Lappy

Member
  • Content Count

    34
  • Joined

  • Last visited

  • URB$

    8,858 [ Donate ]

Community Reputation

64 Neutral

About Lappy

  • Rank
    Newbie

Personal Information

  • Location
    Gatineau
  • Interests
    Villes

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. PRIX INTERNATIONAL POUR LE LUXUEUX PROJET 1111 ATWATER DANIELLE BONNEAU LA PRESSE+ 18 janvier 2020 Sélectionné à l’échelle du Canada, le luxueux projet 1111 Atwater s’est démarqué lors de la remise de prestigieux prix dans le domaine immobilier, les International Property Awards, décernés en décembre à Londres. En construction au centre-ville de Montréal, il s’est hissé à la tête des projets de tours résidentielles en compétition d’un bout à l’autre de l’Amérique. Cette distinction lui a permis de se classer parmi les cinq finalistes en lice pour le prix du Best International Residential High-Rise Development. Le 1111 Atwater, qui devrait être achevé à l’été 2022 et comprendra 22 spacieux appartements de type penthouse, aménagés entre le 30e et le 38e étage, s’est mesuré à quatre autres projets prestigieux de tours résidentielles, qui ont remporté le premier prix dans leur région respective : le Masingita Towers, à Johannesburg (Afrique), le Seascape Auckland, en Nouvelle-Zélande (Asie-Pacifique), The Bank, à Birmingham (Royaume-Uni) et la Federation Tower, en Russie (Europe). C’est cette dernière qui a remporté le prix ultime, dans leur catégorie. Le 1111 Atwater, qui s’élève sur l’ancien terrain de l’Hôpital de Montréal pour enfants, à l’angle de l’avenue Atwater et du boulevard René-Lévesque, se veut l’un des projets en copropriété les plus hauts de gamme de Montréal. Les prix varient entre 2 et 15 millions de dollars, pour des superficies allant de 1663 à 10 000 pi2. Il est réalisé par le Groupe EMD Construction-Batimo, en collaboration avec High-Rise Montréal et Claridge.
  2. Petite embellie du taux de chômage pour décembre 2019 (5,3%): https://www150.statcan.gc.ca/n1/daily-quotidien/200110/dq200110a-fra.htm?HPA=1
  3. Bon point concernant le taux de change et merci pour les chiffres, par contre, la moindre valeur de CAD vs le USD rend certains voyages à l’étranger beaucoup plus dispendieux . . . mais on ne pas tout avoir ☹️
  4. Ce vendredi 10 janvier, Statistique Canada dévoilera les données de l’Enquête sur la population active pour décembre 2019. Ça va être intéressant de voir si le taux de chômage redescendra aux alentours de 5 % ou se maintiendra à près de cinq et demie pour cent . . .
  5. Bonnes nouvelles à gauche et à droite, si ça continue le Canadien va se qualifier pour les séries 😇
  6. Concernant les données récentes sur le chômage, peut-être qu'il s'agit d'une petite anomalie statistique passagère . . .
  7. La croissance économique du Québec se poursuit Agence QMI | Publié le 19 décembre 2019 à 14:43 Julien Eichinger - stock.adobe.com Le PIB du Québec continue sur sa lancée et a augmenté de 0,9 % au troisième trimestre (soit 3,6 % à un rythme annualisé) par rapport au précédent, selon l’Institut de la statistique du Québec (ISQ). C’est près du triple de la croissance économique annualisée de 1,3 % qu'a connu au Canada lors de la même période. «La demande intérieure finale contribue à la croissance, tout comme le commerce extérieur», a mentionné l’ISQ dans ses «Comptes économiques du Québec». De juillet à septembre inclusivement, la demande intérieure finale a ainsi augmenté de 0,7 %, un taux de croissance similaire à celui du trimestre précédent (+ 0,8 %). Les dépenses de consommation finale ont quant à elles augmenté de 0,5 %, celles des ménages de 0,4 % et celles des administrations publiques de 1,0 %. Les exportations totales du Québec ont augmenté de 1,0 % au troisième trimestre de 2019, soit un peu moins que lors du trimestre précédent (+ 1,4 %). Les importations totales se sont légèrement repliées en diminuant de 0,5 % lors de cette période après avoir augmenté de 0,7 % lors du précédent trimestre. «Décidément, l’économie du Québec continue à se démarquer positivement dans un contexte où la plupart des pays industrialisés enregistrent un ralentissement de la croissance. Le tempo plus rapide au Québec, qui s’appuie sur un bilan solide de toutes les composantes du PIB, reflète un parcours sans faute au troisième trimestre», a écrit l’économiste principale chez Desjardins, Hélène Bégin, dans une note publiée jeudi. Elle a aussi souligné l’accélération des revenus après impôts des ménages québécois ainsi que la forte remontée du taux d’épargne. Un rythme plus lent de la croissance économique est attendu à compter de l’an prochain, mais les signes ses signes tardent à se manifester, a ajouté l’économiste principale de Desjardins. https://www.tvanouvelles.ca/2019/12/19/la-croissance-economique-du-quebec-se-poursuit-1
  8. Extrait du rapport de la RBC QUÉBEC – En bonne position pour poursuivre sa séquence victorieuse Les ménages et les entreprises du Québec sont prêts à prendre l’année 2020 d’assaut. Rien ne pourra les y empêcher. La croissance vigoureuse de l’économie québécoise donne peu de signes d’essouement et 2020 s’annonce comme une autre année remarquable, quoiqu’un peu plus tranquille. Bien entendu, le taux de croissance de 2 % que nous prévoyons pour le Québec n’aurait rien d’impressionnant si on ne le comparait pas à la faible conjoncture économique des autres provinces. Il représente néanmoins une baisse par rapport à la moyenne de 2,6 % enregistrée par la province au cours des trois dernières années et au taux révisé à la hausse de 2,5 % auquel l’on s’attend en 2019. Ce ralentissement témoigne largement du stade plus avancé de la croissance économique, qui se manifeste par la stabilisation des dépenses en immobilisations et le manque de main-d’œuvre qui freine les entreprises dans leur poursuite des occasions de croissance. Il demeure que l’économie du Québec s’est finalement défaite de sa réputation initiale de perdant invétéré. De nombreux facteurs jouent en sa faveur. Elle compte une main-d’œuvre très instruite et créative. Sa base industrielle est diversifiée et connaît actuellement une croissance généralisée. De fait, les principaux secteurs industriels contribuent tous à la croissance, y compris ceux de la fabrication et des mines. Les entreprises québécoises sont parmi les plus optimistes du pays. Les ménages du Québec sont relativement en bonne position financière, leur niveau d’endettement étant inférieur à celui de l’Alberta, de l’Ontario et de la Colombie-Britannique. Le coût de la vie, incluant le logement, est plus abordable que celui de nombreuses provinces du pays. Par ailleurs, l’impressionnant revirement de situation du côté du budget du gouvernement provincial, qui s’est traduit par des surplus inégalés l’an dernier, a pavé la voie à une politique budgétaire plus accommodante. Des hausses des dépenses et des réductions fiscales ciblées sont à prévoir. L’économie du Québec commencera ainsi l’année 2020 avec le vent dans les voiles. Les dernières estimations mensuelles du PIB indiquent un taux de croissance légèrement inférieur à 3 % pour les huit premiers mois de 2019. En dépit d’un recul inattendu de l’emploi en novembre, la demande de main-d’œuvre reste forte, le nombre net de nouveaux emplois créés au cours des 12 derniers mois (fin octobre) s’élevant à 45 000 et les postes vacants se trouvant à des sommets inégalés. La faiblesse du taux de chômage et la hausse des salaires sont autant de facteurs qui, non seulement dynamisent les ménages du Québec, mais qui attirent également de plus en plus les migrants et font en sorte que la croissance démographique est à son plus haut niveau en 30 ans. Le marché du logement de la province continue de fracasser des records, les ventes de maison atteignant des sommets inégalés et les prix augmentant de manière remarquable. Cette augmentation de la valeur des propriétés crée un sentiment de richesse chez les propriétaires de maisons existants. Nous nous attendons à ce que cette tendance et cet optimisme se maintiennent en grande partie en 2020 et fassent en sorte que la croissance économique du Québec continue à dépasser la moyenne nationale pour une troisième année consécutive. Plus la phase de croissance avancera toutefois, plus la cadence de la progression commencera à ralentir. La prévision d’un ralentissement du marché des États-Unis assombrit les perspectives pour les exportations de la province. Nous nous attendons à une stabilisation des dépenses en immobilisations, attribuable en partie aux dépenses inchangées prévues dans le plan d’infrastructures sur 10 ans du gouvernement provincial et à l’intensification de l’incertitude économique à l’échelle mondiale. Les besoins de main-d’œuvre non comblés des entreprises nuiront également à leur potentiel de croissance. Nous nous attendons à ce que ces facteurs limitent davantage la croissance à 1,6 % en 2021. Robert Hogue | Économiste principal | 416-974-6192 | [email protected] https://royal-bank-of-canada-2140.docs.contently.com/v/perspectives-provinciales-decembre-2019
  9. Bien que je suis d’accord qu’il ne faut pas se tirer dans le pied, je trouve que le G&M pousse un peu fort. Prévision de croissance économique pour 2020: CIBC: Qc 1,6% Ca 1,4% RBC: Qc 2,0% Ca 1,7% TD: Qc 1,7% Ca 1,6% Bon, j’ai choisi 3 banques avec des prévisions favorables pour le Québec mais c’était pour faire un point.
  10. L’idéal serait d’avoir un plan de redéveloppement sur disons 25 ans pour le quadrilatère du CN au complet - RL-RB-DLG-Mansfield -, genre de PVM 2.0, et ayant comme première phase le stationnement étagé (condos). Je pense aussi qu’une tour à bureaux au-dessus de la salle des pas perdus serait possible lors d’une phase subséquente . . .
  11. Et, probablement, les Boeings 737MAX ne revoleront jamais . . . http://www.lesailesduquebec.com/cest-termine-pour-le-boeing-737max/
  12. Espérons qu’elle sera illuminée une fois installée ailleurs . . .