jerry

Membre
  • Compteur de contenus

    1 780
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

204 Excellent

À propos de jerry

  • Rang
    Mtlurb Godfather

Personal Information

  • Biography
    - Né à Québec, puis déménagé en Ontario en 1983 pour être enseignant
    - Retraité en juin 2013, déménagé à Montréal en novembre 2013
  • Location
    Montréal
  • Intérêts
    Voyages, sports
  • Occupation
    Enseignant retraité

Visiteurs récents du profil

1 121 visualisations du profil
  1. Coop Griffin - 12 étages

    Et c'est pas fini, le W4 et W5 s'en viennent de l'autre côté de la rue. Ils vont avoir le même design que le W3, mais sans la base qui en est le meilleur aspect. À pleurer!
  2. Station Bassin Peel du REM

    S'ils mettent la station devant le NCG, elle risque d'être vandalisée et couverte de graffitis en-dedans d'un mois.
  3. http://www.lapresse.ca/affaires/economie/transports/201804/12/01-5160814-les-trains-du-rem-seront-construits-en-inde.php Metropolis de Riyad:
  4. Jonathan Paré-Chabot Près du viaduc Wellington! Bassin peel! 1 Gérer J’aimeAfficher plus de réactions · Répondre · 1 h Réseau express métropolitain - REM Plutôt à 7 minutes à pied de cet endroit
  5. Noca - 8 étages

    La 1ère pelletée de terre officielle de la phase 1 va être la veille, le 10 avril.
  6. Station Bassin Peel du REM

    Je suis d'accord qu'il ne faut pas trop s'y fier. Ils l'ont mis là momentanément à cause de son nom, mais l'emplacement précis reste toujours à définir (ou du moins à officialiser si une décision a finalement été prise).
  7. CONSTRUCTION DU RÉSEAU EXPRESS MÉTROPOLITAIN FERMÉ LE WEEK-END Début des perturbations sur la ligne de train de Deux-Montagnes BRUNO BISSON LA PRESSE Il n’y aura plus de service de train de banlieue entre Deux-Montagnes et le centre-ville de Montréal durant les fins de semaine, à partir du 20 avril prochain, en raison des travaux préparatoires à la transformation de cette ligne en antenne du futur Réseau express métropolitain (REM) de la Caisse de dépôt et placement du Québec. Et ce n’est sans doute que le début des perturbations pour les usagers du train de Deux-Montagnes. La conversion de cette ligne en une antenne du REM pourrait bien entraîner à moyen terme sa fermeture complète en raison de l’intensité et de la complexité des travaux nécessaires pour transformer ce train de banlieue en un train léger électrique complètement automatisé. Depuis l’automne dernier, de nombreuses rumeurs font état d’une interruption de service complète du train de Deux-Montagnes, la semaine et le week-end, pour une période d’un à deux ans. La transformation de ce corridor ferroviaire, qui s’étend sur 30 kilomètres de long, suppose la reconstruction complète des fondations de la ligne, la pose de nouveaux rails, la construction de nouvelles gares fermées avec portes palières et le remplacement complet de l’alimentation électrique de la ligne, qui ne fonctionnera plus sous la même tension avec l’arrivée du REM. À cela s’ajouteront les travaux de modernisation du tunnel du mont Royal, emprunté par le train de Deux-Montagnes, et la construction des deux nouvelles stations souterraines du REM, Édouard-Montpetit et McGill, dans ce même tunnel. Le porte-parole de CDPQ Infra, Jean Vincent Lacroix, n’a pas voulu s’avancer sur le sujet, hier, lorsque La Presse l’a joint. Pour l’instant, a-t-il affirmé hier, « nous avons demandé au consortium NouvLR [qui a obtenu le contrat de construction du REM] de nous préparer une programmation des travaux optimisée pour les fins de semaine afin de tirer profit au maximum de ces plages horaires ». « Par la suite, on pourra voir à plus long terme avec eux pour les travaux sur la voie et les futures stations du REM. » — Jean Vincent Lacroix, porte-parole de CDPQ Infra 4600 CLIENTS PRIVÉS DE SERVICE Il est encore trop tôt pour savoir quand une telle fermeture surviendra ou même si elle sera nécessaire. M. Lacroix a toutefois confirmé hier que le service devra être interrompu sur la ligne de train de Deux-Montagnes toutes les fins de semaine, d’ici l’automne prochain, afin d’effectuer divers relevés et des travaux préparatoires de forage. Vendredi dernier, à trois semaines d’avis, l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), qui planifie et finance les services de transports collectifs dans le Grand Montréal, ainsi que le Réseau de transport métropolitain (RTM), qui exploite les trains de banlieue, ont été informés de la nécessité de suspendre les services de train durant les week-ends, à compter de la fin de semaine du 20 avril, à la demande de CDPQ Infra, la filiale de la Caisse de dépôt qui est responsable de l’implantation du REM. Les services de train de banlieue seront interrompus dès 20 h le vendredi soir. Les quatre trains en partance de la gare Centrale pour Deux-Montagnes après 20 h de même que les trois départs de la banlieue nord vers Montréal qui sont normalement offerts sur cette ligne le vendredi soir seront donc annulés pour une période qui reste à déterminer avec précision. Le train de Deux-Montagnes est un des seuls à offrir un service régulier aux usagers les fins de semaine dans la région de Montréal. Cette liaison, qui fonctionne depuis 100 ans, offre actuellement 11 départs par jour en direction du centre-ville, entre 6 h 55 et 23 h 25, et le même nombre de départs en direction de la banlieue, entre 8 h et 0 h 15, le samedi. Le dimanche, les usagers ont droit à six départs dans chaque direction. Selon le RTM, le train de Deux-Montagnes assure en moyenne 4600 déplacements le samedi et le dimanche, ce qui représente environ 3 % de la clientèle de cette ligne. Les départs tardifs, le soir, sont particulièrement appréciés des travailleurs vivant en banlieue parce qu’ils constituent une solution de rechange pratique à l’utilisation de l’automobile les fins de semaine, quand une partie importante du réseau routier montréalais est entravée par des chantiers. C’est notamment le cas des travailleurs des milieux de la santé, de la restauration, du divertissement (théâtre et cinéma) ou des étudiants, qui n’ont pas beaucoup d’options de transports collectifs durant les fins de semaine, outre le métro qui se rend jusqu’à Laval. PAS PRÉPARÉS La nouvelle de la suspension des services sur la ligne de Deux-Montagnes a surpris les opérateurs des services de train et d’autobus de la banlieue, qui n’étaient pas préparés à cela. S’il est assuré qu’un service de remplacement sera mis sur pied afin de compenser ces fermetures de week-end, la nature de ces services, l’identité de l’organisme qui les assurera de même que leur financement ne sont pas déterminés. Le porte-parole de CDPQ Infra a d’ailleurs indiqué à La Presse hier que la décision d’effectuer une première fermeture dès la fin de semaine du 20 avril n’est pas encore définitive. Il s’agit seulement de la date où le consortium NouvLR a demandé l’accès à l’emprise ferroviaire et la mise hors tension de la ligne électrique qui alimente le train. L’interruption des services de fin de semaine pourrait donc être décalée d’une ou de quelques semaines si les services de remplacement ne sont pas prêts à être mis en place. Par contre, M. Lacroix a indiqué que ces fermetures de fin de semaine devraient se répéter au moins jusqu’à la fin de l’été pour profiter de cette période propice à ce type de travaux. À l’ARTM, hier, la porte-parole Fanie Saint-Pierre a affirmé que l’organisme « travaille de concert avec ses partenaires en transport afin de mettre en place le plus rapidement possible des services de transport alternatifs pour les clients de la ligne Deux-Montagnes ». On ne sait pas encore qui financera ces services. « La mécanique de remboursement des coûts liés aux mesures d’atténuation n’est pas encore finalisée, a dit Mme Saint-Pierre, mais je peux vous confirmer que l’ARTM, le ministère des Transports et CDPQ Infra seront impliqués. » http://plus.lapresse.ca/screens/b7563972-a996-4422-882e-8463f4520533|_0.html?utm_medium=Ulink&utm_campaign=Internal+Share&utm_content=Screen
  8. Expos coming back?

    « Ça bouge », soutient Stephen Bronfman Peu de développements récents dans le dossier et élection de Valérie Plante, les Montréalais qui souhaitent vivre un retour du baseball majeur à Montréal ont plusieurs raisons d'être défaitistes. Ce n'est pas le cas de l'homme d'affaires Stephen Bronfman, qui conserve son optimisme en assurant que son groupe d'investisseurs travaille d'arrache-pied pour que le projet continue d'avancer en coulisse. «Ça bouge. Certains croyaient que ça changerait avec le départ du maire Coderre, mais ça ne change pas. Le maire Coderre était un bon promoteur pour nous, mais on a toujours la même équipe avec Warren Cromartie et les gens de Montreal Baseball Project. C'est juste que c'est un dossier qui prend du temps », a expliqué Bronfman lors d'une généreuse entrevue accordée à notre collègue Jean-Luc Legendre. Les réticences de la mairesse Plante, qui a avancé la possibilité de soumettre le projet de financement d'un stade à un référendum, n'inquiètent pas M. Bronfman outre mesure. « On ne veut pas d'argent de la ville Montréal, assure-t-il. On veut juste qu'ils nous soutiennent. On n'a toujours pas eu la chance de rencontrer la nouvelle administration, mais on le fera dans deux semaines et on sait que ça se passera bien. » M. Bronfman affiche la même confiance face aux demandes qui pourraient être formulées aux paliers provincial et fédéral. Il assure qu'il n'y aura pas de demandes déraisonnables pour les gouvernements. « On n'a pas commencé à parler de stade, mais on ne fera pas de grosses demandes, soutient Bronfman. Je ne veux pas que ce soit un projet qui ne fait pas de sens pour l'ensemble du Québec. On ne dépensera pas des milliards de dollars. Ça ne s'est pas bien terminé il y a 13 ans. C'est bien qu'on ait tout ce temps pour penser à tout et s'assurer qu'on n'ait pas un produit qui ne marchera pas, parce que le baseball majeur ne nous suivra pas. Nous devons nous assurer d'avoir un dossier béton. « Si ça marche, ce sera à long terme et ce sera super. Si ça ne marche pas, on n'aura simplement pas d'équipe. On ne se retrouvera pas avec une faillite parce que le dossier a été mal géré. Ça va être bien géré. » M. Bronfman ne croit pas que les foules plus minces attendues lundi et mardi pour les matchs préparatoires entre les Blue Jays de Toronto et les Cardinals de St Louis feront mal paraître le projet aux yeux des dirigeants du baseball majeur. « C'est un lundi soir et un mardi soir, ce n'est pas la même chose qu'un week-end. C'est différent. Beaucoup d'équipes aux États-Unis aimeraient beaucoup avoir 30 000 spectateurs par soir », relativise-t-il. Une image ternie à rétablir Les dernières années des Expos ont laissé un goût amer dans la bouche de plusieurs propriétaires d'équipes influents. Sachant qu'un vote des propriétaires sera nécessaire pour qu'une relocalisation ou une expansion voit le jour, le groupe de Bronfman n'a pas que les dirigeants du baseball majeur et les différents paliers gouvernementaux à séduire pour que son projet arrive à terme. « Quand le baseball est parti de Montréal, beaucoup de propriétaires américains n'aimaient pas trop trop Montréal. Il faut donc faire de la politique avec beaucoup de gens. J'ai passé beaucoup de temps avec Fred Wilpon (propriétaire des Mets) et les gens de Boston. Ça prend ça aussi. Ça ne se fait pas en un jour. Ce n'est pas juste une question d'argent ou d'avoir un maire [en faveur du projet]. Pour que ça se concrétise, ça passera par un vote des propriétaires, de l'Association des joueurs, etc. Il faut, tranquillement, avoir tous ces gens-là sur notre équipe », explique-t-il. M. Bronfman rappelle qu'il s'agit d'un projet grandiose. Il faut combattre sur plusieurs fronts et, le moment venu, tout devra tomber en place pour que le résultat soit positif. M. Bronfman refuse de mettre un échéancier. Le projet avance bien et s'il doit se concrétiser, il le fera au moment convenu. « La vie est longue et la ville est en pleine expansion, rappelle-t-il. Tout ce malaise avec les travaux et les cônes orange nous donnera une ville superbe dans deux ou trois ans. On sera très fiers de notre ville. En espérant que l'on construise alors un Parc Jarry 2.0 au centre-ville. Ça c'est mon rêve. « Montréal est une ville majeure qui a besoin d'une équipe de baseball. » https://www.rds.ca/baseball/mlb/baseball-a-montreal-ca-bouge-soutient-stephen-bronfman-1.6014809
  9. Je préfère ne pas trop m'exciter le poil des jambes avant d'avoir vu les rendus. Plus les attentes sont hautes, plus grand est le risque d'une déception.
  10. Le Grand Déblocage

    Amusante vidéo à regarder jusqu'à la fin: http://plus.lapresse.ca/screens/890aa4e5-0d1d-4650-bf7a-7485a4b8d95f|_0.html?utm_medium=Ulink&utm_campaign=Internal+Share&utm_content=Screen
  11. Réseau express métropolitain - REM a ajouté 4 nouvelles photos. 13 minutes · This morning we attended The Chamber of Commerce of Metropolitan Montreal’s Major Projects Strategic Forum. We presented the architectural vision of the REM with Lemay. Horizontal and vertical lines, wood and glass were at the forefront. https://www.facebook.com/REMgrandmtl/ Commentaires Réseau express métropolitain - REM Nous en profiter pour rappeler l'important travail des firmes Lemay, Bisson Fortin, Perkins+Will et Provencher_Roy qui ont imaginé et conçu l'architecture de ces stations et de ces infrastructures. Gérer J’aimeAfficher plus de réactions · Répondre · 11 m Les 3 principes de l’architecture des stations du REM : le mouvement, la transparence, l'identité.
  12. Expos coming back?

    L’affront de la mairesse RÉJEAN TREMBLAY Vendredi, 23 mars 2018 05:00MISE à JOUR Vendredi, 23 mars 2018 05:00 Si les informations sont exactes, la mairesse de Montréal Valérie Plante va snober les invités du baseball majeur, lundi au Stade olympique. Deux de ses responsables de comités vont la représenter. La mairesse sera occupée à des assemblées du conseil. On sait ce que ça donne quand des subalternes rencontrent la visite. Justin Sinclair-Trudeau en a fait la cruelle expérience lors de son tripinitiatique et folklorique en Inde ! Cette décision de la mairesse me laisse pantois. C’est un affront et un pied de nez aux dirigeants du baseball majeur. Mais surtout, un affront aux grands Montréalais comme Stephen Bronfman, Mitch Garber, Éric Boyco et les quelques autres qui travaillent d’arrache-pied depuis des années pour faire progresser le dossier de la métropole auprès du baseball majeur. Elle s’en fout totalement Je suis pantois, mais pas du tout surpris. Le baseball, comme sport et comme industrie majeure en Amérique, la mairesse Plante s’en fout totalement. Dès le jour où elle a soutenu qu’elle tiendrait un référendum sur une implication minoritaire de Montréal dans la construction d’un stade, j’ai compris que le baseball avait perdu un leader obligatoire pour faire avancer le dossier. Pire encore, elle était prête à laisser torpiller le projet. D’ailleurs, quand elle a abordé ces derniers jours le sujet de la Coupe du monde de soccer et de l’implication de Montréal, pas besoin de vous dire que la mairesse n’a jamais fait allusion à un référendum. Déjà, la Ville est en train de saccager les efforts de l’administration Coderre visant à assurer la réfection des terrains pour le baseball mineur à Montréal. Et son absence lundi et mardi au Stade olympique est un autre coup de Jarnac de son administration. Il y a un tout petit espoir. Un membre proche du groupe des actionnaires derrière le retour des Expos explique qu’on a rencontré Mme Plante après son élection et qu’elle avait affirmé qu’elle n’était pas contre leurs efforts. Autrement dit, bonne nouvelle, votre cancer n’est pas en phase terminale. http://www.journaldemontreal.com/2018/03/23/laffront-de-la-mairesse
  13. Sur le trajet Montréal-Ottawa-Toronto en 2072...
  14. ScarletCoral, tu es maintenant la Goddess officielle de la CDM en plus de Griffintown! Merci pour ton travail!
  15. Les Bassins du Havre : projet global

    Oui ils vont éventuellement faire une phase 2 sur ce terrain, même si c'est moins étendu. Cependant ça ne sera pas avant que leur futur projet sur les lots B-A1 et A-1 soit complètement terminé, car ils ont besoin de leur bureau des ventes.