_mtler_

Usager
  • Compteur de contenus

    289
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1

_mtler_ a gagné pour la dernière fois le 14 avril

_mtler_ a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

47 Excellent

À propos de _mtler_

  • Rang
    Senior Member

Personal Information

  • Biography
    .
  • Location
    .
  • Intérêts
    .
  • Occupation
    .
  1. Quand pourra-t-on vraiment faire notre deuil du Spectrum de Montréal? http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1030335/quand-pourra-t-on-vraiment-faire-notre-deuil-du-spectrum-de-montreal Regardez cette photo. On y voit un panneau publicitaire qui annonce un projet de tours de bureaux à venir dans le Quartier des spectacles. Personnellement, la seule chose que je vois, c'est le terrain vague derrière le panneau. Celui où se dressait le Spectrum. Oui, ce Spectrum-là. Le seul. L’unique. Celui qui se trouvait rue Sainte-Catherine, pratiquement à l’intersection de la rue De Bleury. La meilleure salle de spectacle à Montréal, selon deux ou trois générations d’amateurs de musique et de festivaliers assidus. Le Spectrum, dont on a fermé les portes il y aura 10 ans le 5 août prochain. Dix ans… Une décennie! Et la seule chose qui trône en lieu et place, c’est ce panneau. Une aberration, s’il en est une. Et pourtant, rappelez-vous, il y avait urgence. Si, si… Retour en arrière. En 2007, on a appris que le Spectrum allait fermer ses portes à la fin de l’année. Bien des observateurs de la scène musicale s’en doutaient avant que la nouvelle ne soit rendue publique. Spectra, qui, en 1982, avait revitalisé le Club Montreal et l’avait rebaptisé Spectrum, avait un bail emphytéotique avec la société immobilière SIDEV jusqu’au 30 novembre 2007. Et la bâtisse, vétuste, avait besoin de sérieuses rénovations. À l’époque, le président de Spectra, Alain Simard, avait parlé d’une consolidation chiffrée à plus de 1 million de dollars. On n’a pas rénové. Le Spectrum de Montréal en quelques dates 6 mars 1952 : ouverture du cinéma Alouette 1980 : Ouverture du Club Montreal 17 octobre 1982 : ouverture du Spectrum de Montréal. P.I.L. et Claude Dubois sont les premiers à s’y produire 2 août 1983 : The Police enregistre un concert lors de la tournée Synchronicity 5 août 2007 : Fermeture du Spectrum Il y a bien eu un projet de bâtir un nouveau Spectrum dans l’édifice commercial à venir. Ça aussi, c’est tombé à l’eau. SIDEV a même proposé à Spectra de fermer la salle avant la fin du bail. On a donc fermé boutique aux petites heures le 6 août 2007, quand les derniers amoureux de cette salle l’ont désertée. Un peu avant quatre heures, pour ma part. Normalement, l’histoire devrait s’arrêter là. Bien au contraire, c’est à ce moment que le roman-savon immobilier a commencé. Une démolition qui tarde Comme plusieurs, je m’attendais à voir les bulldozers raser la bâtisse dans les semaines, voire dans les jours qui ont suivi. Après tout, on venait de fermer la salle à la va-vite… Nenni. Rien à l’horizon. L’été a passé, les feuilles d’automne sont apparues et le Spectrum, avec ses plaques de bois dans ses portes, était toujours debout lors des premières neiges, au jour de l’An 2008 et même au printemps suivant. J’ai toujours pensé qu’il avait manqué un devis technique quelconque pour la nouvelle construction prévue ou qu’un obèse de la paperasserie logé dans le sous-sol de l’hôtel de ville de Montréal voulait 17 autorisations en trois exemplaires avant de donner le feu vert aux démolisseurs. Je n’étais peut-être pas si loin de la vérité, car ce n’est qu’en mai 2008, soit 9 mois après la fermeture, que le conseil de l’arrondissement Ville-Marie a formellement approuvé la démolition de la salle de spectacles et des immeubles avoisinants. Mais quand est revenue la saison des festivals, le Spectrum, tel un fantôme visible en plein jour, était toujours debout. On a réalisé a posteriori qu’on aurait pu présenter des concerts plusieurs mois encore. Écrivons-le une fois pour toutes, le Spectrum a fermé un an trop tôt. Il a finalement été démoli à l’automne 2008. Nous ne sommes pourtant pas à la fin de l’histoire. On a appris au début de l’année suivante que la construction était reportée. Raison? La crise économique qui a frappé trop fort et qui a fait mal à nombre de promoteurs. On a donc inauguré la Maison du Festival de jazz à l’été 2009, lors de la 30e présentation du Festival international de jazz de Montréal (FIJM), en face d’un terrain vague. La belle affaire… Puis, les années ont passé : 2010, 2011, 2012… Toujours ce bout de terrain désert qui ressemblait à une verrue au milieu du visage. Enfin, pas toujours désert. À partir de 2010, Spectra – qui n’avait plus aucun droit sur le terrain – a comblé le vide ambiant en installant des scènes éphémères durant ses festivals. Bonne idée, mais ironie suprême : on jouait de la musique où se dressait le Spectrum. Promesse de construire À l’été 2011, le Fonds immobilier de solidarité FTQ a fait l’acquisition du terrain en friche. En 2012, on apprenait que le Fonds et Canderel, nouveau promoteur, proposait un projet immobilier plus ambitieux que celui initialement prévu. Le PDG du Fonds avait déclaré : « D’ici cinq ans, normalement, ça devrait être construit et loué à 100 %. » En rétrospective, cette déclaration ressemble à un plan quinquennal du Canadien de Montréal pour ramener la coupe Stanley qui ne se matérialise pas. « Construit et loué à 100 %? » Nous sommes à la fin d’avril 2017 et on n’a pas encore fait l’excavation en vue de la construction des tours. Dream On, comme chante Aerosmith. Ce énième délai s’explique peut-être par le fait que le site a été, un temps, au nombre des lieux pressentis pour la nouvelle Maison de Radio-Canada, ce qui ne sera pas le cas. Ou peut-être parce que l’on cherche encore des locataires pour occuper les tours. Pensez-y… Depuis une décennie, on a éventré toutes les rues du quadrilatère du Quartier des spectacles deux fois plutôt qu’une pour aménager la place des Festivals et ses alentours. On a ouvert la Maison du Festival de jazz. On a repavé la rue Sainte-Catherine de la rue De Bleury jusqu’à la rue Saint-Dominique. On a refait les couloirs intérieurs des accès à la Place des Arts et sa marquise, et on a changé la localisation de l’entrée de la 5e Salle. Et, actuellement, on complète dans l’édifice Wilder la construction de la Maison de la danse, qui abritera Les Grands Ballets Canadiens et Espace Danse. Des projets rassembleurs dont les investissements se comptent en dizaine de millions de dollars, des lieux de diffusion de culture rénovés, des espaces communs qui servent à la communauté. Mais l’intersection au coin Sainte-Catherine et De Bleury, elle, est toujours déserte. Entendons-nous, je n’attends pas avec impatience l’érection d’un nouveau monument de verre et de béton dans la métropole. Mais lorsqu’un immeuble se dressera finalement à cette intersection, il fera office de pierre tombale pour le Spectrum et le deuil sera terminé.
  2. ville-marie

    http://www.journaldemontreal.com/2017/04/27/quartier-des-grands-jardins-prevel-lance-le-projet-immobilier-union-sur-le-parc
  3. ville-marie

    is it just me or does it look like YUL has a slight tilt to the east?
  4. vieux-montréal

    excavation works well under way, full pin.
  5. that's when you know you've made it
  6. http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/497171/ciel-mon-stationnement Ciel, mon stationnement! Les consultations sur l’écoquartier du Technopôle Angus, dans Rosemont, débutent aujourd’hui Un projet immobilier décrit comme modèle, inspiré par Stockholm et Copenhague, soulève une controverse toute nord-américaine, dans le quartier Rosemont : les résidants des rues voisines craignent de manquer d’espace pour stationner leurs voitures. La deuxième phase du Technopôle Angus, située près de la rue Molson et de l’Avenue du Mont-Royal, est inspirée des quartiers les plus écologiques dans le monde. Les urbanistes considèrent ce projet de 265 millions de dollars comme un modèle : les 400 logements sont faits sur mesure pour les familles de la classe moyenne. Il s’agira entièrement de logements abordables ou sociaux. Le but : freiner l’exode des jeunes familles francophones vers la banlieue. 20% Proportion des logements sociaux dans le projet Le quartier doit compter trois places publiques, une école, deux garderies, une grande rue piétonne. Un procédé innovateur permettra un échange thermique entre les bâtiments. L’eau de pluie sera récupérée et filtrée. La moitié du projet sera occupée par des commerces ou des institutions qui amèneront sur les lieux 1500 travailleurs par jour — plus les clients. La Société de développement Angus (SDA) prévoit aménager 540 places de stationnement payant, toutes souterraines. Les résidants des rues voisines craignent de manquer d’espace. « Le stationnement est une très grande préoccupation, tant à mon niveau de résidant qu’au niveau des travailleurs qui vont venir dans le secteur aussi. Parce que c’est beau d’avoir des commerces, d’avoir un rêve utopique de créer des emplois, mais la journée où tous ces employés-là devront payer des stationnements, est-ce qu’ils vont fuir le secteur des Shops Angus pour aller travailler ailleurs ? » a résumé Gaston Tremblay, un voisin, lors d’une assemblée publique le mois dernier. L’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) doit tenir trois journées de consultation sur ce projet à compter de ce mardi. Déjà, le promoteur a ramené les bâtiments résidentiels à une hauteur de six étages plutôt que huit, devant l’opposition des riverains. Ils craignaient de perdre de l’ensoleillement. 3 Nombre de chambres de 75% des logements abordables Source: Société de développement Angus Limiter les voitures Ce projet semble s’inspirer des meilleures pratiques en matière d’aménagement et d’urbanisme, estime Claire Poitras, professeure à l’INRS et directrice du Centre Urbanisation Culture Société. Il s’agit d’un quartier de type « transit oriented development », desservi par les transports en commun et qui héberge des logements, des commerces et des espaces de bureaux. La densité de la population et la proximité des services facilitent la vie des piétons et des cyclistes. L’aménagement du quartier vise à décourager l’utilisation de la voiture, explique Christian Yaccarini, président et directeur général de la Société de développement Angus. « Des riverains disent qu’ils sont venus ici pour avoir la banlieue en ville, mais ce n’est pas la banlieue : c’est un milieu urbain assez dense merci ! On est dans un quartier central de Montréal », dit-il au Devoir. « Il faut limiter le nombre d’espaces de stationnement. Si j’offre 1000 ou 1500 places, elles seront toutes utilisées, c’est ça qui envahirait le quartier de voitures. » La chercheuse Claire Poitras ne s’étonne pas de cette controverse. « L’obsession du stationnement est encore bien présente en Amérique du Nord,dit-elle. Les gens tiennent à leur voiture. Il y a un changement qui est en train de s’opérer, les jeunes adhèrent moins à la culture de l’automobile, mais le changement prend du temps. » Le Conseil régional de l’environnement de Montréal, Équiterre et Piétons Québec appuient le projet, qualifié de « résolument avant-gardiste ». « Il devrait servir d’exemple pour d’autres secteurs de Montréal et même du Québec. »
  7. ville-marie

    how many floors left? hard to count on this one
  8. "all in" as CJ would say...quelle tristesse
  9. Pittsburg New York Nashville Anaheim
  10. About time that taxis are uniform! Love the idea; great marketing pitch and another Montreal associated icon to add to the growing list we've seen in recent times - JC lighting, PVM lookout, Ferris Wheel + Old Port lookout tower (both under construction), etc. Next up that I would love to see: gondola connecting Casino & Old Port & Mount Royal (wow) and aquarium. Doing great things takes times = small steps + lots of failure along the way. We'll get there, no doubt
  11. One heavylift offshore supply vessel could easily cost 100k USD per day. That's 36.5M per year, just for one vessel, without engineering, subcontractors, etc. Life's expensive my friend.
  12. ville-marie

    It's so brutal! Pu capabe! I'm curious...do they use this material, to this extent, in other big cities around the world? Or is this really a made in MTL thing?
  13. lincoln or cadillac? fuhggedaboutit.
  14. http://www.newswire.ca/news-releases/geneve-aeroport-and-aeroports-de-montreal-strengthen-their-partnership-619804863.html MONTRÉAL and GENEVA, Switzerland, April 19, 2017 /CNW Telbec/ - André Schneider and Philippe Rainville, the recently appointed heads of Genève Aéroport and Aéroports de Montréal, signed a cooperative agreement today that will add a new dimension to the collaboration between the two airports. This morning, André Schneider, CEO of Genève Aéroports, and Philippe Rainville, President and CEO of Aéroports de Montréal, signed an agreement that will govern future relations between the two organizations. More specifically, the document provides for the sharing of best practices in several sectors such as technological innovation, sustainable development, and risk management. It creates an official framework for the informal exchanges that have existed between the two airports for many years, particularly with regard to snow removal operations and network development. Despite their geographical separation, Geneva and Montréal share a number of operational realities. They both welcomed a similar numbers of passengers in 2016 by primarily offering non-stop flights. In spite of their increased passenger traffic, movement through their respective hubs experienced less growth. Both airports have obtained Level 3 Airport Carbon Accreditation1 and are continuing their efforts in order to reach Level 3+, which certifies Airport Carbon Neutrality. They are also both facing significant challenges pertaining to the modification of airport infrastructure to meet the needs of their users, while maintaining safe and efficient operations. Montréal and Geneva are connected daily by a direct flight. This connection helps ensure cultural and economic proximity between the two cities. Genève Aéroports and Aéroports de Montréal are both members of the Airports Council International (ACI). With the signing of this agreement, the two airport managers are contributing to the optimization of their strategic positioning and intend to strengthen the role of these two airports within the civil aviation and aerospace industry. About Aéroports de Montréal Aéroports de Montréal is the local airport authority that has been responsible for the management, operation and development of Montréal–Trudeau and Montréal–Mirabel international airports since 1992. The Corporation employs 650 people at both airports and at head office. For more information about Aéroports de Montréal and its activities, visit our website at www.admtl.com.
  15. ville-marie

    These guys are taking prefab to the next level. Mtl doesn't deserve this.