_mtler_

Membre
  • Compteur de contenus

    418
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1

_mtler_ a gagné pour la dernière fois le 14 avril

_mtler_ a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

93 Excellent

À propos de _mtler_

  • Rang
    Senior Member

Personal Information

  • Biography
    .
  • Location
    .
  • Intérêts
    .
  • Occupation
    .
  1. L'Économie du Québec

    Québec inc. en mode acquisition http://www.journaldemontreal.com/2017/08/21/quebec-inc-en-mode-acquisition Condamné à être acheté, Québec inc. ? Au contraire ! Si l’actualité économique des dernières années a été marquée par la vente de fleurons québécois à des entreprises d’ailleurs, les sociétés québécoises sont plus nombreuses à faire des acquisitions à l’étranger, révèlent des données obtenues par Le Journal. La vente d’entreprises locales à des intérêts américains ou canadiens, comme Rona, Alcan ou Saint-Hubert, marque l’imaginaire. Mais dans les faits, le Québec inc. est beaucoup plus acheteur qu’acheté. Le Québec a bel et bien vu 90 de ses entreprises passer à des mains non canadiennes entre le 1er janvier 2010 et le 30 juin dernier. Sauf que pendant la même période, ce sont 314 sociétés situées à l’extérieur du Canada qui ont été acquises par des compagnies d’ici, selon des données compilées par le ministère l’Économie, de la Science et de l’Innovation du Québec à la demande du Journal. Entreprises en expansion C’est donc dire que pour chaque entreprise québécoise vendue, 3,5 autres sont achetées dans d’autres pays par des investisseurs québécois pour assurer la croissance de leur entreprise. On ne parle pas que de petites transactions. Sur les 314 acquisitions effectuées par des entreprises québécoises à l’échelle internationale depuis 2010, la valeur de la transaction a été divulguée 218 fois, pour un montant total de 172,8 milliards $. À l’inverse, sur les 90 achats d’entreprises du Québec par des rivales de l’extérieur du Canada, la valeur totale des transactions s’élève à 23,7 milliards $. Connues et moins connues Certaines transactions jouissent d’une grande visibilité. C’est le cas de l’achat de la chaîne d’optique Iris par son éternelle rivale Groupe Vision New Look, en juillet. Ou encore de l’achat d’usines aux États-Unis par Cascades. D’autres ont tendance à passer sous le radar. Un exemple ? Le fabricant de produits en plastique moulé québécois IPL, qui a procédé à deux acquisitions importantes aux États-Unis en l’espace de six mois, soutenu par le Fonds de solidarité FTQ et la Caisse de dépôt et placement. Cette dernière a appuyé plusieurs entreprises de son portefeuille, qui ont procédé à tout près d’une cinquantaine d’acquisitions depuis deux ans. « C’est pratiquement l’équivalent d’une acquisition hors Québec toutes les deux semaines », note le premier vice-président pour le Québec de la Caisse de dépôt, Christian Dubé. Il y a également PremierTech, spécialisée en agriculture et en équipements industriels, qui a procédé à pas moins de cinq acquisitions au cours de l’exercice 2016-2017. L’entreprise de Rivière-du-Loup est aujourd’hui présente dans 24 pays et ses revenus dépassent 675 millions de dollars par an. Problème d’image Quoi qu’il en soit, la ministre de l’Économie Dominique Anglade reconnaît que davantage doit être fait pour faire connaître le rôle d’acquéreur de Québec inc. « Pour renverser cette idée [...], on essaie de faire le plus possible la promotion de leurs bons coups et on les encourage à propager leurs bonnes nouvelles. Il faut qu’elles soient fières de dire qu’elles sont des conquérantes. » QUELQUES ENTREPRISES EN PLEINE EXPANSION HORS QUÉBEC COGECO Télécommunications Acquisition : MetroCast, qui rejoint 236 000 foyers et entreprises de l’est des États-Unis. Valeur de la transaction : 1,4 milliard $ US UNI-SELECT CANADA Pièces de rechange et de peinture automobiles et industrielles Acquisition : The Parts Alliance, au Royaume-Uni Valeur de la transaction : 265 millions $ US IPL Produits de plastique moulé Acquisition : Macro Plastics, aux États-Unis, qui fabrique des conteneurs en plastique rigide dans trois usines. Valeur de la transaction : 150 millions $ US PREMIER TECH Agriculture, équipements industriels et technologies environnementales Acquisitions : cinq dans l’exercice financier 2016-2017, deux en juillet Valeur des transactions : plus de 30 millions $ US (la valeur de certaines transactions n’a pas été dévoilée) SNC LAVALIN Ingénierie, construction et infrastructures Acquisition : WS Atkins, au Royaume-Uni Valeur de la transaction : 3,6 milliards $ US
  2. Quartier de la Montagne - 18 étages

    http://lesresidencesprivees.com/
  3. Nouveau Pont Champlain

    Do you know for sure that the fiber will not be subsea?
  4. Stratégie Centre-Ville & Bureau du centre-ville de Montréal

    Dévoilement du Plan d'action de la Stratégie centre-ville - L'élan du centre-ville, cœur de la métropole, sera soutenu par une amélioration de l'accessibilité, la transformation de quartiers ouverts sur le fleuve ainsi que l'arrivée et le maintien de familles http://www.newswire.ca/fr/news-releases/devoilement-du-plan-daction-de-la-strategie-centre-ville---lelan-du-centre-ville-cur-de-la-metropole-sera-soutenu-par-une-amelioration-de-laccessibilite-la-transformation-de-quartiers-ouverts-sur-le-fleuve-ainsi-que-640353463.html http://ville.montreal.qc.ca/pls/portal/docs/page/proj_urbains_fr/media/documents/plan_action_strategie_cv_final_low.pdf MONTRÉAL, le 14 août 2017 /CNW Telbec/ - Le maire de Montréal, M. Denis Coderre, et le responsable de la Stratégie centre-ville au comité exécutif, M. Richard Bergeron, ont dévoilé cet après-midi sur le mont Royal le Plan d'action de la Stratégie centre-ville, qui comprend quatre actions prioritaires et quatre actions complémentaires pour faire du centre-ville montréalais un lieu où il fait bon vivre, travailler, faire des affaires, se déplacer et se divertir. « Le Plan d'action de la Stratégie centre-ville est articulé autour d'actions structurantes portant sur le transport en commun, l'ouverture sur le fleuve, l'aménagement de milieux de vie de qualité ainsi que le développement économique, explique le maire de Montréal, M. Denis Coderre. Concrètement, nous voulons desservir le centre-ville par un réseau de transport en commun intégré et performant, entreprendre la transformation des secteurs riverains situés aux entrées de ville. Nous voulons aussi implanter des écoles et offrir une diversité de logements pour les familles au centre-ville. Enfin, nous voulons stimuler l'emploi au centre-ville. Ces priorités ne pourront être atteintes sans la mobilisation de partenaires privés et publics », affirme-t-il. « Nous avons également formulé une série d'actions complémentaires qui viennent appuyer notre démarche pour former un tout structurant et durable, poursuit M. Richard Bergeron. Ces actions complémentaires concernent la convivialité et le verdissement des rues et des lieux publics, la reconversion d'ensembles institutionnels majeurs, la consolidation des réseaux culturel et communautaire du centre-ville et enfin la préservation de l'authenticité et de la qualité du cadre bâti du centre-ville. » Un centre-ville attrayant et habité Grâce au Plan d'action de la Stratégie centre-ville, la Ville de Montréal planifie de poursuivre l'élan du centre-ville de Montréal, en concordance avec ses politiques et stratégies qui touchent le territoire du centre-ville. D'ici 2030, la Ville prévoit entre autres d'augmenter de 100 000 déplacements par jour l'offre de transport en commun à destination du centre-ville, d'entamer la transformation, en réalisant les premières interventions sur le domaine public, des secteurs du square Papineau-Pied-du-Courant ainsi que du bassin Peel-Bridge-Wellington en des quartiers dynamiques et ouverts sur le fleuve. Elle prévoit aussi de doter le centre-ville de quatre nouvelles écoles primaires et d'une nouvelle école secondaire publiques. Enfin, les familles auront accès à 1 000 logements de 3 chambres et plus au centre-ville d'ici les 10 prochaines années, dont une proportion significative sera abordable pour une famille qui achète une propriété pour la première fois. Un financement partagé Par ailleurs, la stratégie de financement du Plan d'action se déploiera en tenant compte des investissements majeurs déjà prévus par la Ville pour la mise en œuvre des grands projets, des programmes particuliers d'urbanisme et d'autres plans sectoriels pour le territoire du centre-ville, partagée entre la Ville de Montréal et ses partenaires publics. « Le Plan d'action de la Stratégie centre-ville confirme la volonté de l'Administration municipale d'investir dans la vitalité du cœur de la métropole en tenant compte de ses forces distinctives afin de donner plus de puissance à son dynamisme et à son rayonnement. Le défi réside principalement dans le choix des interventions et la priorisation des nouveaux investissements », conclut le maire Denis Coderre. Rappelons que les trois grands chantiers et les orientations stratégiques de la Stratégie centre-ville ont été rendus publics en juin 2016. La Stratégie fait écho à l'élan que connaît le centre-ville tant sur le plan de la démographie et économique que sur le plan culturel et immobilier. La population montréalaise ainsi que les organisations privées et communautaires se sont prononcées sur diverses thématiques de la Stratégie, telles que le transport et les déplacements, la vie de quartier et le développement urbain ainsi que l'économie et l'innovation lors d'une consultation menée par l'Office de consultation publique de Montréal (OCPM) à l'automne 2016. Le Plan d'action de la Stratégie centre-ville est le reflet des recommandations issues du rapport de l'OCPM. Le Plan d'action sur la stratégie centre-ville est disponible en cliquant ici.
  5. 21e Arrondissement - 9 à 14 étages

    If it ain't broke, don't fix it - as some would say. Would you change your business plan if it was working for you?
  6. Too many projects is a good problem to have. That is like a businessman complaining he is overworked because he has too many clients. Of course Paris and London are more bike friendly, you can bike there year-round. From a business perspective and putting your own interest aside, does it make financial sense to invest to the degree that you are suggesting in something that can only be used half the year? A dose a realism please. Coderre is the best salesman Montreal has known at the governmental level. He breathes Montreal. Arrogant? Sure. Cocky? Sure. But he gets the job done, almost done at least. Montreal was in dire need of a turnaround - we needed someone with drive and ambition. We got that in Coderre. Please be careful what you wish for.
  7. Le Dorchester - 14 étages

    ERJ-Boy, UrbMtl et 007: merci, merci et merci, respectivement.
  8. La Géode - 4 étages

    oh wow, that's really nice. Bravo.
  9. YUL - 38, 38 étages

    Yul tdc2 manuvie rocca2 urbacon
  10. Griffintown

  11. Anticosti : le gouvernement paie pour empêcher la création d'emplois http://www.newswire.ca/fr/news-releases/anticosti--le-gouvernement-paie-pour-empecher-la-creation-demplois-637223043.html MONTRÉAL, le 28 juill. 2017 /CNW Telbec/ - En soustrayant Anticosti à l'exploration pétrolière et gazière, Québec freine le développement économique et envoie un signal négatif aux investisseurs, après des années d'incertitude dans ce dossier. Le gouvernement a confirmé vendredi qu'il fermait la porte à toute forme d'exploitation pétrolière sur l'île d'Anticosti, un territoire 16 fois grand comme l'île de Montréal et où habitent un peu plus de 200 habitants. Cette décision, et la négociation avec les entreprises concernées de l'abandon des droits de recherche, coûtera plus de 40 millions de dollars aux contribuables québécois, sans compter les dédommagements à verser à Trans American et Pétrolia, avec qui des ententes restent à conclure. « Nous payons, avec nos impôts, pour empêcher la création d'emplois au Québec. C'est quand même paradoxal! », souligne Germain Belzile, chercheur associé senior à l'IEDM. Au lieu d'encourager le développement économique du Québec, nos gouvernements laissent dormir les ressources dans le sol. Si nos élus cessaient d'être frileux et laissaient cours à la recherche et au développement de ces ressources, l'État et les contribuables y gagneraient. Par ailleurs, le gouvernement mérite un « D » dans la gestion ce dossier. Il a décidé de danser la valse de l'incertitude : un jour, un projet l'intéresse; le jour suivant, il faut qu'il en devienne actionnaire pour donner son accord et signe un contrat à cet effet; le surlendemain, il n'est plus intéressé et cherche à se défiler de ses obligations. « Un tel climat d'incertitude constitue une excellente recette pour faire fuir d'éventuels investisseurs dans toutes les régions et freiner le développement, comme le souligne d'ailleurs la littérature économique », ajoute M. Belzile. « L'exploitation de nos ressources naturelles est une belle opportunité d'enrichir le Québec dans son ensemble. Et ce, sans avoir à subventionner qui que ce soit. C'est pourquoi il est souhaitable que le gouvernement demeure ouvert à cette exploitation », ajoute Michel Kelly-Gagnon, président et directeur général de l'IEDM. « Surtout que les Québécois sont, par ailleurs, majoritairement en faveur de l'exploitation de nos ressources, selon les sondages. »
  12. YUL - 38, 38 étages

    Ah it's a wash in the end lol rich people logic
  13. YUL - 38, 38 étages

    Imagine dropping 1.85M on a townhouse which has a massive parking door entrance beside it? Loco.