anjou

Member
  • Content Count

    89
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

84 Neutral

1 Follower

About anjou

  • Rank
    Member

Personal Information

  • Biography
    À compléter
  • Location
    Montréal, Villeray
  • Interests
    Architecture, Politique, Arts, Économie
  • Occupation
    Étudiant

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Je sais pas si les dommages sont vraiment important, mais je verrais bien quelqu'un acheter ce bâtiment et s'en faire une maison de grande classe! Cette bâtisse est tout simplement magnifique!
  2. Exactement, le Québec a la chance d'avoir des influences autant américaines qu'européennes. Prenont le meilleur des deux!
  3. Je trouve que ça montre bien à quel point limiter l'étalement urbain va être difficile. Surtout qu'on parle d'une taxe de seulement 50$. https://www.lapresse.ca/actualites/grand-montreal/201906/20/01-5231085-une-nouvelle-taxe-automobile-enflamme-les-reseaux-sociaux.php Une nouvelle taxe automobile enflamme les réseaux sociaux L'adoption d'une nouvelle taxe de 50 $ pour les automobilistes en banlieue de Montréal a provoqué un tollé, hier, sur les réseaux sociaux. Nombreux sont ceux qui refusent de financer les transports en commun sur l'île de Montréal. La Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) a adopté hier, à 27 voix contre 1, le règlement permettant d'étendre cette taxe au « 450 ». Les automobilistes des 66 municipalités de la banlieue de Montréal seront touchés. Sur l'île de Montréal, les 800 000 propriétaires de véhicules de promenade paient cette taxe depuis 2011. Des citoyens étaient outrés. « Cette taxe est ridicule, a écrit Coralie Laperrière sur Facebook. On devrait financer le transport en commun avec des ponts à péage pour entrer dans la ville, comme à Londres ou à New York. » « Je ne vois pas pourquoi je paierais pour votre transport en commun. Je paierai pour celui dans ma région, mais pas pour Montréal. Je ne magasine pas à Montréal. Je n'y travaille pas non plus », a commenté Guyane Élise-Lacoste. Tous ne sont pas de cet avis. « Je suis une automobiliste qui habite en banlieue et travaille dans l'ouest de l'île et je suis d'accord avec cette taxe, a écrit Sophie Voyer. Il faut en prendre, des mesures pour optimiser les transports. » Financer le transport collectif « Si on veut faire un virage, il faut investir », a affirmé la mairesse de Montréal et présidente de la CMM, Valérie Plante, en assemblée. Les banlieues touchées comptent près de 2 millions d'automobiles, selon la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ). La taxe permettra de dégager un surplus qui pourrait atteindre 101 millions. Valérie Plante considère cette taxe comme une façon d'éviter une hausse des impôts fonciers pour les citoyens. Cette nouvelle taxe sera prélevée par la SAAQ plutôt que par les municipalités. « Il y aura des investissements majeurs [en transports collectifs] dans les prochaines années. Il faut diversifier nos sources de revenus », a expliqué le représentant de la couronne sud à la CMM et maire de Varennes, Martin Damphousse. Les transports en commun tirent encore de l'arrière par rapport à l'automobile. Dans le Grand Montréal, deux citoyens sur trois optent pour la voiture pour se rendre au travail, selon des données publiées par la CMM en 2018. Des désaccords Le maire de Boucherville, Jean Martel, s'est opposé au règlement lors de l'assemblée d'hier. « Une nouvelle taxe, c'est rarement une bonne nouvelle pour le contribuable », a-t-il dit. Ce dernier croit que la CMM devrait plutôt chercher de nouveaux revenus du côté du Fonds vert. Le CAA-Québec avait exprimé son désaccord à l'imposition de ce coût supplémentaire l'an dernier, affirmant que les automobilistes étaient déjà suffisamment taxés.
  4. Je faisais référence au fait que ce genre de projet contribue grandement à l'étalement urbain. L'étalement urbain est un problème, qui en effet, s'accentue lorsque l'économie va bien.
  5. Honnêtement, ce genre de projet m'inquiète. Ils sont de plus en plus gros et de plus en plus fréquents.
  6. Oui absolument merci de la précision! Oui en effet, une deuxième paire de piliers aurait une utilité purement esthétique. L'idée que la forme suit la fonction peut être bien dans certains cas comme le centre Pompidou à Paris, mais il ne faut surtout pas utilisé celle-ci comme excuse pour mettre l'esthétisme de coté. En fin de compte, ça reste mon avis. Par contre, je trouve que le pont manque de profondeur pour un projet qui se vante d'avoir faites une recherche poussée au niveau du design.
  7. Ça l'aurait été totalement différent s'il y avait eu un deuxième hauban.
  8. Belle occasion pour montrer les tours des canadiens à la télévision. En toute honnêteté, je pense que ça va bien paraitre aux yeux des partisans étrangers.
  9. Ohhhhhhh j'ai vraiment de la misère a contenir mon excitement. Ça va être magnifique sur l'esplanade!
  10. Absolument ridicule, je ne comprends même pas comment on peut arrive à une erreur comme ça. N'ont-ils pas fait un décompte des employés avant?
  11. http://plus.lapresse.ca/screens/1e534632-846d-4de4-90d6-8c0140a814c8__7C___0.html?utm_medium=Facebook&utm_campaign=Internal+Share&utm_content=Screen&fbclid=IwAR2aTjWZ819Zlp_EUlsZ1oUnPjWkAEwvnM3qXwHZo5yiRZACqfw3h4kqLeI Un autre article sur le sujet: SKATEBOARD UN PLANCHODROME AU STADE OLYMPIQUE Né d’un partenariat entre le Parc olympique de Montréal et Vans Park Series, un planchodrome d’une superficie de 900 mètres carrés est sur le point de voir le jour sur l’Esplanade du Stade olympique. Il accueillera notamment une étape de la tournée Pro Vans Park Series, les 12 et 13 juillet. PASCAL MILANOLA PRESSE 5,4 MILLIONS Entamés en janvier 2019, les travaux du planchodrome se termineront dans les prochaines semaines, à temps pour l’organisation du Pro Vans Park Series. Vans a payé pour la direction du design et la construction du bol, tandis que le Parc olympique a préparé les infrastructures nécessaires. « Il était prévu de refaire l’étanchéité des dalles, a expliqué Maurice Landry, vice-président, construction et entretien. On voulait remettre à niveau les espaces qui n’avaient pas été touchés depuis 1976. Le projet de Vans est arrivé, et on s’est dit qu’on allait en profiter pour retoucher ce secteur en premier. » Une deuxième phase est prévue l’an prochain. En plus de la réfection de la dalle, des aménagements seront effectués pour rendre l’Esplanade plus conviviale. L’investissement total s’établit à 5,4 millions. « RASSEMBLEUR » Le planchodrome est situé dans le secteur 900 de l’Esplanade, aux abords de la rue Sherbrooke. Après l’accueil de l’étape canadienne du Pro Vans Park Series, il sera accessible gratuitement au grand public. « C’est extraordinaire et c’est vraiment inspirant de voir un beau skatepark comme ça à Montréal. Pour le sport élite, ça va vraiment accélérer la progression des athlètes canadiens et québécois, croit la planchiste de 28 ans Annie Guglia, qui espère participer aux Jeux olympiques en restant dans le top 20 mondial. Le skate est un sport individuel, mais c’est aussi communautaire et rassembleur. Ce parc va créer un sentiment d’appartenance parmi la scène montréalaise. » DEUXIÈME PROJET Ce n’est pas la première fois que le Parc olympique, répondant à une demande de la communauté, souhaite installer un planchodrome. Un premier projet, en 2016, est ainsi tombé à l’eau. « Cette année-là, il y a eu l’annonce de l’entrée de la discipline [en tant que sport additionnel] aux Jeux olympiques. Il y avait des projets qui sont entrés et qui valaient la peine d’être analysés, mais ce n’était pas le bon timing, a jugé Sonia Provençal, responsable de l’Esplanade du Parc olympique. On souhaitait aussi attendre un peu afin que notre planchodrome soit dans des normes de haut niveau. Le projet de 2017 était plus approprié. » « ICONIQUES » Comme bien des jeunes planchistes, Annie Guglia est souvent passée par le Parc olympique pour essayer des trucs. Elle indique que le Stade olympique et le Big O, c’est-à-dire le cylindre de béton situé entre le centre Pierre-Charbonneau et le stade Saputo, sont vraiment « iconiques » dans le milieu du skateboard. « Quand on parle de Montréal à l’international, ce qui revient tout le temps, c’est : “Est-ce que tu connais Dime, une compagnie d’ici, et est-ce que tu skates au Big O ?” Maintenant, on va avoir le skatepark situé à cet endroit très reconnu internationalement. » POURQUOI MONTRÉAL ? En 2019, Vans Park Series a contribué à la création et à la donation de planchodromes à Paris, Salt Lake City et, donc, Montréal. Mais pourquoi avoir choisi la métropole québécoise ? « Montréal a vraiment une riche histoire de skateboard, et on voulait vraiment amener quelque chose comme ça ici, répond Alex Auchu, directeur du marketing pour Vans au Canada. On a fait l’évènement [de la tournée Pro Vans Park] pendant trois ans d’affilée à Vancouver et ils ont plus de parcs similaires à celui-là. Montréal, c’est moins développé, et on espère que des futurs athlètes utiliseront ces structures-là. »
  12. Je dis pas que ça vient d'eux, mais j'ai jamais compris l'idée de mettre des résidences pour personnes agées à coté d'un complexe olympique qui sert de spectacle.