Jump to content

50 ans de la Place Ville-Marie : expositions de photos


monctezuma
 Share

Recommended Posts

Un symbole de Montréal

Place Ville-Marie : bientôt 50 ans

25 mai 2009 - 10h14

 

Dany Doucet

Le Journal de Montréal

 

Comme un baby-boomer qui regarde nostalgiquement ses photos d'enfance au moment d'atteindre l'âge vénérable de 50 ans, le premier gratte-ciel du Québec a décidé lui aussi d'exposer ses meilleures images en préparation de son demi-siècle d'existence.

 

La Place Ville-Marie inaugure demain une exposition de photos qui rappellera des souvenirs à ceux qui ont assisté à la construction de ce premier gratte-ciel qui a changé pour toujours l'image de Montréal au début des années 1960.

 

La Place Ville-Marie est l'immeuble qui a en quelque sorte fait déménager le centre financier du Vieux-Montréal vers le centre-ville actuel.

 

La Banque Royale, qui est locataire de l'édifice depuis toujours, avait attiré avec elles les principales institutions économiques présentes au début de la Révolution tranquille et de la création de Québec inc.

 

«C'est un immeuble qui a changé le paysage urbain de Montréal et c'est pour cette raison qu'on trouvait intéressant de faire revivre cette page d'histoire à ceux qui l'ont vécue comme aux plus jeunes pour qui c'est de l'histoire ancienne», a expliqué hier Marie Caron, conseillère au marketing pour SITQ, le propriétaire de l'immeuble et filiale de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

 

Le symbole de Montréal

 

L'immeuble de 47 étages a longtemps été le symbole de Montréal.

 

Avec son gyrophare qui balaie le ciel de nuit depuis 47 ans et ses 188,06 mètres de hauteur, soit 8 mètres de moins que le Mont-Royal, la Place Ville-Marie a longtemps été le plus haut édifice de Montréal.

 

En fait, lors de son inauguration, en septembre 1962, la tour était la plus haute des pays du Commonwealth. Elle a été dépassée depuis par le 1000, de la Gauchetière et la tour IBM, au 1250, René-Lévesque.

 

Les trois immeubles ont à peine quelques mètres de différence, car, à Montréal, il est interdit de construire plus haut que le sommet du Mont-Royal.

 

Une ville dans la ville

 

Au moment de la construction, la tour ne devait faire que 44 étages. Mais la rivalité dans le ciel de Montréal était féroce à cette époque et les promoteurs ont décidé d'ajouter trois étages durant le chantier lorsqu'ils ont appris que la tour CIBC allait être plus haute que la leur.

 

"C'est plus que la population de 90 % des municipalités du Québec."

 

«En effet, nous pouvons ressembler à une ville quand on pense que nous avons notre propre service de sécurité et tous les autres services qui ressemblent à ceux d'une ville», dit Marie Caron.

 

Le complexe reçoit chaque mois la visite de 250 000 personnes différentes.

 

L'immeuble avait coûté 80M$ à construire au début des années 1960. La Caisse l'a acquis de Trizec en 2000 pour la somme de 690 M$ avec quatre autres immeubles moins importants.

 

L'exposition, intitulée Place Ville-Marie : Quand Montréal s'éleva, propose jusqu'au 30 octobre une centaine d'images jamais vues et des maquettes uniques dans le grand hall.

 

La Place Ville-Marie en chiffres

 

- 4 ans de construction (de 1958 à 1962)

 

- 1 étage construit chaque semaine

 

- 49 000 tonnes d'acier 52 ascenseurs

 

- 22 escaliers mécaniques

 

- 1013 marches d'escalier au 1, Place Ville-Marie (le record de leur ascension est détenu par un pompier de Montréal, qui les a arpentées en 8 minutes 11 secondes)

 

- 13 054 fenêtres (il faut en moyenne 60 jours à deux hommes pour les laver !)

 

- 261 kilomètres de tuyauterie (distance entre Montréal et Québec)

 

- 317 000 têtes de gicleurs, 95 370 ampoules

 

- 92 portes d'accès

 

(Agence QMI)

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...