Mokita

ville-marie
HEC Montréal pavillon centre-ville - 8 étages

122 messages dans ce sujet

Pinned posts

Nom: HEC Montréal

Hauteur en étages: 8

Hauteur en mètres:

Coût du projet:

Promoteur:

Architecte:

Entrepreneur général:

Emplacement:

(Gracieuseté de Franktko)

58f286f5d425a_EmplacementHECFranktko.thumb.jpg.d102ab7c5a610fe79462d9f46ff502b7.jpg

Début de construction:

Fin de construction:

Site internet: 

Lien webcam: 

Autres informations:

Rumeurs: 

Aperçu artistique du projet: 

Maquette: 

58f286e69d377_MaquetteHEC.thumb.jpg.4e9ccfc7c14f32faa91a95e9b979f750.jpg

Autres images: 

Vidéo promotionnelle: 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

HEC Montréal lorgne le centre-ville

L’arrivée d’une autre école de gestion laisse présager une concurrence féroce

LeDevoir 23 juin 2016 |Marco Fortier | Éducation

 

Citation
Le gouvernement Couillard étudie le projet d’aménagement d’un nouveau pavillon de HEC Montréal au centre-ville même s’il existe déjà trois facultés universitaires de gestion dans le quartier.

 

HEC Montréal manque d’espace dans son campus qui borde l’Université de Montréal, dans le quartier Côte-des-Neiges. Le gouvernement reconnaît à l’établissement un déficit d’espace de 15 500 mètres carrés, l’équivalent de près de trois terrains de football américain, a indiqué HEC Montréal au Devoir.

 

Selon nos sources, le projet de nouveau pavillon au centre-ville fait son chemin au sein du gouvernement, malgré la présence de trois écoles ou facultés de gestion dans le secteur — affiliées à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), à l’Université Concordia et à l’Université McGill.

 

Concurrence

 

Des sources à l’École des sciences de la gestion (ESG) de l’UQAM s’interrogent notamment sur la pertinence de créer une nouvelle offre de cours en français. L’ESG forme déjà plus de 14 000 étudiants dans le quartier. L’UQAM a déjà enregistré une baisse de 11 % des nouvelles admissions au baccalauréat, l’automne dernier. Cette baisse de fréquentation a créé un trou de plus de 5 millions dans le budget de l’université.

 

Au ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES), on explique que le projet de nouveau pavillon de HEC Montréal reste à l’étude. « Le dossier d’opportunité devra notamment établir tous les éléments nécessaires à la prise de décision », indique Bryan St-Louis, responsable des relations avec les médias au MEES.

 

HEC Montréal prépare depuis plusieurs années son projet de pavillon au centre-ville. Dès 2013, le directeur de l’établissement, Michel Patry, avait affirmé en commission parlementaire à Québec qu’un nouveau pavillon au centre-ville lui paraissait essentiel.

 

Études de soir

 

« Nous avons un très grand déficit d’espace. […] Année après année, nous avons le plus grand ou le deuxième plus grand déficit d’espace relatif, c’est-à-dire par rapport à ce qui est déjà construit. Ce déficit est basé sur la moyenne de la fréquentation des cinq ou six dernières années [et non sur des projections] », a-t-il déclaré.

 

« L’École étudie la possibilité d’ajouter des espaces supplémentaires à ses installations. À l’heure actuelle, plusieurs avenues sont possibles et l’École est en train de préciser ses besoins au gouvernement », a indiqué Julie Lajoye, conseillère en relations avec les médias à HEC Montréal.

 

Le directeur de l’établissement estime que le pavillon du centre-ville pourrait accueillir entre 2000 et 3000 étudiants au certificat de soir. Ça permettrait de libérer de l’espace pour les études de deuxième cycle au campus principal. Le centre-ville est l’endroit idéal pour former des gestionnaires près de leurs lieux de travail, a expliqué Michel Patry en commission parlementaire : les importants espaces de bureau du Complexe Desjardins et de Revenu Canada se trouvent à distance de marche.

 

Le projet de HEC Montréal est inscrit au plan québécois des infrastructures 2015-2025 dans la catégorie « à l’étude », et au plan quinquennal d’investissements universitaires 2013-2018.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Intéressant. Ça pourrait fitter dans le projet de Canderel au Square Philips? Ce serait un bon emplacement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Avec la venue de l'Université de Montréal au campus Outremont et sa présence déjà à Parc, il ne serait peut-être pas mieux de rester cohérent avec le campus HEC principal et de s'étendre vers Marconi-Alexandra ou Mile End plutôt? Comme ça, pas trop de chicane avec les écoles du Centre-ville, un accès plus proche pour la rive-nord, un lien maintenu avec la ligne bleue et l'UdeM, et un pôle important dans un quartier en pleine ébullition qui manque cependant de structure à long terme.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce qui aide le HEC c'est la hausse des étudiants pour les certificats. D'ailleurs l'université prévois un déploiement pour avoir beaucoup mais beaucoup plus de cours à distance. Par contre, le manque d'espace est flagrant et j'ai entendu que le pavillon Cote Ste-Cath était à pleine capacité à peine après son ouverture.

 

Je me tournerais vers Griffintown / Nouveau-centre ville (CF), c'est le nouveau centre des affaires et c'est non loin de l'actuel. Beaucoup de condos, de jeunes résidents et près de l'ETS. Ils pourraient y construire une université très moderne avec en masse d'appart étudiants et des locataires commerciaux dans une belle grand tour près de l'autoroute et des ponts. Faut pas se le cacher, une grosse clientèle du HEC est aussi des gens d'affaires en formation et le stationnement est aussi limité comme l'accès.

 

Si on veut compétitionner à l'international il faut aller dans la cours des grands. CSC à besoins de rénovations déjà et même si Decelles vient d'être rénové, hormis ses salles de classe et les bureaux des enseignants, il s'y passe pas grand chose.

 

Si l'UQUAM et le gouvernement peuvent mettre 200 millions dans l'Ilot voyageur, au même prix on peut avoir une tour de 40 étages just sayin..

Modifié par Falcon-Z

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tant mieux s'ils font compétition à l'ESG... Ça va peut-être les pousser à augmenter la qualité de l'institution, puis se séparer de l'UQAM.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour la grande majorité des étudiants au «certificat du soir», un site au centre-ville est certainement préférable, pour des raisons évidentes.

 

A qui craindraient une trop forte concurrence faite à l'ESG, je ferais remarquer qu'il ne s'agit pas d'augmenter l'offre de 2000 à 3000 places, mais de réaliser deux objectifs distincts: 1) de libérer de l'espace à CSC et Decelles; et 2) de se rapprocher de la grande majorité de ses étudiants du soir, allégeant leur fardeau de déplacement (travail-études-domicile).

 

Quelle que soit la réalité, la perception dominante est que la «marque» HEC Montréal est supérieure à la «marque» ESG: on ne peut donc pas bêtement suggérer aux travailleurs du centre-ville de choisir l'ESG simplement parce que «c'est plus proche».

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pourtant l'ESG est la plus grande école de gestion francophone au monde et la plus grande école de gestion au Canada. Elle a des partenariats avec des universités dans 28 pays et offre des programmes à travers le monde. Beaucoup de ses étudiants deviennent des sommités dans leur domaine et l'école a gagné de nombreux prix. C'est triste parce que l'école n'a absolument rien à voir avec l'UQAM, mais pourtant ils se font toujours associer à celle-ci...

 

POur revenir au sujet qui nous occupe, c'est une excellente nouvelle!!! La raison pour laquelle je n'ai pas choisi HEC pour mon MBA est justement la distance à faire entre chez moi, le bureau (les deux au centre-ville) et HEC (C-d-N)...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Svp, arrêtez de chier constamment sur l'UQAM. J'y ai eu d'excellents enseignants et une beau parcours. C'est loin d'être une mauvaise université.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Svp, arrêtez de chier constamment sur l'UQAM. J'y ai eu d'excellents enseignants et une beau parcours. C'est loin d'être une mauvaise université.

Prêcher pour sa paroisse est aussi vieux que le monde.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

^ j'ai obtenu mon diplôme de mcgill et je suis, de langue et d'histoire, anglophone quebecois. néanmoins, j'ai pris quelques cours non-disponibles à mcgill à l'UQAM. par exemple, l'excellent "histoire de montreal" avec paul-andré linteau, moitié du duo légendaire de l'histoire de cette ville, avec jean-françois marsan. franchement, je n'ai pas vu de grande difference entre la qualité d'enseignement entre les deux.

edit: the real difference, as most montrealers know, is that mcgill has a selective and involved atmosphere, whereas UQAM is a large open admission public university. difference in quality of teaching is small, difference in quality of students may be quite large.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par swansongtoo
      I'm sure there's a thread for this piece of land but too lazy to look.
       
      In Saturday's Gazette a report on a new Preval projet on the former Franciscan church site.
       
      Suspects are apparently already complaining though that's a small piece of the report.
       
       
      MONTREAL - A vast tract of downtown land, left partially empty after the site’s historic Franciscan church was destroyed in a 2010 blaze, could be reinvented as two 18-storey condo towers.
       
      Groupe Prével, the developer that transformed the former Seville theatre near the old Forum into a sold-out multi-phase condo project, has an option to buy part of the site on the south side of René Lévesque Blvd., west of Fort St. and the entrance to Highway 720.
       
      The Prével project — which would include a 330-square-metre public park on part of the site — would require the city of Montreal to change the zoning from institutional to residential.
       
      “We’ve had internal discussions with the planning department and they seem positive about it,” said Jonathan Sigler, a co-founder of the urban condo developer, which has also built the Lowney project in Griffintown.
       
      “But obviously, this is going to go through a public consultation.”
       
      The project comes at a time when the city of Montreal, along with other local muncipalities, is under fire for fast-tracking residential development at the expense of green space and such services as schools and daycares in areas like Griffintown. Sigler said Prével’s project would balance development with the need for green space, by creating the park and maintaining the woods in the back of the site known as the jardin des Franciscains.
       
      “Nothing would be knocked out,” Sigler told The Gazette.
       
      But some residents in nearby Shaughnessy Village have already called on city officials to “firmly oppose the project” and come up with a plan oriented toward better public access to the site instead of for “building condo towers.”
       
      Through the deal with the Franciscans, Prével would acquire only part of the site, which includes two heritage buildings used by commercial tenants. The religious order, which first stepped foot in Quebec nearly 400 years ago, would continue to own these two buildings.
       
      The historic Franciscan church was destroyed in an early-morning fire more than three years ago. News reports said the religious order had ceased holding services at the aging church, and abandoned the building in 2007 because it couldn’t afford the $5 million in needed repairs.
       
       
      Read more: Montreal Gazette | Page Not Found
    • Par IluvMTL
      Nom: Le Peterson
      Hauteur en étages: 34
      Hauteur en mètres: 105
      Coût du projet: 50 000 000,00$
       
      Promoteur: Groupe Benvenuto
      Architecte: DCYSA
      Emplacement: 405 rue de la Concorde
       
      Début de construction: 2014
      Fin de construction:
       
      Site internet: http://lepeterson.com
       
      Lien webcam: http://lepeterson.com/fr/building (page « webcam»)
       
      Autres informations:
       
      * 250 condos
      * Annonce d'ajout de +3 étages (février 2016) on passe ainsi de 31 à 34 étages
       
      Rumeurs:
       
      Rendu:
       

    • Par IluvMTL
      http://affaires.lapresse.ca/economie/immobilier/201612/15/01-5051640-un-projet-de-400-millions-sur-le-site-de-lancien-childrens.php
       
       
       
      [ATTACH]29673[/ATTACH]
       
      [ATTACH]29674[/ATTACH]
       
      Les points saillants de l'ensemble du projet sont :
       
       
      1 400 unités de logements locatifs, de copropriétés et de logements sociaux ; sept immeubles, dont six de 20 à 32 étages (superficie totale de 130 000 m2) incluant un immeuble patrimonial de trois étages ; des commerces de proximité au rez-de-chaussée des immeubles ; des espaces à bureaux et un hôtel d'environ 250 chambres ; la construction d'un centre communautaire, le « Centre Peter-McGill », qui abritera notamment une salle de spectacle multifonctionnelle, une bibliothèque, des salles polyvalentes pour l'organisation d'activités culturelles et physiques et une grande salle communautaire ; l'aménagement d'espaces verts et d'un parc public qui compteront pour plus de 30 % de la superficie totale du projet ; l'agrandissement et le réaménagement de la place Henri-Dunant, ce qui implique le réaménagement d'un tronçon de la rue Lambert-Closse à des fins de parcs ; la restauration et l'intégration au projet de la première résidence des infirmières ; l'ouverture d'une nouvelle vitrine sur le square Cabot. Le volet communautaire inclura la construction du centre Peter-McGill et une contribution significative à l'aménagement du parc Henri-Dunant, deux éléments dont bénéficiera la population du quartier. Ces éléments permettront de créer un grand ensemble public assurant la consolidation du square Cabot et du parc Hector Toe-Blake en tant que cœur culturel et social de ce secteur de la Ville de Montréal. Ainsi, le projet contribuera à la relance économique de la rue Sainte-Catherine Ouest.
    • Par Gilbert
      Projet d'hôtel de luxe de 20 étages sur le site de l'ancienne maison hantée, rue de Bleury.
       
       
       

    • Par CFurtado
      Tom Perlmutter rêve de déménager l'ONF dans le Quartier des spectacles. Inspiré par les bureaux de Google dans le monde et par l'édifice de l'Art Gallery of Ontario, Tom Perlmutter voit le futur de l'Office national du film dans un espace accessible aux créateurs comme au grand public.
       
      «J'aimerais un site plus accessible aux créateurs et au grand public, créer un espace vivant, explique Tom Perlmutter, rencontré la semaine dernière. On parle avec la Ville de Montréal: ce serait beaucoup plus intéressant, par exemple, d'être dans le Quartier des spectacles, avec les Montréalais, de créer un espace créatif.»
       
      Construit sur le modèle des studios américains, le bâtiment qui héberge les bureaux de l'Office depuis 1956 n'est plus adapté aux besoins de l'ONF, croit M. Perlmutter. Longs couloirs menant à une multitude de petits bureaux, ou studios délaissés par l'Office: «On n'a pas besoin de tout ça», dit-il.
       
      Le gouvernement fédéral étudie les besoins de l'ONF, et le ministère des Travaux publics, propriétaire de l'actuel siège de l'ONF, émettra des recommandations dès l'été 2011. Situés au 3155 chemin de la Côte-de-Liesse, les bureaux de l'ONF ne correspondent plus aux exigences de l'époque.
       
      «J'ai préparé il y a quelques semaines un document de discussion et j'ai cherché ailleurs ce qu'il est possible de faire, dit Tom Perlmutter. On pense qu'à Toronto, par exemple, dans les grands projets comme le ROM et l'AGO de Frank Gehry, il y a vraiment une architecture intéressante et vivante.»
       
      L'espace dont rêve Tom Perlmutter abriterait tant les créateurs travaillant pour l'Office qu'un café ou un cinéma accessible au grand public comme aux réalisateurs ne tournant pas pour l'ONF. Parmi les images que Tom Perlmutter a intégré à son document de discussion, on retrouve les espaces ouverts, ludiques et conviviaux qui sont devenus la marque des bureaux de Google dans le monde.
       
      Ce déménagement, insiste Tom Perlmutter, ne répondrait pas seulement à des considérations esthétiques. «Fondamentalement on veut revenir à un espace créatif et d'échange avec les créateurs et le grand public, dit-il. On veut devenir une source de fierté pour les Montréalais et créer un centre mondial d'innovation, un espace d'expérimentation du numérique.»
       
      Discussions
       
      Concrètement, Tom Perlmutter dit avoir entamé des discussions avec la Ville de Montréal et Travaux publics Canada. Hier, l'arrondissement de Ville-Marie disait n'avoir reçu «aucune demande en ce sens-là». Quant à Travaux publics, nous n'avions pas obtenu des réponses au moment d'écrire ces lignes.
       
      Mais le déménagement n'est pas le seul projet que Tom Perlmutter a en tête pour l'ONF. Une annonce concernant de nouveaux projets pour l'internet sera faite en juin. On a également appris que l'ONF négocie actuellement avec la chaîne franco-allemande Arte un partenariat concernant le numérique.
       
      Enfin, du côté du documentaire traditionnel, l'ONF produira le prochain film de Richard Desjardins et Robert Monderie. Après Le peuple invisible, le duo s'intéressera à l'histoire des mines au Québec et en Ontario. Sarah Polley (Away from Her) réalisera aussi pour l'ONF son premier long métrage documentaire. On ignore encore le sujet de ce film.
       
      http://moncinema.cyberpresse.ca/nouvelles-et-critiques/nouvelles/nouvelle-cinema/11461-lonf-reve-de-grands-espaces.html