Jump to content

Quels sont les dossiers majeurs à suivre à Montréal en 2021?


IluvMTL
 Share

Recommended Posts

https://journalmetro.com/actualites/montreal/2586676/dossiers-majeurs-montreal-2021/?fbclid=IwAR3QBzPEElPfjoXEEO4Vp_BlRqThDp-RyePy86jsbZIJIJuQtsJLmf94Mm8

Quels sont les dossiers majeurs à suivre à Montréal en 2021?

Photo: Josie Desmarais/MétroLe centre-ville de Montréal sera dans la mire de l'administration municipale, en 2021.

La pandémie a ralenti plusieurs projets dans les secteurs de l’immobilier, du verdissement et de la mobilité. Certains dossiers majeurs pourraient toutefois connaître des avancées à Montréal en 2021, si le vent leur est favorable.

À lire aussi:

Départs de Projet Montréal: Valérie Plante promet des «ajustements»

Dette de la STM: Valérie Plante s’oppose à une réduction du service

Vélo: Valérie Plante émet des regrets sur les «voies actives sécuritaires»

Namur-Hippodrome:

Dans son dernier budget, présenté en novembre dernier, la Ville de Montréal a ciblé, parmi ses priorités pour l’année 2021, la réalisation d’analyses immobilières pour le développement de ce site de plus de 40 hectares, qui comprend notamment l’ancien hippodrome Blue Bonnets et la station de métro Namur. Le comité exécutif a d’ailleurs approuvé à la fin du mois de novembre une dépense de 1 M$ afin d’acquérir un terrain vacant situé près de cette station de métro. Son objectif: en faire un «pôle de mobilité» afin d’inciter les résidents de ce secteur – hautement congestionné – à troquer l’auto pour le transport en commun et le vélo, notamment.

À terme, l’administration municipale souhaite transformer le site de l’ancien hippodrome en un quartier écologique. Environ 6000 logements devraient y voir le jour, dont une part «importante» de logements sociaux et familiaux, affirme la Ville. Le chemin à parcourir pour réaliser ce projet sera toutefois semé d’embûches. Dans un rapport publié le 1er octobre, l’Office de consultation publique de Montréal a notamment conclu que ce projet devra faire l’objet de plusieurs études additionnelles avant d’avoir de réelles chances de réussite. 

D’ici 2030, la Ville a prévu dépenser 44,8 M$ pour développer ce secteur.

Royalmount

Le promoteur Carbonleo a confirmé à Métro qu’il entend reprendre le chantier du mégaprojet Royalmount «au début de l’année 2021», après avoir connu «un certain ralentissement» en raison de la pandémie. La plus récente mouture du projet, qui a fait l’objet de présentations publiques cet été, prévoit notamment de réduire le nombre d’espaces commerciaux, de places de stationnement et de salles de spectacle sur le site, situé à l’angle des autoroutes 15 et 40, dans ville de Mont-Royal. Le promoteur entend aussi construire 4500 logements sur ce site – s’il obtient le changement de zonage requis – en plus d’aménager divers espaces verts ainsi que des liens piétonniers et cyclables, entre autres. Carbonleo affirme d’ailleurs que le Royalmount sera éventuellement «carboneutre», ce dont doute fortement un regroupement citoyen opposé à ce développement.

La fin des travaux pour la phase commerciale du projet Royalmount est prévue en 2023.

Molson déménage

D’ici la fin de 2021, près de 190 employés de l’usine Molson Coors perdront leur poste à la suite du déménagement de l’usine de Montréal à Longueuil. Une situation que l’entreprise a justifiée par le fait que l’automatisation de ses activités entraînera une réduction de ses besoins en main-d’oeuvre une fois le déménagement complété. Le site actuel de la brasserie, sur la rue Notre-Dame Est, s’inscrit pour sa part dans un vaste de projet de réaménagement de la Ville. Ce projet prévoit notamment la création, d’ici 2035, de logements sociaux et d’espaces verts dans le secteur des Faubourgs.

Le REV continue

Le projet du Réseau express vélo, qui prévoit à terme la création de 184 km de voies cyclables sur de nombreuses artères de la métropole, continuera de prendre forme l’an prochain. Ainsi, en 2021, ce chantier se poursuivra entre autres dans l’axe Viger/St-Antoine/St-Jacques. D’une longueur de 5,4 km, cette nouvelle piste cyclable, dont l’aménagement a fait l’objet d’un report cet été, permettra notamment de faciliter l’accès au centre-ville et au Vieux-Montréal en partance du quartier Saint-Henri. La construction d’un tronçon de cette voie cyclable s’insérera d’ailleurs dans le projet de réaménagement du square Viger, qui devrait prendre fin en novembre 2021.

Une piste de 1,7 km verra aussi le jour en septembre 2021 sur la rue Peel, afin de relier le boulevard de Maisonneuve au Vieux-Port. La réaction des commerçants du secteur sera à surveiller. Cet été, les travaux de construction du REV sur les rues Saint-Denis et de Bellechasse ont entraîné une levée de boucliers de la part de nombreux entrepreneurs. Plusieurs citoyens ont toutefois salué l’arrivée de ces nouvelles voies cyclables.

D’ici 2030, la Ville a prévu dépenser 200 M$ pour le REV et d’autres projets de développement du réseau cyclable de la métropole.

Le Grand parc de l’Ouest en développement

Cet immense parc, qui aura à terme une superficie de plus de 3000 hectares, prendra encore plusieurs années à se concrétiser. Le projet avance toutefois, petit à petit. En 2021, la Ville compte notamment commencer la construction de la grande passerelle du parc-nature du Bois-de-l’Île-Bizard en plus de restaurer deux marais inclus dans le périmètre du Grand parc de l’Ouest. Des «transactions immobilières» pourraient aussi avoir lieu l’an prochain dans le cadre de ce projet, indique le budget 2021 de la Ville.

En 2019, la Ville a procédé à plusieurs acquisitions de terrains dans ce secteur, avant de mettre ce processus sur pause avec l’arrivée de la pandémie. Elle a néanmoins prévu dépenser plus de 289 M$ d’ici 2030 afin de procéder à l’acquisition de milieux naturels sur l’île, dans l’Ouest comme dans l’Est, où un grand parc pourrait aussi prendre forme dans les prochaines années.

Le règlement 20/20/20

Le règlement pour une métropole mixte, communément appelé 20/20/20, entrera en vigueur le 1er avril 2021. Celui-ci vise à obliger les promoteurs immobiliers à inclure un certain nombre de logements sociaux et familiaux dans leurs projets, ou encore à offrir une compensation à la Ville. Dans certains secteurs en densification, incluant quelques quartiers de Saint-Laurent ainsi que la Pointe-Nord de l’Île-des-Soeurs, les projets immobiliers devront aussi comprendre des logements abordables.

«Il y a des années où on a laissé le marché [immobilier] se développer comme il le voulait. Maintenant, on est en mode rattrapage. Mais la pente est haute», a affirmé à Métro le responsable de l’habitation au comité exécutif, Robert Beaudry, en novembre dernier.

Le parti Ensemble Montréal et plusieurs groupes représentant des promoteurs immobiliers continuent de s’opposer à ce règlement, qui contribuera selon eux à l’exode des Montréalais vers la banlieue.

Un centre-ville «plus attrayant»

Le centre-ville est sans contredit le secteur géographique qui écope le plus actuellement de la pandémie, qui a entraîné une chute du tourisme et vidé les tours à bureaux en stimulant le télétravail. Face à cette situation, la Ville a prévu investir 10 M$ l’an prochain dans la relance du coeur de la métropole. Ces fonds serviront notamment à créer de l’animation sur les artères commerciales et à soutenir des festivals, en espérant que ceux-ci puissent avoir lieu l’an prochain.

Le plan de la Ville prévoit aussi la création d’aménagements visant à rendre les espaces publics du centre-ville «plus accessibles et plus attrayants». Afin d’avoir une vision à long terme du centre-ville qui tient compte de la réalité actuelle, l’administration municipale compte aussi mettre à jour sa «Stratégie centre-ville», qui date de 2016.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, IluvMTL a dit :

Quels sont les dossiers majeurs à suivre à Montréal en 2021?

(ci-dessus le titre de l'article complet cité)

Un article intéressant qui m'inspire, par les sujets qu'il aborde et ceux qu'il escamote, les commentaires suivantes:

1) Quatre ans (2017-2021), c'est court pour une nouvelle administration municipale qui voulait imprimer (ou faire) sa marque.  

2) Ce que je considérais comme sa promesse phare --le logement social et abordable--, a accouché d'un règlement (..."pour une métropole mixte") dont la mise en application doit commencer seulement en 2021, trop tard pour qu'on puisse y percevoir des résultats tangibles avant les prochaines élections.

3) Des projets comme le redéveloppement du site Blue Bonnets semblent encore loin d'une concrétisation.  Je comprends bien les obstacles qui se dressent, mais on les avait probablement sous-estimés en faisant miroiter de l'espoir parmi les résidents du quartier.

4) Les grands projets réalisés ou en cours de réalisation à Montréal durant son mandat ont été très majoritairement le fait des gouvernements (Québec et Ottawa et leurs mandataires) et des grands promoteurs privés dont les décisions ont été et demeurent bien plus supportées/motivées par les conditions économiques favorables que par les gestes de l'administration municipale.

5) Le sort des entreprises établies à Montréal, notamment au centre-ville mais pas seulement, dépend beaucoup de l'éventuelle maîtrise du Covid-19 et des mesures d'aide fournies par les gouvernements, et assez peu de la Ville de Montréal (pas parce que c'est Valérie Plante, mais parce que les municipalités disposent de peu de moyens).

6) Le développement du  "Réseau Express Vélo" a manifestement occupé une grande partie de l'actualité.  A peu près tout le monde admettra que les consultations et les communications ont été déficientes,  transformant une bonne idée en objet de controverse.  Heureusement, ça peut se corriger, les dommages ne sont pas irréparables.  

7) La question linguistique est complètement escamotée dans l'article, pourtant c'est un sujet particulièrement important pour Montréal.

😎 and last but not least...  l'article cité ne fait nulle mention du sempiternel sujet des taxes.  Pourtant, il faudra bien l'aborder un jour, non pas dans un esprit partisan, mais en s'appuyant sur des analyses poussées.  Ce n'est pas le moment d'en discuter ici, mais je souhaite fortement qu'on y fasse une distinction  entre 1) les mesures qui sont dans les attributions de la Ville de Montréal et 2) celles qui relèvent des gouvernements (provincial à cause de sa compérence constitutionnelle; fédéral, à cause de son pouvoir de dépenser dans des champs de compétence provinciale).  Pour les prochaines élections municipales à Montréal, on s'intéressera d'abord aux mesures qui dépendent de la ville.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Le 2020-12-27 à 23:34, Né entre les rapides a dit :

(ci-dessus le titre de l'article complet cité)

Un article intéressant qui m'inspire, par les sujets qu'il aborde et ceux qu'il escamote, les commentaires suivantes:

1) Quatre ans (2017-2021), c'est court pour une nouvelle administration municipale qui voulait imprimer (ou faire) sa marque.  

2) Ce que je considérais comme sa promesse phare --le logement social et abordable--, a accouché d'un règlement (..."pour une métropole mixte") dont la mise en application doit commencer seulement en 2021, trop tard pour qu'on puisse y percevoir des résultats tangibles avant les prochaines élections.

3) Des projets comme le redéveloppement du site Blue Bonnets semblent encore loin d'une concrétisation.  Je comprends bien les obstacles qui se dressent, mais on les avait probablement sous-estimés en faisant miroiter de l'espoir parmi les résidents du quartier.

4) Les grands projets réalisés ou en cours de réalisation à Montréal durant son mandat ont été très majoritairement le fait des gouvernements (Québec et Ottawa et leurs mandataires) et des grands promoteurs privés dont les décisions ont été et demeurent bien plus supportées/motivées par les conditions économiques favorables que par les gestes de l'administration municipale.

5) Le sort des entreprises établies à Montréal, notamment au centre-ville mais pas seulement, dépend beaucoup de l'éventuelle maîtrise du Covid-19 et des mesures d'aide fournies par les gouvernements, et assez peu de la Ville de Montréal (pas parce que c'est Valérie Plante, mais parce que les municipalités disposent de peu de moyens).

6) Le développement du  "Réseau Express Vélo" a manifestement occupé une grande partie de l'actualité.  A peu près tout le monde admettra que les consultations et les communications ont été déficientes,  transformant une bonne idée en objet de controverse.  Heureusement, ça peut se corriger, les dommages ne sont pas irréparables.  

7) La question linguistique est complètement escamotée dans l'article, pourtant c'est un sujet particulièrement important pour Montréal.

😎 and last but not least...  l'article cité ne fait nulle mention du sempiternel sujet des taxes.  Pourtant, il faudra bien l'aborder un jour, non pas dans un esprit partisan, mais en s'appuyant sur des analyses poussées.  Ce n'est pas le moment d'en discuter ici, mais je souhaite fortement qu'on y fasse une distinction  entre 1) les mesures qui sont dans les attributions de la Ville de Montréal et 2) celles qui relèvent des gouvernements (provincial à cause de sa compérence constitutionnelle; fédéral, à cause de son pouvoir de dépenser dans des champs de compétence provinciale).  Pour les prochaines élections municipales à Montréal, on s'intéressera d'abord aux mesures qui dépendent de la ville.

On espère qu’en 2021, Montréal puisse se départir de cette image si caractéristique d’une conjecture exceptionnelle ou la multiplication des travaux combinée à la situation sanitaire a littéralement figé le cœur de la métropole en 2020. Plusieurs défis nous attendent mais il faut garder espoir car la ville s’embellie graduellement malgré les épreuves.

2E1537F9-CC14-4456-B90D-F34845B63201.jpeg

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • Administrator

Mon voeu: Une nouvelle administration qui va virer Montréal de 180 degrés pour ramener l'engouement des montréalais et leurs voisins pour une ville qu'ils aimaient pourtant il n'y a pas si longtemps.

  • Like 3
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Mtlarch a dit :

On espère qu’en 2021, Montréal puisse se départir de cette image si caractéristique d’une conjecture exceptionnelle ou la multiplication des travaux combinée à la situation sanitaire a littéralement figé le cœur de la métropole en 2020. Plusieurs défis nous attendent mais il faut garder espoir car la ville s’embellie graduellement malgré les épreuves.

Bien d'accord pour "garder espoir".  En fait, mon message précédent n'en n'était pas un de désespoir, mais simplement un commentaire point par point sur l'article de journalmetro.com cité par @IluvMTL Ce n'était pas une tentative de diagnostic de l'état de la ville.

Les "épreuves", c'est d'abord et avant tout ce qui découle de la Covid.  En ce sens, Montréal est dans le même bateau qu'une grande partie de l'humanité, petites et grandes villes, régions rurales et régions urbaines.  En comparaison, les désagréments liés à "la multiplication des travaux" sont de la petite bière.  Quant à la pénurie de logements à prix abordables, c'est aussi un phénomène très répandu dans le monde; la situation à Montréal est très loin d'être la pire (voir par exemple Los Angeles).  Idem pour l'impasse fiscale.  Partout, les villes se trouvent en première ligne pour faire face à des problèmes et des défis immenses, alors qu'elles ne disposent ni des ressources ni des pouvoirs nécessaires pour y répondre convenablement.  La croissance, la stagnation et le déclin, économique et démographique, posent des défis différents.  Montréal est en croissance.  

Dans le cadre plus restreint des discussions  portant sur les "dossiers majeurs à suivre à Montréal en 2021",  je s'attarde sur les décisions et les mesures  qui relèvent de l'administration municipale.  

Link to comment
Share on other sites

Il y a 13 heures, Né entre les rapides a dit :

Bien d'accord pour "garder espoir".  En fait, mon message précédent n'en n'était pas un de désespoir, mais simplement un commentaire point par point sur l'article de journalmetro.com cité par @IluvMTL Ce n'était pas une tentative de diagnostic de l'état de la ville.

Les "épreuves", c'est d'abord et avant tout ce qui découle de la Covid.  En ce sens, Montréal est dans le même bateau qu'une grande partie de l'humanité, petites et grandes villes, régions rurales et régions urbaines.  En comparaison, les désagréments liés à "la multiplication des travaux" sont de la petite bière.  Quant à la pénurie de logements à prix abordables, c'est aussi un phénomène très répandu dans le monde; la situation à Montréal est très loin d'être la pire (voir par exemple Los Angeles).  Idem pour l'impasse fiscale.  Partout, les villes se trouvent en première ligne pour faire face à des problèmes et des défis immenses, alors qu'elles ne disposent ni des ressources ni des pouvoirs nécessaires pour y répondre convenablement.  La croissance, la stagnation et le déclin, économique et démographique, posent des défis différents.  Montréal est en croissance.  

Dans le cadre plus restreint des discussions  portant sur les "dossiers majeurs à suivre à Montréal en 2021",  je s'attarde sur les décisions et les mesures  qui relèvent de l'administration municipale.  

Bien d’accord avec cette vision et les limites du pouvoir municipal. Il n’ a  peu près aucun endroits dans le CV en 2020 ou il n’y a pas une rue, un bout de trottoir ou autres travaux qui ont rendu la circulation automobile, à vélo ou même à pied particulièrement difficile. Par exemple, on a éventré la rue St-Jacques 3 ou 4 fois durant le même nombre d’années. En 2020, on a refait partiellement Peel en éventrant une autre fois St-Jacques. On a refermer le tout en catastrophe juste avant Noël afin de terminer les travaux en 2021?

En meme temps, on apprend que la ville annule le bassin de rétention prevu sous le parc des eaux cachés dans GFT pour considérer faire un bassin linéaire sous la rue St-Jacques. Ce projet est sous évaluation mais sans échéancier précis. On annule un projet prévu et planifié par un autre ou l’on ouvrirait pour la 6ieme  fois de suite la même rue qu’on avait complètement repavé à neuf avant de débuter les interventions précédentes  Une fois qu’on aura terminé, j’imagine qu’un le projet d’une piste cyclable pour se rendre dans l’Ouest va faire surface et qui nécessitera un réaménagement complet puisque la. piste cyclable du Canal Lachine est débordée?

C’est un problème de gestion des travaux auquel toutes les administrations sont confrontées mais lorsqu’on se fait élire sur les déboires d’organIsation d’une course électrique et en promettant de mieux planifier ce type de travaux, le résultat final demeure, aux yeux des citoyens, quelque peu mitigé. Trop de travaux, tous ouverts en même temps pour s’apercevoir  qu’on manque d’égouts et que les fournisseurs n’arrivent pas à livrer à temps les pièces dont on a de besoin. La pandémie a le dos large mais cette problématique existait avant. 

Les enjeux sociaux demeurent importants. On ne peut critiquer le but d’avoir une population mixte au CV mais le moyen envisagé pour y arriver demeure incertain en terme de résultats à venir. Personne n’est convaincu qu’on va attirer des familles nombreuses dans des appartements 3 cac trop petits en partant. Est-ce qu’on va assister à l’apparition de 2 classes de gens: les plus fortunés et les moins combinés ensemble alors que l’exode de la classe moyenne elle, va se poursuivre car elle ne se classifie ´en rien’ et ne peut profiter d’avantages comme les autres?

Les efforts de l’administration municipale sont tout à fait louables mais doivent être supportés au niveau provincial afin d’éliminer les disparités régionales favorisant ce phénomène d’exode urbain. L’attitude  doit changer pour supporter efficacement les efforts des élus municipaux. Une nouvelle administration n’y changerait rien non plus puisque ses pouvoirs demeurent limités.

J’exprime simplement ce qu’un citoyen ordinaire peut ressentir et qui n’a certainement pas accès à l’informatIon fort pertinente à laquelle vous faites reference dans une vision beaucoup plus globale d’une saine gestion municipale.

Bon début 2021 à tous!

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Mtlarch a dit :

Bien d’accord avec cette vision et les limites du pouvoir municipal. Il n’ a  peu près aucun endroits dans le CV en 2020 ou il n’y a pas une rue, un bout de trottoir ou autres travaux qui ont rendu la circulation automobile, à vélo ou même à pied particulièrement difficile. Par exemple, on a éventré la rue St-Jacques 3 ou 4 fois durant le même nombre d’années. En 2020, on a refait partiellement Peel en éventrant une autre fois St-Jacques. On a refermer le tout en catastrophe juste avant Noël afin de terminer les travaux en 2021?

En meme temps, on apprend que la ville annule le bassin de rétention prevu sous le parc des eaux cachés dans GFT pour considérer faire un bassin linéaire sous la rue St-Jacques. Ce projet est sous évaluation mais sans échéancier précis. On annule un projet prévu et planifié par un autre ou l’on ouvrirait pour la 6ieme  fois de suite la même rue qu’on avait complètement repavé à neuf avant de débuter les interventions précédentes  Une fois qu’on aura terminé, j’imagine qu’un le projet d’une piste cyclable pour se rendre dans l’Ouest va faire surface et qui nécessitera un réaménagement complet puisque la. piste cyclable du Canal Lachine est débordée?

C’est un problème de gestion des travaux auquel toutes les administrations sont confrontées mais lorsqu’on se fait élire sur les déboires d’organIsation d’une course électrique et en promettant de mieux planifier ce type de travaux, le résultat final demeure, aux yeux des citoyens, quelque peu mitigé. Trop de travaux, tous ouverts en même temps pour s’apercevoir  qu’on manque d’égouts et que les fournisseurs n’arrivent pas à livrer à temps les pièces dont on a de besoin. La pandémie a le dos large mais cette problématique existait avant. 

Les enjeux sociaux demeurent importants. On ne peut critiquer le but d’avoir une population mixte au CV mais le moyen envisagé pour y arriver demeure incertain en terme de résultats à venir. Personne n’est convaincu qu’on va attirer des familles nombreuses dans des appartements 3 cac trop petits en partant. Est-ce qu’on va assister à l’apparition de 2 classes de gens: les plus fortunés et les moins combinés ensemble alors que l’exode de la classe moyenne elle, va se poursuivre car elle ne se classifie ´en rien’ et ne peut profiter d’avantages comme les autres?

Les efforts de l’administration municipale sont tout à fait louables mais doivent être supportés au niveau provincial afin d’éliminer les disparités régionales favorisant ce phénomène d’exode urbain. L’attitude  doit changer pour supporter efficacement les efforts des élus municipaux. Une nouvelle administration n’y changerait rien non plus puisque ses pouvoirs demeurent limités.

J’exprime simplement ce qu’un citoyen ordinaire peut ressentir et qui n’a certainement pas accès à l’informatIon fort pertinente à laquelle vous faites reference dans une vision beaucoup plus globale d’une saine gestion municipale.

Bon début 2021 à tous!

Excellent!  Vos remarques sont extrêmement pertinentes.  Idéalement, elles devraient être au coeur des considérations guidant les choix des autorités municipales-- incluant mais non limités à ceux ayant trait aux "dossiers majeurs pour 2021".  

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value