vincethewipet

Modérateur
  • Compteur de contenus

    2 806
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    8

vincethewipet a gagné pour la dernière fois le 11 décembre

vincethewipet a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

518 Excellent

3 abonnés

À propos de vincethewipet

  • Rang
    Est-ce un avion? Est-ce un oiseau? Non, c'est Vincethewipet

Personal Information

  • Biography
    Fier résident du Mile End.
  • Location
    Montréal, Qc
  • Intérêts
    .
  • Occupation
    .
  1. Le Smith - 26 étages

    Tu as raison si on compte sur le rendu. Je vais changer cela.
  2. TOM Condos - 42 étages

    Denis dois regarder un tutoriel sur youtube pour savoir comment les poser.
  3. Royalmount "Quinze40"

    C'est certain. Je ne critique pas le choix, dans la situation actuelle, de nombreux consommateurs de vouloir avoir accès à de tels centres. Je ne digère juste pas le fait de donner ce centre comme une "leçon d'urbanisme" aux quartiers centraux. Ce ne l'est pas à mon avis. Honnêtement, je crois qu'une grande part du succès de certains gros centres commerciaux périphériques tient des faiblesses de certains quartiers habités à offrir du commerce de proximité de qualité. Leur si grande présence, c'est s'accommoder d'un problème, à mon avis. Surtout que les centres commerciaux tentent de se réinventer en se concentrant plus sur le divertissement, et que cette offre pourrait facilement être une de proximité pour la clientèle. C'est certain que les centres commerciaux ont une raison d'être, même au centre (comme au centre-ville). Mais ils ne devraient pas représenter un certain "monopole" de l'offre commerciale pour de si grands secteurs en périphérie. C'est de la paresse de planification à mon avis. Tout le monde gagnerait en temps, argent et commodité à avoir un peu plus de services à proximité, une vraie desserte locale en services. Je ne crois pas que le commerce de proximité est un luxe seulement pour les anciens quartiers. Ça devrait être une part d'une bonne planification partout dans la région métropolitaine. Il y a vraiment quelqu'un qui serait contre le fait d'avoir une petite rue commerciale pas loin, d'aller chercher du pain frais à pied, ou d'avoir un resto de quartier où on se souvient de vous, et pouvoir profiter de sorties intéressantes en restant dans son quartier? Je crois que la requalification du secteur où se situe le Quinze40 dépasse les limites de ce seul projet, et j'aimerais y voir une approche plus intégrée avec la ville de Montréal, un projet s'intégrant dans une trame urbaine étendue, et une meilleure mixité dans l'usage du terrain. On peut garder une grande concentration de commerces et bureaux dans le projet (c'est un bord d'autoroute anyway, il y a des limites aux usages), mais je crois qu'on pourrait faire mieux en terme d'objectifs urbains contemporains, même avec un projet à grande échelle. Personnellement, je ne crois pas qu'on devrait juger le projet sur sa rentabilité. Ce n'est pas mon rôle ou celui de la ville et honnêtement j'ai l'impression qu'il le serait, ne serait-ce qu'une bonne part de l'offre en compétition dans le coin est dans des centres un peu désuets. Le débat devrait plutôt se tenir à la répartition géographique que l'on veut pour notre offre commerciale, des bonnes pratiques en terme de d'orgine et de destination, de temps de transport, et de moyen de transport.
  4. Quartier de la Montagne - 18 étages

    Je dirais quand même que dans le cas du Wanda, c'est un mur aveugle accoté sur une petite construction déconnectée de la volumétrie du projet. Pour le Carré Saint-Laurent, le Cléopâtre semble s'intégrer au basilaire de la nouvelle construction par sa hauteur similaire, sa façade s'intègre dans le façadisme du reste du bloc sur Saint-Laurent, et sa volumétrie dégage la tour sur Sainte-Catherine, comme une séparation faisant respirer la tour du reste de l'ensemble. Du point de vue des volumes, je préfère donc le Carré Saint-Laurent. Enfin, sur papier, on verra bien en bout de ligne, une fois construit :P.
  5. Royalmount "Quinze40"

    Le Plateau a un pourcentage moins élevé de vacance dans ses locaux commerciaux que le DIX30, tout en étant une des zones de créations d'emplois les plus actives de Montréal, tout en prenant la troisième place des lieux touristiques en ville, et cela tout en augmentant sa population au dessus de la croissance moyenne montréalaise. Les déplacements dans le quartier ont augmenté durant les dernières années, en ayant un transfert des parts modales de la voiture vers les alternatives. Tout ce qui est mentionné plus haut est une réalité statistique prouvée. Quelles leçons veux-tu donner ici? Que les gens esclaves de leur voiture ne peuvent pas y aller facilement avec une abondance de stationnements inutilisés à grandeur pour ne pas avoir à chercher? Et puis? Les forces que le quartier a développé en misant sur ses affinités ont plus que compensés. Un quartier n'a pas à te plaire pour réussir et s'épanouir en fonction de ses propriétés et de ses aspirations. C'est pas parce que ça ne te convient pas qu'il n'y a pas une clientèle pour prendre ta place. Surtout que cette clientèle «non-automobile» représente historiquement plus de 90% de l'achalandage des rues commerciales du quartier, et qu'il est normal de lui donner une priorité relative à cette réalité. Je vis dans un quartier d'histoire, d'architecture, et un milieu de vie d'une mixité quasi-exemplaire en terme de démographie, de services et d'emplois en relation à la population active. Les habitudes de transport y sont beaucoup plus saines et soutenables que le tout à l'auto. Un centre commercial est laid, sans mixité, déconnecté de son milieu, un problème constant d'accès pour ce qui reste en bout de ligne une faible quantité de commerces, et n'offre aucune proximité d'emplois ou de résidences aux services offerts. Quelle leçon d'urbanisme tu veux donner? Faire un gros parking dans une ville saturée d'automobiles, plutôt que d'y construire un milieu de vie mixte et soutenable et de rapprocher les commerces et les services de la clientèle? C'est supposé être visionnaire et intelligent? Alors que ces centres commerciaux meurent ridiculeusement plus vite que n'importe quelle artère commerciale du Plateau, à travers l'Amérique du Nord? Si tu penses que le Quinze40 va être cool pour toi, grand bien de fasse, je te souhaite du plaisir à y aller. Ça ne changera rien à ma vie. Mais viens pas me dire que je mérite une «punition» ou une leçon en urbanisme parce que je veux un développement différent (et parfaitement justifiable, même sur le plan économique) pour mon quartier. Et si tu n'as aucune alternative potable pour te rendre vers le centre, ne vient pas blâmer les quartiers qui font des efforts à rendre les alternatives viables. Regarde du côté de ceux qui t'empêche d'avoir du choix et de la liberté de déplacement. Parce que l'automobile seule ne pourra jamais te donner cela dans un milieu dense. Simple question de géométrie.
  6. Discussion sur la démographie de Montréal, ses alentours et du Québec Discussion tirée de ce sujet: Discutez ici de vos opinions sur les tendances d'évolution de la population dans notre belle province.
  7. Lien rapide entre Montréal et Québec

    Effectivement, je pensais envoyer ces messages dans un nouveau sujet sur la démographie. Je ferai ça tantôt. EDIT: C'est fait, si on veut parler de nos opinions sur la démographie du Qc et de Montréal, c'est ici, j'ai tous mis les messages "hors sujets" dedans:
  8. 1212 Bishop - 9 étages

    Honnêtement, dans ces cas d'extension, je préfère voir un contraste contemporain plutôt qu'une volonté d'intégration des matériaux. Je trouve que cela rend plus justice au vieux tout comme au nouveau.
  9. Tour de la Bourse (2017-2019)

    Très content de voir ces travaux Ma tour favorite à Montréal, mais elle avait besoin d'un peu d'amour. Le food court est très désuet, et l'extérieur doit être rafraîchie. Content de voir que ça va se faire!
  10. Par contre, la composition des logements changent dans le centre de Montréal. Vu que leur nombre est assez statique ils ne pourront jamais répondre à la croissance de la demande, mais si je regarde le Plateau dans le dernier recensement, on parle d'une baisse de 3.2% des ménages seuls, une hausse de 5% des ménages avec enfants. La taille des ménages est à la hausse, pour grosso-modo les mêmes logements (ou des familles assez fortunées pour agrandir par mezzanine ou en fusionnant un duplex). Je crois qu'orienter le développement d'un quartier pour les familles fonctionnent quand il y a une réelle volonté. Enfin c'est un phénomène récent (observable seulement dans le dernier recensement), mais avant le virage «qualité de vie» de Projet Montréal, tout le monde s'en foutait des familles dans le centre.
  11. Et rien là-dedans n'indique que Montréal est indésirable. Lorsque Montréal perdra de la population, qu'elle verra son nombre de familles diminuer, sa pauvreté augmenter, son taux d'occupation des logements baisser, ou son marché immobilier tomber dans le rouge, on aura un signal clair que c'est le cas. Mais en ce moment, pas mal toutes ces variables sont au vert, et connaissent une embellie. Il y a beaucoup plus de signaux pointant vers une augmentation de son attrait qu'autre chose, vu l'amélioration de tous ces indicateurs. Comparer directement l'évolution démographique d'une région à une ville est un exercice vain. Ce sont des territoires qui n'ont rien de comparable en terme de dynamique. La taille du territoire, le coût de l'habitation, la saturation du territoire à bâtir, les réalités démographiques propres (comme l'âge, l'éducation, la composition des ménages), ça change du tout au tout. On voit des variations drastiques de l'évolution démographique dans les villes en périphérie aussi, et ça n'a rien à voir avec leur désirabilité. La population de Westmount stagne, est-ce c'est parce que la ville est indésirable? Bien sûr que non. Montréal à comparaison à la réalité unique d'être la porte d'entrée de la province en matière d'immigration, ou hôte d'une population étudiante temporaire, ou de créer de jeunes ménages en veille de fonder une famille, et cela crée un mouvement de population évident, une population qu'elle ne pourra jamais retenir au complet, par sa saturation ou par simple préférence de certains ménages. Mais c'est loin d'être tous les ménages, ceux qui occupent les logements et rendent le marché immobilier si tendu sur l'île. S'ils ne voulaient pas y vivre, ils feraient comme à Détroit et irait voir ailleurs.
  12. Non, elle veut rendre la ville abordable pour les familles moins «fortunées» Les familles sont déjà à Montréal. Les ménages avec enfants sont en croissance (et plus rapidement que la population générale, signe d'attrait pour cette catégorie de ménage), les logements assez grands pour eux sont complètement saturés et en situation de pénurie. La pression sur les prix est énorme. Il est impossible de dire que la croissance de Montréal serait négative sans l'immigration. C'est de la pure spéculation, et franchement rien dans la pression du marché indique cette dynamique à mon avis. Les prix sont trop élevés par rapport à la périphérie pour suggérer que c'est un choix par dépit.
  13. C'est un argument extrêmement faible. Montréal est la porte d'entrée de l'immigration au Québec. C'est un territoire saturé et construit. Ce mouvement existera toujours tant que Montréal aura un flot constant de nouveaux ménages (de toute sorte de façon) Pendant ce temps, les prix à Montréal sont plus élevés qu'ailleurs, les logements libres sont très rares, et malgré la complexité de la densification, la ville continue d'augmenter son taux de croissance (jusqu'à avoir le meilleur de la province récemment). Une ville qui augmente sa population, sa densité, et qui connaît une telle pression sur son marché immobilier n'est pas indésirable. Prendre une seule variable facilement expliquée par la réalité d'accueil et se saturation de Montréal ne permet absolument d'arriver à cette conclusion. Si Montréal était indésirable, elle prendrait le chemin des villes indésirables: elle se viderait en chiffre absolu, son marché immobilier s'effondrerait, et la pauvreté serait en augmentation dans les quartiers centraux. Je vis dans un quartier cher, établi, et où les gens sont extrêmement impliqués. C'est par amour pour le quartier que les gens y font leur vie et vont y mettre autant d'énergie. C'Est ça la réalité des quartiers à Montréal, et ça un peu partout sur l'île.
  14. C'est quand même particulier d'être incapable de penser que les gens veulent habiter à Montréal. Vivre dans le Plateau Mont-Royal est un choix de vie avec peu d'équivalent hors des quartiers centraux de la métropole. C'est désirable pour beaucoup, et les gens mettent le prix. Et il y a la proximité de beaucoup plus qu'un emploi au centre-ville qui rentre en jeu, d'ailleurs.
  15. Nouveau Pont Champlain

    Dans ce cas, rajoutons du métro, pas des routes qui vont se déverser dans un réseau ultra-saturé. Avec un budget limité, il faut savoir privilégier les solutions de mobilité durable, à mon avis. Augmenter drastiquement la capacité du pont Champlain, et on empire la situation en aval et en amont, tout en grugeant les budgets qu'on met dans le transport.