Jump to content

le-sud-ouest Modification du règlement d'urbanisme pour la transition écologique


Recommended Posts

L'arrondissement du Sud-Ouest lance une consultation écrite pour faciliter la transition écologique en modifiant plusieurs règlements, dont l'obligation d'avoir des bornes de recharches électriques, l'interdiction de toit d'asphalte, etc.

https://montreal.ca/articles/consultations-ecrites-dans-le-sud-ouest

« Consultation écrite du 17 au 31 juillet portant sur le Règlement modifiant le Règlement d’urbanisme (01-280), le Règlement sur les plans d’implantation et d’intégration architecturale (RCA07 22019), le Règlement sur les tarifs (RCA19 22012) et le Règlement sur les certificats d’autorisation (RCA11 22007) de l’arrondissement Sud-Ouest, pour une transition écologique. »

image.png
 

 

 

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By mtlurb
      via newswire
      Projet du 2175 Saint-Patrick devant l'OCPM - Les maires Coderre et Dorais maintiennent le projet en vie
      MONTRÉAL, le 25 janv. 2016 /CNW Telbec/ - Le maire de Montréal, Monsieur Denis Coderre, et le maire de l'arrondissement du Sud-Ouest, Monsieur Benoit Dorais, ont tous deux accepté la demande pressante des citoyens et organismes de logements de Pointe-Saint-Charles pour sauver leur projet de construction au 2175, rue Saint-Patrick. Ils conviennent donc, qu'advenant le dépôt par le promoteur d'une demande en vertu de l'article 89,3 de la Charte de la Ville de Montréal, celle-ci serait regardée d'un œil favorable.
       
      « Comme maire de Montréal, j'ai la responsabilité de m'assurer que tous les citoyens aient une opportunité de s'exprimer avant que l'on décide de la vie ou de la mort d'un projet. Je déplore que, concernant le projet de construction du 2175, rue St-Patrick, les élus de Projet Montréal du Sud-Ouest ont décidé de l'enterrer avant même qu'il soit rendu public et sans aucune consultation », a déclaré Denis Coderre.
       
      « L'Office de consultation publique de Montréal (OCPM) permettra à tous les intéressés, citoyens et organismes, de se prononcer. Il donnera la chance au processus démocratique d'aller de l'avant, processus qui est actuellement bloqué. Je crois que le maire de Montréal a bien compris les enjeux d'accessibilité au logement social et du développement pour tous », a déclaré le maire de l'arrondissement du Sud-Ouest Benoit Dorais.
       
      Le projet mixte du 2175, rue Saint-Patrick
       
      Le projet du 2175 Saint-Patrick propose un important volet de logements et d'espaces communautaires. « Chez Bâtir son quartier, un groupe de ressources techniques, nous soutenons les organismes communautaires concernés par ce projet, dont la Maison Saint-Charles et le comité logement de Pointe-St-Charles, le RIL et la Société d'Amélioration de Pointe-Saint-Charles (SOCAM) qui serait notamment responsables des logements communautaires », a expliqué Benoit Ferland, agent de développement chez Bâtir son Quartier.
       
      Le projet mixte comptera environ 185 unités de condos et 77 unités de logement social, soit 29% du projet, bien au-delà des 15% que l'on demande habituellement. S'ajouteront également plus de 25 000 pi2 d'espace de bureau pour installer des organismes communautaires, notamment ceux qui se retrouveront à la rue l'an prochain lorsque la Commission scolaire de Montréal (CSDM) aura repris ses locaux. Ces espaces permettaient la pérennité des services communautaires ainsi que le maintien de 80 emplois dans le quartier.
       
      C'est une opportunité qu'il faut savoir saisir selon Murielle Sauvé, directrice générale du RIL-SOCAM, le Regroupement information logement et la Société d'amélioration de Pointe-Saint-Charles, qui rappelle que son organisme a déposé quelques 500 lettres d'appui au projet toutes signées par des résidents du quartier. « Dans le contexte de coupures et d'austérité actuel, nous nous sommes pris en main et nous avons développé un projet pour combler une partie des besoins du quartier. Nous avons travaillé en partenariat avec les groupes du quartier et même avec le propriétaire du terrain. Ce projet est exemplaire et il fait notre fierté! », a-t-elle déclaré. « Ce projet doit aller de l'avant! »
       
       
       
      SOURCE Ville de Montréal - Cabinet du maire et du comité exécutif
       
      Renseignements : Source : Catherine Maurice, attachée de presse, Cabinet du maire et du comité exécutif, 514 346-7598; Pour renseignements : Marie otis, Directrice de cabinet du Maire Benoit Dorais, 514 984-7333
    • By Fortier
      Merci à @slanctot et @charley_lec pour les informations.
      Nouvelle phase du District Griffin
    • By acpnc
      14 janvier 2021 | mise à jour le: 14 janvier 2021 à 15:54
      Par: Nicolas Brasseur
      Des logements sociaux pour les femmes autochtones dans le Sud-Ouest
      https://journalmetro.com/local/sud-ouest/2599278/des-logements-sociaux-pour-les-femmes-autochtones-dans-le-sud-ouest/
      Photo: Nicolas BrasseurUn logement social de 23 unités verra le jour dans un bâtiment patrimonial du Sud-Ouest.
      Le Foyer pour les femmes autochtones de Montréal construira 23 unités de logements sociaux et communautaires dans un bâtiment patrimonial de la rue des Seigneurs, dans Le Sud-Ouest.
       
      Le projet, qui concerne les femmes autochtones, pourra se réaliser grâce à la vente de l’immeuble par la ville-centre, l’achat ayant été fait par l’organisme à but non lucratif. Le montant de la transaction s’élève à près de 60 000$.
      «Ce sont des populations qui sont surreprésentées en situation d’itinérance, les femmes, mais également les autochtones. […] Les besoins sont très grands», explique le responsable de l’habitation au comité exécutif de la Ville, Robert Beaudry.
      «C’est un cercle vertueux parce qu’on préserve du patrimoine, on requalifie un bâtiment et on offre du logement à une population qui en a grandement besoin.» – Robert Beaudry
      Le projet résidentiel de quatre étages devrait voir le jour d’ici deux ans. Le coût de réalisation est estimé à un peu plus de 11,5M$. Le financement sera surtout assumé par la Ville de Montréal et une subvention de Québec par le biais d’AccèsLogis.
      Datant de 1914, le bâtiment patrimonial concerné par la transaction a servi de bain public afin de répondre à la demande des ouvriers du secteur qui n’avaient pas d’eau chaude.
      Nommé le Bain Hushion, l’endroit était muni d’une piscine et de différentes installations comme des douches et des baignoires privées. À la suite d’un incendie, l’immeuble est abandonné et sa condition s’est détériorée avec les années.
      La construction est l’œuvre de l’architecte Alphonse Piché. L’édifice est situé entre les rues Saint-Antoine Ouest et Saint-Jacques en face du parc Oscar-Peterson dans la Petite-Bourgogne.
      907,2 m2
      Il s’agit de la superficie du bâtiment du Bain Hushion qui sera réaménagé pour accueillir des logements sociaux.
      Avec la collaboration de Zacharie Goudreault.
    • By mtlurb
      îlot St-Ann (phase 5)

      Le 5 décembre 2017, le Conseil d'arrondissement a approuvé la construction d'une nouvelle phase locative de District Griffin sur le parc. 
       
    • By mtlurb
      Beaucoup d'interventions durant la période de questions des citoyens du conseil d'arrondissement du Sud-Ouest concernant ce projet. En fait, le promoteur n'a fait qu'une demande de permis de démolition du bâtiment existant. Il n'a pas encore déposé les plans de son projet à l'arrondissement.
      http://journalmetro.com/local/sud-ouest/actualites/1962104/des-organismes-defendent-le-4700-rue-saint-ambroise/
      03/12/2018 Mise à jour    : 3 décembre 2018 | 15:52 
      Des organismes défendent le 4700 rue Saint-Ambroise
      Par Justine Gravel

      Après une première séance spéciale, le 26 juin, le comité d'études avait refusé l'octroi du permis de démolition. Or, le 24 octobre, lors d'une seconde séance portant sur le même sujet à la suite du dépôt du projet immobilier, ils étaient toujours en réflexion.
      Photo : Justine Gravel (Journal Métro)
      Devant l’hésitation des élus quant à la démolition d’espaces à bureaux sur la rue Saint-Ambroise pour y construire un immeuble résidentiel, les organismes membres de la table de concertation Solidarité Saint-Henri (SSH) font circuler une lettre d’opposition à l’octroi d’un permis. Ceux-ci préféreraient que la bâtisse reste intacte et que des logements sociaux destinés aux femmes en détresse et aux mères monoparentales soient construits sur le stationnement adjacent.
      Après deux séances du comité d’études des demandes de permis de démolition, en juin et en octobre, l’arrondissement du Sud-Ouest a du mal à trancher sur l’avenir du 4700, rue Saint-Ambroise, un terrain d’une superficie de 15 330 m2.
      Les promoteurs immobiliers Groupe Quorum et les Développements du Canal souhaitent remplacer l’immeuble existant par plus de 400 unités de logement, dont 300 condos, un projet qui suscite de vives réactions chez les groupes communautaires.
      Malgré la promesse d’y inclure une centaine de logements sociaux, un centre de la petite enfance (CPE), une épicerie zéro déchet, un toit vert et un incubateur d’entreprises, ceux-ci croient qu’un tel projet ne répondrait pas aux besoins locaux.
      «L’arrivée d’autant de nouvelles résidences privées et non abordables contribuera directement à l’accroissement des inégalités sociales dans Saint-Henri et forcera la cohabitation de plus en plus difficile entre nouveaux arrivants et ménages à faible revenu», indique la coordonnatrice de SSH, Shannon Franssen.
      Pour Maxime Laporte, vice-président au développement chez Groupe Quorum, le projet répond aux besoins du quartier et a d’ailleurs l’appui d’organismes communautaires tels que Mission Bon Accueil et Logifem.
      «En dix ans, il y a eu seulement 12 nouveaux logements sociaux dans ce secteur de Saint-Henri. Donc, 100 logements, c’est une énorme croissance, dit-il. Quand l’intégration est bien pensée, la mixité se fait naturellement.»
      Les promoteurs sont d’ailleurs familiers avec le Sud-Ouest, puisqu’ils se trouvent derrière de nombreux projets, dont Le William dans Griffintown, Henri Condominiums et les Condos Monk.
      Contradiction
      La lettre ouverte en opposition à la démolition du bâtiment, qui a recueilli plus de 500 signatures jusqu’à présent, met également de l’avant la contradiction entre ce projet et les intentions des élus de Projet Montréal.
      «Si les élus permettaient la démolition du bâtiment, ils iraient à l’encontre de leurs propres orientations pour ce secteur, adoptées en avril passé», souligne Mme Franssen. Dans le Plan de développement urbain, économique et social (PDUES) Turcot, l’arrondissement entend préserver la vocation économique de l’immeuble de la rue Saint-Ambroise.
      L’arrondissement a refusé de se prononcer pour le moment quant aux raisons qui justifient son hésitation à approuver ou décliner la demande de permis. Les détails seront divulgués à l’occasion de la prochaine séance du comité d’études, prévue avant le congé des Fêtes.
      «Il ne s’agit pas d’un dossier facile, soutient Marie Otis, la directrice de cabinet du maire Benoit Dorais. La nouvelle réglementation prévoyant un usage à caractère économique tel qu’annoncé dans le PDUES n’a pas eu le temps d’être adoptée par le conseil avant le dépôt du projet par le propriétaire. Le projet est donc conforme à la réglementation actuelle qui prévoit des usages mixtes.»
      Les locataires de la bâtisse, le Réseau-Bureautique et les Studios Saint-Ambroise, ont préféré garder le silence face à cette situation en raison des négociations en cours avec les nouveaux propriétaires du bâtiment. Il est envisagé qu’ils soient relocalisés dans le secteur Cabot, un quartier industriel du Sud-Ouest.
×
×
  • Create New...