Gabmtl

Tramway de Laval

Recommended Posts

il y a 29 minutes, montrealgoalie a dit :

Il specifie aussi un tramway dans l'est de montreal, 2 tramways sur la rive sud

Mais ceux-là, on les connait. Le tramway (ou REM) de l'est, le tramway sur Taschereau et le tramway (sans nul doute la technologie qui sera choisie) dans l'axe du prolongement de la ligne jaune.

Pour moi, celui à Laval m'était méconnu.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Honnêtement, Laval a besoin de régler des problèmes d’infrastructure plus de base. Exemple: mettre des trottoirs et raccorder ses boulevards entre elles.
 

Laval est un collage de 27 villages et c’est vraiment apparent dans certains coins où les transports doivent prendre des détours puisqu’un boulevard se termine dans un champ mais il continue de l’autre bord du champs 😂

Cet argent serait mieux servi dans l’amélioration du métro ou d’un future REM. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je pense que François Legault mélangeait ensemble la notion de tramway pour en réalité la notion de REM. Le « tramway » de Laval est probablement le prolongement jusqu'au Terminus Carrefour  que la CAQ a mandaté CPDQ infra d'évaluer de même que l'extension tant voulu jusqu'à Chambly et le deuxième tramway sur la Rive-Sud est probablement celui envisagé sur Taschereau. Je pense que c'était juste un mélange de concept qui s'est passé.

Share this post


Link to post
Share on other sites

En même temps, les maires de la Rive-Nord ont demandé en 2018 des modes structurants (au moins des voies réservées, centrales ou non) sur des axes lavallois comme Des Laurentides et Concorde/Notre-Dame. Ces axes se prêteraient plutôt bien à des modes lourds et ont un achalandage considérable. L'ARTM étudie la possibilité d'implanter un mode structurant sur ces deux axes, sans plus de détails.

Je suis un grand partisan d'un mode lourd lavallois, que ce soit un tram ou un SLR, et j'ai même élaboré une vision pour un réseau complet de cinq lignes reliant la Rive-Nord, le métro et les quartiers de Laval. Vision que je partage publiquement depuis des mois et que je mets régulièrement à jour.

Alors, non seulement une mention du genre ne me surprend pas, mais je préfère m'en réjouir. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 2019-12-02 à 13:41, mtlurb a dit :

Honnêtement, Laval a besoin de régler des problèmes d’infrastructure plus de base. Exemple: mettre des trottoirs et raccorder ses boulevards entre elles.
 

Laval est un collage de 27 villages et c’est vraiment apparent dans certains coins où les transports doivent prendre des détours puisqu’un boulevard se termine dans un champ mais il continue de l’autre bord du champs 😂

Cet argent serait mieux servi dans l’amélioration du métro ou d’un future REM. 

De nos jours, même la Ville de Montréal ne "met" pas de trottoirs sur les rues secondaires de ses nouveaux quartiers résidentiels à basse densité  --par exemple dans l'arrondissement Saint-Laurent, rue Arthur-Villeneuve et semblables aux alentours.  A l'opposé, au moins jusqu'au début des années 1970,  certains quartiers de Laval, comme LDR, en étaient dotés.  Par ailleurs, en ce qui concerne le raccordement de boulevards, il faut établir une différence entre des segments qui n'ont aucun rapport entre eux, et ceux qui constituent réellement des axes et qui pour cette raison auraient avantage à être raccordés, mais qui ne l'ont pas encore été, parfois pour des considérations environnementales, par exemple le boulevard Dagenais entre la rue Francis-Hughes et le boulevard des Laurentides.  Sur le même sujet mais à Montréal, le raccordement non encore entrepris des deux segments du boulevard Cavendish demeure un triste exemple, même si ce ne sont pas des champs qui se dressent entre les deux.

J'en arrive au sujet principal du fil, soit l'opportunité de construire un tramway à Laval dans l'axe est-ouest, par rapport à ta préférence pour "une amélioration du métro ou d'un futur REM".   Deux considérations différentes (mais pas antinomiques) doivent être prises en compte:  

1)   La forte congestion des liaisons entre Montréal et Laval (ponts et ligne orange du métro) exige des correctifs majeurs.  Un prolongement de la branche "est" de la ligne orange n'y contribuerait pas; c'est plutôt un prolongement de la branche "ouest" jusque dans Chomedey qui ferait une différence.  La transformation en cours de la ligne de train de banlieue D-M en une branche (principale) du REM ne fera pas une grande différence pour les résidents de Laval, parce qu'elle ne fait qu'effleurer le territoire à l'extrême ouest; il faudrait une toute nouvelle ligne du REM (phase 2 ?) qui pénètre au coeur du territoire lavallois sans passer par l'ouest de Montréal.  

(Les deux "projets" ci-dessus répondent à un impératif, mais pas à l'autre, décrit ci-dessous en 2)

2) Les liaisons à l'intérieur du territoire de Laval doivent être renforcées considérablement, pour améliorer la cohésion entre les composantes du territoire et rendre possible l'éclosion d'un "centre" qui joue pleinement son rôle de point focal de la prestation de services "supérieurs", avec évidemment comme corollaire la création d'emplois qui s'y rattachent.  Il n'est guère possible d'accroître la capacité routière dans l'axe est-ouest, pour la partie centre-sud de l'Île.  Il faudra donc s'en remettre à des moyens de TEC plus performants que des lignes d'autobus (qui elles aussi sont contraintes par l'exiguité du réseau routier secondaire).  Des lignes de tramway dans les axes Concorde/Notre-Dame; Saint-Martin, A-440, et éventuellement Dagenais devraient être envisagées; évidemment, pour mailler le réseau, ça prendrait aussi des lignes dans les axes nord-sud, en commençcant par les boulevards des Laurentides pour le centre-est et Curé-Labelle pour le centre-ouest.

Alors, par où commencer?  -- Peut-être par un début de l'un et de l'autre, soit: 

1) un prolongement de la branche ouest de la ligne orange du métro jusque dans Chomedey, ou (alternativement, pas conjointement), si c'est plus expéditif, un tronçon d'un REM 2 dans l'axe de l'Autoroute des Laurentides.

2) un (seul) premier tronçon d'une ligne de tramway dans la partie centrale l'axe est-ouest  (qui ne rejoindrait absolument pas la station Sainte-Dorothée du REM, trop excentrée).

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Transports en commun: des projets de 720 millions à Laval

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

La STL rendra public mercredi un plan de développement de 720 millions sur 10 ans.

La Société de transport de Laval (STL) prévoit augmenter ses services d’autobus de 5 % par an, au cours des cinq prochaines années, et implanter des corridors de « bus à haut niveau de service » sur plusieurs grands boulevards afin de faciliter la mobilité des Lavallois à l’intérieur de leur île.

Publié le 11 décembre 2019 à 5h00

https://www.lapresse.ca/actualites/grand-montreal/201912/10/01-5253235-transports-en-commun-des-projets-de-720-millions-a-laval.php

Bruno Bisson
La Presse

La STL rendra public mercredi un plan de développement de 720 millions sur 10 ans qui vise à faire grimper la fréquentation de ses autobus de presque 30 % d’ici 2028.

Il prévoit l’ajout d’une centaine d’autobus au parc actuel de la STL (qui en compte 317), l’électrification accélérée des véhicules et la création de nouvelles voies réservées au transport collectif sur le boulevard des Laurentides ainsi que dans l’axe des boulevards de la Concorde/Notre-Dame.

En plus de favoriser des déplacements plus rapides en direction du centre de l’île Jésus, la STL prévoit améliorer les lignes existantes en y consacrant la moitié de ses ajouts de service. Les sommes nécessaires pour assurer ces améliorations durant les cinq premières années du plan sont déjà réservées par la Ville de Laval et la société de transport, a indiqué le président du conseil d’administration de la STL, Éric Morasse, en entrevue avec La Presse.

« Cela vient d’une volonté commune de commencer immédiatement la mise en place des mesures nécessaires pour qu’on atteigne les cibles de la politique de mobilité durable du gouvernement du Québec », explique-t-il.

Pour cela, on doit mieux répondre aux besoins d’une clientèle qui évolue, qui ne se déplace plus seulement aux heures de pointe, qui demande des services le soir, les fins de semaine, ou à contre-courant des périodes de pointe.

Éric Morasse, président du conseil d’administration de la STL

Selon lui, les usagers de la STL devraient percevoir la différence dès l’automne 2020, alors qu’un grand nombre de bus additionnels seront déployés sur des lignes existantes afin de réduire les intervalles de passage.

Aller « où on est moins bons »

« On veut aller travailler dans des zones où on est moins bons, ajoute le directeur général de la STL, Guy Picard. Dans les endroits où l’autobus passe aux heures, on va essayer de réduire ça à 30 minutes. Si l’autobus passe aux 30 minutes, on va peut-être descendre l’intervalle à 20. »

« Quand on demande à nos clients ce qu’ils pensent de nos services en périodes de pointe, poursuit M. Picard, ils sont généralement satisfaits. Mais quand on demande pour le service hors-pointe ou les fins de semaine, la note est beaucoup moins bonne. C’est à cela qu’on veut s’attaquer dans les prochaines années. »

Le plan stratégique 2019-2028 de la STL vise ainsi à répondre à ce changement de dynamique dans les déplacements, qui a suivi la lente transformation de Laval de ville-dortoir qu’elle était encore il y a 20 ans en un véritable pôle d’emploi métropolitain.

Les modèles prévisionnels du ministère des Transports du Québec estiment ainsi que d’ici 2031, les déplacements pour le travail vers Laval devraient augmenter deux fois plus vite que les déplacements effectués par les Lavallois vers d’autres secteurs de la métropole. Quant aux déplacements internes, ils devraient augmenter de 23,6 % d’ici 2031 par rapport à leur niveau de 2013.

« Cette tendance accentuera la pression pour desservir plus efficacement les déplacements internes à Laval, un marché beaucoup moins populaire pour lequel la STL était traditionnellement beaucoup moins performante. »

Un réseau intégré nécessaire

Dans son plan stratégique, la STL relève toutefois que pour donner des résultats tangibles, l’amélioration de ses services d’autobus locaux devra être accompagnée d’un développement majeur des réseaux de transports collectifs métropolitains qui traversent son territoire.

La STL réitère ainsi son appui aux demandes formulées par l’ensemble des villes de la banlieue nord de Montréal, en avril 2018, pour la création d’un deuxième lien de transport collectif « lourd » entre Laval et Montréal, et l’implantation de voies réservées aux autobus sur les autoroutes 13, 15, 19 et 440, « afin de décongestionner Laval et les Basses-Laurentides ».

Le directeur général de la STM, Guy Picard, dit avoir bon espoir que ces demandes formulées par l’ensemble de la région trouvent un écho favorable à Québec. Les études sur l’implantation des voies réservées sur les autoroutes sont déjà en cours ; les projets de « bus à haut niveau de service » de la STL sur les boulevards des Laurentides et de la Concorde font partie des projets d’infrastructures présentement évalués par l’Autorité régionale de transport métropolitain ; enfin, le gouvernement Legault a mandaté la Caisse de dépôt et placement du Québec pour qu’elle examine la possibilité d’étendre son futur Réseau express métropolitain jusqu’à Laval, dans l’axe de l’autoroute 15.

On attend des nouvelles au printemps prochain, affirme le directeur général.

Principaux projets

Autobus

La moitié du programme d’immobilisations ira à l’acquisition de 285 autobus, dont 178 serviront à remplacer les véhicules en fin de vie utile. Dès 2024, la STL n’achètera que des bus électriques, ce qui accélérera considérablement la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES). La STL prévoit une réduction de ses émissions de 45 % par kilomètre parcouru.

Bâtiments

Ce budget de 179,5 millions qui représente le quart du programme d’immobilisations sera essentiellement consacré aux projets de construction d’un nouveau garage et de maintien du patrimoine existant. L’ouverture du nouveau garage adapté aux besoins d’entretien et de recharge des autobus électriques, prévue en 2024, est au cœur de la stratégie d’électrification de la STL.

Voies réservées

La STL prévoit d’abord de terminer l’implantation des « mesures préférentielles pour bus » sur le boulevard Le Corbusier. Par la suite, des études seront entreprises en vue d’aménager des circuits de bus à haut niveau de service, sur des voies réservées en site propre, sur le boulevard des Laurentides et dans l’axe des boulevards de la Concorde/Notre-Dame. Le budget de 134 millions financera les coûts d’infrastructures et des remplacements d’abribus.

Autres projets

Une somme de 44 millions est prévue pour l’achat d’équipements embarqués pour bus (caméras, GPS, etc.) et le développement de systèmes d’aide aux opérations.

Source : STL

Share this post


Link to post
Share on other sites

On parle d'un projet encore peu défini, différentes technologies suggérées. "Mode de transport structurant - Laval (lien est-ouest)" pourrait être un titre plus approprié en attendant d'avoir plus d'information.

Ce qui me semble le plus atteignable rapidement serait le SRB sur l’axe des boulevards de la Concorde/Notre-Dame, qui connecterait à une hypothétique station de REM sur l'A15 et la station intermodale de la Concorde.

Le 2019-12-02 à 13:41, mtlurb a dit :

Honnêtement, Laval a besoin de régler des problèmes d’infrastructure plus de base. Exemple: mettre des trottoirs et raccorder ses boulevards entre elles.
 

Laval est un collage de 27 villages et c’est vraiment apparent dans certains coins où les transports doivent prendre des détours puisqu’un boulevard se termine dans un champ mais il continue de l’autre bord du champs 😂

Cet argent serait mieux servi dans l’amélioration du métro ou d’un future REM. 

Ce sont des objectifs qui ne sont pas mutuellement exclusifs. Le développement de la ligne Mascouche, malgré tous ces défauts, c'est accompagnée de parachèvements de boulevards et la constructions de trottoirs dans l'est de Montréal.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 2019-12-06 à 15:08, LeTravailleur a dit :

Je suis un grand partisan d'un mode lourd lavallois, que ce soit un tram ou un SLR, et j'ai même élaboré une vision pour un réseau complet de cinq lignes reliant la Rive-Nord, le métro et les quartiers de Laval. Vision que je partage publiquement depuis des mois et que je mets régulièrement à jour.

Tu l'as publié ici?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.