Jump to content

Pas de récession en vue au Québec, affirme Charest


ErickMontreal
 Share

Recommended Posts

Pas de récession en vue au Québec, affirme Charest

 

Publié le 25 septembre 2008 à 14h35 | Mis à jour à 15h51

Rémi Nadeau

La Presse Canadienne

Québec

 

Les Québécois n'ont pas à craindre une récession, selon le premier ministre Jean Charest.

 

Il a profité de son passage aux assises annuelles de la Fédération québécoise des municipalités, jeudi à Québec, pour lancer un message rassurant, alors qu'une importante crise financière secoue les Etats-Unis.«Il n'y a pas de récession en vue», a-t-il affirmé, en reconnaissant toutefois que le Québec souffre indirectement du ralentissement économique observé chez nos voisins du Sud.

 

M. Charest a admis que la crise américaine entraîne une diminution des exportations de produits québécois et que la hausse du prix du pétrole affecte la balance commerciale du Québec.

 

«Dans le secteur forestier, on le ressent depuis quelques années maintenant parce qu'il y a un effondrement du marché immobilier américain, ça veut dire qu'on exporte moins de bois pour construire des maisons», a-t-il souligné.

 

Toutefois, il a indiqué que la situation québécoise ne se compare pas à celle des Etats-Unis, puisque la valeur immobilière a connu une croissance modérée au cours des dernières années et que les banques canadiennes ne se sont pas lancées dans des prêts hypothécaires à haut risque.

 

Selon lui, il était nécessaire de faire cette mise au point pour calmer l'inquiétude de la population.

 

«Parce que c'est notre voisin, c'est notre économie immédiate et parce qu'on va beaucoup en entendre parler dans les prochaines semaines, je pense que c'est important de faire de la pédagogie pour faire les distinctions entre les institutions financières américaines et nos institutions financières», a-t-il justifié.

 

Le premier ministre a aussi soutenu que des actions entreprises par son gouvernement ont permis d'atténuer les effets du ralentissement économique, citant les baisses d'impôt d'un milliard $ accordées aux Québécois et le lancement d'un important programme d'infrastructures de 30 milliard $ sur cinq ans.

 

«L'économie du Québec tire bien son épingle du jeu. On a fait ce qu'il fallait faire cette année pour protéger notre économie», a argué M. Charest, alors qu'au même moment, aux Etats-Unis, les démocrates et les républicains au Congrès parvenaient à un accord de principe sur le plan de sauvetage de 700 milliards $ US présenté par l'administration Bush.

 

Au chapitre des solutions d'avenir, le premier ministre a répété devant les membres de la FQM qu'il privilégiait la conclusion d'ententes afin de créer un nouvel espace économique.

 

Il a réitéré la volonté du Québec de signer un accord sur la mobilité de la main-d'oeuvre avec la France et de promouvoir la ratification d'un pacte de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne.

 

M. Charest a aussi évoqué la présentation d'un «plan Nord», pour exploiter les richesses qui se retrouvent au nord du 49e parallèle.

 

«Il y a là des ressources en forte demande dans l'économie mondiale, les minéraux, l'énergie», a-t-il avancé, sans donner plus de détails.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...