vincethewipet

Modérateur
  • Compteur de contenus

    2 554
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    5

vincethewipet a gagné pour la dernière fois le 31 juillet

vincethewipet a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

251 Excellent

2 abonnés

À propos de vincethewipet

  • Rang
    Est-ce un avion? Est-ce un oiseau? Non, c'est Vincethewipet

Personal Information

  • Biography
    Fier résident du Mile End.
  • Location
    Montréal, Qc
  • Intérêts
    Musique, lecture, spectacles, etc...
  • Occupation
    CHU Sainte-Justine
  1. D'accord sur ça. C'est fait à quelques endroits quand même (on a vu ça sous le viaduc Van Horne par exemple). Mais on peut aller plus loin, et franchement je trouve l'impact quand même fort dans un lieu très bétonné. On pourrait même le faire avec nos nombreuses tours en béton.
  2. Stratégie Centre-Ville & Bureau du centre-ville de Montréal

    Il y a 10% d'augmentation des ménages avec enfant(s) dans Ville-Marie, dans le dernier recensement. Au delà de la vision de la ville, il y a visiblement une volonté citoyenne à y vivre avec une famille. Ce n'est pas une mauvaise chose tant qu'à moi. C'est un signe de qualité du milieu, et c'est un dynamisme supplémentaire au secteur. Je trouve d'ailleurs que tout le monde gagne de la qualité de vie apportée par des aménagements prévus pour les familles.
  3. Réseau électrique métropolitain

    C'est quand même chouette d'utiliser la station pour désenclaver deux secteurs. J'espère qu'on en fera un corridor de transport actif vraiment agréable.
  4. Tout le monde, au final, fait un choix et vote pour un parti politique. Par définition, tout le monde est militant, c'est un peu redondant de le mentionner. Je vis depuis 5 ans dans le Mile-End et l'arrondissement a été un bon accompagnateur des projets citoyens qui ont renforcé l'identité du quartier. Ils ont encouragé et subventionné les occupations citoyennes de sites publics, des marchés éphémères, des foires commerciales, de l'art public, et ils ont poussé pour la préservation de la population d'artistes du quartier. Ce sont des interventions concrètes qu'on ne peut pas ignorer, et une approche donnant un rôle actif au citoyen qui a vraiment défini le quartier. Ubisoft s'était plaint de la lenteur des mesures de bonification du domaine public du quartier. Ils trouvaient que l'arrondissement n'allait pas assez vite dans leurs changements. Ça n'a jamais empêché Ubisoft d'investir massivement dans le quartier en parallèle, et d'être très actif à la vie de quartier. C'est légitime de reprocher la lenteur de certains dossiers, mais en bout de ligne ça a été une bonne relation, et ils ont une vision harmonisée sur l'avenir du quartier. Pour Archivex par contre, je ne partage pas vraiment la vision de Projet Montréal. Une occasion manque d'attirer des emplois dans un secteur nuit à sa renaissance. C'est effectivement important de le souligner! De nombreux quartiers ont des initiatives intéressantes. Dans ceux que je connais plus, je donnerais une mauvaise note à Ahuntsic par contre. Quel marasme décevant dans les interventions locales. Réflexion pertinente! Il y a aussi des différences démographiques entres les différents quartiers qui vont influencer la dynamiques aux élections. Ces élections s'annoncent aussi différentes des dernières, ne serait-ce que ce sera une lutte à 2 au niveau des partis municipaux organisés. Il y avait beaucoup plus de choix aux dernières élections, et la "dilution" du vote ne sera pas présente. Il restera à voir qui en profitera le plus.
  5. 628 Saint-Jacques - environ 35 étages

    Il y a le projet «21ième arrondissement» qui prévoit des petites commerces aussi, c'est juste à côté à ça va enrichir l'offre du secteur. Beaucoup de nouveaux résidents à proximité, je suis certain qu'il y a aura des commerçants pour s'investir et profiter de cette clientèle.
  6. Réseau électrique métropolitain

    Manque juste un tunnel souterrain vers le DIX30 à partir de la station du REM, et les deux côtés de l'autoroute auraient leur "réso" de la Rive-Sud.
  7. Je doute franchement que ce soit le cas. L'arrondissement a généralement une bonne relation avec les SDC et associations commerciales. L'ancien directeur de la SDC de la Main a même fini par joindre leur équipe. C'est certain que plusieurs étaient opposés aux changements dans le quartier, mais bien d'autres ont profité des nouveaux aménagements et de l'accent sur le confort et la sécurité d'une clientèle fortement majoritaire (le piéton). Sur les 6000 places de commerces du Plateau, combien ont exprimé publiquement un réel problème, que ce soit directement ou par le mandat de leur regroupement commercial respectif? En bout de ligne, ce n'était pas une tant que ça. Il y avait un groupe très vocal (qui s'est éteint depuis, majoritairement parce que ces commerces ont été remplacés), et leur agressivité ciblait autant l'administration en place que la clientèle et la nouvelle génération de commerçants. C'était une résistance non seulement au virage de l'arrondissement, mais aux changements dans les habitudes de la clientèle, et la nouvelle génération d'entrepreneurs ciblant certains effets de modes et lesdits changements dans les habitudes. Je pense par exemple à l'ACRPMR sur Facebook, qui est maintenant une coquille caricaturale, mais c'était ces gens qu'on retrouvait interviewés dans les médias. On a entendu 1000 fois l'opinion de l'ancien propriétaires du Fouvrac (incidemment, une rue qui est encore aujourd'hui sans vacance), mais ce serait aventureux d'étendre cette opinion à des milliers d'autres commerçants. Plus globalement, il n'y a pas un jour qui passe sans qu'une publication en manque de visibilité nous parle de la dernière industrie "tuée par les milléniaux". Mais derrière tout ce bruit sensationnel, il y a un réel changement dans la manière de consommer pour les nouvelles générations. Les gens recherchent plus souvent des expériences de vie, et une bonne part de la consommation a migré sur Internet. Je crois que le branding fort qu'affiche maintenant le quartier joue en faveur des commerçants. Les secteurs jouant à fond cette carte sont économiquement favorisés (je vais encore prêcher pour ma paroisse et citer le Mile-End ici). Je crois que les commerçants en sont très heureux. Par contre, c'est certain que ça a tassé des entrepreneurs établis qui n'ont pas suivi cette tendance, et que tous ne sont pas naturellement favorisés par ces changements.
  8. Mine de rien, les trottoirs, on marche dessus tous les jours. Si l'administration Coderre est incapable de créer des infrastructures aussi agréables pour ses citoyens, c'est un problème. C'est littéralement la job de la ville de le faire. La croissance économique est un outil pour créer de la qualité de vie aux citoyens, et non un objectif en soit. Si cela ne se traduit pas par des trottoirs et des parcs agréables au niveau municipal, c'est manquer l'objectif de la prospérité. D'ailleurs, mon quartier n'a pas attiré des milliers d'emplois parce qu'il y a un vol avec la Chine (même si c'est super et une belle réussite pour notre ville ), mais pour les qualités urbaines du quartier, et ces projets ont beaucoup été poussés par les gros employeurs du secteur. Le fait de faire des trottoirs larges ou des parcs n'empêchent en rien les initiatives économiques comme les vols directs pour Montréal. Bref, je ne vois pas pourquoi les deux sont en oppositions, et c'est peut-être un exemple qu'avoir un pallier d'élus à une échelle plus locale qu'une métropole n'est pas une mauvaise chose. Comme j'ai dit avant, je crois que le maire de la ville doit s'occuper de l'ensemble global et non s'ingérer dans les détails de la vie de tous les jours de la ville. Par contre, avoir des élus pouvant mener ce genre de projets à une échelle plus proche du citoyen est un grand plus pour la qualité de vie, et s'en passer sous prétexte "qu'il y a des enjeux plus globaux" est une perte pure et simple de qualité de vie, et d'attrait de la ville du point de vue de ses qualités urbaines. D'ailleurs, ce genre d'intervention est une des raisons majeures de la disparité de prospérité entre certains quartiers. Une personne pauvre s'installe où son portefeuille lui permet. Une personne en moyen s'installe là où ses critères de qualité de vie sont remplis. Denis Coderre vient de réduire la vitesse en ville à 40 et 30km/h, à mon avis il va rester discret sur tout l'aspect "anti-voiture", car les détracteurs de ces mesures peuvent l'attaquer tout aussi fort. Il a aussi poussé, théoriquement du moins, la "vision zéro" pour la ville. D'ailleurs, ce serait un argument difficile à soutenir avec les chiffres, le Plateau a atteint ses objectifs en terme de mobilité: diminution des déplacements motorisés, mais augmentation globale des déplacements, ceux à objectif commerciaux compris. À moins de dire que moins de déplacements est une bonne chose, tant qu'ils se font en voiture :P.
  9. Rue Laurier Ouest (reconstruction)

    Exactement! L'espace du centre était un lieu d'arrêt populaire... Mais ultimement illégal, et je crois que les trottoirs sont une meilleure utilisation de l'espace :). Bien d'accord pour Jarry, c'est un projet qui passe sous le radar ici, mais chaque fois que je passe là, je me dis que la rue devient pas mal plus belle avec les travaux.
  10. J'aime cette œuvre, c'est un bon point positif du projet. Tant qu'à moi, l'ensemble du projet aurait pu être un corridor d'art, c'est pas une utilisation désagréable d'un lieu de transit, plutôt que de saupoudrer d'autres usages dont je crains pour la popularité.
  11. Projet Montréal est arrivé dans le Plateau Mont-Royal, a éliminé le déficit de l'administration précédente, à remboursé la dette, a créé un fond de prévoyance, le tout en gardant les taxes locales sous la moyenne montréalaise et en jonglant avec une baisse du budget, et des coûts fixes à la hausse de la part de la ville centre. Le quartier a une croissance démographique au dessus de la moyenne montréalaise, et a créé une des zones de créations d'emplois les plus dynamiques du Canada. Il n'y a pas une SDC qui termine cette année sans avoir drastiquement baissée son taux de vacance, malgré la succession d'une crise économique, de travaux majeurs sur plusieurs artères pendant des années, et des changements profonds dans la dynamique commerciale affectant tout le monde. Si on veut faire une critique pertinente de ce parti politique, simplement calquer des caricatures communistes et socialistes me semble loin de la réalité quantifiable des quartiers sous cette administration. Ce sont littéralement les plus grandes poches de gentrification en ville. D'ailleurs Projet Montréal est un parti municipal. Parler d'établir un "modèle économique socialiste" me semble vraiment tiré par les cheveux. C'est de l'urbanisme en bout de ligne, et les villes du Québec n'ont pas une liberté particulièrement grande. J'imagine que je n'étais pas assez clair, mais pointer du doigt une personne pour la critiquer n'est pas la direction que je vais tolérer sur le débat politique des élections. Le respect doit primer. Je ne fais jamais de modération, mais sur ce sujet, je veux m'assurer que tout le monde soit confortable de parler politique. Ça demande juste de prendre un ton impersonnel. Ceci étant dit, j'habite le Mile-End. Sur mon bloc et le bloc voisin, 6000 emplois ont été créés depuis 2012. Des emplois de haute qualité autant dans le jeu vidéo que dans la finance. Le quartier est devenu une destination touristique incontournable, et une marque de commerce très forte. Les pancartes à louer sur les rues commerciales se comptent sur les doigts d'une main, et il y a plus de 500 commerces vivants et prospères au niveau de la rue dans le cœur du quartier. Les commerces se font littéralement tassés par des plus offrants, des commerces plus luxueux et plus chers. Un 3 1/2 se vend 360 000 dollars dans mon édifice. Ferrandez doit vraiment être pourri à sa job, car c'est probablement l'exemple le plus probant à Montréal de gentrification et d'un quartier devenu marque de commerce rentable. Quand même amusant que mon quartier soit l'extrême opposé de la caricature (parce que dire que je vis dans une enclave anti-économique est une vraie caricature) qu'on se fait parfois de Projet Montréal, alors que ça a été leur plus gros laboratoire urbain. ***** Projet Montréal à pourtant des défauts plus terre-à-terre tant qu'à moi: - Ils se lancent parfois dans des causes sociales loin des enjeux urbains, sans avoir le pouvoir d'agir. - Ils sautent sur la mauvaise publicité de la ville, même si elle est non-justifiée, simplement pour marquer des points contre Coderre. - Ils ont eu une attitude de confrontation s'opposant à leurs idéaux de démocratie de proximité en ayant plusieurs problèmes de consultations et de communication pour plusieurs interventions. - Ils ont manqué de transparence à communiquer des études sur l'impact de certaines mesures d'apaisement. - Ils ont mis des bacs à fleurs pas très beaux sur Prince-Arthur. - Le manque de coopération entre l'administration Coderre et leurs propres arrondissements est une faute partagée à 50-50. - Il y a des promesses électorales qu'on a plus jamais entendu parlé. - Et comme n'importe quel parti politique, c'est impossible d'être d'accord avec toutes leurs positions. Mais franchement, l'étiquette socialiste m'a toujours semblé reposer sur une translation très maladroite des partis politiques nationaux à des politiques municipales, alors que les deux sont peu liés. Pourquoi l'amélioration du transport actif est une mesure de gauche, et l'amélioration du transport motorisé une mesure de droite? Ça ne fait aucun sens. La voiture solo est extrêmement chère, inefficace et ultra-subventionnée. C'est du gaspillage d'argent commun (un tord qu'on associe à la gauche), objectivement quantifiable, comparé à des mesures plus économiques et efficaces (pour ne citer qu'un exemple).
  12. Rue Laurier Ouest (reconstruction)

    Une photo de cette semaine du nouveau trottoir pratiquement terminé, à l'extrémité ouest de la rue: En faisant une rotation de 180 degrés, voici une photo du vieux trottoir de l'autre côté de la rue: À comparer les deux, le vieux trottoir me semble définitivement trop étroit pour une rue commerciale, incapable d'accueillir du mobilier urbain, et tout simplement sans aucun intérêt. Pas digne d'une des rues les plus chères de Montréal.
  13. Bien d'accord sur le statut de Ville-Marie. C'est difficile à justifier de créer un déficit démocratique pour une part de nos citoyens en fonction de leur lieu de résidence. Bien sûr, certains vont dire que "c'est pour le bien commun", mais c'est une approche contraire à la démocratie. Et on a toujours le "bien commun" très sélectif, quand ça nous avantage et qu'on peut imposer nos idées aux autres. Le bien commun, ça pourrait d'imposer sans consultation une densité soutenable dans les quartiers résidentiels périphériques à faible densité, et je suis pas mal certain que ce serait un scandale. Le centre-ville est de plus en plus habité, et même par des familles avec des enfants maintenant (de mémoire, une augmentation de 10% entre 2011 et 2016), ça va prendre des élus locaux capables de répondre à ces besoins. Ce n'est pas le maire de Montréal qui va le faire, il a beaucoup d'autres chats à fouetter. Globalement pour les élections, Projet Montréal devra vendre et faire connaître sa cheffe. C'est un grand inconnu pour tout le monde. Les opinions sur Coderre sont déjà arrêtées, à se fier au premier sondage qu'on a eu. Projet Montréal a un énorme potentiel de croissance des intentions de vote, mais doit vraiment aller chercher l'attention et l'intérêt des gens ordinaires, et ça c'est très difficile. Personnellement, je reprocherais à Coderre d'être vieux jeu dans son approche de la ville, contrairement à Projet Montréal qui met la proximité avec le citoyen au centre des interventions. On ne devrait pas se sacrifier pour une ville, mais celle-ci devrait évoluer pour rendre nos vies meilleures. Je déteste voir Coderre se mêler des interventions locales des arrondissements, alors qu'il s'agit d'une volonté démocratique par les gens directement concernés par le milieu. Ce sont toujours des interventions populistes, avec des résultats passéistes (du genre favoriser l'automobile sur le transport actif). Son approche est peut-être adéquate pour gérer la ville à un niveau plus globale, et il devrait s'en tenir là. Un chef d'orchestre ne va pas se mettre à jouer du violon parce qu'il n'aime pas le coup d'archet d'un musicien, en pleine symphonie. La concentration des pouvoirs qu'il préconise est une perte de services pour les citoyens. Il n'y a aucun avantage dans de nombreux cas. C'est un simple jeu de pouvoir sur la ville. Cela implique des délais plus grand pour des interventions, et une perte de la prise en compte des particularités locales pour des services efficaces. La réforme du financement des arrondissements est insultante pour les quartiers centraux, et ne respecte aucunement la richesse relative, ainsi que le coût en service des habitants des divers quartiers. Il a été carrément nuisible à plusieurs reprises dans les dossiers du transport en commun, de la voiture en libre-partage, et du transport actif. Enfin, c'est très facile de critiquer la personne qui est au pouvoir, par définition! Cette personne est responsable de pratiquement toutes les actions et leurs conséquences. Coderre a plusieurs bons points. Il a été extrêmement actif à vendre Montréal sur la scène internationale, il n'a pas peur de positionner Montréal comme une ville d'importance, il a redonné une certaine noblesse au poste de maire. Il est présent, énergétique sur la scène publique. Il a poussé de nombreux projets. Je suis 100% d'accord avec lui sur l'importance des villes dans notre monde contemporain. En bout de ligne, on ne peut que le considérer bon par rapport à ses prédécesseurs. Mais je considère que son administration gagnerait à avoir une meilleure opposition, histoire de balancer ses visées de centralisation et d'interventions locales déplacées et, à mon avis, nuisible pour les citoyens dans leur propre milieu de vie. J'aimerais qu'il croit en ce qu'il raconte aux autres maires du monde; le virage vert, les transports alternatifs, et qu'on pense nos interventions en ce sens, et non faire le contraire pour gagner l'approbation des commentateurs sur le site web du Journal de Montréal.
  14. Il ne semble pas avoir un consensus à savoir si une œuvre publique doit évoluer ou qu'on doit respecter son intégrité originale. Le taureau de Wall Street est un bon exemple, avec la jeune fille en opposition en face, modifiant donc l'œuvre, son contexte et même sa signification. Certains aiment, d'autres non. Je sais que plusieurs artistes de rue dans mon quartier sont heureux de voir leurs œuvres évoluer et considérant cette évolution comme une part importante de l'art, mais d'autres tiennent vraiment à garder leur travail intact. Bref j'imagine que le mieux est de demander à l'artiste ce qu'il en pense :P.
  15. Expos coming back?!?

    Voici un sujet pour discuter des élections: