Jump to content

Recommended Posts

Hydro-Quebec and NB Power : Power talks continue

Last Updated: Thursday, October 22, 2009 | 8:54 PM AT CBC News

 

Opposition Leader David Alward says Premier Shawn Graham has a responsibility to be clear to New Brunswickers.Opposition Leader David Alward says Premier Shawn Graham has a responsibility to be clear to New Brunswickers. (CBC)New Brunswick Opposition Leader David Alward is calling on Premier Shawn Graham to clear the air about the future of NB Power and say whether it is for sale.

 

Alward said he's been hearing speculation that Hydro-Québec, the provincial energy utility, wants to buy NB Power, a provincial Crown corporation.

 

"It's important at this time that the premier be transparent, be open to New Brunswickers," he said.

 

"If these are just rumours, if this isn't true, then he has the opportunity to tell New Brunswickers. He has the responsibility. If they are true, he has a responsibility to tell New Brunswickers what's going on."

 

Newfoundland and Labrador Premier Danny Williams told CBC News he has also heard rumours about a possible deal between NB Power and Hydro-Québec.

 

In a statement Thursday, his communications director, Elizabeth Matthews, said Williams "can't imagine the people of New Brunswick would allow their government to sell their energy asset and put that power into someone else's hands."

 

Graham began discussions with Quebec Premier Jean Charest last summer about energy issues, including possible relationships between Hydro-Québec and NB Power.

 

Those talks spawned rumours that NB Power would be sold to Hydro-Québec.

 

Late Thursday, Graham's office issued a statement that neither confirms nor denies those rumours.

 

"We're having a variety of conversations with Quebec, but they have not concluded," said Graham's communications director, Jordan O'Brien. "It's not in anybody's interest to talk about a possible outcome."

 

NB Power has been owned by the province since 1920. In the last provincial election, Graham promised to keep it as a publicly owned utility.

________________________________________________________________

N.L. premier watching N.B., Quebec energy talks

 

Fri Oct 23, 7:06 AM

 

Reports that have been circulating in New Brunswick about the possible sale of that province's energy utility have the attention of the premier of Newfoundland and Labrador.

 

In a statement Thursday, Danny Williams's communications director, Elizabeth Matthews, said the premier "can't imagine the people of New Brunswick would allow their government to sell their energy asset and put that power into someone else's hands."

 

The rumours say that New Brunswick is on the verge of a deal to sell its utility NB Power to Hydro-Québec.

 

New Brunswick Premier Shawn Graham isn't commenting. But the province's Progressive Conservative Leader David Alward is calling on Graham to clear the air about the future of NB Power and say whether it is for sale.

 

Alward said he's been hearing speculation that Hydro-Québec, the provincial energy utility, wants to buy NB Power, a provincial Crown corporation.

 

"It's important at this time that the premier be transparent, be open to New Brunswickers," he said. "If these are just rumours, if this isn't true, then he has the opportunity to tell New Brunswickers. He has the responsibility. If they are true, he has a responsibility to tell New Brunswickers what's going on."

 

Graham began discussions with Quebec Premier Jean Charest last summer about energy issues, including possible relationships between Hydro-Québec and NB Power.

 

Those talks spawned the rumours that NB Power would be sold to Hydro-Québec.

 

Late Thursday, Graham's office issued a statement that neither confirms nor denies the possibility.

 

"We're having a variety of conversations with Quebec, but they have not concluded," said Graham's communications director, Jordan O'Brien. "It's not in anybody's interest to talk about a possible outcome."

 

NB Power has been owned by the province since 1920. In the last provincial election, Graham promised to keep it as a publicly owned utility.

 

 

 

 

À lire les commentaires sur le site de la CBC, je crois que les gens du NB sont en désaccords, bref du bon vieux Quebec-bashing comme on l'aime. Ceci est très divertissant par contre. Enfin, de dire que le Canada n'est pas vraiment divisé en deux solitudes indifférentes tient purement du délire. :silly:

Edited by ErickMontreal
Link to comment
Share on other sites

  • Replies 90
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Hydro-Québec seeks control of N.B. corridor to U.S.: experts

Last Updated: Monday, October 26, 2009 | 7:51 AM AT

 

Comments146Recommend81

CBC News

 

Hydro-Québec has a strategic motive for its interest in NB Power, say people familiar with the industry.

 

Former New Brunswick energy minister Jeannot Volpe said Hydro-Québec may want to buy the utility so it can block sales of electricity to the United States by Newfoundland and Labrador from its Lower Churchill development.

 

The Newfoundland government wants to get electricity from that project into the U.S., he said, but it has not been able to arrange transmission through Quebec.

 

The only other route, Volpe said, is under the Gulf of St. Lawrence, then through Nova Scotia and New Brunswick and finally into Maine.

 

But if Hydro-Québec takes over NB Power, Volpe said, it can also block that route by throwing up obstacles to linking transmission lines.

 

"It would not be as easy for them to get what I would call for them a fair access," Volpe said.

 

Pierre-Olivier Pineau, a Montreal economist who has studied Hydro-Québec, said the U.S. is the utility's biggest market, so it naturally wants to make it difficult for Newfoundland and Labrador to sell power there.

 

"So, if you basically prevent a competitor, in this case Lower Churchill, to have access to the U.S., then that's perfect for Hydro-Québec because they're the only one to sell," Pineau said.

 

Nalcor Energy, formerly Newfoundland and Labrador Hydro, is proposing the development of two hydroelectric generating stations on the Lower Churchill River, located near Happy Valley-Goose Bay in Labrador.

 

This arrangement could be advantageous for New Brunswick residents, Volpe said, because selling NB Power for billions of dollars would lower the province's debt and may allow it to freeze power rates.

 

The downside, he said, is that New Brunswick would lose control over power generation.

 

On Friday, Energy Minister Jack Keir did not rule out the sale of the provincial utility to Hydro-Québec.

 

"What I would say to you is everything is on the table at this point," Keir told reporters.

 

New Brunswick and Quebec have been talking for months about energy co-operation, he said.

 

Premier Shawn Graham had repeatedly promised that the sale of NB Power was off-limits for a Liberal government, including in the 2002 debates in the legislature and the 2006 election platform, Charter for Change.

 

"Our position is 'Look, this is an asset of the province and we want to keep it in the ownership of New Brunswickers,'" he said at that time.

 

NB Power has been owned by the province since 1920.

Link to comment
Share on other sites

À lire!

 

Il faut dire non à l’opération de sauvetage d’ÉnergieNB

 

23/10/09 13:04, Claude Garcia / Hydro-Québec, 559 mots

 

Hydro-Québec serait intéressée à acquérir une partie ou la totalité d’Énergie NB, selon des rumeurs rapportées par Radio-Canada. ÉnergieNB est une société de la couronne qui existe depuis 1920 dont le mandat est de produire, transporter et distribuer de l’électricité aux résidents du Nouveau-Brunswick. Comme Hydro-Québec s’est départie, au cours des dernières années, d’à peu près tous ses investissements à l’extérieur du Québec, pourquoi est-elle intéressée à acheter Énergie NB?

 

Une importante organisation patronale, la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante, a souligné récemment l'ahurissante structure d’ÉnergieNB et sa dette paralysante.

 

Les coûts d’exploitation d’ÉnergieNB se rapprochent de 1100 $ par client, principalement à cause du nombre élevé d’employés. Hydro-Québec affiche une meilleure performance à ce titre puisque ses frais d’exploitation sont de 658 $ par client. Dans une étude publiée en février 2009, nous avons estimé à 1,1 milliards $ la réduction potentielle des frais d’exploitation d’Hydro-Québec si celle-ci les ramenait au niveau des sociétés américaines de même taille cotées à la Bourse de New York. Comment Hydro-Québec pourrait-elle faire le ménage requis dans les frais d’exploitation d’ÉnergieNB quand sa propre performance laisse autant à désirer?

 

ÉnergieNB a une dette de 8,25 $ pour chaque dollar d’avoir propre au 31 mars 2008, si on fait le calcul sans tenir compte des passifs reportés. Ceux-ci excèdent l’avoir propre de 47 %. À toute fin pratique, l’avoir de l’actionnaire d’ÉnergieNB est négatif. Si Hydro-Québec achetait ÉnergieNB, demanderait-on aux contribuables québécois de garantir la dette de cette dernière? Sans une telle garantie, elle ne pourrait pas se financer sur le marché.

 

ÉnergieNB a amorcé la remise à neuf de la centrale nucléaire de Pointe-Lepreau en mars 2008. Le projet devait se terminer en septembre 2009 et nécessiter un investissement de 1 milliard $. Or, après avoir reporté à plusieurs reprises la date de la réouverture, Énergie Atomique Canada, la société de la couronne fédérale qui supervise les travaux, a confirmé récemment que la centrale reprendrait ses activités en février 2011. La Chaire K.C.-Irving en développement durable de l'Université de Moncton estime maintenant que les retards que connaît la mise à neuf du réacteur nucléaire Pointe-Lepreau entraînera des coûts supplémentaires se situant entre 900 millions $ et 1,6 milliards $. Hydro-Québec n’a aucune expertise dans ce type de travaux et ne respecte jamais le budget annoncé dans ses projets d’investissement.

 

ÉnergieNB n’a pas publié son rapport annuel pour l’année financière qui s’est terminée le 31 mars 2009. Ce retard a-t-il quelque chose à voir avec le retard de la remise à neuf de Pointe-Lepreau? Est-ce qu’ÉnergieNB serait dans une situation financière très difficile?

 

ÉnergieNB est une société dont la performance financière laisse grandement à désirer. Il est fort probable que le gouvernement du Nouveau-Brunswick devra se résigner à la privatiser ou à restructurer ses opérations de façon importante s’il ne trouve pas preneur. Dans un cas comme dans l’autre, cela se traduira par des pertes importantes d’emplois. Les contribuables québécois n’ont rien à gagner à participer à une opération de sauvetage de ce genre

Link to comment
Share on other sites

Hydro-Québec va racheter Énergie NB pour 10 milliards

 

Publié le 28 octobre 2009 à 09h30 | Mis à jour à 09h33

 

La Presse Canadienne

Caraquet

 

Le gouvernement de Shawn Graham dévoilera jeudi les détails d'un protocole d'entente qui permettra à Hydro-Québec d'acquérir Énergie NB, a appris L'Acadie Nouvelle.

 

Selon le quotidien, la signature du protocole d'entente entre Québec et Fredericton ouvrira la voie aux changements législatifs nécessaires à la réalisation de la transaction, qui serait évaluée à 10 milliards.

 

D'après une source gouvernementale, le protocole a été élaboré avec le souci de protéger le patrimoine énergétique du Nouveau-Brunswick, tout en permettant au gouvernement provincial de se libérer du cautionnement de la dette d'Énergie NB, évaluée à plus de quatre milliards de dollars.

 

Une fois acquise par Hydro-Québec, la société d'État conservera son identité corporative et devra continuer à se présenter devant la Commission de l'énergie et des services publics de la province pour justifier toute hausse des tarifs.

 

 

Dès la prise en charge d'Énergie NB par Hydro-Québec, les tarifs industriels seront réduits, alors que les tarifs de l'électricité pour usage domestique seront gelés pendant cinq ans.

 

Mardi, M. Graham avait nié les rumeurs à l'effet qu'une entente était intervenue entre les deux parties.

 

La dette du Nouveau-Brunswick atteindra bientôt huit milliards de dollars. En ajoutant la dette d'Énergie NB, pour laquelle le gouvernement provincial doit se porter garant, la dette totale de la province totalisera alors 12 milliards.

Link to comment
Share on other sites

C'est fait et la communautée d'affaire du Québec semble s'en réjouir. Je vais essayer de lire tout ce que je peux sur le sujet avant de me prononcer!!;)

 

http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/energie-et-ressources/200910/29/01-916477-reactions-favorables-au-rachet-denergie-nb-par-hydro.php

 

Réactions favorables au rachet d'Énergie NB par Hydro

Publié le 29 octobre 2009 à 16h29

 

La Presse Canadienne

Pierre St-Arnaud

Aucune voix discordante ne semble s'élever, du moins au Québec, relativement au protocole d'entente visant l'achat de la majorité des actifs d'Énergie du Nouveau-Brunswick par Hydro-Québec, au coût de 4,75 milliards.

 

Au contraire, les milieux d'affaires, notamment, se réjouissent.

 

Ainsi, la Chambre de commerce du Montréal métropolitain dit accueillir «avec fierté» la signature de cette entente.

 

Le président et chef de la direction de la Chambre, Michel Leblanc, a indiqué par voie de communiqué qu'Hydro-Québec «a su saisir une occasion d'affaires unique, au moment opportun, tant par les conditions de financement que par l'évolution anticipée de la demande pour une énergie propre et renouvelable».

 

 

M. Leblanc voit dans cette acquisition non seulement des retombées économiques importantes pour le Québec, mais aussi des bienfaits écologiques en raison du remplacement progressif de centrales au charbon et au mazout.

 

De son côté, le Conseil du patronat du Québec (CPQ) y voit la démonstration de la prédominance du Québec dans un secteur d'activité économique clé pour l'avenir.

 

Son président, Yves-Thomas Dorval, affirme que «la capacité de s'approvisionner en énergie propre et renouvelable sera au coeur du développement économique des prochaines décennies».

 

Selon lui, «cette transaction historique vient consolider le leadership incontournable d'Hydro-Québec en la matière».

 

À Québec, l'opposition péquiste qualifie la transaction de pari risqué. Le porte-parole péquiste en matière de ressources naturelles, Sylvain Gaudreault, reconnaît que la société d'État élargit sa clientèle, mais il s'interroge sur la rentabilité de l'opération à terme. «Ca m'apparaît risqué sur le plan du rendement. Oui, bien sûr, on achète un marché pour écouler nos surplus, mais les nouvelles productions coûtent de plus en plus cher. Donc, il faudra s'assurer que ce sera rentable», a dit le député péquiste.

 

Les organismes représentant les consommateurs québécois, pour leur part, ont indiqué leur intention de faire preuve de vigilance, bien qu'à première vue, rien ne semblait susceptible d'avoir un impact négatif sur les consommateurs québécois.

 

Charles Tanguay, de l'Union des consommateurs, souligne qu'Hydro-Québec vient d'obtenir un nouveau réseau pour écouler ses surplus. Il ajoute que la transaction serait aussi une bonne nouvelle en termes d'accroissement de la capacité de transport vers les États-Unis, ce qui permettrait d'exporter davantage de ces surplus.

 

Chez les environnementalistes, Equiterre et le Conseil de conservation du Nouveau-Brunswick estiment que la transaction pourrait s'avérer bénéfique au plan de l'amélioration de la qualité de l'air ainsi qu'en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

 

En plus des deux centrales thermiques dont on annonce la fermeture, les deux organisations pressent Hydro-Québec de fermer les deux grandes centrales de Belledune et de Coleson Cove, les plus problématiques au plan environnemental.

 

De son côté, le syndicat des employés de métier d'Hydro-Québec (SCFP), la plus importante unité d'accréditation syndicale de la société d'État, n'a pas voulu émettre de commentaire, ayant été lui-même informé le matin même de l'annonce.

 

Son représentant, Maxime Valade, a cependant indiqué que le syndicat procéderait à l'examen des conformités en matière d'accréditation syndicale et de reconnaissance des unités, pour s'assurer que les lois et règlements seront respectés, comme il se doit dans de telles circonstances.

 

Quant à un éventuel impact sur l'emploi, M. Valade a expliqué qu'il faudrait une analyse plus approfondie des tenants et aboutissants de la transaction, faisant valoir qu'il s'agissait d'une entente fort complexe.

 

Des voisins inquiets

 

En Nouvelle-Angleterre, toutefois, l'entente conclue jeudi sème l'inquiétude au sein des petits fournisseurs d'énergie.

 

La présidente de la New England Power Generators Association, Angie O'Connor, dit craindre un coup de force d'Hydro-Québec pour éliminer les petits producteurs indépendants.

 

Mme O'Connor dit craindre les conséquences d'une mainmise d'Hydro-Québec sur l'ensemble des lignes de transport entre le Canada et la Nouvelle-Angleterre, faisant valoir que les petits indépendants américains ne peuvent concurrencer le géant public québécois, d'autant plus que celui-ci bénéficie d'un processus réglementaire moins étendu et plus limité que ses membres.

Edited by Habsfan
Link to comment
Share on other sites

Hahahaha Danny Williams est entrain de capoter!!!!

 

Publié le 29 octobre 2009 à 23h45 | Mis à jour le 29 octobre 2009 à 23h45

Terre-Neuve en croisade contre Hydro-Québec

 

 

Joël-Denis Bellavance

La Presse

 

(Ottawa) Le premier ministre de Terre-Neuve, Danny Williams, part en croisade contre la prise de contrôle des actifs d'Énergie Nouveau-Brunswick par Hydro-Québec, affirmant sans ambages que cela constitue une «menace» pour l'unité nationale.

 

Dans une virulente sortie, jeudi, M. Williams a soutenu que cet achat sans précédent est financé en bonne partie par les paiements de transfert qu'obtient le Québec du reste du pays.:rolleyes:

 

M. Williams, qui est reconnu pour son franc-parler, a même soutenu que le Québec, grâce à sa société d'État, pourrait dicter le développement économique des provinces atlantiques à long terme.

 

Hydro-Québec, qui souhaite aussi mettre la main sur les réseaux d'électricité de l'Île-du-Prince-Édouard et de la Nouvelle-Écosse, pourrait le faire insidieusement, selon lui, en augmentant les coûts d'électricité des entreprises dans une province comme le Nouveau-Brunswick pour les inciter à emporter leurs pénates au Québec, a dit le premier ministre de Terre-Neuve.:silly::silly::silly:

 

M. Williams a entrepris sa croisade dans les heures qui ont suivi la signature à Fredericton d'une entente entre le premier ministre Jean Charest et son homologue néo-brunswickois, Shawn Graham, permettant à Hydro-Québec de mettre la main sur les actifs d'Énergie Nouveau-Brunswick pour la somme de 4,75 milliards de dollars.

 

Hydro-Québec se porte acquéreur des sept centrales hydroélectriques d'Énergie Nouveau-Brunswick et de la centrale nucléaire de Point Lepreau, une fois que sa réfection sera terminée, en 2011. La société québécoise achète aussi les infrastructures de distribution et de transport du Nouveau-Brunswick.

 

«Nous sommes très surpris de voir le gouvernement du Nouveau-Brunswick agir de la sorte. Je ne crois pas que les gens de cette province vont l'appuyer en bout de piste. Notre expérience avec Hydro-Québec n'a jamais été très bonne. (...) Les actifs les plus importants que peut avoir aujourd'hui un gouvernement sont les actifs reliés à l'alimentation d'énergie. Ce sont ces actifs qui vont donner le ton au progrès économique d'une région ou d'une province», a-t-il affirmé à CTV Newsnet.

 

M. Williams songe même à déposer une plainte contre Hydro-Québec devant le Bureau fédéral de la concurrence.

 

«Hydro-Québec alimente aussi une partie de l'Ontario en électricité. Mais pendant qu'ils tentent de mettre la main sur les actifs en électricité, le pays donne au Québec 16 milliards de dollars par année en paiements de transfert de toutes sortes parce que le Québec est semble-t-il une province pauvre. C'est dangereux. Nous sommes en train de financer l'achat et la prise de contrôle de nos outils de développement économique des autres provinces», a-t-il encore dit.:rolleyes:

 

Danny Williams dénonce depuis longtemps le contrat de 1969 conclu entre sa province et le Québec au sujet de l'exploitation du potentiel hydroélectrique des chutes Churchill - une entente qui, selon lui, a valu 22 milliards de profits au Québec, mais seulement environ 1 milliard à Terre-Neuve-et-Labrador.:silly::silly::silly::silly:

 

Il accuse aussi sans ménagement Hydro-Québec de tout faire pour saboter les plans de son gouvernement pour développer le projet hydroélectrique du cours inférieur du fleuve Churchill et vendre l'énergie de ce projet aux États-Unis.:silly::silly::silly::silly:

 

Or, Hydro-Québec mise sur cette acquisition et sur la situation géographique avantageuse du Nouveau-Brunswick pour faciliter l'exportation de ses importants surplus d'électricité vers les États-Unis.

 

Dans une entrevue à CBC News, jeudi soir, M. Williams a carrément traité Jean Charest de menteur après que ce dernier eut affirmé que «la tarte est assez grande pour tout le monde» pour subvenir aux besoins des Américains. «Je ne l'ai pas vu dire cela, mais je présume que son nez allongeait lorsqu'il parlait», a-t-il dit.

 

- Avec La Presse Canadienne

Link to comment
Share on other sites

 

Danny Williams dénonce depuis longtemps le contrat de 1969 conclu entre sa province et le Québec au sujet de l'exploitation du potentiel hydroélectrique des chutes Churchill - une entente qui, selon lui, a valu 22 milliards de profits au Québec, mais seulement environ 1 milliard à Terre-Neuve-et-Labrador.:silly::silly::silly::silly:

 

 

Savez-vous la raison de cela ?

 

Au moment de la signature de l'entente, il n'y avait aucune clause d'inflation et de rajustement des prix dans le contrat. Évidemment, Hydro-Qc n'a rien dit, c'était le contrat.

 

Les newfies ont alors démontrés qu'ils sont newfies.

 

Le contrat était bon pour 50 ans. 25 ans de premier terme et un 25 ans additionnel à la discrétion de Hydro-Qc.

 

En 1994, T-N a voulu renégocier l'actualisation des montants, mais c'était à la discrétion de Hydro-Qc, et évidemment, on a dit non.

 

On achète donc leur électricité au prix de 1969 et on la revend au gros prix de 2009 aux USA.

 

Personnellement, je trouve que TN ne fait aucunement pitié là dedans, quoi que vous en direz.

 

C'était à eux de bien lire le contrat de 1 et de 2 sweet revenge pour nous avoir volé le Labrador.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share




×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value