Nameless_1

Membre
  • Compteur de contenus

    1 181
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    2

Nameless_1 a gagné pour la dernière fois le 14 août

Nameless_1 a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

356 Excellent

À propos de Nameless_1

  • Rang
    Mtlurb Master

Personal Information

  • Biography
    A venir
  • Location
    Montréal
  • Intérêts
    Photographie, écriture.
  • Occupation
    Analyste & Écrivain

Visiteurs récents du profil

1 519 visualisations du profil
  1. Nameless_1

    Réaménagement Place Vauquelin

    Place Vauquelin (à côté de l'Hôtel de ville de Montréal): pavés chauffants (du maire Coderre) et arbre de Noël! Dommage que le concepte n'est pas été retenu par Mme Plante pour la rue Ste-Catherine; surtout pour un pays nordique comme le Québec.
  2. Nameless_1

    MYX - 8 étages

    Good, c'est plus avancé que je ne le pensais. J'ai hâte de voir la pépine dans le trou!
  3. Nameless_1

    MYX - 8 étages

    Bonsoir M'sieurs Dames; tests de sol aujourd'hui sur le terrain du Myx à la pointe nord de l'IDS:
  4. Nameless_1

    STM: Prolongement de la ligne 05 Bleue vers l'Est

    Bureau de la ligne bleue: Des ingénieurs au travail début 2019 PHOTO MINISTÈRE DES TRANSPORTS DU QUÉBECLe gouvernement Marois avait annoncé en 2013 le prolongement de la ligne bleue vers l’est, jusqu’à Anjou. CAMILLE DAUPHINAIS-PELLETIER Mercredi, 12 décembre 2018 00:00MISE à JOUR Mercredi, 12 décembre 2018 12:00 MONTRÉAL – Le Bureau de projet de la ligne bleue ne comptera pas une centaine d’employés au travail d’ici la fin de l’année tel que le souhaitait la Société de transport de Montréal (STM), mais des ingénieurs ont été recrutés et seront à pied d’œuvre dès le début de 2019. La STM a accordé en novembre un contrat à un consortium composé de trois firmes d’ingénierie, soit AECOM Consultants, Tetra Tech et EXP, pour réaliser la phase 1A du projet. «Une première mobilisation a eu lieu, composée notamment d’une dizaine de gestionnaires, afin de planifier la mobilisation des équipes devant se joindre au Bureau de projets à compter du début de l’année 2019», a affirmé le porte-parole de la STM, Philippe Déry. Un nouvel appel d’offres Le «24 Heures» rapportait il y a quelques semaines que la STM semblait avoir de la difficulté à recruter pour son Bureau de projet de la ligne bleue. Seulement l’équivalent de 15 personnes à temps plein – des ressources internes de la STM – y travaillaient en date du 22 novembre, alors que la société de transport avait dit dans un échange courriel espérer avoir une centaine d’employés au bureau d’ici la fin de l’année. Un appel d’offres pour des ressources en architecture n’avait d’ailleurs reçu aucune soumission; la STM a donc lancé un nouvel appel, qui prendra fin le 19 décembre 2019. Les cinq nouvelles stations, qui seront ajoutées à l’est de la ligne bleue, permettront de relier Saint-Michel aux Galeries d’Anjou. Un montant de 3,5 milliards $ est prévu au Programme d’immobilisations (PI) de la STM, entre 2021 et 2026, pour la construction de celles-ci. D’ici là, le Bureau de projet s’affairera à compléter le dossier d’affaires à faire l’acquisition de terrains et d’immeubles. Les expropriations entreront en vigueur en 2021. Le premier contrat accordé au consortium s’élève à 25,8 millions $. Les ingénieurs devront démarrer la réalisation des spécifications techniques et des intrants à l’appel de qualification. Le contrat accordé par la STM précise que la réalisation de la phase 1B, qui vise le dossier d’affaires et qui tourne autour de 100 millions $, reste conditionnelle aux approbations des autorités compétentes. https://www.journaldemontreal.com/2018/12/12/bureau-de-la-ligne-bleue-des-ingenieurs-au-travail-debut-2019
  5. Nameless_1

    MTLURB Meet - 19 décembre - Ginkgo - 18h

    Je devrais être au centre ville le 19, alors je vous confirme ca lundi prochain.
  6. Nameless_1

    Songs About Montreal

    Tio`tia:Ke est le nom que les Amérindiens donnent à l'île de Montréal:
  7. Bien dit, tu résumes bien ma pensé.
  8. Nameless_1

    L'Avenue - 50 étages

    Pour moi, les deux plus belles tours de Montréal sont l'une à côté de l'autre: l'Avenue et le 1250!
  9. Montréal a acheté trois types de bus électriques incompatibles entre eux DOMINIQUE CAMBRON-GOULET Lundi, 3 décembre 2018 01:00MISE à JOUR Lundi, 3 décembre 2018 01:00 Montréal a acheté des autobus électriques avec trois systèmes de recharge différents et incompatibles entre eux, a constaté notre Bureau d’enquête. Un vrai casse-tête de planification est à prévoir, affirment des experts. La Société de transport de Montréal a accéléré cette année ses acquisitions de bus électriques, afin de réduire les émissions de sa flotte. PHOTO COURTOISIE, STM On voit ici un des trois modèles des autobus électriques achetés récemment par la STM, fabriqué par la compagnie Nova Bus, à sa station de recharge du centre-ville de Montréal. Elle a octroyé trois contrats à autant de fabricants, pour 38 autobus qui coûteront 35 millions $ au total (voir plus bas). Certains autobus sont équipés pour être chargés à une station d’arrêt en fin de ligne. D’autres peuvent être branchés seulement au garage. Mais dans ce cas, le voltage des bornes peut varier, tout comme le type de courant (alternatif et continu) et la forme du connecteur, ce qui les rend incompatibles. Josipa Petrunic Chercheuse Les trois modèles doivent être rechargés dans des garages différents et ne seront donc pas interchangeables d’un secteur de la ville à l’autre. C’est loin d’être une situation idéale, croit Josipa Petrunic, directrice du Consortium de recherche et d’innovation en transport urbain au Canada (CRITUC). « Quand on essaie de combiner différents systèmes non compatibles, c’est très difficile d’avoir une flotte flexible et efficace », dit-elle. Vice-président de la STM jusqu’à tout récemment, Marvin Rotrand croit même qu’une telle confusion ralentit la progression des bus électriques et que cela a forcé la Ville de Montréal à acquérir 300 autobus hybrides plutôt que des bus 100 % électriques d’ici 2020. « Si nous voulons une conversion rapide aux autobus électriques, il nous faut une prise universelle, avance-t-il. Les manufacturiers veulent contrôler le marché. Ils veulent que les autres s’adaptent à leur technologie ou leur paient des licences d’utilisation », explique l’élu municipal. Du temps pour décider La STM affirme être dans une phase de test, et que c’est pour cette raison qu’elle a acheté des systèmes non compatibles entre eux. « Une fois qu’une orientation ferme aura été prise, les nouveaux véhicules électriques commandés disposeront du même type d’équipement de recharge dans tous les centres de transport (garages), pour des principes d’efficacité et d’économie », indique le porte-parole Philippe Déry. Pour y voir plus clair, la STM a aussi commandé fin septembre une étude, au coût de 186 000 $, afin d’évaluer les différentes options de recharge pour son futur centre de transport Bellechasse. La Ville de Toronto a adopté cette même approche de test, avec l’achat de 60 bus de trois entreprises différentes. Ça coûte plus cher « Il n’y a plus de besoin de tester des systèmes individuels, soutient l’experte en transport Josipa Petrunic. Il y a bien assez d’études sur les autobus électriques. Je sens que la STM fait un petit pas de recul en faisant des tests, plutôt qu’en se lançant dans l’électrification à grande échelle. » « Les agences de transport achètent des technologies propriétaires ou non standardisées et le perdant est le payeur de taxes. Ça coûte plus cher à long terme. Quand on a un éventail de technologies, il y a de bonnes chances que certains autobus soient retirés du service [plus rapidement qu’ils ne devraient l’être] », expose-t-elle. Mme Petrunic juge qu’une combinaison de recharge en garage et en route est la meilleure. « C’est ce qui amènerait le maximum de flexibilité au réseau, c’est là que l’industrie doit aller », dit-elle. TROIS BUS, TROIS RECHARGES DIFFÉRENTES SYSTÈME 1 PHOTO PIERRE-PAUL POULIN 30 autobus à recharge lente de la compagnie New Flyer Connecteur nord-américain Intensité de recharge : 150 kW SYSTÈME 2 PHOTO COURTOISIE 4 midibus du fabricant chinois BYD Connecteur européen Intensité de recharge : 60 à 80 kW SYSTÈME 3 PHOTO PIERRE-PAUL POULIN 4 autobus électriques de la compagnie Nova Bus Connecteur sur le toit (recharge en route) Connecteur européen (recharge au garage) Intensité de recharge : 10,5 kW UNE NORME FÉDÉRALE EST RÉCLAMÉE L’absence d’une norme fédérale nuirait aux sociétés de transport quand arrive le choix de décider quels seront les autobus du futur. Josipa Petrunic et Marvin Rotrand appellent le gouvernement Trudeau à légiférer, comme doit le faire la Commission européenne en 2019. « J’ai amené ce point il y a deux ans à l’Association canadienne du transport urbain, et les compagnies n’étaient pas très réceptives à l’idée », relate M. Rotrand. Et le gouvernement d’Ottawa ne semble pas non plus très pressé d’intervenir. « Les normes reliées aux bornes de recharge n’ont pas été identifiées comme étant une priorité par l’industrie », indique Ressources naturelles Canada, dans un courriel envoyé à notre Bureau d’enquête. Le porte-parole ajoute même que « les provinces et territoires ont la responsabilité de légiférer dans leur territoire respectif ». « Pitch de vente » Mme Petrunic mène un projet de recherche sur la standardisation des systèmes de recharge avec plusieurs sociétés de transport ontariennes. L’experte en transport croit qu’un standard canadien mettrait les sociétés de transport moins à la merci du « pitch de vente » des constructeurs. « Si c’est la position officielle d’Ottawa, celle-ci doit être reconsidérée, juge-t-elle. C’est normal qu’ils ne veuillent pas choisir une compagnie plutôt qu’une autre, mais la standardisation est la clé de compétitivité. » Pour l’heure, la STM ne voit pas la pertinence d’une norme fédérale. « Comme le marché des bus électriques est mondial, une norme fédérale aurait peu d’impact sur nos travaux en électrification, contrairement à une norme internationale », explique son porte-parole Philippe Déry. https://www.journaldemontreal.com/2018/12/02/bus-electriques-incompatibles-entre-eux
  10. Nameless_1

    Requalification du Carré Décarie - 14 étages

    Aucune mention du boulevard Cavendish... faible comme planification.
  11. Nameless_1

    Série de vieilles photos de Montréal

    Aéroport de Dorval (Montréal-Trudeau) dans les années 1940. (Trouvaille Mario Pompetti, Facebook)
  12. Nameless_1

    Quais De Lorimier - Nouveau projet

    Wow, imagine le stade des Expos là! Un coin de rue de Beaudry!
  13. Non, mais si seulement au final on a çà: