Jump to content

Une filiale de la Laurentienne achète Fiducie AGF


ChrisDVD
 Share

Recommended Posts

Un thread pour toutes les nouvelles dans le monde des affaires de Montréal.

Est-ce que quelqu'un pourrait changer le titre du thread s.v.p. ?

 

 

Une filiale de la Laurentienne achète Fiducie AGF

06 juin 2012

 

Une filiale de la Banque Laurentienne (T.LB), B2B Trust, et la Société de Gestion AGF (T.AGF.B) ont annoncé mercredi la conclusion d'une entente selon laquelle B2B Trust fera l'acquisition de la totalité d'AGF dans le cadre d'une transaction d'achat d'actions.

 

B2B Trust fera l'acquisition de Fiducie AGF pour une contrepartie au comptant correspondant à la valeur comptable nette de la société au moment de la clôture, soit environ 242 millions de dollars.

 

Fiducie AGF fournit actuellement des CPG, des dépôts à terme, des prêts investissements et des prêts hypothécaires garantis par l'entremise de 20 500 conseillers financiers et 1050 courtiers hypothécaires à la grandeur du pays.

 

L'entente prévoit également le versement d'une contrepartie conditionnelle d'au plus 20 millions sur cinq ans si la qualité du crédit respecte certains critères. En outre, B2B Trust fera en sorte, immédiatement après la clôture, que Fiducie AGF rembourse la dette subordonnée due à la Société de Gestion AGF Limitée et rachète les actions privilégiées détenues par celle-ci, pour une contrepartie totalisant 173,5 millions.

 

La transaction devrait se conclure en août 2012, sous réserve des avis et approbations réglementaires.

 

À la date de clôture, les actifs de Fiducie AGF devraient s'élever à environ 3,8 milliards et comprendront essentiellement l'encaisse et des valeurs mobilières négociables de 700 millions, et des prêts de détail d'environ 3,1 milliards.

 

L'intégration des activités, prévue pour 2013, devrait donner lieu à des charges non récurrentes de 30 millions à 35 millions. Il est prévu que, grâce cette transaction, le résultat net de la Banque augmente d'environ 28 à 30 millions annuellement à compter de 2014.

 

http://affaires.lapresse.ca/economie/services-financiers/201206/06/01-4532218-une-filiale-de-la-laurentienne-achete-fiducie-agf.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_BO4_la_2343_accueil_POS2

 

La Caisse investit 100 millions dans la Banque Laurentienne

 

La Caisse de dépôt et placement du Québec annonce un investissement de 100 millions de dollars en capital-actions dans la Banque Laurentienne.

 

La Banque Laurentienne (T.LB) poursuivra ainsi sa croissance et renforcera sa présence sur les marchés à l'échelle du pays.

 

«La Banque Laurentienne fait partie du paysage québécois depuis plus de 165 ans et a réussi à se tailler une place sur les marchés financiers canadiens, notamment en exploitant une filiale de distribution de services bancaires. Aujourd'hui, la Caisse devient partenaire de cette banque en croissance dont la performance des dernières années est gage d'un avenir prometteur et de rendements attrayants pour nos déposants», a indiqué Normand Provost, premier vice-président, Placements privés à la Caisse.

 

«Nous sommes très heureux de pouvoir compter sur la participation de la Caisse de dépôt et placement du Québec comme actionnaire de la Banque Laurentienne», a indiqué Réjean Robitaille, président et chef de la direction de la Banque Laurentienne.

 

La Banque Laurentienne exploite le troisième plus important réseau de succursales bancaires au Québec.

 

http://affaires.lapresse.ca/economie/services-financiers/201206/06/01-4532231-la-caisse-investit-100-millions-dans-la-banque-laurentienne.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_BO4_la_2343_accueil_POS1

Edited by ChrisDVD
Link to comment
Share on other sites

Genivar triple sa taille

Publié le 07 juin 2012 à 16h19

Philippe Mercure

 

C'est une grosse, très grosse bouchée qu'a annoncée hier Genivar après la fermeture des marchés. Avec l'aide de la Caisse de dépôt et de l'Office d'investissement du Régime de pensions du Canada (OIRPC), la firme de génie québécoise avale WSP Group, une entreprise britannique qui fait presque deux fois sa taille.

 

La transaction, d'une valeur de 442 millions de dollars, a déjà reçu l'aval du conseil d'administration de WSP. Genivar affirme aussi avoir déjà l'appui de 35% des actionnaires. Geniva promettait depuis un moment de frapper un grand coup et hisser ses revenus à 1,5 milliard d'ici 2014.

 

«Cette transaction capitale représente une étape clé dans l'histoire de Genivar. L'alliance de nos entreprises entraînera la création de l'une des plus grandes firmes de services professionnels du monde», a dit Pierre Choiry, par voie de communiqué.

 

Genivar s'expliquera davantage aujourd'hui en conférence de presse.

 

La supertransaction rappelle en plusieurs points le coup d'éclat annoncé la semaine dernière par CGI, qui avait aussi décidé d'acheter une entreprise plus importante qu'elle au Royaume-Uni avec le support de la Caisse de dépôt.

 

Cette fois, la Caisse et l'OIRPC injectent chacun 98,5 millions dans Genivar, faisant passer leur participation à 14,6% chacun. Les deux caisses de retraite avaient aussi injecté chacune 80 millions dans Genivar en décembre.

 

Avec cette transaction, Genivar se hisse parmi les 20 plus grands groupes de génie-conseil du monde. Le nombre d'employés bondira de 5500 à 14 500. Le chiffre d'affaires combiné des deux entreprises s'élève à 1,8 milliard, comparativement à 652 millions pour Genivar actuellement.

 

Genivar offrira 4,35 livres sterling pour chaque action de WSP, une prime de 67% par rapport au prix de clôture de mercredi. En incluant les engagements envers les régimes de retraite, la transaction atteint 637 millions.

 

La transaction sera payée comptant, notamment grâce à l'appui de la Caisse et de l'OIRPC. Genivar a aussi négocié une nouvelle marge de crédit de 400 millions.

 

Créer des leaders mondiaux

 

Après deux gros coups en deux semaines, que nous réserve maintenant la Caisse?

 

«On ne fera quand même pas des annonces de cette ampleur-là tous les jours au cours des prochaines semaines», a répondu en riant à La Presse Affaires Normand Provost, premier vice-président, placements privés, à la Caisse.

 

Plus sérieusement, M. Provost a expliqué que la Caisse souhaitait épauler les entreprises québécoises dans leurs projets d'expansion au moment où les marchés sont capricieux et les capitaux parfois difficiles à trouver.

 

«Je trouve tellement intéressant de voir nos entreprises québécoises se positionner sur l'échiquier international et devenir des leaders mondiaux. Et nous, quand on peut donner un petit coup de pouce, on le fait», a dit M. Provost.

 

Genivar, qui dit avoir mijoté cette transaction pendant plusieurs mois, a jeté son dévolu sur WSP pour une raison simple: la britannique est présente dans les mêmes secteurs d'affaires qu'elle, mais occupe des marchés géographiques différents.

 

«L'Europe du Nord, le Royaume-Uni, l'Autralie, l'Inde... Ils sont partout où nous ne sommes pas», a résumé la porte-parole de Genivar, Isabelle Adjahi. Genivar est surtout présente au Canada, avec des activités en France, en Colombie, à Trinité-et-Tobago et aux États-Unis.

 

Quant aux secteurs d'activité, Genivar et WSP ont des savoir-faire étonnamment similaires, que ce soit le bâtiment, l'énergie, l'environnement ou le transport.

 

Comme c'est souvent le cas en ingénierie, l'offre de Genivar, loin d'être hostile, résulte plutôt d'une négociation entre les deux partis. La raison en est simple: les principaux actifs des firmes de génie-conseil sont les employés, et ceux-ci sont très mobiles et peuvent faire défection si la culture de leur nouvelle entreprise ne leur plaît pas.

 

«Le plus important pour nous, c'est que les valeurs et la culture d'entreprise de WSP correspondent aux nôtres», dit d'ailleurs Isabelle Adjahi au sujet de la transaction.

 

Le président de WSP, Christopher Cole, deviendra d'ailleurs président du conseil de Genivar.

 

Genivar affirme que la décision d'acheter au Royaume-Uni n'a pas été motivée par l'incertitude et les difficultés économiques qui frappent actuellement l'Europe.

 

Annoncée après la fermeture des marchés, la transaction n'a pas influencé le titre de Genivar, qui a perdu 4 cents, ou 0,16% hier, pour clôturer à 25,05$.

 

http://affaires.lapresse.ca/economie/quebec/201206/07/01-4532764-genivar-triple-sa-taille.php

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value