bxlmontreal

Member
  • Content Count

    1,043
  • Joined

  • Last visited

  • URB$

    17,482 [ Donate ]

Everything posted by bxlmontreal

  1. Wow Air: 21ème compagnie aérienne défaillante en moins d'un an Comme Primera Air avant elle et peut-être Norwegian avant longtemps, la compagnie islandaise Wow a été victime d'une concurrence tarifaire intense sur les liaisons transatlantiques. En règle général, les 21 compagnies aériennes qui se sont effondrées au cours de la dernière année étaient petites et n'avaient pas la taille et les ressources financières nécessaires pour faire face aux batailles concurrentielles, aux chocs pétroliers et à d'autres défis. Les dernières grandes compagnies aériennes à faire faillite ont été Air Berlin et Monarch en 2017. Quelques autres, comme Flybe au Royaume-Uni, étaient sur le point de s'effondrer avant d'être sauvées par l'arrivée de nouveaux investisseurs. Voici la liste des compagnies qui ont disparu au cours de l'année écoulée. Wow Air (Islande) Germania (Allemagne) Flybmi (Royaume-Uni) Insel Air (Curaçao) Californie Pacifique (États-Unis) PrivatAir (Suisse) Small Planet (Lituanie) Cobalt (Chypre) Primera Air ( Danemark) Cello (Royaume-Uni) Shaheen (Pakistan) Auzr Air (Allemagne) Wataniya Airways (Koweït) SkyWork (Suisse) VLM (Belgique) OneJet (Etats-Unis). NextJet (Suède) Aserca (Venezuela) Saratov Airlines (Russie) Air Arabia Jordanie (Jordanie) SBA Airlines (Venezuela). https://www.deplacementspros.com/Wow-Air-21eme-compagnie-aerienne-defaillante-en-moins-d-un-an_a53158.html?TOKEN_RETURN
  2. On perd Wow,Aer Lingus retarde son arrivée d'un an,on gagne Austrian...on espère Tap en 2020 ou 2021?Hommage à AC... grâce à AC YUL se développe beaucoup,l'apport des compagnies étrangères est bien mineur dans la progression du trafic. Grosse crise en Europe: Dépôt de bilan chez WOW Air: d'où vient cette crise dans le low cost "européen"? Après Germania en février, l'Islandais WOW Air, en grande difficulté financière, va à son tour cesser ses activités et annuler ses vols. Une victime de plus dans le secteur de l'aviation "low cost" qui a souffert de la hausse du prix des carburants en 2018. Une crise qui touche même Ryanair Liquidation pour le belge VLM, dépôt de bilan pour le danois Primera Air, cessation d'activité brutale du chypriote Cobalt Air: en 2018, près d'une dizaine de compagnies aériennes "low cost" ont mis la clé sous la porte. Et 2019 ne s'annonce pas mieux. WOW Air, qui transporte plus d'un tiers des voyageurs en Islande, a dû renoncer à poursuivre son activité, faute d'investisseurs pour la sauver de la faillite. Sur les neuf premiers mois de 2018, la compagnie avait affiché une perte avant impôts de près de 42 millions de dollars. En février, c'était Germania - quatre millions de passagers chaque année - qui se déclarait insolvable et annonçait l'annulation de tous ses vols. D'autres compagnies en difficulté se sont sauvées de justesse, à l'image de la britannique Flybe, cible d'une offre de rachat pour un pence par action par Virgin Atlantic ou Norwegian Air Shuttle, qui a eu recours à une augmentation de capital. Pour Ryanair, le leader du secteur, la situation n'est pas encore aussi critique, mais la compagnie a annoncé une réorganisation pour redresser ses comptes qui ont affiché 20 millions d'euros de perte nette au troisième trimestre 2018, une première depuis 2014. Concurrence effrénée La concurrence est particulièrement forte sur le secteur du court-courrier en Europe, ce qui pousse les compagnies à baisser fortement leurs prix et donc à réduire les marges. Le prix moyen d'un vol sur Ryanair se situe par exemple aujourd'hui sous la barre des 30 euros. "On se retrouve très vite dans des situations de concurrence effrénée. Pendant longtemps, on voyait que les low cost s'implantaient là où elles étaient seules. Aujourd'hui le marché commence à se remplir", explique à l'AFP Olivier Fainsilber, consultant pour l'aérien, pour le cabinet de conseil Oliver Wyman. Le secteur est par ailleurs encore assez peu concentré, avec une multitude d'acteurs qui profitent de faibles barrières à l'entrée sur le marché du transport aérien. "Le darwinisme économique a toujours très bien fait son travail dans le secteur aérien. Pour tenir la route, il faut être très performant alors que c'est un secteur dans lequel on peut facilement se lancer", estime Olivier Fainsilber. Les compagnies doivent enfin faire face aux nouvelles filiales à coûts réduits des opérateurs historiques comme IAG avec sa "low cost" long-courrier Level. "La faillite de Germania, une compagnie qui avait depuis un certain temps du mal à lutter avec ses rivaux, montre que pour survivre dans ce secteur bien fourni en Europe, il faut soit être un acteur de niche soit avoir un réseau étendu comme Ryanair ou Lufthansa et IAG", explique Sebastian Zank, analyste pour Scope Ratings, dans une note. "La marginalisation des petites compagnies et davantage de consolidation semblent inévitables", ajoute t-il. Une facture pétrolière qui pèse lourd A ces difficultés sectorielles s'ajoutent les hausses spectaculaires du prix du kérosène l'été dernier. En juillet 2018, une période de fort trafic pour l'aviation, le baril de pétrole avait flirté avec les 75 dollars contre moins de 50 dollars l'année précédente à pareille époque. "Il y aura toujours des hauts et des bas, mais quand il y a une période où ça se tend, c'est là qu'on voit qui arrive à tenir. Il faut avoir un peu de trésor de guerre pour tenir", relève Olivier Fainsilber. Les compagnies européennes ont également subi la dépréciation de l'euro, qui a perdu 5% face au dollar en 2018. Les perspectives pour cette année ne sont cependant pas uniquement sombres, avec un prix du pétrole qui a reflué et une hausse du nombre de passagers qui devrait perdurer. "Il y a toujours de la croissance, simplement la pente n'est plus aussi forte que dans le passé", conclut M. Fainsilber. AFP https://www.dhnet.be/actu/economie/depot-de-bilan-chez-wow-air-d-ou-vient-cette-crise-dans-le-low-cost-europeen-5c9ccff6d8ad5874772d4b88
  3. Dingue les conséquences pour un si petit pays. Selon un rapport gouvernemental, cité par l’AFP, la faillite du transporteur entraînerait une baisse du PIB de 3 %, la chute de la couronne et une hausse de l'inflation. jdm
  4. Canadian Transportation Agency : Air Belgium allowed to fly on their own to Canada! Determination No. A-2019-46 March 18, 2019 APPLICATION by Air Belgium SA (applicant) pursuant to subsection 69(1) of the Canada Transportation Act, S.C., 1996, c. 10, as amended (CTA). Case number: 18-06122 The applicant has applied to the Canadian Transportation Agency (Agency) for a licence to operate scheduled international services in accordance with the Agreement on Air Transport between Canada and the European Community and its Member States, signed on December 18, 2009 (Agreement). The Agency is satisfied that the applicant meets all the applicable requirements of subsection 69(1) of the CTA. The Agency also finds that the pertinent terms and conditions of the Agreement have been complied with. Accordingly, the Agency issues the licence. Pursuant to subsection 71(1) of the CTA, the licence is subject to the conditions prescribed by the Air Transportation Regulations, SOR/88-58, as amended, and the following conditions: Subject to the availability of rights as set out in Annex 2 of the Agreement, the Licensee is authorized to operate scheduled international services on the route set out in the Agreement. The scheduled international services are to be conducted in accordance with the Agreement and any applicable arrangements agreed to between the European Community and its Member States and Canada.
  5. Montréal reste une ville pas chère en tout cas il y a bien bien pire mais attention au crash. Planet Ponzi : La bulle de l’immobilier mondial – 22 salaires annuels pour un appartement de 60 m² https://leblogalupus.com/2019/03/19/planet-ponzi-la-bulle-de-limmobilier-mondial-22-salaires-annuels-pour-un-appartement-de-60-m²/?fbclid=IwAR0qofwAO266O3HvGwdot7_E4NT_gi--_b1yKAGNET5f_8nGwSMUVWmFlbk
  6. Beaucoup de tourisme(surtout de province)des firstimers mais des repeaters aussi,ce qui est une bonne nouvelle ça veut dire qu'ils ont aimé.Low yield peut être mais coté VFR c'est une clientèle fidèle et qui vient visiter souvent (dans un sens ou un autre de l'atlantique) ses enfants,amis ou parents(beaucoup d'étudiants universitaires qui auront surement de gros salaires ensuite au boulot).
  7. Le Québec a attiré plus de 444 000 visiteurs français en 2018. Le Québec a toujours la cote auprès des Français. En 2018, la destination a attiré 444 608 visiteurs de l'Hexagone, soit une augmentation de 5,46% par rapport à 2017. La province a également séduit de manière plus générale les Européens, avec un total de 814 436 visiteurs (+4,65%). Pour continuer sur cette dynamique en 2019, une délégation de 12 régions et associations touristiques québécoises ont participé à des workshops, le mardi 12 mars 2019 à Toulouse et le jeudi 14 mars à Paris, leur permettant "d’échanger avec les professionnels et journalistes français, de former les agents de voyages, de consolider le relationnel avec les partenaires afin d’acter des projets pour 2019-2020", précise Destination Québec, le bureau de représentation parisien de la destination, dans un communiqué. https://www.tourmag.com/Le-Quebec-a-attire-plus-de-444-000-visiteurs-francais-en-2018_a97862.html
  8. .... Boeing a perdu en crédibilité Le cœur du problème, c'est donc la manière que l'entreprise a eu de communiquer. Ou plutôt de ne pas communiquer. Le marché, les investisseurs, les experts, attendaient dès lundi plus d'informations de la part de Boeing. Pour pouvoir mieux comprendre dans quelle mesure l'accident de dimanche est ou non le signe d'un problème plus étendu. En tout cas le cours de bourse de Boeing a en définitive bel et bien piqué du nez. Et c'est environ 30 milliards de dollars en valorisation boursière qui ont été perdus en trois jours. Signe que côté investisseurs, la méfiance est désormais de mise. Mais la situation pourrait être bien plus grave encore. Parce que le risque majeur ne se situe pas dans l'immédiat, ou dans les jours qui viennent. L'enquête va tenter de déterminer les causes du crash de dimanche. De celui d'il y a cinq mois aussi...puisque pour rappel les causes ne sont toujours pas établies. Avec cette question:Jusqu'où des modifications techniques vont devoir être faites sur tous les appareils, par le constructeur américain? Les coûts de redéploiement de l’appareil pourraient être absolument phénoménaux "Les coûts des changements pour transformer et sécuriser les appareils sont estimés aujourd’hui à 2 millions de dollars par appareils. Pour les quelques centaines d’appareils déjà construits. Mais le nombre de commandes sur chaine est tellement élevé que nous parlerions de plusieurs milliards de dollars sur les années qui viennent. En sachant que l’on produit grosso modo deux Boeing 737 par jour, cela implique donc une centaine de millions de dollars par mois pour améliorer transformer et sécuriser l’appareil". Boeing est un des fleurons américains, un emblème, au même titre qu'un Coca-Cola, un Apple...Même les Etats-Unis peuvent donc sortir de ce dossier amaigris, économiquement. Ne serait-ce à nouveau qu'en termes de réputation et de crédibilité. https://www.rtbf.be/info/economie/detail_crashs-des-737-max-la-debacle-economique-ne-fait-que-commencer-pour-boeing?id=10169459 Une fois le problème identifié et réparé cela va prendre un énorme montant en marketing pour redonner envie aux potentiels passagers de voler sur ce type d'avion.Ca pourrait prendre des années et certaines personnes qui n'aiment déjà pas trop prendre l'avion éviteront pendant longtemps ou à jamais ce modèle.
  9. Air Canada réagit à la décision de Transports Canada de fermer l’espace aérien canadien aux appareils 737 MAX de Boeing. https://www.aircanada.com/fr/fr/aco/home/book/travel-news-and-updates/2019/737-airspace-closure.html
  10. La ville de Montréal est classée dans le top 10 des meilleures villes au monde en 2019. Ahh Montréal, notre belle métropole. Même si parfois on la déteste, au fin fond de nous, on l'aime bien notre ville aux mille et une facettes. Montréal est une ville qui bouge sans arrêt et qui regorge de choses à faire et à découvrir. Et on n'est pas les seuls à le penser parce que Montréal a été classée parmi les meilleures villes au monde cette année. À lire aussi: Ce restaurant montréalais est classé numéro 1 dans la liste des 50 meilleurs burgers au Canada Le site Time Out, qui est aussi derrière les réputés Time Out Market, vient de dévoiler la liste officielle « The 48 best cities in the world in 2019 » et notre ville adorée s'est très bien classé dans le palmarès. Montréal est même dans le top 10 et occupe la 6e position des meilleures villes au monde en 2019. C'est pas rien! https://www.narcity.com/ca/qc/montreal/nouvelles/la-ville-de-montreal-est-classee-dans-le-top-10-des-meilleures-villes-au-monde-en-2019?fbclid=IwAR2Bz8S4UvR_isbZbYVf9k42IuPhmg7mTmsyTvMr-sKKLltHU9e067s4kHY https://www.timeout.com/things-to-do/best-cities-in-the-world https://www.timeout.com/fr/montreal
  11. Pire encore Boeing savait...leurs avocats et assureurs vont avoir du travail. Boeing, The FAA, And Why Two 737 MAX Planes Crashed https://www.moonofalabama.org/2019/03/boeing-the-faa-and-why-two-737-max-planes-crashed.html#comments
  12. Si AC suit il y aura des conséquences sans doute pour YUL(SFO/LAX) https://www.zerohedge.com/news/2019-03-12/australia-singapore-ground-boeing-737-max-8s-doubts-about-safety-grow https://www.zerohedge.com/news/2019-03-12/737-max-8-makes-unexplained-u-turn-over-romania-amid-mass-groundings
  13. De plus en plus de pays suspendent tous les vols de Boeing 737 MAX. https://www.rtbf.be/info/monde/detail_le-royaume-uni-suspend-tous-les-vols-de-boeing-737-max?id=10168189
  14. Le spécialiste des applications mobiles mTrip rejoint le groupe MisterFly. La pépite technologique québécoise mTrip propose des applications mobiles dédiées à l’univers du voyage. D’abord lancée sur le marché B2C (plus de 3 millions de téléchargements), mTrip s’est ensuite ouvert au B2B dès 2014, avec une offre novatrice d’applications en marque blanche spécialement développées pour répondre aux agences de voyages loisirs et affaires et aux tour-opérateurs. mTrip compte des clients dans plus de 35 pays. Ses solutions mobiles sont disponibles en 10 langues. Pour mTrip, ce rapprochement vise à accélérer sa croissance, renforcer les ressources et échanges technologiques et déployer plus rapidement ses offres sur de nouveaux marchés. Pour MisterFly, cette expansion permet d’enrichir les services différenciants apportés à ses clients et c’est également une première implantation sur le marché nord-américain. « Nous sommes heureux d’accueillir mTrip au sein du groupe MisterFly. Dans le cadre de nos projets de développement, nous souhaitions étendre la gamme de services proposés à l’ensemble des clients MisterFly. Pour ces innovations, nous avons choisi de nous adjoindre le savoir-faire de professionnels maitrisant cette expertise. Les solutions mobiles sur-mesure de mTrip sont adaptées aux besoins spécifiques des segments B2B, B2C et B2B2C. Nous proposerons prochainement une expérience client enrichie et personnalisée avec un accompagnement tout au long du parcours voyageur, notamment entre la réservation et le départ mais aussi pendant le séjour. Collaborer avec les équipes de mTrip renforcera également notre veille sur l’évolution des usages et technologies et nous permettra d’accroître notre différence face à la concurrence » précise Nicolas Brumelot, président de MisterFly. Selon Fréderic De Pardieu, CEO de mTrip : « mTrip accélère son développement sur le marché européen, une opération win-win, en adéquation avec l’ADN de nos deux structures. Nous sommes ravis de rejoindre la MisterFly Family, passée de 15 team members en 2015 à 250 aujourd’hui. Nous avons été séduits par sa success story vertigineuse avec un million de passagers en 2 ans, le trophée Tech5 Europe en 2017 et le Pass French Tech qui booste cette année 2018. MisterFly a su s’imposer sur un marché concurrentiel avec la reconnaissance de ses pairs et du grand public, et nous accompagnerons la croissance du groupe avec force conviction ». MisterFly intègre mTrip à 100%, ses fondateurs rejoignent l’équipe de management. Avec mTrip, MisterFly renforce encore le savoir-faire technologique du groupe, bénéficie désormais d’une base pour se déployer outre-Atlantique et prévoit le développement de son offre de produits et services à destination des voyageurs d’affaires, notamment les PME-TPE. À travers Koedia, SSII spécialisée dans les systèmes d’information dédiés à l’industrie du tourisme, MisterFly compte déjà parmi ses clients des spécialistes du voyage d’affaires tels que Appart’City, CDS Groupe, Havas Voyages, HCorpo et IAlbatros. http://www.quotidiendutourisme.com/tech-web/le-specialiste-des-applications-mobiles-mtrip-rejoint-le-groupe-misterfly/171410 https://www.misterfly.com/
  15. Norwegian a vu trop grand top vite comme bien d'autres Transport aérien : Une hécatombe irrémédiable ? http://pagtour.info/transport-aerien-une-hecatombe-irremediable/
  16. Y avait pas aussi un hôtel ou appart hôtel au coin sherbrooke et Bleury?
  17. + humaniti,Centra 45 étages et peut être le 455 RL tour 1,hôtel Peel,Square Phillips,750 Peel tour 1,Gare Viger,Appartement Dorchester et le Quinzecent etc..?
  18. Le nouveau gouvernement québécois veut réformer la politique d’immigration. Il revoit les règles et prévoit de supprimer l’arriéré de 18.000 dossiers qui n’ont toujours pas été traités. Cette annonce a fait l’effet d’une petite bombe dans la province. Derrière ces dossiers, il y a des candidats à l’immigration au Québec qui se sentent trahis. https://www.rtbf.be/info/monde/detail_18-000-dossiers-d-immigration-supprimes-au-quebec-des-belges-sont-concernes?id=10152340
  19. Ca sera notre premier canyon perpendiculaire(en plus du canyon RL).
  20. AC restera à son siège social près de PET,plus pratique