Nameless_1

Membre
  • Compteur de contenus

    991
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

155 Excellent

À propos de Nameless_1

  • Rang
    Mtlurb Master

Personal Information

  • Biography
    A venir
  • Location
    Montréal
  • Intérêts
    Photographie, écriture.
  • Occupation
    Écrivain & Analyste

Visiteurs récents du profil

1 176 visualisations du profil
  1. Essayes ici: https://mtlurb.com/index.php?/forum/47-ameliorations-et-problemes-du-forum/
  2. Un moratoire décrété sur la démolition des maisons «shoebox» dans Rosemont–La Petite-Patrie Photo: Jacques Nadeau Le Devoir L’arrondissement a déjà fait un inventaire des maisons «shoebox», qui sont au nombre de 572 sur son territoire. Jeanne Corriveau 10 mai 2018 Montréal Craignant la disparition graduelle des maisons de type « shoebox », l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie, à Montréal, a décrété un moratoire sur la transformation et la démolition de ces bâtiments ouvriers en attendant l’adoption d’un encadrement réglementaire qui leur serait spécifique. Au cours des quatre derniers mois, l’arrondissement a reçu sept demandes de démolition pour ces petites maisons datant du début du XXe siècle. L’arrondissement avait fait savoir en février dernier son intention de se doter d’une réglementation pour encadrer la préservation de ces maisons appartenant au patrimoine modeste. L’opération s’est avérée plus complexe que prévu, admet la conseillère du Vieux-Rosemont Christine Gosselin. Lors de l’assemblée du conseil d’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie lundi soir, les élus ont donné leur aval à un moratoire s’appliquant à toute nouvelle demande d’agrandissement, de transformation ou de démolition de maisons de type shoebox, et ce, pour une période indéterminée. « Le moratoire n’affecte pas les demandes qui ont été reçues », a précisé Mme Gosselin. « Le cadre réglementaire que nous préparons nous permettra d’être plus exigeants pour les maisons shoebox en bon état ou celles qui ont une belle façade. » L’arrondissement a déjà fait un inventaire des maisons shoebox, qui sont au nombre de 572 sur son territoire, mais il lui faut encore préciser les critères qui seront fixés. Certaines conditions Lundi soir, les élus ont aussi été appelés à se prononcer sur une demande de démolition de l’un de ces bâtiments en mauvais état. La propriétaire, qui habite cette maison de la rue De Normanville depuis 30 ans, souhaite en faire une unifamiliale de deux étages. « Je suis une citoyenne. Je ne suis pas un promoteur de condos », a-t-elle expliqué lors de son intervention devant les élus. La démolition avait déjà été autorisée par l’arrondissement il y a quelques mois, mais des citoyens avaient porté le dossier en appel. Lundi, le conseil d’arrondissement a confirmé sa décision initiale, mais a imposé une nouvelle condition, soit que la façade soit préservée et que le deuxième étage soit construit en retrait. « Je pense que c’est un compromis acceptable. Il faut aussi considérer l’aspect humain », indique Christiane Gouin, présidente du conseil d’administration de la Société d’histoire Rosemont–La Petite-Patrie. « Il ne faut pas pénaliser les propriétaires, mais il faut éviter d’enlever tout le cachet de ces maisons-là. » Selon elle, ce ne sont pas toutes les maisons shoebox qui méritent d’être conservées et elles sont souvent trop petites pour une famille. Mme Gouin salue cependant le moratoire décrété par l’arrondissement. « C’est important de ne pas décider à la pièce du sort de ces maisons », dit-elle. https://www.ledevoir.com/politique/montreal/527392/rosemont-la-petite-patrie-un-moratoire-decrete-sur-la-demolition-des-maisons-shoebox
  3. REVOIR le projet: le nouveau mot de code dans tous les communiqués de la nouvelle administration de PM. PS: peace, rien à voir avec toi IluvMTL.
  4. Station Ile-des-Soeurs aujourd'hui: Voici à quoi ressemblera la station une fois terminé: source: http://journalmetro.com/local/ile-des-soeurs/actualites/1007731/station-du-rem-a-lile-quatre-especes-de-poissons-menacees/
  5. Les syndicats de la STM votent à 99 % pour la grève générale illimitée ZACHARIE GOUDREAULT Jeudi, 3 mai 2018 21:26MISE à JOUR Jeudi, 3 mai 2018 21:34 Les chauffeurs d’autobus et les opérateurs de métro ont voté jeudi, dans une proportion de 99 %, en faveur d’un mandat de grève générale illimitée qui pourra être déclenché à n’importe quel moment si les négociations achoppent avec la Société de transport de Montréal (STM). Les 4500 membres du syndicat des chauffeurs, opérateurs de métro et les employés des services connexes de la STM ont participé à deux assemblées générales en matinée et en soirée. Au cœur de la renégociation de leur convention collective, échue depuis janvier dernier, les chauffeurs réclament entre autres une meilleure organisation et planification du travail. Négociations qui continuent Questionnée par le «24 Heures» mercredi, la porte-parole du Syndicat canadien de la fonction publique, Lisa Djevahirdjan, a rappelé que ce mandat de grève ne signifie pas nécessairement qu’un débrayage des chauffeurs est à venir. «La seule chose que je peux vous dire officiellement, c’est que demain ils votent pour obtenir un mandat de grève. [...] Avec ce mandat de grève, ils continuent à négocier», a-t-elle déclaré. Le dernier vote de grève du syndicat des chauffeurs remonte à novembre 2007. À l’époque, les employés avaient voté à 97 % en faveur d’un mandat de grève qui n’avait toutefois jamais été utilisé. La dernière grève des chauffeurs remonte quant à elle à 1987. Services essentiels On ignore actuellement quelle forme prendrait une telle grève, les chauffeurs de la STM étant assujettis à la Loi assurant le maintien des services essentiels. Des discussions devront donc avoir lieu entre le syndicat et la STM afin de déterminer quels sont les services essentiels qui devront être maintenus en cas de grève, a indiqué la porte-parole du SCFP. Quant aux employés d’entretien, qui seront en grève des heures supplémentaires du 7 au 12 mai, le Tribunal administratif du travail ayant approuvé jeudi la liste des services essentiels qui devront être maintenus la semaine prochaine. Tous les employés devront ainsi effectuer 40 heures de travail et du personnel devra pouvoir être mobilisé si une situation d’urgence menaçant la sécurité des usagers venait à survenir. Mercredi, le directeur général de la STM, Luc Tremblay, a d’ailleurs prévenu que la fréquence des autobus sur certaines lignes serait réduite en raison de cette grève. Heures supplémentaires Le syndicat représentant les quelque 2400 employés d’entretien de la STM, qui comprennent entre autres des mécaniciens et des électriciens, demande à la STM d’effectuer moins d’heures supplémentaires pour faciliter la conciliation travail-famille. La STM, qui renégocie les conventions collectives de quatre de ses six syndicats, aimerait quant à elle faire travailler davantage d’employés d’entretien les soirs et les week-ends, quand les autobus sont dans les garages. «S’ils veulent du monde de nuit, qu’ils embauchent plus de monde. C’est ça, la solution», a rétorqué mercredi après-midi le président du syndicat représentant les employés d’entretien, Gleason Frenette, alors que plusieurs centaines d’employés manifestaient devant le siège social de la STM, au centre-ville de Montréal. http://www.journaldemontreal.com/2018/05/03/les-syndicats-de-la-stm-votent-a-99--pour-la-greve-generale-illimitee-1
  6. Nameless_1

    Quartier Pointe nord (Île-des-Soeurs - projet global)

    Techniquement, c'est parce que les photos de Memphis 22 sont extrêmement bien cadré du point de vue de la perspective. Il a l'oeil comme on dit.
  7. De un, il y a la station du SRB Pie-IX, mais quelle est la deuxieme station intermodale sur ce prolongement?
  8. Je cite une intervention de M.L. sur metromontreal.com qui me parait très pertinente à notre discussion sur les coûts du prolongement: Géologie : les premières études et projets d'ouvrages remontent au début des années '80. Un document publié en 1984 (Rapport du Comité ad hoc sur le transport en commun dans l'est de la CUM) montre des plans et profils du tunnel. En sa qualité de terminus, seule la station Anjou devait être construite en tranchée, plus son arrière-gare. Il y a quelques années avaient circulé sous le manteau d'autres documents de planification à jour montrant encore une fois le tracé projeté du tunnel et quelques coupes de son profil. D'un projet à l'autre, le tracé a changé légèrement. En 2003, l'AMT favorisait une extension jusqu'à Jarry et l'autoroute 25 avec six stations. Depuis, on est revenu au projet traditionnel avec cinq stations et un terminus à Bélanger et Galeries-d'Anjou. Par contre, par rapport au tracé de 1982, on suit Jean-Talon sur une plus grande distance avant d'en "décrocher" et de descendre vers le sud et le terminus. Aussi, le projet initial de '82 n'incluait pas de garage alors que c'est maintenant le cas. Également, un atelier de la voie serait ajouté près de la station Lacordaire. Autre particularité qui pourrait faire gonfler la facture, le design de la station à Pie-IX pourrait peut-être intégrer quelque aménagement en vue d'une correspondance éventuelle avec une future ligne de métro dont la couleur plairait semble-t-il beaucoup aux petites filles. Dans le projet de 1984, cette station en était une de correspondance entre les lignes 5 et 7 et était conçue comme Lionel-Groulx et Snowdon avec un quai central. Après que la ligne 7 sous Pie-IX fut tombée dans l'oubli, cette station fut conçue comme une gare standard mais peut-être a-t-on changé d'idée depuis l'élection de miss Plante à la mairie ? Pour revenir à la géologie, je n'ai pas souvenir de difficultés géologiques particulières mais il est de notoriété publique qu'une conduite majeure d'égout ou d'aqueduc court sous Jean-Talon, ce qui complexifie les ouvrages à construire. Bien évidemment, les normes de construction ont changé depuis l'époque des prolongements des années '70 et '80. Les escaliers sont bien plus larges et les stations sont systématiquement équipées d'ascenseurs; mais cela n'a pas dû changer à ce point depuis l'extension de la ligne 2-Orange à Laval ! PS: et gardons en tête que le prolongement de la ligne bleue va nécessiter des trains de 9 voitures.
  9. REM: Québec confirme la projection de 11 milliards $ en redevances à la Caisse Le gouvernement Couillard a confirmé mardi soir que les contribuables et usagers du Réseau express métropolitain. Patrice BergeronLa Presse canadienne LA PRESSE CANADIENNE Le gouvernement Couillard a confirmé mardi soir que les contribuables et usagers du Réseau express métropolitain (REM) allaient payer plus de 11 milliards $ à la Caisse de dépôt sur une vingtaine d'années. La Presse canadienne avait appris d'une source proche du dossier lundi que les contribuables et usagers allaient régler cette note salée, en tenant compte de l'indexation de la tarification et de la hausse de l'achalandage. Encore mardi à la période de questions en Chambre, le ministre des Finances, Carlos Leitao, avait démenti, puis avait nuancé en disant que ces chiffres n'étaient pas validés. Mais en débat de fin de séance mardi soir, le ministre des Transports, André Fortin, a confirmé que les redevances versées à la Caisse sur un peu plus de 20 ans allaient s'élever à 8 milliards $ provenant du gouvernement et des municipalités, et 3 milliards $ provenant des usagers du REM, pour un total de 11 milliards $. En vertu des ententes, l'Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) devra verser une redevance de 0,72 $ par passager/km à la Caisse de dépôt pour chaque usager qui prendra le REM. Le tiers de ce tarif sera réglé par l'usager par son titre de transport, le reste viendra du gouvernement du Québec, à 85 pour cent, et des municipalités de la région métropolitaine, à 15 pour cent. Or, en vertu des projections d'achalandage de la Caisse établies sur une vingtaine d'années, la redevance annuelle versée par l'ARTM à la Caisse pour le REM dépassera les 500 millions $ à compter de 2027 et atteindra plus de 700 millions $ en 2042. Le total se chiffrera à plus de 11 milliards $, si on indexe à un taux de 2 pour cent par an le tarif de base de 0,72 $ passager/km. Entre 0,19 $ et 0,24 $ de ce tarif serviront à payer les coûts d'exploitation du REM encourus par la Caisse, tandis que les deux tiers restants serviront à payer les immobilisations et le profit de la Caisse. La Caisse exige un rendement de 8 pour cent par an sur son investissement de 3 milliards dans ce projet, ce qui correspond à environ 240 millions $ par an. https://quebec.huffingtonpost.ca/2018/04/17/rem-quebec-confirme-la-projection-de-11-milliards-en-redevances-a-la-caisse_a_23413857/?utm_hp_ref=qc-homepage
  10. Nameless_1

    Réfection rue de la Concorde

    MDR, je me disais la meme chose en regardant les esquisses.
  11. Nameless_1

    Nouveau Pont Champlain

    Voila! exactement ce qu'on se disait, merci!
  12. Nameless_1

    Nouveau Pont Champlain

    MaJ des travaux 17/04/2018: ils ont commencé la travée nord aujourd'hui.
  13. Nameless_1

    AMT: SRB Pie-IX

    Le SRB Pie-IX: la définition de l'indécence dans la fonction publique!
  14. Nameless_1

    Quartier de la Montagne - 18 étages

    Anecdote: j'étais au MBAM aujourd'hui, et en marchant vers la station de métro, ma blonde (de bon goût et qui cependant n'y connaît rien à l'urbanisme tel que pratiqué sur MTLURB) m'a dit: 'mais que sait sombre et déprimant ce nouvel édifice'. Food for thoughts...