acpnc

Membre
  • Compteur de contenus

    9 438
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    2

acpnc a gagné pour la dernière fois le 23 juin

acpnc a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

326 Excellent

1 abonné

À propos de acpnc

  • Rang
    Mtlurb Godfather

Personal Information

  • Biography
    je suis un natif de Montréal et toujours intéressé à son développement
  • Location
    La Malbaie, Charlevoix
  • Intérêts
    sports extérieurs et plein air, culture en général, horticulture, lecture et contemplation.
  • Occupation
    agent de bord retraité

Visiteurs récents du profil

4 557 visualisations du profil
  1. ville-marie

    C'est grosso modo le coefficient de la densité par rapport à la surface du terrain qui donne généralement le nombre approximatif d'étages permis, réparti en surface de plancher sur l'ensemble de la construction. Pour plus il faut une dérogation.
  2. ville-marie

    La construction est un métier dangereux où chacun partage une parti des responsabilités. On en a fait du chemin au niveau de la sécurité depuis l'ère industrielle. Qu'on le veuille ou pas, beaucoup grâce aux pressions des syndicats qui ont toujours essayé de bien protéger leurs membres. On ne sera jamais totalement à l'abri d'accidents, car le risque zéro n'existe pas. Mais on peut continuer à y tendre avec la collaboration et la bonne volonté de tous, travailleurs, syndicats et patrons. Les exemples de mauvaise gestion de la sécurité dans les chantiers sont nombreux dans le monde et ce sont dans les pays totalitaires, souvent très riches que les abus sont les plus scandaleux. Comme quoi le véritable progrès doit d'abord commencer par des conditions de travail décentes. Mais ces dernières vont de pair avec la démocratie et la société de droit, des valeurs incontournables pour une société évoluée. Je n'envie donc pas ces pays qui se sont construit une belle façade, mais dont le bilan sur le plan humain est digne du moyen-âge.
  3. ville-marie

    Ne vous en faite pas, ils vont tous y passer.
  4. ville-marie

    On n'arrête pas le progrès, un autre trou dans la trame urbaine qui disparaitra sous peu. Ce projet viendra compléter admirablement l'ensemble immobilier tout autour. On peut d'ailleurs supposer qu'avec l'éventuel agrandissement du PdC, que le reste des derniers terrains vacants du secteur feront bientôt l'objet de nouvelles propositions. Un bon exemple de développement organique par effet d'entrainement, qui vient de l'influence positive d'autres projets déjà en marche dans le voisinage. En conséquence, j'ai la nette impression que la métropole vit sa période de construction la plus faste de son histoire. Surtout que l'immobilier résidentiel et commercial se joint à l'institutionnel, aux infrastructures de transport et à l'aménagement urbain public partout sur le territoire. Des ajouts majeurs qui embelliront la ville durablement et qui dépassent de loin toutes nos prévisions. Vraiment on ne l'avait pas vu venir celle-là et j'ai la bonne impression qu'on n'est pas encore au bout de nos surprises. Ce qui veut dire que je devrai être en excellente forme, si je souhaite visiter chaque chantier en cours en juillet prochain. Une tournée que j'anticipe avec excitation et qui me comblera, j'en suis sûr, au même titre que mes plus beaux parcours en grande nature dans Charlevoix. Deux mondes merveilleux qui cohabitent harmonieusement dans mes émotions. L'urbain qui progresse dans la modernité, en beauté et à échelle humaine. Et les grands espaces où la nature occupe toute la place. Entre les deux mon coeur balance et j'assume cette heureuse bigamie avec fierté.
  5. Je constate sur une des photo de Rusty, l'impact visuel majeur du CHUM, prise du belvédère de la place Vauquelin. Je devrai donc mettre à jour mes perceptions souvenirs de certains paysages urbains, qui ont beaucoup changé depuis ma dernière visite à Montréal l'an dernier. Il est vrai que l'hôpital trône sur son socle depuis quelques années déjà. Mais les travaux de la place m'avaient détourné de cet important point de vue. Je compte visiter Montréal en juillet avec la même émotion qu'un groupi, qui entretemps se contente d'admirer sa star sur photos seulement.
  6. Publié le 26 juin 2017 à 05h00 | Mis à jour à 06h03 http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/201706/25/01-5110672-quebec-met-le-cap-sur-le-transport-vert-et-le-solaire.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_les-plus-populaires-actualites_article_ECRAN1POS1 Québec met le cap sur le transport vert et le solaire Le gouvernement Couillard investira 1,5 milliard de fonds publics afin de mettre en branle un projet vert dans le secteur de l'énergie. photo Ng Han Guan, archives associated press Environnement Martin Croteau La Presse (Québec) Production d'électricité solaire, subventions au transport vert, disparition du charbon: le gouvernement Couillard investira 1,5 milliard d'ici trois ans pour encourager l'énergie propre et réduire la dépendance au pétrole, a appris La Presse. Le ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand, dévoilera aujourd'hui un plan de 43 mesures pour atteindre ces objectifs. Québec vise une réduction de 40 % du pétrole consommé dans la province d'ici 2030. Photo Martin Tremblay, Archives La Presse Hydro-Québec aménagera bientôt un parc d'électricité solaire de 100 mégawatts. photo CHANDAN KHANNA, archives agence france-presse Le plan d'action que dévoilera le ministre vise à accélérer la transition vers des sources d'énergie propres. Québec vise une réduction de 40 % du pétrole consommé dans la province d'ici 2030. La première série de mesures devrait entraîner une baisse de 6 % d'ici trois ans. C'est l'équivalent de 1,15 milliard de litres de carburant par rapport à 2013. Cette économie donnera un coup de pouce à la balance commerciale du Québec, puisque la quasi-totalité du pétrole consommé dans la province est importée. Tester le solaire Le gouvernement souhaite qu'Hydro-Québec bâtisse une expertise dans la production d'électricité solaire. La société d'État aménagera bientôt un parc solaire de 100 mégawatts pour voir comment cette forme de production peut être intégrée à son réseau. Le site n'a pas encore été déterminé, mais le projet-pilote devrait être lancé d'ici la fin de l'année. Hydro mènera aussi un projet de démonstration d'une maison « intelligente et solaire ». Plus de puissance hydroélectrique Québec continuera d'appuyer des projets de mini-centrales. Hydro mettra à niveau ses barrages pour les rendre plus performants. Le plan prévoit aussi des études préliminaires pour déterminer la faisabilité technique d'un nouveau grand projet hydroélectrique, dont le site n'a pas encore été choisi. On devrait donc ajouter 1140 mégawatts à la capacité de production d'ici 2025. Québec mise sur des ententes à long terme de vente d'électricité hors-Québec pour hausser la rentabilité de la société d'État. Voitures propres Le ministre Arcand fixe un objectif de 100 000 véhicules électriques sur les routes du Québec en 2020. Pour ce faire, il va maintenir les subventions à l'achat de ces voitures et à l'installation de bornes de recharge dans les résidences et les commerces. Québec lancera aussi un projet-pilote pour encourager l'achat de véhicules électriques usagés. Le plan prévoit aussi un projet-pilote pour tester l'opération de voitures à l'hydrogène. Camions propres Moins de camions au diesel, plus de camions au gaz naturel. Le plan prévoit une série de mesures pour verdir les véhicules lourds. Le programme Écocamionnage qui subventionne les initiatives de réduction de carburant sera reconduit. Québec prévoit aussi des incitatifs à l'acquisition et à la conversion de camions. L'objectif est que 15 000 véhicules au propane et 12 000 véhicules au gaz naturel circulent sur les routes du Québec d'ici 2020. Plus de biocarburants Les biocarburants tels que l'éthanol devront obligatoirement être incorporés à l'essence qui est vendue dans les stations-service. Le gouvernement présentera un projet de loi qui imposera un seuil minimal de 2 % de contenu renouvelable dans le diesel et de 5 % dans l'essence. Au total, 100 millions de litres de diesel et 300 millions de litres d'essence seront ainsi fabriqués avec des carburants verts. Chauffage vert Le plan cible également la consommation énergétique des maisons. Québec subventionnera la conversion des systèmes de chauffage au mazout, ce qui touchera 25 000 ménages d'ici 2020. Hydro-Québec mènera pour sa part un projet-pilote en 2019 pour tester le chauffage interruptible. Cette initiative vise à réduire la consommation d'électricité à l'extérieur des périodes de pointe. Plus de charbon Certaines alumineries et cimenteries utilisent encore le charbon pour alimenter leurs installations. Québec veut faire cesser complètement l'utilisation de cette source très polluante de chaleur d'ici 2030. Son plan prévoit des incitatifs pour soutenir les entreprises industrielles qui adopteront des sources d'énergie propres. Ce programme visera aussi les entreprises, institutions et municipalités qui possèdent des systèmes au mazout. Étendre le réseau de gaz Le gouvernement prévoit subventionner l'extension du réseau de distribution de Gaz Métro. Cela signifie la construction de nouveaux gazoducs pour desservir la Beauce et Portneuf. Québec espère ajouter 65 kilomètres au réseau actuel d'ici trois ans. Pétrole québécois Même si son plan vise à réduire la consommation de pétrole, le ministre Arcand ne ferme pas la porte à une production québécoise d'hydrocarbures. Le plan prévoit le dépôt à l'automne de nouveaux règlements pour encadrer cette industrie. Il prévoit aussi donner aux municipalités la possibilité de désigner des zones incompatibles avec l'extraction. Un petit nombre de projets pétroliers et gaziers sont dans les cartons au Québec. Outre celui sur l'île Anticosti, qui est en eaux troubles, on compte trois petits projets en Gaspésie, soit Galt, Bourque et Haldimand.
  7. Un projet qui confirme le dynamisme du Mil-Ex avec une belle concentration d'emplois et de bureaux en dehors du centre-ville. A noter pour ses détracteurs, l'approbation de Bumbaru quant à la démolition de l'ancien siège social du PLQ, qui rejette toute valeur patrimoniale à cet édifice.
  8. Publié le 26 juin 2017 à 05h00 | Mis à jour à 06h13 http://www.lapresse.ca/actualites/montreal/201706/25/01-5110674-mile-ex-deux-batiments-detruits-pour-faire-place-a-du-neuf.php Mile-Ex: deux bâtiments détruits pour faire place à du neuf L'ancien siège social du Parti libéral du Québec, situé au 7240, rue Waverly, doit être démoli pour la deuxième phase du projet. Photo Marco Campanozzi, Archives La Presse Maxime Bergeron La Presse L'arrondissement de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension se montre favorable à la démolition de deux bâtiments - incluant l'ancien siège social du Parti libéral du Québec (PLQ) - et à diverses dérogations pour faire place à un immeuble de bureaux doté d'une patinoire sur le toit, dans le quartier branché du Mile-Ex. Le projet, appelé Fabrik8, sera composé de deux bâtiments de six étages entièrement vitrés, à l'angle des rues Jean-Talon et Waverly. Illustration fournie par le promoteur Pierre-Antoine Fernet Le projet, appelé Fabrik8, sera composé de deux bâtiments de six étages entièrement vitrés, à l'angle des rues Jean-Talon et Waverly. Le promoteur Pierre-Antoine Fernet compte lancer dès septembre prochain la construction de la première phase, évaluée à 19 millions de dollars. « Sur les six étages de bureaux que comptera l'immeuble, quatre sont déjà pas mal remplis, a affirmé M. Fernet, président de Lima Immobilier. On va lancer la phase 2 dès que le premier bâtiment sera terminé. » « Coworking » Le jeune entrepreneur a acquis les terrains et les deux bâtiments auprès du Parti libéral en 2015 pour 6,3 millions, dans le quartier en plein boom du Mile-Ex. Il a converti l'ancien siège social du PLQ en espaces de « coworking », où logent une série de PME comme le fabricant de boissons énergisantes Guru ou l'éditeur de jeux vidéo Epic Games. Selon les plans actuels, le promoteur détruira dans un premier temps le plus petit des deux immeubles, qui donne sur la rue Jean-Talon Ouest. Ce bâtiment d'allure vaguement Art déco fera place à la phase 1 du projet, qui inclura 99 000 pieds carrés de bureaux, 15 000 pieds carrés d'aires communes - incluant un terrain multisports sur le toit - et des commerces au rez-de-chaussée. L'immeuble viendra aussi combler un vaste stationnement de surface. La majorité des locataires actuels des espaces de « coworking » déménageront dans cette première phase. Une fois ce déplacement effectué, l'ancien siège du PLQ - un immeuble banal en tôle ondulée - sera détruit pour faire place à la phase 2, d'aspect similaire. La valeur totale du projet tourne autour de 30 millions. Avis favorable La direction du développement du territoire de l'arrondissement de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension a émis une recommandation favorable envers le projet Fabrik8 le mois dernier, et un premier projet de résolution a été adopté par le conseil d'arrondissement au début de juin. Certains citoyens déplorent la démolition de l'immeuble d'aspect Art déco à l'angle de Jean-Talon et Waverly, mais personne ne s'est présenté à l'assemblée publique de consultation, tenue il y a une dizaine de jours. L'arrondissement compte permettre plusieurs dérogations mineures pour faire place au projet, notamment une hauteur maximale de 29 mètres plutôt que 26. Il autorisera aussi l'installation d'un grand filet de couleur vive sur le toit, destiné à prévenir toute chute de ballons dans la rue, de même que la construction d'une garderie dans la phase 2, un usage non prévu par le zonage actuel. « Les gens de l'arrondissement ont été très ouverts, a fait valoir l'architecte Rocio H Venegas, de la firme rocioarchitecture, qui a conçu les plans. Proportionnellement, vu l'ampleur du projet, il y a peu de dérogations. » Selon le calendrier actuel, le projet pourrait recevoir un feu vert définitif de l'arrondissement d'ici la fin de l'été. Le promoteur espère avoir terminé la construction de la première phase à l'automne 2018, après un chantier d'une douzaine de mois. Intérêt patrimonial? Le petit immeuble situé au 159, rue Jean-Talon Ouest sera le premier à passer sous le pic des démolisseurs pour faire place au projet, au grand dam de certains résidants du secteur. Avec son coin arrondi, le petit bâtiment présente certaines caractéristiques du courant architectural Art déco. L'arrondissement a toutefois estimé qu'il ne méritait pas d'être sauvegardé puisqu'il est dans « un état de conservation "moyen" n'ayant peu ou pas d'intérêt patrimonial et ne contribuant pas à l'image du quartier ». Joint par La Presse, Dinu Bumbaru, de l'organisme Héritage Montréal, a aussi remis en cause la valeur patrimoniale du bâtiment. L'ancien siège social du PLQ, recouvert de tôle ondulée, ne présente, quant à lui, « aucun intérêt » architectural, tranche l'arrondissement dans un sommaire décisionnel.
  9. ville-marie

    Merci pour la précision, j'ai voulu faire un emprunt sémantique, car comme tu le dis il n'y a pas officiellement de locution équivalente en français. Ce qui ne nous empêche pas de proposer cette version qui pourrait se confirmer avec l'usage, puisque les langues sont vivantes et évoluent elles aussi avec le temps.
  10. Pour répondre à ta question, je dirais que les contre sont en déficit d'arguments sérieux et solides. De ce fait, ils n'ont pas réussi à convaincre les pour du bien fondé d'un changement de politique municipale sur la limite du 200m. A noter que cette dernière est davantage une échelle de hauteur qu'une limite absolue. J'ajouterais que si Montréal maintient cette réglementation, c'est qu'elle est entourée d'experts en aménagement urbain qui lui conseillent le statu quo, puisque son plan d'urbanisme fonctionne bien et apporte des résultats concrets. Disons en terminant que la question n'est pas de gagner contre quiconque en montrant qu'on est meilleur, on n'a pas de temps à perdre. Mais que la métropole soit gagnante, en faisant des choix judicieux quant à l'image de marque qu'elle souhaite projetée, afin de se distinguer avantageusement des autres métropoles du monde. C'est donc un projet à long terme. Dernier détail, le 1000 De la Gauchetière fait 205 mètres, étant l'édifice le plus haut de Montréal. Théoriquement un nouvel édifice pourrait lui ravir ce titre, s'il est construit au bas du centre-ville et ne dépasse pas les 233 mètres du Mont-Royal (valeur calculée au niveau du fleuve). Un intéressant défi pour les promoteurs et que j'appuierais à la condition que son architecture soit elle aussi de la plus haute qualité.
  11. Je te rejoins sur celle-là à 100%, très belle photo en passant et super convaincante
  12. Je partage tout à fait ton avis. Je suis d'ailleurs intervenu à quelque reprises sur le sujet, mais le message ne semble pas passer. Je crains qu'une fois de plus l'histoire se répète et c'est pour les générations montantes que je m'inquiète le plus.
  13. griffintown

    Comme ce n'est pas évident, il est normal de poser la question.
  14. A mon échelle à moi, cet édifice est juste tout à fait quelconque, un gros bof comme bien d'autres, sans plus. Avouons que l'ordinaire domine dans la plupart des villes selon les quartiers. Quand la moyenne s'élève c'est alors qu'on commence à qualifier la ville d'exceptionnelle. Pour les plus belles, c'est une question de culture qui remonte loin dans l'histoire et on sait qu'il faut parfois plusieurs décennies pour seulement commencer à changer les mentalités. Mais on pourrait déjà initier les jeunes du primaire à cette prise de conscience, que le beau a le pouvoir d'enrichir la société collectivement. Qu'il a aussi un effet direct sur le bien-être des populations, tout en attirant de précieuses devises provenant de l'extérieur. Si on le considérait comme un investissement à long terme au lieu d'une dépense, on aurait déjà fait un grand pas dans la bonne direction.
  15. Très juste. Le contexte nouveau effacera cette magie fabriquée dans un cadre particulier, qui ne sera plus. Il faut aussi admettre que sans la spécialité et l'expertise du patron et des employés, l'ambiance aurait déjà été bien différente. Pareil pour tous ces artistes qui ont visité et fait affaires avec ce commerce, en plus des mythes et des anecdotes qui leurs sont attachés. J'ose croire que les affaires se poursuivront avec la même intensité en ce qui a trait à la demande. Même qu'étant sur Ste-Catherine et dans le QdS, sa visibilité sera meilleure. Quant à l'aura des artistes musiciens qui viendront pour la bizz, elle imprégnera peu à peu ses nouveaux murs, donnant naissance qui sait, à une nouvelle légende?