IluvMTL

ville-marie Partie ouest du site Radio-Canada (Devimco)

Recommended Posts

Pinned posts
5 hours ago, IluvMTL said:

Une entente est intervenue entre Devimco et le Groupe Mach, propriétaire des terrains de Radio-Canada, afin de planifier et développer la partie ouest de ce site.

image.png 8.64_devimco_immobilier_inc.pdf 1.05 MB · 19 downloads

 

« Il est important de noter que l'encadrement est généralement jugé confortable lorsque la hauteur des bâtiments est de 2 à 2,5 fois celle de la largeur de la rue.1 Tel qu’illustré sur ces coupes schématiques, la largeur de l’emprise du boulevard René-Lévesque (±40 mètres) est importante et requière un encadrement bâti d’environ 65 mètres de hauteur pour assurer la création d’un environnement urbain convivial pour tous les modes de déplacements. »

Intéressant, je me demande sur quoi on se base pour quantifier cet « encadrement confortable ».

En espérant que Devimco pense aux futurs écoliers du coin, et que l'entrepreneur soit pro-actif dans l’apport d’un espace pour une école, si besoin il y a ( avec la coordination gouvernementale nécessaire). 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Du mémoire de Devimco pour le Secteur des Faubourgs

CONCLUSION

Le PPU des Faubourgs offre une occasion unique d’orienter la planification de ce secteur déstructuré de la ville afin de répondre aux nombreux enjeux de développement urbain actuels tout en prévoyant ceux à venir. À la lumière des attentes soulevées par les citoyens au cours des dernières semaines, la requalification des sites de Radio-Canada et de Molson doit assurer une réponse à tous les enjeux.
Il apparaît cependant évident que plusieurs parties prenantes auront un rôle important à jouer dans la réussite de ce PPU, dont la Ville dans l’élaboration du PPU et le réaménagement des espaces publics, notamment les grands boulevards urbains que sont René-Lévesque et Ville-Marie. Les investissements publics requis pour ces réaménagements ainsi que pour la création de nouveaux espaces publics sont intimement liés à la création d’un environnement économique favorable requis pour assurer une requalification durable des grands sites de Molson et Radio-Canada.

Devimco, en tant que promoteur et partenaire corporatif dans le développement du site de Radio-Canada, s’engage quant à lui à planifier un projet socialement acceptable, économiquement viable et respectueux des enjeux environnementaux. Pour ce faire, la réglementation d’urbanisme, dont le PPU, doit permettre une flexibilité dans le développement afin de favoriser la création d’un milieu de vie complet basé sur un projet durable. Ainsi, Devimco fait les recommandations suivantes à l’OCPM et la Ville pour l’élaboration du PPU des Faubourgs :

1. Autoriser une densité élevée, en termes de hauteur et de COS, permettant de rentabiliser les investissements requis pour le redéveloppement et de créer un environnement bâti adapté au contexte urbain montréalais.

2. Mettre en place les dispositions créant un potentiel de développement élevé afin de permettre une mixité des fonctions répondant aux besoins de la population actuelle autant que future et de favoriser la mobilité entre les quartiers du secteur des Faubourgs.

3. Autoriser la construction en hauteur aux abords des grands boulevards que sont René-Lévesque et Ville-Marie pour créer un encadrement bâti à leur échelle et permettant de rétablir ces boulevards en tant qu’espace public à part entière.

Des recommandations qui, nous sommes persuadés, permettront de créer un quartier des Faubourgs unifiés et profitant de sa position stratégique à l’entrée est de la ville et aux abords du fleuve pour s’établir comme milieu de vie de qualité, dynamique, à échelle humaine et répondant aux enjeux contemporains de développement urbain.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quand on lit à travers les termes galvaudés et qu'on enlève toutes les figures de style et autres bullshit poétique de contexte urbain mixte à l'échelle humaine de l'espace public de qualité de vie dynamique contemporaine, voici les points de Devimco

1. Nous permettre de faire de l'argent

2. Nous permettre de faire encore plus d'argent

3. Voir points précédents.

C'est leur rôle, c'est normal, c'est leur objectif; je ne leur en veut pas de vouloir rentabiliser au maximum : ils sont là pour ça, en toute objectivité. Ce qui m'enrage c'est quand on remplit un nid de poule avec des pétales de roses. Bref. Z'aurez compris mon éditorial. :D 

Share this post


Link to post
Share on other sites
20 hours ago, Marc90 said:

Quand on lit à travers les termes galvaudés et qu'on enlève toutes les figures de style et autres bullshit poétique de contexte urbain mixte à l'échelle humaine de l'espace public de qualité de vie dynamique contemporaine, voici les points de Devimco

1. Nous permettre de faire de l'argent

2. Nous permettre de faire encore plus d'argent

3. Voir points précédents.

C'est leur rôle, c'est normal, c'est leur objectif; je ne leur en veut pas de vouloir rentabiliser au maximum : ils sont là pour ça, en toute objectivité. Ce qui m'enrage c'est quand on remplit un nid de poule avec des pétales de roses. Bref. Z'aurez compris mon éditorial. :D 

Bof je ne suis pas d'accord avec ton jugement, je crois que ça démontre une certaine professionnalisme de Devimco. 

J'espère que quand tu es en entrevue pour un job et que ton employeur potentiel te demande quels sont vos objectifs, tu ne responds pas "faire plein de cash".

Share this post


Link to post
Share on other sites

La construction en hauteur et la densification par le haut, c'est inévitablement à l'avantage des promoteurs, mais ironiquement plus à l'avantage de la ville aussi. A contrario, des duplex et triplex sur des terrains de cette valeur devraient être vendus une fortune pour être rentabilisés. Ça finirait par être accessible aux seuls riches. On serait loin de la mixité voulue.

Donc, la ville aurait avantage à autoriser les hauteurs en échange de considération de qualité architecturale et de matériaux, en plus d'assurer une accessibilité budgétaire raisonnable pour au moins une partie du projet.

Ça ferait plein de sens.

À moins que la ville devienne promoteur et finance des projets "à échelle humaine" à perte pour les offrir aux bourses modestes. Ce serait engrenage dangereux.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il va falloir qu'on m'explique en quoi c'est plus dangereux que le far west de pauvreté qualitative dans lequel on s'est permis de laisser des promoteurs jouer dans les 20 dernières années. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je m’explique mal l’attitude négative et les downvotes dirigés vers Marc. Son point fait plein de sens pour moi: devinco cherche à maximiser son profit à l’intérieur des paramètres imposés par la réglementation , qui est ici la vraie fautive du manque d’ambition/qualité.

on ne blâme pas le chien parce qu’il mord, on blâme le maître...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Faites attention par contre. Oui le profit est l'intérêt premier des promoteurs, mais ils ont aussi un rôle à jouer en tant que citoyen corporatif et en tant que partie prenante dans notre ville. Devimco a de l'argent à faire, c'est indéniable, mais ils ont aussi une responsabilité sociale. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Similar Content

    • By IluvMTL
      https://idu.quebec/fr/evenements/detail/sylvain-fortier-chef-de-linvestissement-et-de-linnovation-ivanhoe-cambridge-et-panel/10627
      ÉVÉNEMENTS
      Sylvain Fortier, Chef de l'investissement et de l'innovation, Ivanhoé Cambridge et invités
      Les dernières années ont été synonymes de transformation pour le centre-ville de Montréal, comme en témoignent les nombreux projets qui s’y sont entrepris depuis 5 ans. Cœur de la métropole, le centre-ville se doit de demeurer attractif, compétitif. Il se veut en constante évolution, toujours en mode séduction.
      Au moment même où la ville accélère ses investissements dans la mise à niveau des infrastructures, où de nouveaux modèles d’affaires émergent et où les grands propriétaires investissent des sommes considérables dans leurs bâtiments, c’est un nouveau centre-ville que l’on voit émerger. Les consommateurs adoptent et modifient leurs habitudes de consommation et stimulent une réflexion plus pertinente que jamais : qu’est-ce qui doit caractériser ce nouveau centre-ville, à la fois pour le résident, le consommateur, le travailleur et le touriste?  Comment aménager des espaces et des milieux de vie attrayants qui les attirent et surtout quelles sont les stratégies de rétention pour les garder?
      Pour la première fois à sa tribune, l’IDU se réjouit d’accueillir Sylvain Fortier, Chef de l’investissement et de l'innovation pour Ivanhoé Cambridge afin de répondre à toutes ces questions et animer un panel composé de Philippe Demers, CEO & Creative Director, MASSIVart, Anne-Marie Hubert, Associée Directrice, Québec pour EY et François Lacoursière, Chef de la direction marketing, associé principal, Sidlee. 
      ANIMATION DU PANEL:
      Sylvain Fortier
      Chef de l'investissement et de l'innovation
      Ivanhoé Cambridge
      PANEL: 
      Philippe Demers
      CEO & Creative Director
      MASSIVart
      Anne-Marie Hubert
      Associée Directrice, Québec
      EY
      François Lacoursière
      Chef de la direction marketing, 
      associé principal
      Sidlee
      Événement présenté par
      Commanditaires principaux
    • By acpnc
      Publié le 19 janvier 2018 à 06h29 | Mis à jour à 06h29
      http://www.lapresse.ca/affaires/economie/immobilier/201801/19/01-5150616-un-terrain-vendu-100-millions-au-centre-ville-de-montreal.php
      Un terrain vendu 100 millions au centre-ville de Montréal
      Le terrain de 135 000 pieds carrés est bordé par le boulevard Robert-Bourassa, la rue Saint-Jacques, la rue Notre-Dame et la rue Gauvin.
      Photo Ivanoh Demers, La Presse
      André Dubuc
      La Presse   Le promoteur Broccolini vient de mettre la main sur un des terrains les plus en vue à l'entrée du centre-ville de Montréal, pour la somme faramineuse de 100 millions de dollars.
      Le terrain de 135 000 pieds carrés est bordé par le boulevard Robert-Bourassa, la rue Saint-Jacques, la rue Notre-Dame et la rue Gauvin. Il donne sur la nouvelle entrée de la ville, l'ancienne autoroute Bonaventure devenue un boulevard urbain aux oeuvres d'art monumentales.
      « C'est une transaction fracassante, commente Noémie Lefebvre, conseillère principale en immobilier et spécialiste des terrains au Groupe Altus, à qui La Presse a parlé jeudi. En termes de valeur, une vente de terrain à 100 millions, c'est du jamais vu. »
      740 $
      Prix de vente du terrain au pied carré La vente de terrain la plus importante dans l'île de Montréal auparavant avait été celle d'un terrain de 2 millions de pieds carré, voisin du centre Fairview Pointe Claire, acheté au prix de 48 millions par Ivanhoé Cambridge en 2013, selon une compilation d'Altus. En 2017, le groupe Brivia, promoteur des condos YUL, avait acheté un terrain de 40 000 pieds carrés à l'angle du boulevard René-Lévesque Ouest et de la rue Guy pour 27,5 millions. Fin 2016, le terrain de l'ancien Children's Hospital, d'environ 150 000 pieds carrés, avait été vendu 25 millions. Le terrain de 100 millions a longtemps été contrôlé par Magil Laurentienne, qui a fait la promotion de différents projets sur ce lieu au fil des ans. 
      Le projet Univers, annoncé en août 2012, prévoyait la construction de 500 condos à l'est, et de bureaux dans la partie ouest. Le projet d'une valeur de 350 millions a été abandonné un an plus tard. 
      COMPLEXE À VOCATION MIXTE
      Broccolini, pour sa part, projette de construire un complexe faisant jusqu'à 1,5 million de pieds carrés à vocation mixte, soit des bureaux, des logements et des locaux commerciaux. 
      Le nouveau propriétaire connaît bien les lieux puisqu'il entame la construction d'une tour de 35 étages au 628, rue Saint-Jacques, tout juste à l'ouest de sa nouvelle acquisition.
      Broccolino est un important promoteur et entrepreneur en construction. Il a construit L'Avenue, une tour de 50 étages, en face du Centre Bell et il bâtit actuellement la nouvelle Maison de Radio-Canada, angle Papineau et René-Lévesque Est. Il gère aussi un portefeuille de 40 propriétés totalisant 6 millions de pieds carrés.
    • By MartinMtl
      Lien ici:
       
      http://www.pps.org/info/newsletter/From_Place_to_Place_Part_Two/touring_the_worlds_finest_streets
    • By ScarletCoral
      https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1171725/station-metro-montreal-ligne-verte-renovations
      La station Beaudry change de visage, mais la métamorphose est loin d'être terminée
      Publié aujourd'hui à 4 h 53
      Mis à jour aujourd'hui à 5 h 11

      Des travaux majeurs étaient rendus nécessaires à la station Beaudry en raison de nombreuses infiltrations d'eau. Photo: Radio-Canada / Ivanoh Demers
      Jérôme Labbé
      Fermée depuis le 1er octobre, la station Beaudry, sur la ligne verte du métro de Montréal, rouvrira comme prévu le lundi 3 juin, et ce, même si les travaux sont loin d'être finis. Visite de chantier.
      « C'est sûr qu'il n'y aura pas un "effet wow" », prévient Simon Brossard, surintendant au bureau de projet de la Société de transport de Montréal (STM).
      À première vue, rien n'indique que Beaudry sera prête pour la réouverture prévue dans 10 jours : des débris de chantier traînent un peu partout, des fils pendent du plafond et les tourniquets, entassés dans un coin, attendent toujours d'être réinstallés.
      Pourtant, les usagers seront admis de nouveau dans cette station de la ligne verte dès 5 h 30 le matin du 3 juin, confirme M. Brossard.
      Il avait déjà été décidé de rouvrir la station dès que la sécurité de la clientèle et des opérations pourrait être assurée, répétera-t-il à quelques reprises lors de notre passage.
      La finition architecturale, elle, attendra. Les travaux se poursuivront pendant 10 mois, jusqu'en mars 2020. De nuit, surtout.

      Des échafaudages sont utilisés la nuit venue pour réparer les fissures qui se sont formées dans la structure de béton qui forme le tunnel où passent les trains. Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers
      Entre-temps, les usagers devront se faufiler entre les échafaudages et se contenter d'un seul escalier le long des tapis roulants.
      Ces derniers devraient toutefois être fonctionnels le 3 juin. Et, grande nouveauté : les tapis pourront tous deux fonctionner en montée, ce qui n'était pas le cas auparavant.

      Le filage de la station, qui se trouvait auparavant sous les escaliers, a été déplacé au-dessus des tapis roulants. Ces fils disparaîtront dans les prochains mois sous un nouveau plafond suspendu. Les panneaux d'aluminium, eux, ne reviendront pas. Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers
      Les tapis roulants de Beaudry – qui relient la mezzanine, où se trouve la loge du changeur, et la passerelle, qui surplombe les rails du métro – sont non seulement les éléments les plus emblématiques de la station, mais ce sont aussi les seuls trottoirs mécaniques du réseau.
      Pourquoi un tapis roulant à Beaudry?
      La station Beaudry ne figurait pas dans les plans originaux de la ligne verte du métro de Montréal. Mais il en a été décidé autrement en 1963, en raison de la trop grande distance entre les stations Berri-de-Montigny (aujourd'hui Berri-UQAM) et Papineau. Et c'est au coin des rues Sainte-Catherine Est et Beaudry que les décideurs ont finalement choisi de la construire, là où se trouvait déjà une longue rampe d'accès utilisée par les camions pour transporter le roc excavé.
      Une fois le tunnel de la ligne verte terminé, cette rampe d'accès a été transformée en voûte et équipée de tapis roulants, la pente étant trop faible pour y installer des escaliers mécaniques standards. C'est aussi pour cette raison que la STM rechigne à construire un ascenseur qui permettrait aux personnes à mobilité réduite d'accéder à la station, au grand dam de celles-ci.
      Cette voûte de 75 mètres de long est au coeur des raisons qui ont poussé la STM à fermer complètement la station en octobre – une stratégie rarement utilisée.
      « Des infiltrations d'eau menaçaient l'intégrité structurale de la voûte », explique Simon Brossard. Des dépôts de calcaire s'étaient notamment formés sur les panneaux d'aluminium fixés au plafond de la voûte, symptôme évident d'une structure ayant perdu une bonne partie de son imperméabilité.
      Les panneaux ont été retirés, et des injections de polyuréthane ont été pratiquées dans le béton pour remplir les fissures qui s'étaient formées au fil du temps.
      La rue Beaudry a également été excavée pour permettre aux travailleurs de changer une membrane bitumineuse, posée par-dessus la structure de béton, afin d'empêcher les infiltrations d'eau.

      La nouvelle membrane bitumineuse sera posée sur le béton cet été. La rue Beaudry sera ensuite rouverte à l'automne entre la rue Sainte-Catherine Est le boulevard De Maisonneuve. Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers
      Mais en plus des travaux visant à assurer l'étanchéité de la structure, les ingénieurs de la STM ont voulu profiter de l'occasion pour offrir une véritable cure de jeunesse à une station de métro vieille de 52 ans.
      Les portes de l'édicule ont été changées; l'éclairage a été refait; et les escaliers, dont les paliers avaient été construits en pente, ont été redressés pour répondre aux normes en vigueur.
      Mais il reste encore beaucoup à faire, notamment en ce qui concerne le quai et la passerelle.

      La rénovation de la station de métro Beaudry a permis à la STM de procéder à plusieurs types de travaux en différents endroits. En voici quelques-uns. Photo : STM
      Le revêtement mural, par exemple, renouera à terme avec le concept architectural d'origine : des tuiles rouges, beiges et brunes.
      Sur le quai, la signalétique sera actualisée, mais les bancs, eux, resteront les mêmes. « Ça, ça fait partie du patrimoine », explique Simon Brossard. Une couche de peinture leur donnera cependant un nouveau lustre.
      Même chose pour l'oeuvre d'art de la station, une série de colonnes arc-en-ciel érigées près de l'entrée, en plein coeur du Village gai. Elles seront repeintes.

      À Montréal, une oeuvre d'art est exposée dans chaque station de métro. Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers
      Ce chantier est coordonné en partenariat par le bureau de projet de la STM et l'entrepreneur général, la compagnie MGB Associés, qui a remporté l'appel d'offres de construction avec une soumission de quelque 23 millions de dollars.
      Jusqu'à maintenant, les travaux se déroulent rondement, assure Simon Brossard. Tant le calendrier que le budget sont respectés.
      Mais le chantier comporte son lot de défis. La station est étroite, longue, profonde : à environ 30 mètres sous le niveau du boulevard De Maisonneuve, c'est l'une des plus profondes du réseau, avec la station Charlevoix.
      Sans compter le fait que les trains n'ont jamais arrêté de circuler dans le tunnel, ce qui a obligé la STM à maintenir des dispositifs de sécurité au cas où un train devrait effectuer un arrêt d'urgence à Beaudry.
      La voûte, par exemple, a dû être scindée en deux : pendant que l'une était transformée en chantier, l'autre devait permettre la libre circulation des personnes, et vice versa.

      Les boules multicolores ont refait leur apparition depuis quelques semaines sur la rue Sainte-Catherine Est, devant la station de métro Beaudry. Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers
      La présence d'un seul édicule pour accéder à la station a également donné d'importants maux de tête aux ingénieurs, qui ont tenté en vain de trouver des solutions qui auraient pu éviter de devoir fermer la station pendant huit mois. Une demi-douzaine d'autres scénarios ont été étudiés.
      La STM a finalement opté pour une fermeture entre les mois d'octobre et mai, notamment parce que, contrairement à la plupart des autres stations du réseau, l'achalandage de Beaudry est plus important pendant l'été que durant le reste de l'année.
      Sa réouverture coïncidera avec le début de la saison touristique, une période cruciale pour les commerçants du Village, qui voient la rue Sainte-Catherine Est transformée en artère piétonne chaque année, du début mai à la fin septembre.
       
    • By IluvMTL
      http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=7317,79867570&_dad=portal&_schema=PORTAL
      Conseil du 5  decembre
      CA: 40.25
      · Un rez-de-chaussée commercial (3 commerces)
      · 94 unités résidentielles aux étages supérieurs;
      · 2 niveaux de stationnement souterrain pour un total de 41 unités automobiles et 40
      emplacements de vélo.
      · 14 emplacements extérieurs pour vélo