Search the Community

Showing results for tags 'peuvent'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 29 results

  1. pas vraiment un article d'opinion "officiel" ou quoi mais bon .. si vous voulez des images eloquantes servants a vendre montreal comme ville dynamique, ce petit d'un touriste venu faire un tour au centre ville en 2008 est de loin plus efficace, a mon avis, que n'importe quel montage soporifique gracieusete tourisme-montreal.org ... jugez en par vous meme ! c'est aussi un bon example de pourquoi je souhaiterais que la rue soit amenagee pour accueuillir, l'ete, +++ d'animation de rue (musiciens, etc). on voit aussi, meme si c'est surtout sur le video pour masquer des renovations (la pub h&m coin sud-ouest de peel), comment de grandes publicites bien placees et des autres types d'affichages plus grandioses et originaux peuvent bien s'integrer et venir ajouter a ce genre de jungle urbaine.
  2. Voilà on ou va placer les conversations qui prennent des tangentes hors sujet... Pour garder les fils un peu plus propres quoi ;-) (à la fin de l'année on donne un trophée à celui qui aura le plus d'interventions ici lol) Pour assurer que les conversations qui se retrouvent ici restent fermés, j'ai barré le fil. Seuls les modérateurs peuvent réponder et ajouter/supprimer des messages dans ce fil. -- Cataclaw
  3. Haro sur le fleurdelisé à Pékin Jean-François Bégin La Presse Envoyé spécial Pékin Une chance que Jennifer Carroll ne participe pas aux Jeux olympiques de Pékin. La nageuse, qui avait suscité l'ire de Natation Canada en montant sur le podium avec un drapeau du Québec lors des Jeux du Commonwealth, en 2002, n'aurait même pas le droit de se présenter au Cube d'eau de Pékin avec un étendard fleurdelisé dans son sac. En fait, même les parents présents à Pékin, qui souhaiteraient agiter le drapeau du Québec pour encourager leur enfant lors d'une compétition au cours de la quinzaine olympique, ne pourront le faire. Les organisateurs des Jeux, soucieux d'éviter toute forme de propagande politique - à commencer, selon toute vraisemblance, par les gestes pro-tibétains -, l'ont formellement interdit. Seuls les drapeaux des 205 pays membres du mouvement olympique seront admis sur les sites de compétition. «Ça a été discuté et nos athlètes et leurs parents et amis sont au courant, a indiqué hier la chef de mission du Canada, Sylvie Bernier. Ça fait partie des lois chinoises. Ils ne peuvent pas connaître les drapeaux de partout dans le monde entier. Ils connaissent les drapeaux de chaque pays, ils ne peuvent pas savoir de quoi il s'agit quand quelqu'un sort un drapeau du Québec ou de la Colombie-Britannique. Pour eux, ça peut être une forme de manifestation, de propagande. Alors la consigne est de limiter uniquement au drapeau du pays représenté.» «L'équipe canadienne» Règlement ou non, la chef de mission doute que des athlètes québécois auraient sorti leur drapeau de la province. «On est une équipe, l'équipe canadienne, et on est tous fiers de ça. On est ici pour trois semaines ou un mois et des liens se créent. Je suis fière Québécoise, mais ici, dans le contexte des Jeux olympiques, on est représentant de l'équipe canadienne.» L'interdit a été critiqué au Royaume-Uni, où il n'est pas rare que les fans d'athlètes originaires d'Angleterre, du Pays de Galles ou de l'Écosse (comme ceux du tennisman Andy Murray, par exemple) agitent des drapeaux de ces régions du pays plutôt que l'Union Jack. «Le droit d'agiter votre drapeau national a toujours été un aspect essentiel de l'expérience d'être un spectateur aux Jeux olympiques. Que ce droit soit bafoué maintenant pour des raisons de politique interne va à l'encontre () de la liberté d'expression», a dit au Daily Telegraph de Londres le critique conservateur en matière de sports, Hugh Robertson.
  4. Rouler à 160 km/heure n'est pas permis. Ni conduire avec quelques verres dans le nez. De tels comportements peuvent entraîner des accidents, parfois mortels. Pour en lire plus...
  5. Ça l'air ben con comme question, mais je me demandais ça aujourd'hui : Quand est-ce que l'on peut considérer une construction comme étant terminée sur ce forum? Quand, dans une tour résidentielle par exemple, on peut voir des chaises sur les balcons et de la décoration qui ce fait des les unités d'habitations? Ou seulement quand le rez-de-chaussé et l'aménagement paysagé sont terminés, et cela, même si les gens peuvent habiter la tour depuis quelques temps? Pour moi, une tour est terminée quand les gens peuvent occuper leur condo/appartement, même si le resto du rez-de-chaussé n'est pas terminé et que le gazon n'est pas installé sur le terrain. Je pose la question simplement pour mieux gérer la section des projets, étant le modérateur de la section. Merci;)
  6. 04/12/2007 Si vous pensiez avoir tout vu en matière d’architecture, détrompez-vous! Un spécialiste des édifices en hauteur, David Fisher, a l’intention de construire des édifices «vivants» de plusieurs dizaines d’étages, qui changent de forme continuellement pendant la journée. Le principe de base n’est pas nouveau: il s’agit d’un étage, qui tourne sur lui-même. Le restaurant situé en haut de l’hôtel Delta à Montréal en est un exemple. Mais dans le cas qui nous occupe, imaginez un édifice de 60 ou 70 étages, dont chaque étage est indépendant l’un de l’autre. Tous les étages peuvent pivoter au gré du propriétaire. En théorie, une personne peut avoir du soleil dans sa cuisine, du matin jusqu’au soir. Un tour complet prend 90 minutes. Vous aurez compris que les étages qui pivotent sur eux-mêmes ne contiennent qu’un seul appartement. L’étage est immobile, s’il abrite deux ou plusieurs appartements. Et ce n’est pas tout! Des éoliennes verticales sont placées entre chaque étage, ce qui fait que l’édifice est autosuffisant en matière énergétique. Ses concepteurs prétendent que la construction d’un tel édifice prend 7 fois moins de temps qu’un gratte-ciel classique: seule la structure centrale est construite sur place. Les appartements sont construits en usine. C’est la raison pour laquelle il faut 20 fois moins d’ouvriers sur le chantier. En principe, ils peuvent assembler un étage tous les trois jours. La première tour à l’architecture dynamique sera construite à Dubaï, considérée par plusieurs comme la ville de l’avenir. Si vous êtes curieux face à cette technologie, vous pouvez vous rendre sur le site officiel du projet à cette adresse: http://www.dynamicarchitecture.net/.
  7. Vols Air Transat 2017 ouverts à la réservation. Plan de vols Le plan de vols au départ de la Belgique (et des Pays-Bas) pour 2017 est presque similaire à celui de cette année. Le premier vol entre Bruxelles et Montréal aura lieu le 26 avril 2017. Au départ d’Amsterdam le premier vol vers Toronto aura lieu le 20 avril 2017 et celui vers Vancouver, le 6 mai. Vous trouverez ci-joint le plan de vols complet. Vols domestiques Grâce à un vol domestique entre Montréal et Toronto, les voyageurs peuvent au départ de Bruxelles peuvent rejoindre Toronto après un changement d’avion rapide à Montréal. Les voyageurs au départ d’Amsterdam peuvent prendre un vol direct vers Toronto et ensuite prendre facilement une correspondance vers Montréal. Grâce à ces vols domestiques supplémentaires, Air Transat permet aux passagers de rejoindre facilement toutes les grandes villes canadiennes et de poursuivre leur découverte du Canada. http://travel360benelux.com/fr/air-transat/vols-air-transat-2017-ouverts-a-la-reservation/
  8. Les Mennonites menacent de quitter le Québec Montréal - La seule communauté mennonite du Québec, des protestants anabaptistes au mode de vie en marge de la modernité, menace de quitter la province francophone dans les prochaines semaines. function loadStorybewertung(bewertung) { ahah("http://www.20min.ch/ro/community/storybewertung/bewertung.tmpl?storyid=15985947&bewertung=" + bewertung,"toolbox_rating_feedback_content"); } var slide_aktiv = ""; var topstories = ""; function showTop(ziel) { //set memo slide_aktiv = ""; Effect.SlideDown(ziel,{duration:0.5}); //return false; } Comment jugez-vous cet article? Insignifiant Important (Photo: Keystone) Elle entend préserver ses enfants de l'enseignement de la théorie de l'évolution. «Tous les parents d'élèves vont quitter le Québec d'ici un mois pour échapper à des poursuites possibles évoquées par le ministère de l'Éducation», regrette Patrick Andries, père de quatre enfants avec sa femme mennonite et résident du village de Roxton Falls, à une centaine de kilomètres de Montréal. Le ministre québécois de l'Education avait visité en novembre dernier l'école fondée par les Mennonites et décrété qu'elle n'était pas conforme à ses exigences quant au cursus académique et à la formation du personnel enseignant. En juin le ministère a menacé de poursuites les membres de la petite communauté s'ils rouvraient les portes de leur école à la rentrée de septembre. «Imposer» Au Québec, plusieurs écoles religieuses appliquent le programme du ministère de l'Education en y ajoutant des cours d'éducation religieuse et de langue. Mais la communauté mennonite refuse de se voir «imposer» un tel programme. Lors de l'apprentissage de la lecture, le ministère «va imposer des histoires, des personnages, qui mettent de l'avant des modes de vie, des rôles, jugés négatifs par les Mennonites», poursuit M. Andries, citant notamment le sujet tabou de «l'homosexualité». «Il y a aussi l'imposition de la théorie darwinienne qui pose problème. On peut penser ce qu'on veut de la théorie darwinienne... mais pourquoi faut-il absolument heurter les sentiments des Mennonites qui trouvent cela vraiment contraire à leur vision du monde», se plaint-il. Les Mennonites nient la théorie de l'évolution des espèces par la sélection naturelle, contraire à leur doctrine du créationnisme selon laquelle les espèces ont chacune été créés par Dieu. Près de 200 000 Mennonites, des protestants orthodoxes proches des Amish, vivent au Canada, mais seulement une poignée réside au Québec, selon les données du dernier recensement. En Suisse Le mouvement amish est en fait une dissidence de la communauté protestante des Mennonites, apparue en Suisse au moment de la Réforme, au 16e siècle, qui considère que seuls les adultes, après avoir confessé leur foi, peuvent recevoir le baptême. Dans les autres provinces canadiennes, comme aux Etats-Unis, les jeunes Mennonites peuvent suivre leur propre programme d'enseignement à l'école, mais doivent passer un examen normalisé. «Notre école est prête à les recevoir, mais ce sont les Mennonites qui ne veulent pas. Il y a certains éléments du programme qui ne cadrent pas du tout avec leur foi», explique le maire de Roxton Falls, Jean-Marie Laplante. Le refus des Mennonites d'intégrer l'école locale ne dérange toutefois pas les habitants du village. Ils ont écrit au Premier ministre du Québec Jean Charest pour lui demander de «trouver un moyen» d'assurer la survie de l'école mennonite et de «suspendre» toutes actions légales. Intégrés «Ils se sont intégrés à notre milieu très facilement. Ce sont des gens impliqués, travaillant, des propriétaires de ferme ou de commerces dans la région», souligne M. Laplante. D'autres cas d'écoles religieuses en marge des normes de l'Éducation ont défrayé la chronique récemment, notamment des écoles juives centrées sur l'enseignement de la Torah. Le ministère a fermé en juin, suite à une ordonnance de la Cour supérieure du Québec, «l'Institut Laflèche», une école dirigée par le groupe religieux «Mission de l'esprit saint», qui voue un culte à Eugène Richer dit «Laflèche», son maître fondateur, un policier québécois né en 1871 et mort en 1925.
  9. En février, la province a autorisé les Albertains à vendre l'excédent de l'électricité qu'ils produisent. La pratique reste marginale. Pour en lire plus...
  10. La banque centrale américaine a annoncé dimanche qu'elle allait laisser, «si nécessaire», les organismes de refinancement hypothécaires Fannie Mae et Freddie Mac accéder à ses financements, comme peuvent déjà le faire les grandes banques commerciales. Pour en lire plus...
  11. lien video: http://www.youtube.com/watch?v=BRHTZ7TnMAA BRANCHEZ-VOUS! est allé manger dans un restaurant d'un tout nouveau genre au centre-ville de Montréal, l'iBurger. À cette occasion, nous avons pu tester leur table techno, qui intègre un écran tactile permettant aux clients de consulter le menu et de passer leur propre commande. Ouvert depuis la fin janvier à Montréal par Alexandre Maher (président), Frank Roche (VP aux opérations) et Jonathan Cyr (chef cuisinier), l'iBurger se distingue par la présence d'une surface tactile animée par un Mac Mini sur le dessus de chaque table. Le véritable défi des fondateurs de l'iBurger est de rentabiliser leur projet notamment en vendant des franchises, car chaque table coûte environ 3 200$. Pour l'instant, des personnes basées au Canada et au Maroc se sont montrées intéressées par l'achat d'une franchise iBurger. Évidemment, l'expérience du restaurant ne se résume pas uniquement à son aspect technologique. Lors de notre passage à l'iBurger, nous avons mangé un burger d'agneau accompagné d'un verre de vin rouge, proposé sur le menu pour accompagner le plat. Lors d'un deuxième passage au resto, nous avons aussi pu déguster l'assiette de fromage. Nous nous sommes régalés!L'écran est protégé par un verre tactile remplaçable en cas d'usure, mais les fondateurs du restaurant veulent garder leur technologie tactile secrète. L'écran tactile sert principalement à afficher et à détailler le menu ainsi que les différents plats, à l'aide d'images dignes de relever de l'art culinaire. Un petit historique est aussi proposé pour expliquer l'origine de chaque catégorie de plats (burger, hot dog, salade, pizza, etc.). Les usagers peuvent ainsi se laisser tenter par un plat et se le commander eux-mêmes. Les commandes sont directement dirigées vers la cuisine depuis la table, mais les clients peuvent aussi s'adresser directement au serveur. Une excellente utilisation de la surface tactile survient à l'heure de l'assiette de fromage. Grâce à des applications spécifiquement conçues pour contrôler le système à distance depuis un iPhone, les serveurs peuvent afficher le nom et la description des fromages. lien pour l'article: http://www.branchez-vous.com/techno/actualite/2011/03/iburger-montreal-restaurant-branche-mac-mini-table-tactile.html Autre article: http://www.cyberpresse.ca/vivre/cuisine/en-vrac/201103/21/01-4381388-iburger-des-ecrans-tactiles-pour-commander.php site internet: http://iburger.net/
  12. Salut ! Je suis pour ma part un fan de jeux de gestion, les tycoons et autres. J'ai adoré la série des Sim City (sauf society) et J'ai jouer un peu au Cities XL (beau graphique mais un peu froid comme jeux..) Je suis tombé ce weekend sur un nouveau petit jeu très sympa, Cities in Motion Pour y avoir jouer tout le weekend en fou, (jusqu'à en rêver....) je dois dire qu'il est extrêmement addictif quoi qu'assez difficile au début. On fait face a des villes européennes simplifié ou l'on doit combattre le trafic pour déplacer les gens. On se retrouve dans la peau de la compagnie de transport en commun et on doit gérer les lignes. On se rend bien vite compte que la solution n'est pas toujours plus de bus, mais de faire passer la ligne ailleurs et tout. Note que le métro, bien qu’extrêmement cher reste le moyen de transport le plus rentable. Le jeux est assez difficile si on reste qu'au bus et tramway qui peuvent être dépendant de la circulation. Ce n'est pas 100% réaliste mais c'est quand même très bien. Faut bien en faire un jeux. Les déplacement ne son donc pas en temps réel, mais chaque citoyen doit se déplacer pour travailler et/ou pour ses loisir. Il devra bien sur revenir. Pour ajouter un peu de travail, il faut ajuster les salaires et le prix d'entré en fonction de l'économie pour rester profitable. Chose qui est difficile a prendre en main au début. Mais après quelque échec, on découvre vite comment faire des lignes profitables que les gens utiliseront. Le seul bémol que j'ai est que le premier scénario de la campagne est probablement le plus difficile et qu'il vaut mieux des fois ne pas faire ce qu'il nous est conseillé sous peine d'aller droit à la faillite ! Notez bien que c'est exclusivement un simulateur de transport en commun et que notre tache s'arrête la. La ville n'évoluera que très peu durant une partit bien que plusieurs version de cette dernière existe selon l'époque. Les villes sont animés, les automobiles ne sont pas que des animations. Ils existent vraiment et vont et vient selon leur besoin. Si on augmente l'utilisation du ToC, on diminue leur nombre sur la route. Il y a aussi différent évènement qui peuvent compliquer la vie, des parades, des feux, des accidents. Au final, le jeux est très bon et très prenant et vaut la peine d'être acheté pour les fans du genre. Mais faites attention, ce jeux est très prenant
  13. Ottawa devrait devenir la banque de dernier recours pour les entreprises en difficultés qui ne peuvent obtenir du crédit grâce aux voies habituelles, a affirmé mercredi le Conference Board du Canada. Pour en lire plus...
  14. Nous ne sommes pas pressés et nous ne sommes pas intéressés à conclure un marché qui ne répond pas à nos critères, a indiqué le PDG de la banque. Pour en lire plus...
  15. Le commerce équitable n'est plus l'apanage d'une poignée de rêveurs en quête d'un monde meilleur. Depuis quelques années, les ventes mondiales de produits équitables fracassent des records. En 2007, elles ont connu une hausse de 47%. En plus du café, on trouve maintenant des fleurs coupées, des ballons de soccer, des vins et des jeans équitables. Portrait d'un mouvement auquel même des géants comme Wal-Mart ne peuvent échapper. Pour en lire plus...
  16. Si Kyra Coleman ne craint pas de s'installer seule à Osborn, c'est qu'elle est née ici et y a vécu toute sa vie. Mais c'est aussi parce qu'elle connaît son quartier comme bien peu de résidants peuvent se vanter de le faire. Pour en lire plus...
  17. Le Bureau de la concurrence intervient Mise à jour le lundi 8 février 2010 à 17 h 35 Le Bureau de la concurrence conteste les règles de l'Association canadienne de l'immeuble (ACI), qui représente quelque 98 000 agents immobiliers, devant le Tribunal de la concurrence. L'organisme fédéral estime que ces règles « restreignent la capacité des consommateurs à choisir les services immobiliers qu'ils désirent, les forçant à acheter des services dont ils n'ont pas besoin ». Et d'ajouter que les agents immobiliers ne peuvent pas offrir « davantage d'options de service et de tarification novatrices ». Le registre des propriétés dans la ligne de mire Le registre des propriétés de l'ACI (le Service inter-agence ou Multiple listing service) se trouve au coeur des griefs du Bureau de la concurrence. Celui-ci note que « l'immense majorité des transactions immobilières canadiennes font appel [à ce système] ». Toutefois, seuls les membres de l'ACI peuvent y accéder, selon des règles restrictives, estime l'organisme. Le Bureau de la concurrence explique qu'il est interdit de seulement inscrire une maison à mettre en vente sur le registre, les clients devant plutôt acheter « un ensemble prédéterminé de services supplémentaires ». « C'est le marché qui, en définitive, déterminera le prix des services immobiliers résidentiels, mais, advenant que le Tribunal abolisse les restrictions anticoncurrentielles, nous nous attendons à ce que s'exerce une pression à la baisse sur les tarifs des services immobiliers au Canada », a déclaré Melanie Aitken, commissaire de la concurrence. Pour en lire plus...
  18. Les deux organismes de financement hypothécaire viennent de vendre pour 3 G$ US de titres de dette de court terme, ce qui donne à penser qu'ils peuvent se financer sans aide du gouvernement. Pour en lire plus...
  19. On se sent bien seul, parfois, devant la voracité, le cynisme ou la malhonnêteté de certaines entreprises. Mais plusieurs David qui serrent les rangs peuvent plus facilement faire plier les genoux d'un Goliath pour obtenir réparation, ou justice, ou les deux. Pour en lire plus...
  20. Le Mouvement d'éducation et de défense des actionnaires propose de limiter le nombre de mandats que les membres de conseil d'administration peuvent accepter dans différentes entreprises. Pour en lire plus...
  21. « IMAGINÉ AU QUÉBEC » LP MAURICE Je me rappelle encore quand j’ai déballé mon premier iPhone. C’était en 2007 et j’habitais à l’époque aux États-Unis. J’ai eu accès au iPhone 1, un produit qui allait changer ma vie (et le monde entier), avant même qu’il ne soit accessible au Canada ou ailleurs. Je me rappelle encore ce qui m’avait frappé le plus en ouvrant la boîte, soit une courte phrase très visible sur le côté de la boîte : « Designed by Apple in California ». Même si l’iPhone est assemblé et fabriqué majoritairement en Asie, Apple avait jugé bon de rappeler à ses utilisateurs que ce produit avait été imaginé par son équipe de talentueux ingénieurs en Californie. Récemment, j’ai vu une publicité imprimée pour le service Téo Taxi, une nouvelle entreprise pilotée par l’entrepreneur en série Alexandre Taillefer. L’annonce affiche en gros caractères le slogan suivant : « Imaginé et créé par des gens d’ici ». En plus d’une photo d’un taxi blanc et vert, on y lit seulement une autre phrase en plus petits caractères : « Imaginer, explorer, douter… jusqu’à l’épuisement. Recommencer, passionnément, intensément, jusqu’à devenir réel. » Wow ! Comme Apple, Téo a jugé bon de mettre de l’avant fièrement son processus créatif et son caractère local. Pourquoi nous, les entrepreneurs d’ici, ne ferions-nous pas de même plus souvent ? Dans le passé, on a souvent parlé du « fabriqué au Québec ». Il y a même eu quelques efforts déployés afin de créer des programmes pour favoriser l’achat de produits locaux faits au Québec. Mais l’économie a changé. Avec la mondialisation, nous sommes entrés davantage dans une économie de savoir que de production. Et si nous parlions plutôt de « imaginé au Québec » ? FIERTÉ En me baladant à San Francisco récemment, j’ai aperçu dans une vitrine le symbole d’arbre vert de la start-up montréalaise Breather, qui offre des espaces de travail sur demande. Fierté immédiate. En conduisant sur l’autoroute dans Silicon Valley, j’ai vu une affiche pour le spectacle québécois Cavalia. Fierté. Quand j’étais à Toronto, j’ai vu les vélos de ville style BIXI exploités par PBSC Urban Solutions établie à Longueuil. Fierté. Un préposé d’une boutique indépendante à New York m’a servi avec une tablette propulsée par Lightspeed, une entreprise montréalaise de commerce électronique. À Los Angeles, il y a le nouveau terminal d’aéroport LAX animé par la magie de Moment Factory. Toutes ces expériences ont été imaginées au Québec. Ces marques laissent savoir au monde que nous sommes là, nous innovons, et que nos produits sont de classe mondiale. Quand j’ai démarré le site Busbud avec mes cofondateurs en 2011, nous avons fièrement apposé l’inscription « Built in Montreal » au bas de notre page d’accueil. Presque cinq ans plus tard, c’est pratiquement la seule partie de notre site web qui n’a pas changé. Aujourd’hui, des millions de voyageurs de plus de 50 pays qui utilisent notre site chaque mois pour réserver leurs billets d’autocars voient cette mention sur chaque page. Ils voient un produit imaginé au Québec qui a une portée mondiale. Nous gardons cette inscription avec fierté à ce jour. ARGUMENTS ÉCONOMIQUES C’est une question de fierté, mais c’est aussi une question économique. Le Québec est capable de bâtir des entreprises qui sont des modèles d’innovation, qui peuvent à la fois servir le marché québécois et se démarquer à l’international. Celles-ci créent des emplois ici et, à long terme, une plus grande fraction de leurs revenus, taxes et impôts restent au Québec, vis-à-vis des entreprises étrangères. C’est bon pour notre économie. Ces entreprises peuvent s’appuyer sur un avantage local pour se différencier. Par exemple, une infrastructure d’hydroélectricité bien développée au Québec peut aider Téo pour l’électrification de ses transports. Ces entreprises peuvent aussi mieux servir les besoins spécifiques de la clientèle locale, possiblement via des partenaires locaux. Le modèle d’affaires de Téo innove en apportant notamment une valeur sociale et écologique. Avec le temps, certaines entreprises deviendront même capables de sainement concurrencer les géants mondiaux. Continuons de miser sur notre créativité pour développer des concepts originaux. En tant que consommateurs, supportons ensemble ces innovations « imaginées au Québec » en votant avec notre portefeuille quand il est logique de le faire. Entrepreneurs, affichons fièrement nos couleurs. Ici, et partout au monde. http://plus.lapresse.ca/screens/d1ab8908-e9a9-4ccc-8eb9-75b1a3c6a2b4%7C_0.html
  22. Belles initiatives que ces ruelles blanches à Montréal (surtout dans Rosemont et Villeray) via le blog de François Cardinal : Jeudi 26 décembre 2013 | Mise en ligne à 9h10 | La politique du «ni-ni», appliquée à la ville… L’initiative des ruelles blanches de Rosemont n’est certainement pas le plus important projet de 2013. Mais c’est néanmoins mon coup de cœur… En un mot, l’administration de François Croteau a décidé d’appliquer dans ses nombreuses ruelles une politique de «non-ingérence, non-indifférence» qui permet aux citoyens de prendre collectivement possession de ces terrains de jeu potentiels. Bravo! On se rappellera que l’année a débuté avec le geste malheureux de quelques cols bleus de l’arrondissement Villeray qui ont décidé de répondre à la plainte d’un seul citoyen en répandant des abrasifs sur deux patinoires artisanales aménagées dans une ruelle par des parents dégourdis. Cette bourde a eu le mérite de forcer la réflexion sur l’avenir de ces éléments du domaine public qui servent trop souvent de stationnement. Villeray a ainsi réfléchi à la chose durant l’année pour finalement adopter, début décembre, une résolution permettant l’utilisation des ruelles à des fins récréatives durant la période hivernale. Mais plus intéressante encore est l’approche poussée parallèlement par l’arrondissement Rosemont, qui a décidé de donner aux citoyens la part du domaine public qui lui revient, à l’année longue. La réflexion se mène depuis 2010, il est vrai, mais c’est néanmoins en 2013 qu’elle s’est élargie aux quatre saisons avec la création des ruelles blanches, suite à l’expérience malheureuse de Villeray. Tout a débuté il y a trois ans avec l’idée de permettre aux citoyens de gérer eux-mêmes les ruelles et les jardins de rues (ces carrés parfois asphaltés, parfois gazonnés, qui se situent en façade de maison entre la rue et le trottoir). «La première étape a été de trouver une formule permettant aux citoyens de couper eux-mêmes le béton et l’asphalte dans les ruelles, explique le maire Croteau. Ce qui fut fait grâce à une coordination avec les travaux publics et l’éco-quartier.» En soi, cela est un exploit. L’arrondissement a alors identifié les lieux où les citoyens peuvent couper l’asphalte sans nuire à la sécurité et aux infrastructures souterraines. Puis il a permis la fermeture partielle de certaines ruelles sans nuire à la circulation des véhicules d’urgences et des citoyens. Pour appliquer son approche «ni-ni», l’arrondissement a tout de même dû élaborer certaines règles minimales. Les citoyens qui veulent aménager une ruelle verte doivent ainsi obtenir l’approbation de 50% + 1 des riverains. Très rapidement, le projet a fait boule de neige, si bien que 50 ruelles vertes ont été ainsi aménagées en trois ans. Et tout près de 30 s’ajouteront en 2014. La même stratégie fut ensuite adoptée pour les jardins de rues devant les logements, là où les citoyens peuvent maintenant retirer de l’asphalte et aménager des potagers dans les saillies de trottoirs verdies. «Les citoyens peuvent installer des tuteurs pour protéger leur jardin des chenillettes l’hiver, précise le maire. Du coup, on diminue la quantité d’espaces déneigés pour protéger la verdure.» Tout naturellement, les ruelles blanches étaient les suivantes sur la liste des secteurs profitant de cette «non-ingérence, non-indifférence». Les mêmes règles s’appliquent en hiver comme en été, ce qui permet maintenant aux citoyens d’aménager des patinoires, des châteaux forts, voire d’énormes glissades en bois avec escaliers pour y monter, comme dans cette ruelle située entre les rues Holt et Dandurand… «On peut qualifier cela de démocratie directe, selon M. Croteau. L’État se retire presque totalement du processus et donne la responsabilité aux citoyens, qui ont aussi à s’assurer d’éliminer les nuisances et de garantir la sécurité des installations.» Intéressant, une initiative qui peut plaire autant aux gens de droite que de gauche! On a là tous les bienfaits de l’approche anglo-saxonne de la «community». On a les ingrédients nécessaires au développement d’un esprit de quartier. On a la naissance d’un fort sentiment d’appartenance à l’arrondissement. Et ce, sans que ce dernier n’impose quoi que ce soit puisque les projets émanent d’en bas, non pas d’en haut. Voilà pourquoi il s’agit de mon coup de cœur local de l’année. La glissade en bois dans Villeray : La glissade de la ruelle Holt-Dandurand entre la 5e et 6e Avenue. Photo : Cécile Gladel/RueMasson.com
  23. Etes-vous aller au Mondial de la bière cette année? C'était excellent, mais malheureusement le concept est victime de son succès: l'espace n'était pas assez grand pour accueillir tout le monde. Je ne sais pas si les organisateurs peuvent avoir plus grand pour l'année prochaine.
  24. Le président de l'OPEP, Chakib Khelil, croit que la décision de la Banque centrale européenne sur les taux d'intérêt et les menaces contre l'Iran peuvent faire monter les prix. Pour en lire plus...
  25. Inscription gratuite pour visionner les documents des appels d'offres https://www.seao.ca/index.aspx Le site officiel des appels d’offres du Gouvernement du Québec. Les avis publiés sur le site proviennent des ministères et organismes publics, des municipalités, des organisations des réseaux de la santé et des services sociaux ainsi que de l’éducation. À propos de SEAO SEAO est l’acronyme de « Système électronique d’appel d’offres », approuvé par le gouvernement du Québec. C'est une application accessible par Internet - à l'adresse www.seao.ca - qui rassemble les différents avis de marchés publics provenant de la plupart des organismes publics du Québec, soit les ministères et organismes publics de l'administration gouvernementale, les organismes du réseau de l'éducation, les organismes du réseau de la santé et des services sociaux ainsi que les municipalités et les autres organismes municipaux. Ces organismes sont tenus d'utiliser le SEAO pour la publication de leurs avis, la distribution de leurs documents d'appel d'offres et la publication des renseignements de leurs contrats. D'autres organismes peuvent aussi utiliser le SEAO, comme les sociétés d'État à vocation commerciale ou industrielle, les organismes à but non lucratif et autres entreprises privées. Les fournisseurs intéressés par les marchés publics peuvent y consulter les avis publiés et se procurer les documents afférents lorsqu’ils sont distribués par le SEAO. https://www.seao.ca/Inscription/abonnement_type.aspx Inscription gratuite SEAO Aucuns frais mensuels