Jump to content

Recommended Posts

La France en récession

 

* Presse Canadienne,

* 07:52

 

L'économie française est entrée en récession, d'après les prévisions chiffrées publiées vendredi par l'INSEE.

 

Le produit intérieur brut (PIB) devrait en effet décroître de 0,1 pour cent à la fois au troisième et au quatrième trimestre 2008, après une première baisse de 0,3 pour cent au second trimestre, selon l'Institut national de la statistique et des études économiques, qui porte sa prévision de croissance à 0,9 pour cent pour l'ensemble de l'année.

 

"Il n'y a pas de croissance en France depuis le printemps de cette année", a observé Eric Dubois, chef du département de la conjoncture de l'INSEE lors d'une conférence de presse, se refusant toutefois à employer le terme de récession. "Il s'agit d'une prévision, portant sur une diminution très modérée du PIB", a-t-il tenu à nuancer. Selon la définition généralement admise, la récession est définie par une diminution du PIB pendant deux trimestres consécutifs.

 

"Il y a une définition technique et statistique de la récession, et puis il y a la réalité des choses", a également voulu tempérer le ministre du Budget Eric Woerth pour qui, "par nature, la France n'est pas en récession", car "1 pour cent de croissance, ce n'est pas une récession, c'est une très faible croissance". Sans vouloir "se battre sur les chiffres", M. Woerth a reconnu que "le ralentissement est fort" et que "la crise est évidemment très importante".

 

Son collègue Luc Chatel (Industrie et Consommation) a également jugé que la France "ne sera pas en récession" en 2008 "puisque globalement nous devrons être aux alentours d'un pour cent de croissance". Il a toutefois convenu qu'on "est dans une situation économique difficile".

 

Au premier trimestre, le produit intérieur brut avait enregistré une croissance de 0,5 pour cent, ce qui permet de porter la prévision de croissance à 0,9 pour cent pour l'ensemble de l'année, précise l'INSEE, qui tablait encore en juin dernier sur une croissance de 1,6 pour cent en 2008. "Notre prévision est assez proche de ce qu'a annoncé le gouvernement", a constaté M. Dubois. La ministre de l'Economie Christine Lagarde avait évoqué en septembre une croissance "autour de 1 pour cent" pour l'année 2008.

 

Ce chiffre de 0,9 pour cent repose sur l'hypothèse que les turbulences financières ne s'aggravent pas et que les ménages et les entreprises ne doivent pas faire face à un durcissement trop marqué des conditions de crédit, précise l'INSEE dans son point de conjoncture. A l'inverse, si le prix du pétrole poursuit sa décrue, le PIB français pourrait croître plus fortement que prévu, ajoute l'Institut.

 

D'après ces prévisions, le taux de chômage va remonter à 7,4 pour cent à la fin de l'année en France métropolitaine, avec 52 000 emplois en moins au cours du second semestre 2008. Au deuxième trimestre 2008, le taux de chômage s'établissait à 7,2 pour cent en France métropolitaine au sens du Bureau international du travail (BIT), selon les données de l'INSEE. L'emploi marchand non agricole, en particulier, devrait perdre plus de 100 000 postes au second semestre. Toutefois, sur l'ensemble de l'année, il devrait y avoir plus de créations d'emploi que de pertes, grâce à la progression de 89 000 postes observée au premier semestre, explique l'INSEE.

 

Le pouvoir d'achat des ménages va encore reculer de 0,4 pour cent au second semestre, comme au premier, selon les prévisions de l'INSEE, qui note qu'il sera en outre pénalisé par la faiblesse du marché du travail, ce qui aboutira à une stagnation de la consommation.

De même, l'investissement des entreprises, qui s'est nettement replié au deuxième trimestre 2008, devrait encore baisser légèrement jusqu'à la fin de l'année, selon l'INSEE. Il progresserait ainsi de 2,4 pour cent sur l'ensemble de l'année, contre 7,3 pour cent en 2007.

 

La seule bonne nouvelle pourrait se trouver du côté de l'inflation, qui devrait baisser au second semestre, se repliant à 2,4 pour cent grâce au recul du prix du pétrole et des produits alimentaires, explique l'INSEE.

 

"A l'horizon de la fin de l'année 2008, les outils dont nous disposons ne laissent pas prévoir de signe de reprise" de l'économie française, a conclu Eric Dubois, soulignant que la crise financière actuelle constituait un "aléa important".

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...