement leurs employés.
      Les principaux occupants du 800, place Victoria sont l'Autorité des marchés financiers, Morneau Shepell et les avocats de Fasken, Martineau DuMoulin.
      - Avec la collaboration de William Leclerc