acpnc

Membre
  • Compteur de contenus

    10 460
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    8

acpnc a gagné pour la dernière fois le 26 novembre

acpnc a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

932 Excellent

3 abonnés

À propos de acpnc

  • Rang
    Mtlurb Godfather

Personal Information

  • Biography
    je suis un natif de Montréal et toujours intéressé à son développement
  • Location
    La Malbaie, Charlevoix
  • Intérêts
    sports extérieurs et plein air, culture en général, horticulture, lecture et contemplation.
  • Occupation
    agent de bord retraité

Visiteurs récents du profil

5 398 visualisations du profil
  1. Quartier de la Montagne - 18 étages

    Personne ne le contestera, on voit bien que l'objectif est purement d'attirer l'attention sans aucune subtilité. Mais bon la clientèle à qui ces commerces s'adressent n'en demande pas plus. Y a rien de nouveau sous le soleil ici ou ailleurs, pourquoi même en faire mention...? A chacun son truc...vivre et laisser vivre tant qu'on respecte les lois.
  2. Quartier de la Montagne - 18 étages

    Effectivement, ce qui est choquant en fait, c'est plutôt cette allusion d'inspiration judéo-chrétienne dont nous a habitué la droite évangéliste, à l'instar de l'Église d'ici avant la révolution tranquille. Si on poursuivait plus loin ces objections à propos de l'enseigne, on arriverait vite à des salles de musées réservées aux adultes seulement à cause de la nudité de certaines pièces d'art. Quelle hypocrisie! Pendant ce temps les médias et l'internet donnent accès à toutes sortes de contenus bien plus préjudiciables et pourtant librement accessibles à nos jeunes.
  3. L'Économie du Québec

    Transferts fédéraux : un cadeau de 1,36 milliard pour le Québec http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1072795/transferts-federaux-un-cadeau-de-1-36-milliard-pour-le-quebec Publié aujourd'hui à 3 h 51 Le ministre Morneau (centre) s'est félicité de cet accord conclu avec ses homologues provinciaux et territoriaux. Photo : Radio-Canada ANALYSE – Non seulement le gouvernement Couillard s'est-il dégagé une importante marge de manoeuvre depuis le début de son mandat pour baisser les impôts, mais voilà que le gouvernement fédéral arrive avec un cadeau de Noël de 1,358 milliard de dollars. Rien de moins! Un texte de Gérald Fillion À l’occasion de la rencontre des ministres des Finances du pays, en début de semaine, à Ottawa, Bill Morneau a informé les provinces des différents transferts prévus pour l’exercice 2018-2019. Surprise, le Québec touchera des sommes plus importantes que prévu par Carlos Leitao dans sa mise à jour déposée le 21 novembre dernier à Québec. C’est 23,749 milliards de dollars que le gouvernement fédéral va transférer à celui du Québec pour aider au financement des services de santé, des programmes sociaux et sous forme de péréquation. Le ministre Leitao avait prévu 22,392 milliards. C’est 6 % de plus qu’attendu! Pour la péréquation seulement, le gouvernement du Québec s’attendait à recevoir 11,002 milliards de dollars, une légère baisse par rapport à l’exercice précédent. C’est finalement 11,732 milliards que le Québec va recevoir, un gain inattendu de 730 millions, soit 6,6 % de plus que prévu. Ça veut dire, dans les faits, que le gouvernement du Québec pourrait décider de ne pas piger dans sa réserve de stabilisation pour financer ses baisses d’impôt. Le gouvernement avait prévu utiliser 1,407 milliard de dollars pour arriver à l’équilibre budgétaire en 2018-2019, une réserve qui a été constituée à partir des surplus de 2015-2016 et de 2016-2017 à la suite des compressions budgétaires, des gains sur les intérêts à payer sur la dette et de revenus plus élevés qu’attendu. Les transferts sont calculés par habitant En fonction des ententes, des lois et des calculs prévus pour les transferts, en fonction également de la moyenne de la croissance économique sur trois ans, le gouvernement fédéral en arrive donc à octroyer des sommes plus élevées, d’une année à l’autre, aux provinces. Dans le cas de l’exercice 2018-2019, la progression est de 3,7 % pour un total de 75,488 milliards de dollars. Le Québec va recevoir près de 31,5 % de ces transferts. Mais puisque ces octrois sont calculés par habitant, le Québec n’est pas considéré comme le premier bénéficiaire des transferts et de la péréquation, même s’il reçoit la plus grosse part de la péréquation totale. Ainsi, quatre provinces et les trois territoires reçoivent plus d’argent par habitant que le Québec. Et sur six provinces qui ont droit à la péréquation, le Québec arrive au cinquième rang. La péréquation a pour objectif de réduire les inégalités entre les provinces dans la prestation de services publics au Canada, notamment en matière de santé et d’éducation. Si une province a une capacité fiscale plus élevée que la moyenne, elle ne touchera pas d’argent du programme de péréquation. C’est le cas des provinces pétrolières et gazières, qui touchent des revenus économiques plus élevés. Cela dit, le montant total réservé pour le Québec n’a jamais été aussi élevé par rapport à l’enveloppe complète. En 2018-2019, le Québec va toucher 61,9 % de toutes les sommes versées en péréquation au Canada. C’était 60,7 % en 2016-2017. De 2012 à 2014, ce taux était en bas de 50 %
  4. Le troisième lien à Québec

    Il faudra bien pourtant que quelqu'un mette ses culottes et impose un véritable système de transport en commun pour la région de Québec. Autrement dans dix ans et un troisième lien plus tard, la population fera face au même problème de congestion. D'autres villes sont passées par là et toutes se sont retrouvées dans le même cercle vicieux quelques années plus tard. Mais pour cela il faudra que les gens de la vieille capitale élèvent leur jugement au-dessus de celui de leurs radios-poubelles. Et ça c'est pas gagné....
  5. Symphonia Pop - 32 étages

    Moi je l'appellerais le Mini-Wheat, (même s'il n'est pas vraiment petit) pour son côté sérieux et son côté givré.
  6. Fabrik8 - 6 étages

    Pas de doute les rectangles en saillis nous indiquerons clairement la décennie de construction.
  7. Quartier de la Montagne - 18 étages

    Quand un propriétaire ne veut pas vendre, il demande un prix qui sera refusé. Ce qui me rassure c'est qu'ils n'ont pas été expropriés de façon détournée dans le processus. On peut aussi supposer que ces patrons ont bâti une entreprise qui leur appartient et qui les fait vivre honorablement, tout en leur offrant un milieu de travail qui leur convient. C'est sûr que tout homme a son prix, mais l'argent n'est pas nécessairement la première motivation. Quand on a dépensé une bonne partie de sa vie à la réalisation d'un rêve, rien ne garantit que l'on ait le courage ou l'énergie de recommencer ailleurs.
  8. 1212 Bishop - 9 étages

    Personnellement je ne suis pas un fan de ce genre de proximité, j'aurais préféré que l'immeuble soit moins visible de la rue. Néanmoins face à l'augmentation de la valeur du terrain et sa nécessaire rentabilité, c'est un compromis qui permet de sauver une belle vieille maison, témoin de la belle époque.
  9. Quartier de la Montagne - 18 étages

    Dans les deux cas: le Wenda et le Cléopâtre profitent de droits acquis. Ce sont les promoteurs qui ont choisi d'y être voisins, car ces deux boites étaient déjà en affaires depuis un bon moment. C'est la preuve que l'argent ne peut pas tout acheter. Ce qui me rassure un peu pour la société de droit dans laquelle nous vivons, même si j'aurais préféré qu'une entente eut été possible.
  10. Royalmount "Quinze40"

    Voilà une intervention intelligente qui met le tout en perspective avec une véritable vision d'ensemble. Il est fini le temps où on pouvait construire n'importe quoi n'importe où, en imposant des projets déconnectés de la réalité. Blue-Bonnet devrait être une priorité, je l'ai déjà dit plusieurs fois sur ce fil, puisqu'il y a là un fort potentiel résidentiel et commercial. Premièrement des habitations dans un quartier nouveau et respectueux de l'environnement. Ensuite ou simultanément (selon le cas) une partie commerciale et d'affaires qui s'adressera en priorité aux gens du secteur, tout en offrant des opportunités d'emplois à ces mêmes nouveaux résidents. Donc un quartier intégré qui ne vise pas à faire concurrence à personne, ni attirer davantage de circulation venant de l'extérieur. Si on regarde la carte du coin on voit que l'immense cour de triage limite l'expansion vers l'ouest et Hampstead-Côte St-Luc au sud. Alors pour désenclaver un site qui pourrait accueillir entre 5,000 et 10,000 personnes, on aura besoin de tout le volume routier déjà existant, avec aussi bien sûr un raccordement de Cavendish. Sinon son développement sera un échec, car les acheteurs ne voudront jamais habiter un quartier déjà congestionné. Si on tient compte du potentiel réel de cette partie de la ville, on parle de plus d'un milliard au minimum pour la composante résidentielle et peut-être un autre milliard pour la composante commerciale et d'affaires. Finalement c'est à la métropole de décider ce qui pourra être construit selon ses propres priorités et non pas à des promoteurs dont la vision risque d'être (comme c'est le cas actuellement) contraire aux besoins de la Ville et à son plan d'urbanisme à long terme. J'en conlus que personne n'est contre le développement économique. Mais il doit être fait dans une vision globale, tout en évitant au passage de favoriser la croissance d'encore plus de circulation de transit dans cette partie de la ville.
  11. Royalmount "Quinze40"

    Je connais très bien ce centre commercial puisque nous logions en escale à l'Hôtel Novotel à deux pas de là. C'est un centre commercial urbain très bien intégré en ville, au milieu d'un quartier dense et super bien relié aux transports en commun, dont notamment le magnifique tramway qui fait une boucle en passant par l'Avenida Diagonale. Donc rien à voir avec Royalmount, mais plutôt à nos centres commerciaux du centre-ville. On s'y rend à pied, en voiture, en tram, en métro et en bus. Il y a d'ailleurs un grand carrefour de transport en commun à la station Glories à 5 minutes à pied. http://barcelona-home.com/blog/fr/centre-commercial-glories/
  12. Royalmount "Quinze40"

    Je ne répondrai pas à ton agressivité. Si j'ai pris l'exemple de Trump c'est qu'il incarne cet esprit de division et de confrontation où seul l'argent compte, même au détriment de la raison. Une mentalité rétrograde encore fortement ancrée dans les affaires et que l'on constate tous les jours dans les informations. Pour revenir à Royalmount, personne à date, pas même le promoteur n'a réussi à démontrer la nécessité de ce projet et encore moins à ce croisement d'autoroutes déjà hyper congestionné. D'ailleurs je refuse que les gouvernements dépensent des sommes colossales pour refaire la géométrie des routes environnantes afin d'accommoder ce projet basé sur l'automobile. Pareil pour la ville de Montréal en ce qui a trait aux infrastructures souterraines et de surfaces. Tandis que VMR récoltera les taxes, le projet étant sur son territoire, c'est Montréal qui devra dépenser des millions pour désenclaver le site, puisque son périmètre est chez elle. En affaires on appelle cela un marché de dupes. Qu'ils aillent ailleurs. Il n'y a absolument aucun besoin d'un mégacentre de banlieue en ville. Où sont d'ailleurs les études crédibles de transports pour prouver hors de tout doute que l'impact sera négligeable sur le réseau routier? Comme ce secteur industriel est pratiquement désertique au niveau population, il devra drainer des consommateurs de partout sur l'ile pour assurer sa rentabilité, ajoutant des millions de déplacements annuels supplémentaires (et inutiles puisque la ville offre déjà tout ça) pour accéder aux mêmes boutiques génériques et acheter les mêmes marchandises que l'on trouve ailleurs. Or, on peut facilement comprendre que la station de métro ne sera utilisée que par une minorité de montréalais, tous les autres consommateurs devant alors prendre la voiture puisqu'il n'y a pas d'autre alternative. En l'occurrence que gagneront les montréalais, eux qui ont déjà tous les bons restos, bars, salles de spectacles, boutiques et bien plus partout en ville à proximité et facilement accessibles par les TEC? Je termine en disant que les montréalais ont voté PM. Même qu'une bonne partie des membres sur ce forum ont vanté le préjugé favorable de Valérie Plante pour les transports en commun, les transports actifs et une vision environnementale basée sur le développement durable. Je vois donc mal l'administration montréalaise aller à contre-courant de sa propre philosophie écologiste. En outre pourquoi collaborerait-elle à l'établissement d'un projet commercial démesuré au pire endroit sur l'ile, où elle n'a dans les faits absolument rien à gagner et bien trop à perdre? C'est au coeur de la ville où il faut concentrer les investissements parce que c'est là où on souhaite concentrer la croissance démographique, comme la croissance économique.
  13. Publié le 11 décembre 2017 à 05h00 | Mis à jour à 05h00 http://www.lapresse.ca/debats/editoriaux/paul-journet/201712/10/01-5146603-dessine-moi-un-troisieme-lien.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B25_A-decouvrir_219_article_ECRAN1POS2 Dessine-moi un troisième lien « Les partisans d'un troisième lien routier entre Lévis et Québec devraient regarder ce qui se passe dans la très belle ville de Houston », prévient Paul Journet. Sur la photo, le pont de Québec et le pont Pierre-Laporte. Photo Olivier Pontbriand, Archives La Presse Paul Journet La Presse Les partisans d'un troisième lien routier entre Lévis et Québec devraient regarder ce qui se passe dans la très belle ville de Houston. En 2004, l'autoroute Katy était au deuxième rang des plus congestionnées des États-Unis. Le Texas a fait les choses en grand : l'autoroute a été élargie à 26 voies ! Surprise, quelques années plus tard, cela n'avait rien réglé. La congestion était même devenue plus pénible. De 2011 à 2014, la durée moyenne d'un trajet a bondi de 30 % le matin, et de 55 % le soir. Il fallait plus d'une heure pour parcourir le tronçon de 45 kilomètres. C'était pourtant prévisible. Il suffisait d'écouter les spécialistes. Quelque chose de contre-intuitif se passe quand on ajoute une route : cela ne règle pas la congestion. À court terme, bien sûr, la fluidité augmente. Mais à moyen terme, on revient au point de départ. Car si on augmente l'offre, on augmente la demande. Des ménages achèteront une deuxième voiture, ou déménageront en banlieue. Et des gens qui prenaient l'autobus ou qui covoituraient feront désormais le trajet en voiture solo. Vous connaissez l'adage : « construisez-le, et ils viendront » ? Il convient plus aux routes qu'aux amphithéâtres multifonctionnels... En le rappelant, on n'attaque pas les automobilistes, et on ne défend pas l'environnement. On ne fait qu'observer une tendance généralisée. Malheureusement, les faits ne comptent plus beaucoup en politique, surtout en période préélectorale. La Capitale-Nationale sera une région cruciale, et les libéraux sont menacés. Alors ils copient les caquistes. Ils s'abaissent à vendre du rêve. La Coalition avenir Québec milite depuis longtemps pour un nouveau pont ou tunnel. Elle dit écouter la population, et elle n'a pas tort. Le projet est en effet populaire à Québec. On ne cesse de sonder les citoyens en laissant entendre que ce serait l'investissement le plus rentable pour réduire la congestion. Évidemment qu'ils sont pour ! Le sondage pertinent serait celui qui présente les véritables coûts et conséquences de chaque choix. Même si toutes les études ne sont pas terminées, on a déjà quelques indices. Un troisième lien ne ferait rien pour le trafic au nord, qui augmente plus vite qu'au sud. Il ne règlerait probablement pas non plus à long terme le trafic au sud. Dans le meilleur des cas, il ne fera que déplacer le problème ailleurs. C'est comme si on élargissait l'entrée d'un entonnoir (le pont) sans changer la sortie du goulot d'étranglement. On arrivera plus vite dans un trafic plus important. *** Le projet de troisième lien, qui existe depuis les années 60, est devenu un cri de ralliement des automobilistes écoeurés. Une façon de dire : occupez-vous de nous ! On sympathise avec leur exaspération, mais la colère n'aide pas à réfléchir. Le débat deviendra plus serein grâce au bureau de projet lancé par le gouvernement libéral, au coût de 20 millions de dollars. Les résultats préliminaires de cette étude seront dévoilés l'été prochain, en pleine campagne électorale. M. Couillard pourra prétendre qu'il veut construire le pont, sans s'engager. La démarche sent très fort l'électoralisme... Mais elle pourrait néanmoins être utile, parce que les libéraux ont élargi l'étude pour examiner trois catégories de solution : lien routier (pont, tunnel ou traversier), transports collectifs ou réaménagement du réseau actuel (comme l'inversement de voies en heure de pointe). Avec un peu de chance, l'étude étoffera les données dévoilées par Statistique Canada cet automne. On y apprend que parmi les grandes régions métropolitaines, Québec affiche les plus faibles taux de covoiturage (10,6%, ) et d'utilisation du transport collectif (11,1%). Cela se comprend: l'offre en transport collectif est faible. Il existait pourtant un beau projet, le service rapide par bus (SRB)Il en existait pourtant un, le service rapide par bus (SRB), appuyé par le maire Labeaume de Québec et le gouvernement Couillard. Mais une intense mobilisation anti-SRB a été lancée, avec certaines radios privées. En seulement six mois, l'appui au projet a chuté de 75 à 50 %. Le maire de Lévis a ensuite enterré le projet. La minorité bruyante a ainsi gagné. M. Labeaume se bat contre un cercle vicieux : les transports collectifs sont vus comme une solution de pauvre, alors la demande est faible, et on y sous-investi. Dans ce dossier, le gouvernement Couillard ne doit pas se laisser piéger dans cette vaine guerre culturelle entre automobilistes et écolos. Au lieu de se compromettre sur le troisième lien en campagne électorale, il devrait attendre d'avoir toutes les données. De trouver les réponses techniques aux bonnes questions : où est le véritable problème, et quel est le meilleur investissement pour le régler ?
  14. Royalmount "Quinze40"

    De la poudre aux yeux pour faire taire les critiques et endormir la population, en espérant qu'elle finisse par faire le même rêve, en tombant dans le piège des belles promesses. En attendant les montréalais continueront à vivre le cauchemar de la congestion qui ne fait qu'empirer avec la croissance du nombre de voitures dans le grand Montréal qui augmente de 40,000 unités par année. http://www.journaldemontreal.com/2017/03/21/les-embouteillages-sont-plus-longs-et-durent-plus-longtemps Il faudra bien un jour qu'on arrête cette folie du développement irréfléchi à la mode Trump, qui est en totale négation de l'urgence environnementale qui hypothèque le présent comme le bien-être future des prochaines générations et ultimement la planète toute entière. Tout cela pour permettre aux riches de s'enrichir encore plus .
  15. Royalmount "Quinze40"

    Si je comprends bien les défenseurs du Royalmount, ils dénoncent le manque de stationnement au centre-ville pour justifier la construction d'un mégacentre voué au tout à l'auto. C'est bien la démonstration que ce centre commercial est pour eux la réponse à leur refus de changer de paradigme au niveau des transports urbains. On comprend aussi que la station de métro et la fameuse passerelle c'est pour mieux faire avaler le projet, puisqu'ils seront les premiers à l'ignorer. Ce qu'ils oublient cependant, c'est qu'il y déjà toute une série de centres commerciaux classiques sur l'ile de Montréal tout le long de la 40 pour desservir l'ouest et le nord de l'ile et ils sont loin d'être saturés. Ils pourront donc continuer encore longtemps à magasiner en voiture sans problème. Voici la liste: Marché Central, Rockland, Galeries Norgate, Place Vertu, Galeries des Sources, Galeries Kirkland, Fairview Pointe-Claire, Galeries Pointe-Claire sur la 20. Finalement plus près sur Décarie il y a le Smart Center Décarie et le Carré Décarie, finalement au sud de VMR, le Centre Commercial Wilderton. Il y a en plus à quelques kilomètres à Laval sur la A15 et la A13 plein d'autres centres commerciaux pour accommoder ces consommateurs automobilistes. Je me demande alors où est le besoin d'un mégacentre au milieu du croisement le plus congestionné de l'ile de Montréal, quand on pourrait très facilement agrandir un ou plusieurs des centres commerciaux mentionnés plus haut? On nage donc en pleine incohérence, car ce type de projet ne vise pas en réalité à augmenter l'offre, mais plutôt par la prédation à conduire à la faillite les autres centres commerciaux du secteur. Heureusement Projet Montréal a toujours été contre ce projet qui est nuisible sur le plan environnemental et complètement aberrant sur le plan urbanistique. En fait PM n'a pas grand chose à faire pour contrer ce projet, seulement refuser de collaborer tout simplement. Privé des infrastructures essentielles à construire du côté de Montréal, impossible d'aller de l'avant. Ce sera alors une bonne leçon pour les capitalistes d'un autre âge, qui n'ont pas encore compris qu'il n'y a plus d'avenir pour l'humanité, si on ne s'adapte pas à une économie basée sur le respect environnemental et le développement durable.