Jump to content

Voies réservées : informations, discussions générales et actualités


IluvMTL

Recommended Posts

Pinned posts
  • Administrator

Discussion sur les voies réservées pour le transport collectif

image.png

Citation

Voies réservées implantées par la STM http://www.stm.info/fr/a-propos/grands-projets/grands-projets-bus/mesures-preferentielles-pour-bus-mpb

  • Année 2020
    • Boulevard Louis-Hyppolite-Lafontaine
    • Boulevard Robert-Bourassa en direction Nord des rues Saint-Paul à Saint-Jacques et des rues Viger à de la Gauchetière
  • Année 2019
    • Boulevard Gouin
    • Avenue Papineau
    • Avenue Bourbonnière
    • Boulevard Côte-Vertu Ouest
  • Année 2018
    • Boulevard Thimens
    • Sherbrooke Est
    • Boulevard Maurice-Duplessis
    • Axe Notre-Dame Est
  • Année 2017
    • Boulevard des Galeries-d'Anjou
    • Wellington
    • Henri-Bourassa
  • Année 2016
    • Sur le boulevard Pie-IX :
      • ouverture de la station AMOS et d'un tronçon réservé en voie centrale
    • Lacordaire
    • Pie-IX
  • Année 2015
    • Beaubien
    • Des Sources
    • Acadie
  • Année 2014
    • Grenet
    • Viau
    • Sherbrooke Ouest

Voies réservées implantées par l'ARTM : https://exo.quebec/fr/planifier-trajet/autobus/voies-reservees

 

 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • 6 years later...

http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=8717,96959614&_dad=portal&_schema=PORTAL

 

Voies réservées

 

Sur les voies réservées aux autobus et aux taxis, il est interdit à tout autre véhicule de circuler, sauf :

 

sur une distance de 30 m pour accéder à un terrain privé ou pour le quitter ;

pour faire un virage à droite à une intersection, à partir de l’endroit indiqué sur la chaussée par une ligne simple, diagonale et discontinue.

Les voies réservées sont désignées par un losange allongé. Les panneaux de signalisation indiquent à qui les voies sont réservées, ainsi que les jours et les heures où la restriction est en vigueur.

 

L’application de ce règlement est assurée par le Service de police : 514 280-2222.

Link to comment
Share on other sites

http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/201309/29/01-4694472-quebec-investit-dans-lajout-de-voies-reservees-a-montreal.php

 

750338-societe-transport-montreal-assure-ajout.jpg

La Société de transport de Montréal assure que l'ajout de nouvelles voies réservées augmentera l'efficacité du réseau, mais aussi la flotte d'autobus en circulation.

 

 

Le gouvernement du Québec reconnaît que la congestion routière à Montréal est un problème important et annonce l'investissement de 84 millions de dollars pour les prochaines années afin de doubler le nombre de voies réservées dans la grande région métropolitaine.

 

Environ 208 nouveaux kilomètres s'ajouteront ainsi aux 209 existants, a annoncé le ministre des Transports, Sylvain Gaudreault, qui était accompagné lors d'un point de presse cet après-midi d'une brochette de ministres représentant les différentes régions du Grand Montréal.

 

> Consultez la carte des travaux

 

«Quand tu es dans ton auto et que tu vois l'autobus passer rapidement, ça donne le goût de changer (et d'utiliser le transport collectif). C'est ainsi qu'il faut le voir», a affirmé M. Gaudreault.

 

Le ministère des Transports financera entièrement ce nouveau développement, qui a été conçu de pair avec les sociétés de transports de Montréal, Laval et Longueuil. D'autres projets similaires seraient aussi annoncés prochainement pour d'autres villes de la province, a confirmé le ministre.

 

Ces nouvelles voies seront-elles ajoutées au réseau routier, ou d'anciennes voies seront-elles converties? Les détails techniques des chantiers prévus n'étaient pas disponibles afin de répondre à cette question. Miser sur le transport collectif est une solution au problème d'engorgement des routes et les citoyens appuieront cette démarche, a dit M. Gaudreault.

 

«Vous avez lu comme moi le rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) déposé aux Nations unies cette semaine. Le signal qui est lancé à l'égard de tous les gouvernements, c'est qu'il est minuit moins cinq. Il est temps d'agir et la meilleure façon de le faire est d'investir dans le transport collectif», a assuré le ministre.

 

Un défi de taille

 

La Société de transport de Montréal (STM), qui a participé à l'élaboration du plan annoncé dimanche, assure que l'ajout de nouvelles voies réservées augmentera l'efficacité du réseau, mais aussi la flotte d'autobus en circulation.

 

Toutefois, le président de la STM, Michel Labrecque reconnaît que doubler le réseau en si peu de temps est un défi est de taille.

 

«Doubler le nombre de voies réservées en moins de trois ans, c'est une grosse job. Mais si on s'attache comme il faut les souliers, on est capable. Remarquer qu'il y a quatre ministres qui ont fait l'annonce, ça fait au moins quatre endroits où téléphoner si ça n'avance pas», a-t-il dit.

 

Récemment, le ministre des Transports, Sylvain Gaudreault, était accompagné des mêmes ministres présents cet après-midi pour annoncer le prolongement de la ligne bleue du métro de Montréal vers l'Est.

 

Questionné si la multiplication des annonces du gouvernement Marois permettait de croire en la possibilité d'un scrutin automnale, le ministre responsable de la région de Montréal, Jean-François Lisée, a nuancé cette hypothèse.

 

«J'espère faire d'autres annonces comme celle-ci dans les prochains mois. Notre gouvernement est en mode travail pour faire avancer les dossiers. (...) Mais nous sommes un gouvernement minoritaire. Tous les mercredis, l'opposition peut décider de nous renverser, donc nous sommes toujours prêts», a-t-il déclaré.

Link to comment
Share on other sites

http://www.ledevoir.com/politique/montreal/388773/grand-coup-d-accelerateur-au-transport-collectif

 

Grand coup d’accélérateur au transport collectif

Québec veut faire doubler le nombre de voies réservées d’ici deux ans à Montréal

 

Le gouvernement du Québec n’attendra pas le son de cloche des maires élus le 3 novembre prochain avant d’accélérer l’établissement de voies réservées aux autobus par exemple sur le boulevard La Concorde à Laval, Viau à Montréal ainsi que Roland-Therrien à Longueuil. Les sociétés de transport de la région de Montréal et l’Agence métropolitaine de transport veilleront à aménager les 208 km de nouvelles voies réservées sous la supervision du comité mobilité Montréal, formé d’élus de la région métropolitaine ainsi que de représentants de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain et de la société Les ponts Jacques-Cartier et Champlain. « Ce comité a tout ce qu’il faut comme légitimité et représentativité pour gérer la mise en place de ces voies réservées et le désengorgement du réseau routier de Montréal », a fait valoir M. Gaudreault.
Link to comment
Share on other sites

François Cardinal sur le sujet.

 

http://blogues.lapresse.ca/avenirmtl/2013/09/30/voies-reservees-interessant%E2%80%A6-si-elles-voient-le-jour/

 

Québec a annoncé hier qu’il allait doubler le réseau de voies réservées pour autobus dans la région de Montréal. Il s’agit d’une annonce franchement ambitieuse et intéressante.

 

L’annonce est ambitieuse, d’abord, parce que le gouvernement Marois compte dérouler en 24 mois plus de 200 kilomètres de nouvelles voies réservées, soit l’équivalent du réseau actuel… qui a pris 30 ans à se développer!

 

L’annonce est intéressante, ensuite, parce que le gouvernement finance 100 % des futures voies réservées, un geste de bon augure à la veille du dévoilement de la «politique de mobilité durable du Québec».

 

Si on souhaite réduire l’étalement urbain et le recours à l’autosolo, comme ont promis de le faire les gouvernements successifs depuis des décennies, c’est un premier pas enthousiasmant. Je dirais même, un bond en avant.

 

On n’a qu’à voir les succès qu’engrange la STM depuis quelques années en misant sur l’autobus et ses déclinaisons pour s’en convaincre. Sans avoir développé de grands projets, la Société de transport a réussi à augmenter le nombre d’usagers de 12 % en bonifiant pour la peine l’offre de service du bus.

 

Gros potentiel, petite facture…

 

Cela dit, soyons clairs, ça va hurler dans les chaumières. Ou plutôt, dans les automobiles.

 

La STM a misé en grande partie sur une multiplication des autobus et des heures de service. Ce que le gouvernement compte faire, c’est prendre des voies routières puis les transformer en voies de transport collectif.

 

Quand on voit la difficulté avec laquelle Montréal déploie son réseau de pistes cyclables, qu’elle peine à multiplier par deux tel que promis, on peut s’interroger sur le réalisme de l’annonce du gouvernement.

 

Il faut donc féliciter le gouvernement du PQ pour sa vision audacieuse. Mais au risque de paraître cynique, reste maintenant à voir ce qu’en fera le parti au pouvoir, peu importe son allégeance, une fois les prochaines élections provinciales passées…

 

Le doublement des voies réservées, j’y croirai quand je le verrai.

Link to comment
Share on other sites

  • 6 years later...

https://journalmetro.com/actualites/montreal/2483542/partage-des-voies-reservees-baisse-de-lachalandage-dans-les-bus/

Partage des voies réservées: baisse de l’achalandage dans les bus?

16:05 20 juillet 2020 | mise à jour le: 20 juillet 2020 à 16:06 temps de lecture: 3 minutes
Par : Alice Chiche
Métro

boulevard-st-laurent-stm-velo04-e1587476
Photo: Josie Desmarais
Un autobus de la STM sur une voie réservée

Les cyclistes peuvent, depuis le 8 juillet, partager les voies réservées avec les autobus et les taxis. Une cohabitation qui est dépeinte comme s’éloignant de la fonction initiale des voies réservées selon un conseiller municipal.

Le partage des voies réservées entre les autobus et les vélos est «inapproprié» pour celles à haute fréquentation, a indiqué lundi le conseiller municipal de Snowdon, Marvin Rotrand.

«L’idée d’avoir une voie réservée est de faire concurrence aux voitures, en augmentant donc la vitesse des trajets en transports en commun», a-t-il souligné à Métro.

En s’appuyant sur des recherches académiques, M. Rotrand affirme que le partage de ces voies avec les cyclistes va entraîner un ralentissement notable des trajets des autobus.

«Il y a un lien direct entre l’accroissement de l’achalandage et une voie réservée où l’autobus circule relativement rapidement», a-t-il assuré.

«Les voies partagées sont inappropriées où plus d’une ligne d’autobus circule sur une voie réservée ou lorsque qu’une voie réservée est utilisée par une route haute fréquentation comme celles sur le réseau 10 minutes maximum», peut-on lire dans une lettre que le conseiller indépendant a envoyée au président et au directeur général de la Société des Transports de Montréal (STM), dont Métro a pu obtenir une copie.

Une annonce qui tombe mal selon lui, à la suite d’une baisse de 83 % de l’achalandage dans les transports en commun avec la présence de la COVID-19, en date du 31 mars, comparativement à un jour de semaine moyen équivalent.

Au moment d’écrire ces lignes, la Ville n’a pu donner suite à nos demandes d’entrevue.

Avec ce partage de voies, «les autobus sont ceux qui sont le plus pénalisés par la présence de vélos (…) car les cyclistes ralentissent les autobus», a reconnu Pierre Barrieau, expert en planification en transport en entrevue avec Métro.

Angle mort

Si le partage de la voie réservée peut être néfaste pour la bonne circulation des autobus, Marvin Rotrand a également souligné qu’avec les angles morts «il est très difficile de voir les cyclistes» pour les opérateurs. Cela pourrait entraîner de graves accidents.

Ce partage de route entre autobus et vélo met fin à un flou juridique pour les cyclistes. «Le Code de la route exige que les vélos se tiennent dans la voie de droite, sauf s’ils tournent à gauche ou effectuent un dépassement (…) et ils pouvaient se faire donner des amendes parce qu’ils n’avaient pas le droit d’être dans une voie réservée », a indiqué Pierre Barrieau.

On dénombre actuellement cinq voies bus-vélos, sur les axes Viau, Wellington, Maurice-Duplessis, Léger et Thimens. D’autres seront à venir au cours de l’année, a confirmé la STM.

Depuis janvier dernier, la création des nouvelles voies réservées sur les grands axes est entre les mains de la ville de Montréal. Les arrondissements n’ont plus leurs mots à dire.

Link to comment
Share on other sites

4 hours ago, SkahHigh said:

Il y a une limite maximale de 15-20 bus à l’heure (un bus aux 3-4 minutes) et une largeur minimale pour que les vélos soient permis donc je ne vois pas pourquoi M. Rotrand s’emporte 😩

Le problème, à ce que j'ai pu constater en étant dans les bus, c'est aux intersections, si le bus à son feu chandelle, il va ''couper'' les autre voies pour traverser l'intersection, sauf que si cycliste ne s'arrête pas ou se trouve devant, le bus ne peut pas y aller. De plus, si un vélo veux continuer tout droit, normalement il devrait se trouver à gauche du bus, mais souvent il longe le trottoir, donc quand le bus doit arrêter, le vélo se trouve dans l'angle mort entre le trottoir et le bus, ce qui est très dangereux. 

Je crois que l'argument des chauffeurs, c'est qu'ils ne peuvent pas anticiper quel sera le déplacement du cycliste (tout droit ou bien s'il veut tourner) alors que le bus lui à priorité sur tous les autres véhicules, doit longer le trottoir, mais ne s'arrête pas nécessairement à tous les arrêts, et peut repartir avant tout les autres usagés avec son feu chandelle. 

Un solution sécuritaire serait de faire des seuils d'arrêt vert pour les vélos, mais on enlève le concept de priorité au bus, si le bus ne peut pas repartir à cause de 8 cyclistes qui attendent la verte. 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

23 minutes ago, Dominic723 said:

Le problème, à ce que j'ai pu constater en étant dans les bus, c'est aux intersections, si le bus à son feu chandelle, il va ''couper'' les autre voies pour traverser l'intersection, sauf que si cycliste ne s'arrête pas ou se trouve devant, le bus ne peut pas y aller. De plus, si un vélo veux continuer tout droit, normalement il devrait se trouver à gauche du bus, mais souvent il longe le trottoir, donc quand le bus doit arrêter, le vélo se trouve dans l'angle mort entre le trottoir et le bus, ce qui est très dangereux. 

Je crois que l'argument des chauffeurs, c'est qu'ils ne peuvent pas anticiper quel sera le déplacement du cycliste (tout droit ou bien s'il veut tourner) alors que le bus lui à priorité sur tous les autres véhicules, doit longer le trottoir, mais ne s'arrête pas nécessairement à tous les arrêts, et peut repartir avant tout les autres usagés avec son feu chandelle. 

Un solution sécuritaire serait de faire des seuils d'arrêt vert pour les vélos, mais on enlève le concept de priorité au bus, si le bus ne peut pas repartir à cause de 8 cyclistes qui attendent la verte. 

C'est vrai ce que tu avances, au début la STM n'était pas chaude à l'idée mais c'est la Ville qui a poussé pour inclure les vélos dans le plus de VR possibles.

Je crois que dans le cas du feu chandelle, un vélo ne se mettra pas directement devant un bus mais plutôt juste à droite ou même derrière pour justement éviter de se retrouver dans l'angle mort. C'est certain que chauffeurs et cyclistes devront s'habituer.

C'est tout de même une belle manière de favoriser les modes actifs, de toute façon il y a déjà plein de cyclistes qui circulent dans les VR à l'heure actuelle.

Link to comment
Share on other sites

Le 2020-07-20 à 16:19, ScarletCoral a dit :

Métro

"On dénombre actuellement cinq voies bus-vélos, sur les axes Viau, Wellington, Maurice-Duplessis, Léger et Thimens. D’autres seront à venir au cours de l’année, a confirmé la STM."

À ce que j'ai pu comprendre, pas toutes les voies réservées pour autobus à Montréal deviendront des voies réservées bus-vélo. Est-ce bien cela? Parce que j'imagine mal comment, par exemple, un boulevard comme Henri-Bourassa Est qui loge quatre ou cinq lignes d'autobus peut accueillir des cyclistes comme si c'était une piste cyclable (alors qu'il y en a déjà une tout près).

Edited by samuelmath
Link to comment
Share on other sites

15 minutes ago, samuelmath said:

À ce que j'ai pu comprendre, pas toutes les voies réservées pour autobus à Montréal deviendront des voies réservées bus-vélo. Est-ce bien cela? Parce que j'imagine mal comment, par exemple, un boulevard comme Henri-Bourassa Est qui loge quatre ou cinq lignes d'autobus peut accueillir des cyclistes comme si c'était une piste cyclable (alors qu'il y en a déjà une tout près).

Il faut faire la différence entre les voies bus-vélo et les voies réservées qui pourront accueillir les vélos. La différence se trouve dans le marquage et la largeur. Normalement, un bus vélo c'est plus que 4m de large, ce qui permet une grande marge de manoeuvre lorsque la VR devient une voie de stationnement. Comme sur Maurice-Duplessis:

Capture d’écran, le 2020-07-21 à 17.12.51.png

Ce que l'entente dit, c'est que les cyclistes pourront circuler dans des VR où la fréquence de passage des autobus est inférieure à 3-4 minutes (ex: Laurentien-Lachapelle, Gouin, etc.) et où les largeurs sont suffisantes pour être "sécuritaires".

Les VR trop achalandées (comme Henri-Bourassa Est ou Du Parc) n'auront pas de pictogramme vélo sur les panneaux, donc il ne sera pas permis aux cyclistes de circuler dedans.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value