Jump to content

Recommended Posts

24/03/2007

Plusieurs des 2000 résidents du secteur montréalais Glenmount, dans Côte-des-Neiges, demandent l'annexion à Ville Mont-Royal, mais ce n'est pas là une mince affaire.

 

«On veut appartenir à Ville Mont-Royal parce qu'on y vit en permanence et la voie ferrée qui longe la rue Jean-Talon nous coupe géographiquement de toutes activités dans Côte-des-Neiges», explique Francine Brodeur, porte-parole des propriétaires.

 

Le quartier est au trois-quarts encerclé par Ville Mont-Royal et la rue Jean-Talon et une voie ferrée le découpe de Côte-des-Neiges, au sud.

 

«Bibliothèques, sports, loisirs, églises, écoles, commerces, restaurants, épiceries! Notre enclave, dit-elle, nous conduit logiquement à Ville Mont-Royal pour toutes ces activités.

 

«D'ailleurs, la Ville de Montréal accepte de verser 80 000$ à sa voisine pour nous permettre d'utiliser les services publics de Mont-Royal.»

 

Elle paraît tellement logique cette «annexion» que le Comité de transition avait attaché le quartier Glenmount à l'arrondissement Mont-Royal, lors de la grande fusion de 2002.

 

Mais Ville Mont-Royal a été reconstituée lors de la bataille des défusions et la Ville de Montréal a repris possession de «son ancien quartier» qui représente tout de même une valeur foncière de 137 M$.

 

Échanges

 

«Notre association veut au moins obtenir une vraie consultation pour connaître l'opinion générale. Nous préparons une pétition, porte-à-porte, en vue de faire bouger les choses auprès du gouvernement qui sera élu lundi», confirme Francine Brodeur.

 

Le maire de l'arrondissement montréalais, Michael Applebaum, croit que la démarche n'est pas nécessaire et que les citoyens de Glenmount peuvent aussi profiter de tous les services de l'arrondissement.

 

«Montréal assume tous les services de première ligne comme le déneigement et la cueillette des déchets et nous leur assurons une très bonne qualité de vie», soutient le maire.

 

Il croit par ailleurs qu'une annexion à Mont-Royal coûterait «très cher» aux propriétaires qui auraient à rembourser immédiatement leur part de la dette publique étalée sur 20 ans.

 

On a déjà songé à tenir un référendum

 

 

La mairesse de Mont-Royal, Vera Danyluk, a songé au référendum pour annexer le secteur Glenmount, mais cette «solution» ne tient pas du miracle.

 

Non seulement n'y a-t-il aucune assurance que le «oui» serait majoritaire, dans un tel référednum, «mais encore faudrait-il que Ville Mont-Royal se plie à la loi qui l'obligerait aussi à consulter la population concernée de Côte-des-Neiges pour savoir ce qu'elle en pense», explique la mairesse.

 

Et l'aventure ne se terminerait pas avec un deuxième résultat positif.

 

«Le ministre des Affaires municipales aurait, ultimement, le pouvoir d'acccepter ou de refuser l'annexion si tout le monde y était favorable», dit-elle.

 

«Je me suis informé à savoir si la ministre verrait ça d'un bon oeil et j'ai obtenu comme réponse qu'elle préférerait régler les problèmes de l'agglomération avant d'avoir à trancher dans un éventuel dossier d'annexion de Glenmount.

Link to comment
Share on other sites

LE 21 AVRIL 2006 - 12:31 ET

 

Les citoyens du secteur de Glenmount, des citoyens à

part entière de Montréal

 

MONTREAL, QUEBEC--(CCNMatthews - 21 avril 2006) - Le maire de Montréal,

M. Gérald Tremblay, rappelle que les citoyens du secteur Glenmount sont

des Montréalaises et Montréalais à part entière et qu'ils sont en droit

de recevoir des services de qualité de la Ville de Montréal et de leur

arrondissement, comme tout autre arrondissement.

 

Rappelons qu'avant la fusion de 2002, le secteur de Glenmount, qui

regroupe environ 2000 citoyens et 458 immeubles, faisait partie de la

Ville de Montréal, et ce, depuis la fin du 19e siècle. En 2002, lors de

la fusion, le secteur a été intégré au nouvel arrondissement de

Mont-Royal. En janvier 2006, lors de la reconstitution de la Ville de

Mont-Royal, le secteur est resté au sein de la Ville de Montréal, dans

l'arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, comme le

stipulait la Loi 9, qui prévoyait l'intégrité des territoires d'avant la

fusion. Cependant, certains citoyens du secteur de Glenmount ont

manifesté leur volonté de faire partie intégrante de Ville Mont-Royal.

 

"Nous sommes conscients de la réaction de certains résidants de ce

secteur qui ont eu à vivre une transition inachevée lors du processus de

fusions municipales. Mais aujourd'hui, la situation a l'avantage d'être

claire pour la Ville de Montréal et pour l'arrondissement de

Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce" a expliqué le maire de Montréal.

 

Le maire de l'arrondissement CDN-NDG, tous les élus de l'arrondissement

et la Ville de Montréal s'engagent activement à maintenir et à

consolider des liens étroits avec les résidants du secteur afin de leur

offrir un milieu de vie de qualité. A preuve, en vertu d'une entente de

trois ans conclue entre l'arrondissement et Ville Mont-Royal, les

résidants de Glenmount peuvent bénéficier des services de sports, de

loisirs et de culture des deux municipalités. Dans leur démarche, les

élus comptent aussi apporter des solutions aux problèmes identifiés dans

ce secteur, comme la réduction de la vitesse à 40 kilomètres/heure,

l'amélioration de la sécurité au carrefour Canora/Jean-Talon, le

stationnement et l'amélioration du nettoyage des rues, du déneigement et

de la cueillette des ordures et du recyclage, entre autres.

 

Le processus d'annexion

 

"La recomposition du territoire de la Ville de Montréal étant complétée,

nous devons maintenant nous tourner vers l'avenir et travailler de

concert avec les citoyens à bâtir un environnement de vie de qualité qui

réponde à leurs besoins et à leurs espérances. Ultimement, il appartient

aux citoyens de Glenmount d'entreprendre quelque démarche que ce soit le

cas échéant. Il est également certain que si Ville Mont-Royal désire

manifester son intention d'étendre les limites de son territoire et au

ministère des Affaires municipales d'y donner suite, il appartient à la

mairesse de cette nouvelle ville de déclencher le processus référendaire

requis sur son territoire et au ministre des Affaires municipales d'y

donner suite", a ajouté le maire Tremblay.

 

Ainsi, le maire s'engage à traiter tous les citoyens de Montréal

équitablement, qu'ils soient de Glenmount ou de tout autre secteur, en

offrant le maximum de services sans alourdir le fardeau fiscal.

D'ailleurs, le taux de taxation du secteur de Glenmount était de 1,97 $

du cent dollars d'évaluation en 2002, alors qu'en 2006 il est passé à

1,53 $.

Link to comment
Share on other sites

ils sont trop ''riches'' pour faire partie de Côte-des-neiges.......ILS PEUVENT SÉCHER !!!!!!!

je m'en fou de savoir qu'ils vont à l'école etc à ville-mont-royal....ils font partie de montréal depuis plus de 100 et ils vont rester ici..pour le meilleur et pour le pire.....les riches vont devoir apprendre à vivre avec les moins riches de l'autre côté de la track.....en tout cas, j'ai vécu toute ma vie dans CDN et ça me frustre.....ils savent anyway que leurs maisons perdent de la valeur en faisant partie de CDN.....:mad:

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value