Jump to content

Terre des hommes


Rocco

Recommended Posts

14 minutes ago, Rocco said:

Pour ceux qui critiquent le nouvel aménagement bétonné de l'Ile Ste-Hélène.. Que dites-vous de l'origine du site? (Archives de la Ville de Montréal)

VM94-B208-047.jpg

VM94-B208-048.jpg

VM94-B208-025.jpg

Le beton était a la mode a l'époque. Comme les terrains de stationnements un peu partout a Montreal.  

Link to comment
Share on other sites

Le 17/09/2017 à 18:16, urbanophile a dit :

Je viens de trouver, il s'agit d'une sculpture de Robert Roussil...

 

Voici un extrait d'un article ecrit par Francois Cardinal en 2012!!!

 

...je veux aujourd’hui partager avec vous une découverte qui, dans le contexte du débat en cours sur la place de l’art public à Montréal, m’a jeté à terre.

Lorsque vous faites le tour du silo no 5, que vous marchez vers l’est en longeant les annexes 1 et 2, en dépassant l’élévateur en métal puis en atteignant le bout de l’annexe B1, vous arrivez à la pointe de la Pointe-du-Moulin.

Et à cet endroit, vous apercevez, à quelques mètres derrière une clôture Frost surmontée de barbelés, une imposante sculpture à fourches de l’artiste Robert Roussil. Une sculpture magnifique, témoin d’un brutalisme d’une autre époque, et pourtant négligée.

Personne, en effet, n’a accès à ce secteur. Personne ne peut apercevoir la sculpture depuis le Vieux-Port. Personne ne peut donc profiter de cette œuvre signée par un des importants artistes de Montréal (d’autres sculptures de Roussil sont disséminées dans la ville), sinon les quelques plaisanciers qui se faufilent entre la Pointe-du-Moulin et le quai Alexandra.

Or il est intéressant de noter que cette œuvre, en plus d’être le vestige d’une autre époque, est pionnière de la fameuse politique du 1% en vigueur à Québec. Commandée par le ministère des Transports en 1973, elle faisait partie du projet de l’autoroute Ville-Marie.

Elle a d’ailleurs été installée, initialement, sur le terrain de la Tour de contrôle routier de l’autoroute, sur la rue Viger Ouest. Mais la construction de l’OACI a obligé les autorités à la démanteler en 1997, puis à l’installer ailleurs.

Mais pourquoi là? Mystère. La Société du Vieux-Port, manifestement, ne semblait pas savoir où la mettre.

Prêtée par le MTQ, elle a ainsi été installée dans ce no man’s land il y a… 15 ans, puis laissée à elle-même, entourée de hautes herbes et de barbelés (voir photo ci-dessous)… alors que l’on déplore justement le manque d’œuvres d’art public en ville!

Le Vieux-Port est conscient du problème, ce qui est en soi rassurant. «Nous réfléchissons à différentes avenues pour mettre en valeur nos œuvres d’art dans nos prochains travaux de réaménagement, explique Julie Mailhot. Nous sommes conscients que la sculpture de Robert Roussil pourrait être mise en valeur d’une manière plus importante.»

Ça me rappelle ces histoires, pas si lointaines, d’entrepôts municipaux remplis d’œuvres oubliées. Des œuvres, comme celle de Roussil, qui pourraient pourtant bonifier l’expérience culturelle publique à très peu de frais.

Montréal n’est pas une ville riche. Ne devrait-on pas profiter le plus possible de ce que l’on possède déjà?

------------

Totalement d'accord avec Cardinal.

Cette sculpture est encore aujourd'hui en 2017 a l'abandon dans un coin perdu a l'abri des regards.

 

J'ai beaucoup de mal à comprendre pourquoi cette sculpture de Roussil, qui est un artiste important, est abandonnée dans ce no man's land, comme si elle ne méritait pas d'être mise en valeur. On ne peut pas trouver une place publique susceptible de l'accueillir ? Si le V.-P. ne sait pas quoi en faire pour l'instant, que la Ville de Montréal en dispose et l'installe sur une place publique. Évidemment, je rêve. Le V.-P. ne veut pas s'en départir et préfère la laisser à l'abandon dans un coin perdu jusqu'à ce qu'on la relocalise, ce qui peut encore prendre un certain temps. Jolie mentalité.

Edited by ferraro
Link to comment
Share on other sites

Il y a 15 heures, ferraro a dit :

J'ai beaucoup de mal à comprendre pourquoi cette sculpture de Roussil, qui est un artiste important, est abandonnée dans ce no man's land, comme si elle ne méritait pas d'être mise en valeur. On ne peut pas trouver une place publique susceptible de l'accueillir ? Si le V.-P. ne sait pas quoi en faire, que la Ville de Montréal en dispose et l'installe sur une place publique. Évidemment, je rêve. Le V.-P. ne veut pas s'en départir et préfère la laisser à l'abandon dans un coin perdu. Jolie mentalité.

Mettons les choses en perspective.

Le site de Terre des Hommes est un actif qui dort et qu'on essaie de réveiller à coup de dizaines de millions d'investissement public. C'est sûr qu'étant donné l'extension du site, la facture de réaménagement ne peut pas être modeste, elle suit les besoins qui sont importants et exigeants.

Ce sera en fait le deuxième véritable réaménagement depuis l'Expo 67 et on peut dire que celui-là sera majeur. Le premier aura été plutôt cosmétique, tandis que les travaux actuels seront faits en profondeur et devraient être durables.

C'est bien d'ailleurs de montrer des photos d'origine et les omniprésentes surfaces asphaltées (non bétonnées), avec un couvert végétal chétif et immature. Il faut dire qu'on est sur du terrain artificiel, fraichement créé de main d'homme et qui devait accommoder des centaines de milliers de visiteurs quotidiennement.

On peut donc dire que cette énorme surface minérale était dans les circonstances un avantage plutôt qu'un inconvénient. Facile a nettoyer, libre d'obstacle et permettant le déplacement aisé non seulement de foules considérables, mais aussi à toutes sortes de véhicules: de la chaise roulante au cushman (petit tout terrain de l'époque utilisé par le personnel cadre), en passant par les vélos-taxi et les camions d'entretien, de livraison, etc.

Aujourd'hui l'objectif des travaux est d'un autre ordre et devrait nous conduire à un espace planifié et organisé pour le confort des foules, comme pour la promenade en dehors des populaires événements festivaliers. L'aménagement paysagé sera entièrement repensé de manière professionnelle, fonctionnel, esthétique et permanent. Offrant d'ailleurs des espaces publics de différentes natures, du mobilier urbain approprié et des boutiques diverses pour un usage en toutes saisons.

C'est dans ce nouveau cadre que je m'attends justement à ce que toute la collection de sculptures (héritage de l'Expo) entreposées plus ou moins de manière temporaire,  trouvent chacune un site permanent qui les mettra définitivement en valeur. Elles font partie d'un patrimoine unique et exceptionnel, une richesse culturelle sans prix, irremplaçable, auquel ont doit impérativement donner la meilleure visibilité possible.

Je crois donc que ce n'est qu'une question de fin de chantier, avant de pouvoir à nouveau les admirer un peu partout sur le site, à l'instar d'une grande galerie d'art à ciel ouvert.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 8 heures, Calvin a dit :

Le passé est un autre monde 

Le passé est un autre monde: pas tant que ça. Ses racines sont encore enfouies profondément dans le présent. Ce présent est d'ailleurs l'enfant légitime de ce passé, qu'il ne peut nier sans y perdre ses propres origines et dont il dépend pour la suite des choses. Autrement on serait condamné à répéter incessamment les mêmes erreurs. 

Il n'y a donc pas de génération spontanée ailleurs que dans l'imagination des sots. Connaitre et respecter son passé et son histoire, c'est assurer sa propre place dans la continuité du monde.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Terre des hommes abandonné (Ile Sainte-Hélène). Juin 1988. La plupart des pavillons avaient été démolis en 1986-87 et on attendait la renaturalisation du site qui allait venir en 1990-92. Fast-forward 25 ans et on revient à la minéralisation du site. 

VM94-B268-57.jpg

Link to comment
Share on other sites

Toujours un gros MERCI pour toutes les contributions photographiques, qu'elles soient d'archives ou actuelles.

J'aimerais revenir sur un aspect qui a fait l'objet de quelques commentaires, soit l'omniprésence des surfaces bétonnées à l'occasion d'Expo67.  Je ne pense pas  que ce soit simplement un reflet de la «mode» de l'époque;  il faut en effet prendre en considération l'usage du site à l'occasion de l'Expo: 55 millions de visiteurs en six mois suppose une fréquentation quotidienne énorme, qui n'aurait pas été possible si le site (quand même assez restreint) avait été majoritairement «vert»  --il se serait rapidement transformé en une immense  mer de boue.  L'effet de grand air, de «grands espaces» était plutôt obtenu par l'abondance d'espaces «bleus», au premier chef par le fleuve Saint-Laurent lui-même.  

Jamais plus n'y aura-t-il autant de monde simultanément sur le site. Le réaménagement doit être «calibré» en conséquence, sans pour autant chercher à créer un espace authentiquement naturel comme les îles de Boucherville situées quelques kilomètres en aval.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 9 heures, Né entre les rapides a dit :

Jamais plus n'y aura-t-il autant de monde simultanément sur le site. Le réaménagement doit être «calibré» en conséquence, sans pour autant chercher à créer un espace authentiquement naturel comme les îles de Boucherville situées quelques kilomètres en aval.

N'oublions pas non plus que la partie originale de l'Ile Sainte-Hélène, largement boisée, est demeurée pratiquement intacte (à part quelques améliorations particulières), telle qu'elle était avant la construction du site d'Expo 67.

Cette île a d'ailleurs trois fonctions bien distinctes: en plus d'un parc de verdure, elle offre un parc récréatif à son extrémité est (La Ronde) et un parc événementiel à l'ouest près de la station de métro. Cette dernière section subit actuellement des travaux majeurs qui lui donneront des espaces mieux adaptés à sa vocation de grand site permanent de festivals.

Donc à terme on aura un espace public totalement réinventé, qui deviendra en même temps un lieu de divertissements et de promenade digne des meilleurs aménagements dans le domaine. Il sera aussi mieux organisé pour des activités hivernales, d'où de meilleures retombées sur l'ensemble de l'année. On peut alors s'attendre, suite à cet investissement important,  à une nette amélioration de sa fréquentation générale.

Link to comment
Share on other sites

13 hours ago, acpnc said:

N'oublions pas non plus que la partie originale de l'Ile Sainte-Hélène, largement boisée, est demeurée pratiquement intacte (à part quelques améliorations particulières), telle qu'elle était avant la construction du site d'Expo 67.

Cette île a d'ailleurs trois fonctions bien distinctes: en plus d'un parc de verdure, elle offre un parc récréatif à son extrémité est (La Ronde) et un parc événementiel à l'ouest près de la station de métro. Cette dernière section subit actuellement des travaux majeurs qui lui donneront des espaces mieux adaptés à sa vocation de grand site permanent de festivals.

Donc à terme on aura un espace public totalement réinventé, qui deviendra en même temps un lieu de divertissements et de promenade digne des meilleurs aménagements dans le domaine. Il sera aussi mieux organisé pour des activités hivernales, d'où de meilleures retombées sur l'ensemble de l'année. On peut alors s'attendre, suite à cet investissement important,  à une nette amélioration de sa fréquentation générale.

Pendant ce temps la place des festivals est tres souvent deserte en hiver. Pourquoi rajouter en plus un autre site. Ya quasiment rien sur l'ile pas de restaurant pas de commerces rien.  Je ne vois pas pourquoi on irait en hiver sur un site dégagé ou on a couper les arbres avec les vents qui arrive du fleuve bienvenue le refroidissement éolien. Que l'on s'occupe plus d'amener des activités dans le vieux port qui en a vraiment besoin durant la saison morte.

Link to comment
Share on other sites

il y a 9 minutes, andre md a dit :

Pendant ce temps la place des festivals est tres souvent deserte en hiver. Pourquoi rajouter en plus un autre site. Ya quasiment rien sur l'ile pas de restaurant pas de commerces rien.  Je ne vois pas pourquoi on irait en hiver sur un site dégagé ou on a couper les arbres avec les vents qui arrive du fleuve bienvenue le refroidissement éolien. Que l'on s'occupe plus d'amener des activités dans le vieux port qui en a vraiment besoin durant la saison morte.

Les évenements de l'Ile Sainte-Hélène sont pour des activités a grand déploiement de 20 à 60 000 personne. T capable toi de plaquer 60 000 personnes sur la place des festivals ou bedon dans le vieux-port? Faut arrêter de chercher des bibittes partout sacrament.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value