Rocco

Terre des hommes

Recommended Posts

Pinned posts

C'est à la Cité du Havre https://fr.wikipedia.org/wiki/Cité_du_Havre  où les stigmates de l'Expo sont les plus visibles. Cette partie du site remise au fédéral demeure encore sous-développée, étant à l'écart des grands axes de transport. Il faut aussi dire que sur les Iles elles-mêmes l'animation y est plutôt tranquille en dehors de certains événements sportifs ou festivals. Elles demeurent cependant un parc fort agréable à visiter et offrent des coups d'oeil uniques sur la ville.

Certains chantiers y prennent place surtout sur l'ile Ste-Hélène qui subit actuellement une cure de rajeunissement importante. Quant à l'ile Notre-Dame on y trouve bien sûr des vestiges plus ou moins abandonnés dans des coins éloignés ou oubliés. Il faut dire que le site est immense et n'a plus l'attrait, ni l'éclat des beaux jours.

J'imagine qu'une fois l'ile Ste-Hélène réaménagée, que l'on passera à la deuxième ile où des installations permanentes seront à leur tour mises en valeur. On comprendra qu'avec la disparition de Terre des Hommes, Montréal a dû essayer de trouver une nouvelle vocation à ces immenses terrains, dont certaines parties sont retournées en friche faute d'entretien.

Heureusement cela demeure l'exception plutôt que la norme et le potentiel est toujours présent pour en faire un lieu public fréquenté et populaire au coeur même de l'agglomération montréalaise. Je continue de penser qu'un lien direct avec le Vieux-Port aurait un effet bénéfique des deux côtés des rives. Une navette fluviale, un minirail ou un téléphérique qui ajouterait une activité de plus à l'offre déjà impressionnante, tout en faisant découvrir le Casino un peu seul dans son coin.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je viens de trouver, il s'agit d'une sculpture de Robert Roussil...

 

Voici un extrait d'un article ecrit par Francois Cardinal en 2012!!!

 

...je veux aujourd’hui partager avec vous une découverte qui, dans le contexte du débat en cours sur la place de l’art public à Montréal, m’a jeté à terre.

Lorsque vous faites le tour du silo no 5, que vous marchez vers l’est en longeant les annexes 1 et 2, en dépassant l’élévateur en métal puis en atteignant le bout de l’annexe B1, vous arrivez à la pointe de la Pointe-du-Moulin.

Et à cet endroit, vous apercevez, à quelques mètres derrière une clôture Frost surmontée de barbelés, une imposante sculpture à fourches de l’artiste Robert Roussil. Une sculpture magnifique, témoin d’un brutalisme d’une autre époque, et pourtant négligée.

Personne, en effet, n’a accès à ce secteur. Personne ne peut apercevoir la sculpture depuis le Vieux-Port. Personne ne peut donc profiter de cette œuvre signée par un des importants artistes de Montréal (d’autres sculptures de Roussil sont disséminées dans la ville), sinon les quelques plaisanciers qui se faufilent entre la Pointe-du-Moulin et le quai Alexandra.

Or il est intéressant de noter que cette œuvre, en plus d’être le vestige d’une autre époque, est pionnière de la fameuse politique du 1% en vigueur à Québec. Commandée par le ministère des Transports en 1973, elle faisait partie du projet de l’autoroute Ville-Marie.

Elle a d’ailleurs été installée, initialement, sur le terrain de la Tour de contrôle routier de l’autoroute, sur la rue Viger Ouest. Mais la construction de l’OACI a obligé les autorités à la démanteler en 1997, puis à l’installer ailleurs.

Mais pourquoi là? Mystère. La Société du Vieux-Port, manifestement, ne semblait pas savoir où la mettre.

Prêtée par le MTQ, elle a ainsi été installée dans ce no man’s land il y a… 15 ans, puis laissée à elle-même, entourée de hautes herbes et de barbelés (voir photo ci-dessous)… alors que l’on déplore justement le manque d’œuvres d’art public en ville!

Le Vieux-Port est conscient du problème, ce qui est en soi rassurant. «Nous réfléchissons à différentes avenues pour mettre en valeur nos œuvres d’art dans nos prochains travaux de réaménagement, explique Julie Mailhot. Nous sommes conscients que la sculpture de Robert Roussil pourrait être mise en valeur d’une manière plus importante.»

Ça me rappelle ces histoires, pas si lointaines, d’entrepôts municipaux remplis d’œuvres oubliées. Des œuvres, comme celle de Roussil, qui pourraient pourtant bonifier l’expérience culturelle publique à très peu de frais.

Montréal n’est pas une ville riche. Ne devrait-on pas profiter le plus possible de ce que l’on possède déjà?

------------

Totalement d'accord avec Cardinal.

Cette sculpture est encore aujourd'hui en 2017 a l'abandon dans un coin perdu a l'abri des regards.

 

  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est bien de mettre à jour la présence de cette oeuvre qui dort en attendant des jours meilleurs. Comme on sait le Vieux-Port est loin d'avoir terminé son aménagement. A ce propos on peut imaginer qu'il faudra encore plusieurs années avant de disposer d"espaces publics tout neufs. Pour le moment je dirais qu'elle est sous bonne garde même si elle est soumise aux éléments, étant de toute façon destinée à être exposée à l'extérieur.

Donc bien cachée dans son petit coin solitaire et à l'abri derrière une clôture, elle pourra attendre patiemment ses prochains jours de gloire. Bien sûr on aurait pu faire mieux, mais je comprends le V-P de vouloir la mettre en réserve pour ses propres usages ultérieurs. A moins que... ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, urbanophile a dit :

Montréal n’est pas une ville riche

Un argument usé, agaçant même.  D'autres villes dans le monde, pourtant bien moins «riches» que Montréal, ne s'affublent jamais de la sorte.

p.s. Oh, il y avait bien eu le «Berlin ist arm, aber sexy» (Berlin est pauvre, mais sexy), de l'ancien maire  Klaus Wowereit, mais  il cherchait à attirer l'attention, et c'est dépassé, quelle que soit la réalité.

Modifié par Né entre les rapides
addendum
  • Thanks 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 14 heures, Né entre les rapides a dit :

Un argument usé, agaçant même.  D'autres villes dans le monde, pourtant bien moins «riches» que Montréal, ne s'affublent jamais de la sorte.

p.s. Oh, il y avait bien eu le «Berlin ist arm, aber sexy» (Berlin est pauvre, mais sexy), de l'ancien maire  Klaus Wowereit, mais  il cherchait à attirer l'attention, et c'est dépassé, quelle que soit la réalité.

Disons qu'il y a plusieurs sortes de richesses et Montréal en possède bon nombre (bien trop long à énumérer ici), dont une culture vibrante qui est loin d'être la moindre. Quant à l'argent proprement dit, nous sommes dans la bonne moyenne compte tenu du fait que nous ne pouvons nous affubler du titre de capitale. Comme on sait le capital sous forme de budget national qui draine des milliards, se trouve plus naturellement dans les capitales fédérale(s) et provinciales (comme si les deux allaient de pair).

Nonobstant ce fait, nous sommes riches en industries dans une foule de domaines et le coeur économique du Québec, dont un des principaux centres financiers, ports et aéroports du pays. On pourrait ainsi décliner nos richesses, tout en réalisant qu'en dépit d'une certaine pauvreté concentrée principalement en ville (à cause des services), la métropole a aussi ses riches quartiers et sa riche histoire.

Je suis donc en total accord avec toi, surtout que le nuage de morosité a fait place à un ciel plein de promesses, dont les nombreux chantiers sont des exemples éloquents parmi bien d'autres. Comme on dit on n'arrête pas le progrès, ainsi on découvre presqu'à chaque jour des trésors oubliés, comme justement cette magnifique sculpture qui saura trouver sa place dans un des nouveaux espaces publics à créer. 

A ce chapitre c'est une autre richesse qui s'impose comme jamais à Montréal. Puisque l'espace public est le lieu idéal de rencontres des résidents et des visiteurs. Qu'ils soient de grandes places publiques festives, des promenades, des villages éphémères ou des rues piétonnières, des parc-jardins, linéaires ou des mini-places intimes, tous contribuent à l'atmosphère électrisante de la ville et à la beauté de son décor.

Vraiment Montréal est riche et sexy, à la fois assez jeune pour séduire et assez mûre pour plaire. Ce qui m'amène à paraphraser un vieux dicton populaire londonien: si vous êtes fatigués de Montréal, vous êtes fatigués de la vie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour ceux qui critiquent le nouvel aménagement bétonné de l'Ile Ste-Hélène.. Que dites-vous de l'origine du site? (Archives de la Ville de Montréal)

VM94-B208-047.jpg

VM94-B208-048.jpg

VM94-B208-025.jpg

  • Thanks 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 5 minutes, Rocco a dit :

Pour ceux qui critiquent le nouvel aménagement bétonné de l'Ile Ste-Hélène.. Que dites-vous de l'origine du site? (Archives de la Ville de Montréal)

Que c'est trop bétonné également. 

As tu d'autres questions faciles comme ça? :silly: 

Sans blague, merci pour les photos. 

  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant