Jump to content

École FACE


jesseps
 Share

Recommended Posts

Citation

FACE School in downtown Montreal will receive up to $150 million from the Quebec government to undergo major renovations, likely to take seven years, the Montreal Gazette has learned.

The Liberal government refused to fund the project last year, but sources say the new CAQ government, which promised during the election campaign to address the deterioration of school infrastructure, will announce on Friday that the project can go ahead.

FACE, a project unique in Canada as an English and a French school under the EMSB and CSDM boards, an elementary and a high school, all specialized in fine arts, has been in a state of decrepitude for years.

Housed in the former Montreal High School on University St. that was built in 1914, the ancient electrical, heating and plumbing systems all need to be redone — as do the floors. The façade has heritage value and needs to be restored.

It also needs a major paint job.

The CSDM has already put in $25 million in minor repairs and maintenance since 2012 to keep it open.

In a letter to parents and the FACE community sent in late December, the school’s Comité de vigie said given the extent of the necessary renovations, it would be implausible for students to remain at the school.

“We are in agreement that a relocation from 3449 University must occur during the reconstruction, because of the noise, dust, disruption and potential safety hazards, not to mention that remaining on the premises would complicate the renovation and likely prolong the project.”

But where do you put 1,400 students, ages 5 to 17, in the already dense downtown or Plateau-Mont-Royal boroughs for six to eight years?

Neither the Commission Scolaire de Montréal, which owns the building, nor the English Montreal School Board, which runs the school in partnership with the CSDM, has a building at its disposal that would be big enough for everyone.

And neither the parents nor the teachers want to see the two sides separated, either by school board or by age. About three-quarters of the students are French, and one-quarter are English.

(The CSDM declined to comment on the situation before the official announcement of funding is made Friday.)

Health Ministry has vacant buildings

There are two vacant buildings belonging to the Quebec Health Ministry, however, where all the students and teachers could be accommodated.

One is the old Institut des Sourdes et Muettes, on St-Denis St. between Roy and Cherrier Sts, which is in the process of being transferred from the province to the city.

The other is the former Jacques-Viger Hospital at René-Lévesque Blvd. and St-Hubert St., which has been vacant for five years.

Neither the city nor the Health Department has given the Comité de vigie a definitive answer whether they can use their buildings.

In both cases, renovations would need to be done before the students could move in, which would add another $40 million and delay the start of the renovations for two years.

According to the Comité de vigie, made up of parents, teachers, staff and students, the earliest the project would begin would be 2021.

Violaine Cousineau, an independent school commissioner at the CSDM, said all avenues need to be explored before the students are split up for what would be the remainder of many children’s whole school experience.

“We have to at all costs find a solution to keep everyone together in a project that is unique in Canada,” said Cousineau. “Let’s make sure we dig into these possibilities before we start to divide the students.”

(Courtesy of The Montreal Gazette)

Upto $150 million to renovate a school? How about just build a new one?!

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

L'édifice est peut-être classé patrimonial ou du moins a un intérérêt patrimonial. C'est tjs onéreux de rénover de vieux édifices

C'était anciennement la « High School of Montreal » ou la « Montreal High School ».

L'édifice actuel date de 1914

https://en.wikipedia.org/wiki/High_School_of_Montreal

Citation

In 1911, with the school continuing to expand, a site for a new building was acquired, and in 1914 construction began of the school's final home, at 3449 University Street. The school was able to move in during September 1915.[26] Built in a neoclassical Beaux-Arts architectural style, used for many public buildings at the time, but unusual for schools in Montreal, the new school was designed by William Sutherland Maxwell and his brother Edward Maxwell, leading Canadian architects who were also responsible for the nearby Montreal Museum of Fine Arts. Both were former pupils of the school. Finally completed in 1924, the building is shaped like the letter H and was originally planned to provide wings for boys and girls joined by a smaller central block, where shared activities were to take place. The many flourishes include four caryatids high above the main entrance and other decorative features, while the design of the staircases is believed to be unique, with separate double flights, one for up and one for down, which do not intersect. The auditorium was wood-panelled. The new building provided over sixty classrooms, on five floors, taking children all the way from first to twelfth grade.[45][10]

The school was the first in Montreal to have its own swimming pool, completed in 1924 in the basement of the new University Street building.[46] There was also a shooting gallery, where sixteen people could shoot at targets 25 yards away, but at first it was used only by the boys, as was a room for sloyd. The library was common ground, but the physics and chemistry laboratories were in the boys' wing. Art was taught in separate rooms, and although the swimming pool was shared, girls and boys used it at different times. At first there was only one gymnasium, for boys, but soon the school's auditorium was converted into a girls' gym and a new auditorium was added behind the H-block.[47]There were two sports rooms in the basement and two large recreational areas on the school's flat roof, each with views of the city and nearer views of each other.[48]

 

Link to comment
Share on other sites

Parût le 1 février 2019

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1150601/travaux-csdm-montreal-high-school-patrimoine

Jérôme Labbé

Le bâtiment patrimonial qui abrite l'école publique FACE sera remis en état. Le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge, a annoncé vendredi l'attribution d'une enveloppe de 11 millions de dollars pour la première phase du projet, soit l'élaboration des plans.

L'École FACE accueille 1400 jeunes anglophones et francophones du primaire et du secondaire – âgés, donc, de 5 à 17 ans – dans le ghetto McGill, à Montréal. Son acronyme se décline à la fois en anglais (Fine Arts Core Education) et en français (Formation Artistique au Cœur de l'Éducation).

Même si les élèves anglophones relèvent de la Commission scolaire English Montreal, c'est la CSDM qui pilotera le projet de rénovation. Elle travaillait sur le dossier depuis deux ans, mais le précédent gouvernement avait refusé sa première demande de financement.

« C'est un important immeuble pour la Commission scolaire de Montréal, mais on sait depuis longtemps qu'il y a des travaux majeurs à faire à l'intérieur », explique sa présidente, Catherine Harel Bourdon.

Il faut refaire l'électricité au complet, le chauffage...

Catherine Harel Bourdon, présidente de la CSDM

Les élèves devront être déplacés, confirme Mme Harel Bourdon. « Parce que comme les travaux vont s'échelonner sur beaucoup d'années, ce serait extrêmement difficile de garder les élèves dans l'école en même temps que des travaux de cette ampleur-là », explique-t-elle.

 

Trouver de nouvelles places pour ces 1400 élèves constituera un important défi pour la Commission scolaire, admet sa présidente. Car la CSDM fait face à un grave problème de surpopulation dans ses établissements.

Mme Harel Bourdon s'engage à faire tout ce qui est en son pouvoir pour éviter de séparer les élèves. À choisir, elle préférera toutefois scinder le primaire et le secondaire plutôt que les classes anglophones et francophones.

Comme l'étape des plans et devis commence à peine, la Commission scolaire préfère ne pas s'avancer sur la date à laquelle les travaux pourraient commencer. Tous s'entendent toutefois pour dire qu'il serait étonnant que la rentrée de septembre 2019 soit compromise.

Une école très particulière

Mixte et bilingue, l'École FACE a été fondée en 1975. Elle offre un enseignement à vocation particulière touchant quatre types d'art : la musique (vocale et instrumentale), l'art dramatique, les arts plastiques et la danse.

Le bâtiment qu'elle occupe – sis au 3449, rue University – a été construit en 1914. Il abritait autrefois la Montreal High School, mais aujourd'hui, les trois quarts de ses élèves sont francophones.

Selon The Gazette, l'ensemble du projet de rénovation de l'École FACE pourrait s'échelonner sur sept ans et coûter 150 millions de dollars.

La décision d'attribuer une première enveloppe budgétaire à la CSDM pour lui permettre de préparer le dossier d'affaires a été entérinée par le Conseil des ministres le 16 janvier dernier, a précisé le cabinet du ministre Roberge par communiqué.

Depuis 2012, les travaux d'entretien de l'École FACE ont coûté 25 millions de dollars à la CSDM.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • 8 months later...

Rénovation de l’école FACE: le casse-tête du déménagement des 1300 élèves

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Les importants travaux qui devront être exécutés pour rénover l'édifice patrimonial qui abrite l'école FACE ne pourront se faire en présence des élèves.

Située en plein cœur de Montréal dans un édifice patrimonial, l’école FACE devra subir bientôt des travaux de rénovation majeurs et reloger les 1300 élèves ne sera pas chose simple. De l’ancien Forum aux Ailes de la Mode en passant par le Stade olympique et la Maison de Radio-Canada, toutes les options ont été envisagées pour cet établissement à vocation artistique.

Publié le 01 novembre 2019 à 6h00

https://www.lapresse.ca/actualites/education/201911/01/01-5247879-renovation-de-lecole-face-le-casse-tete-du-demenagement-des-1300-eleves.php

Marie-Eve Morasse
La Presse

Le printemps dernier, le comité de vigie de l’école FACE, composé de membres de la direction de l’école, d’enseignants et de parents, a ciblé une trentaine de lieux potentiels où pourrait s’établir l’école le temps que des travaux de réhabilitation soient faits sur l’édifice centenaire. Parmi ceux-ci figuraient l’UQAM et l’Université McGill, Télé-Québec, l’ancien hôpital Royal Victoria, le Terminus Voyageur et les Ailes de la Mode.

La présidente de la CSDM, Catherine Harel Bourdon, assure que plusieurs de ces immeubles – notamment le Terminus Voyageur et Radio-Canada – n’ont pas fait partie des immeubles qui ont été sérieusement envisagés. Les membres du comité de vigie « sont pleins de bonnes intentions », mais « pas nécessairement au fait des travaux » qui doivent être faits », dit la présidente.

« Prenez par exemple le Royal Victoria. C’est en aussi mauvais état [que FACE], sinon pire que pire. Aménager un pavillon dans cet îlot-là, ça suppose un échéancier très important. C’est rare que les hôpitaux aient des gymnases », illustre-t-elle.

La proposition de la CSDM

La CSDM a donc retenu sa propre proposition : elle demandera officiellement à la Société québécoise des infrastructures (SQI) et au ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur de considérer le déménagement des élèves du primaire dans un immeuble lui appartenant, situé au 4835, avenue Christophe-Colomb, dans le Plateau Mont-Royal, mais lui demande également de financer la « réhabilitation majeure » de ce bâtiment.

La Commission scolaire estime qu’il sera plus simple « en termes d’échéanciers, de faisabilité technique et de coût de projet » d’aménager un bâtiment qui lui appartient pour reloger les élèves.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

Catherine Harel Bourdon, présidente de la CSDM

« On ne peut pas attendre 10 ans avant que les élèves de FACE déménagent. Les travaux sont imposants et l’immeuble est déjà en mauvais état », dit Catherine Harel Bourdon. Construit en 1914 et agrandi en 1924, le bâtiment est classé patrimonial. Les rénovations dont il fera l’objet devraient prendre au minimum six ans et coûter 120 millions de dollars.

« Plusieurs espaces, à l’extérieur et à l’intérieur du bâtiment, nécessitent des interventions rapides pour assurer la pérennité de celui-ci ainsi que la santé et la sécurité des usagers », lit-on dans un compte rendu de rencontre tenue entre la SQI et la CSDM le printemps dernier et obtenu en vertu de la Loi sur l’accès à l’information.

Trois autres immeubles considérés

Trois immeubles lui appartenant pourraient quant à eux héberger les élèves du secondaire, mais le choix définitif n’est pas arrêté.

Pendant les travaux à l’école FACE, il est envisagé d’envoyer les élèves du secondaire à l’école secondaire Georges-Vanier, située dans le quartier Villeray. Or, cette école est déjà en partie occupée par des élèves de l’Académie de Roberval, chassés de leur école il y a deux ans en raison des moisissures. Là non plus, les travaux n’ont pas débuté.

« On ne peut pas inventer de nouveaux espaces. On n’en a pas. On aimerait ça avoir un terrain à proximité. Mais l’objectif, c’est de rénover un bâtiment patrimonial », dit Catherine Harel Bourdon, qui assure que le choix définitif pour le déménagement des élèves de l’école FACE n’est pas arrêté.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, acpnc a dit :

Pendant les travaux à l’école FACE, il est envisagé d’envoyer les élèves du secondaire à l’école secondaire Georges-Vanier, située dans le quartier Villeray. Or, cette école est déjà en partie occupée par des élèves de l’Académie de Roberval, chassés de leur école il y a deux ans en raison des moisissures. Là non plus, les travaux n’ont pas débuté.

Quoi?!?  L'école est vide depuis deux ans et rien n'a encore bougé?    

Et dire que pendant ce temps les ouvertures d'écoles modernes et bien équipées se suivent une après l'autre en banlieue de 3e couronne.  Décourageant.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Rénover un édifice patrimonial demande beaucoup d'études et de planification, sans parler du budget estimé à 120 millions qu'il faudra amasser pour mener à bien les travaux. Cela peut paraitre cher pour certains, mais vu l'ampleur de l'édifice à sauver et sa qualité architecturale unique, c'est le prix à payer pour assurer la conservation de ce bâtiment exceptionnel.

Au moins on n'aura pas à lui chercher une vocation puisqu'elle est déjà toute trouvée.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...