greg16

Membre
  • Compteur de contenus

    280
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1

Réputation sur la communauté

148 Excellent

À propos de greg16

  • Rang
    Senior Member

Personal Information

  • Biography
    Étudiant en architecture habitant à Montréal
  • Location
    Montréal
  • Intérêts
    architecture
  • Occupation
    Étudiant en architecture
  1. 100 Place Charles-Lemoyne (Longueuil)

    Il faut effectivement contrer l'étalement urbain. Par contre, ça ne signifie pas qu'il faut construire la densité la plus élevée possible. Ce serait remplacer un problème par le problème opposé. Oui, il est possible avec des bâtiments de 3-4 étages d'atteindre la densité d'un quartier avec des tours. Les tours n'occupent jamais leur îlot au complet. Que ce soit un basilaire, du gazon ou du stationnement, il y a généralement de l'espace entre les tours. Avec ce graphique, on comprend bien. Il ne faut pas non plus oublier que nous ne sommes pas l'Asie. Nous n'avons pas de problème de surpopulation. Il n'y a donc aucune raison de sacrifier la qualité de vie des gens sous prétexte d'une densité pure et absolue. La surdensité entraine de très nombreux problèmes qui sont souvent aussi graves au niveau environnemental, social et économique que la sous densité. Tout est toujours dans l'équilibre. Entre le bungalow isolé et la tour de 200 mètres, il y a un très vaste univers qui mérite d'être exploré. Je parle des triplex, mais il y a bien d'autres typologies entre 3 et 8 étages qui permettent la densité nécessaire pour supporter écoles, commerces, transport fréquent, équipement communautaires et parcs. Inutile d'aller au-delà d'une telle densité si on veut éviter d'autres problèmes. Ceci dit, je maintiens que si elles sont bien conçues, il n'est pas mauvais d'intégrer quelques tours au projet comme complément, mais ça doit être une des nombreuses typologies proposées et non l'unique mode de développement.
  2. 100 Place Charles-Lemoyne (Longueuil)

    C'est très complexe! Ça m'a pris huit ans d'études avant de bien comprendre. Mais pour résumer, ce genre de projet typique des années 60-70 considère l'humain comme une machine, une check-list de besoins à combler. Il dort, se déplace, se divertie et travail. Il faut donc caser des gens dans des tours la nuit, caser des gens dans d'autres tours le jour, et relier ces tours par un réseau de transport. Quelque part autour, ça prend une salle de spectacle, un centre commercial, un carré de gazon et bang, on a une ville. Malheureusement (ou heureusement?), la vie ne fonctionne pas comme ça. Dans cet univers quantitatif, il faut aussi parler de qualité. Les tours, ce n'est pas automatiquement un problème. D'ailleurs, c'est certain que c'est un bon emplacement pour en mettre. Mais les tours doivent faire partie d'un tout et non être déposées individuellement comme autant de solitudes. Ça prend de l'intensité, et non juste de la densité. Premier problèmes de ce genre de quartier, c'est l'absence de hiérarchie entre les rues. Pour qu'un quartier fonctionne, ça prend un axe principal fort, des axes secondaires, une rue commerciale, des allées... Quand toutes les rues sont identiques, on perd l'intensité. Prenons par exemple la rue Saint-Denis dans le Quartier latin. C'est assez étroit, avec un rythme très soutenu des façades (un commerce à chaque 7-10 mètres en moyenne). Parallèlement, sur la rue Berri, pour le même tronçon, on a une rue beaucoup plus large, quasi-autoroutières, avec de chaque côté de très très longues façades. Si les deux rues avaient la même valeur, les petits commerces du Quartier latin seraient dilués dans deux fois plus d'espace, et on aurait pas cette ambiance, cette échelle unique et particulière qui en fait un lieu si populaire Dans la même logique, le deuxième gros problème c'est la longueur des façades. Quant il se déplace, l'humain se tanne de son environnement à chaque dix seconde. Sur une rue comme Saint-Laurent ou Sainte-Catherine, le rythme des façades fait en sorte que le décor change environ à cette fréquence. Nouvelles vitrines, nouvelles matérialités... tout change. Sur une rue de tours [mal conçues], il faut marcher parfois 5-6 minutes avant de changer de décor, on longe des façades sans portes, sans intérêts, sans vie, souvent avec des matérialités sans textures (mur-rideaux). Ces rues sont faites pour les voitures. À 50km/h, on passe une tour toutes les 10 secondes, donc on ne se tanne pas. Autre problème, les tours occupent généralement des ilots entiers, ce qui fait que leur arrière est généralement sur une autre rue. Ça fait donc des rues mortes, avec juste des portes de garage et de la mécanique (on le voit dans Griffintown). Aussi, dans une tour, les gens ont difficilement accès à un espace extérieur de qualité, ce qui affecte beaucoup leur humeur. C'est aussi difficile d'y élever une famille. Entendons-nous, les tours répondent aux besoins et envies de plusieurs personnes! Mais pas de tout le monde. L'idéal c'est d'avoir plusieurs typologies différentes. Et si on prend en considération les besoins réels de gens, il y aurait très peu de tours et beaucoup plus de triplex et petits bâtiments à multi-logements (avec lesquels ont atteint d'ailleurs la même densité qu'avec des tours). Il y aurait plusieurs autres raisons mais ce sont celles qui me semblent le plus important.
  3. 100 Place Charles-Lemoyne (Longueuil)

    Je voulais bien dire 20e. C'est un projet des années 60-70. D'ailleurs, dans ces mêmes années, Victor Prus avait fait un plan d'ensemble pour ce secteur. On sait aujourd'hui que ce genre de plans sont des échecs à tous les coups, et pourtant, on le propose à nouveau cinquante ans plus tard! Quant à Devimco, ils sont toujours en décalage de plusieurs décennies sur les tendances internationales en terme de développement urbain. Si le projet date du 20e siècle, ils sont donc du 19e.
  4. Ce sont quatre excellentes équipes! J'ai hâte de voir leurs propositions, ça risque d'être un très bon projet!
  5. 100 Place Charles-Lemoyne (Longueuil)

    Un projet du 20e siècle par un promoteur du 19e. Ça promet!
  6. Royalmount "Quinze40"

    C'est dommage qu'il soit absurde et nuisible pour Montréal, parce que c'est vraiment un projet magnifique!
  7. Royalmount "Quinze40"

    Malheureusement ce n'est pas le cas. De nos jours, pour un promoteur, il peut être rentable de construire même s'il n'y a pas la demande. C'est très complexe à expliquer... mais ils savent ce qu'ils font. Il va se mettre un très très beau chèque dans les poches, et après c'est tous les montréalais qui vont payer avec leurs taxes et autres pour cette erreur monumentale. Ce projet, c'est exactement comme si tous les montréalais ensemble on signait un gros gros chèque à un promoteur et son entreprise. Grâce à ses belles images et ses belles phrases vendeuses, l'écran de fumé fonctionne et la plupart des gens appuient très fort sur le crayon en signant, le sourire au visage.
  8. SkyBlü - 3x15 étages

    Je trouve dommage qu'il n'existe aucun mécanisme qui puisse empêcher ce genre de projet. C'est nocif pour tout le monde! C'est nuisible à tous les niveaux.
  9. MaryRobert - 22, 22 étages

    Un basilaire avec une bonne échelle, deux tours différentes l'une de l'autre, des traitements de façade graphiques, proportionnés et soignés... Pour l'instant c'est encourageant!
  10. Ces deux étages ne seront pas vides. Pour avoir un stationnement, il aurait fallu creuser plus profond. On ne s'amuse pas à creuser sans raison.
  11. Il est certain à 100% que le projet prévoit un stationnement souterrain ou un stationnement étagé( d'ailleurs, les deux premiers niveaux du bâtiment de gauche sont sans doute des étages de stationnement étagé.) Pas de panique! Ça se fait partout dans le monde, on est capable promis.
  12. Excellent! On est rendu là! Un stationnement de cet ampleur au pied d'une station de métro n'a pas sa place. Un centre commercial a le potentiel de devenir un coeur de quartier complet. Pour en savoir plus sur ce sujet: KOLLECTIF Pour en savoir encore plus: ISSUU
  13. 455 René-Lévesque Ouest - 34 étages

    Très contant qu'on développe ce terrain. Très déçu que ce soit encore de l'architecture de mur-rideau générique des années début 2000.
  14. Henri-B - 6 étages

    Très prometteur! J'ai hâte de voir la suite.
  15. Siège social de la Banque Nationale - 36 étages

    Le WTC2 n'est pas parti pour être un succès architectural. Les proportions sont mauvaises, le geste est simpliste. C'est du grand marketing comme BIG le fait si bien! Il est possible de faire un bâtiment sobre, soigné et de qualité ET contemporain, unique et vivant. Il existe des architectes qui ont ce talent, ici et à l'international.