Jump to content

Innovations en construction


Recommended Posts

Innovation Construction : Petite révolution laser sur les chantiers

 

PHOTO FOURNIE PAR MECHASYS

Développé par l’entreprise Mechasys, le système de projection FramR permet d’accélérer le processus de la pose des murs sur les grands chantiers de construction en projetant des lignes laser directement sur le sol.

Une PME montréalaise veut chambouler le milieu de la construction avec son projecteur laser qui permet de visualiser le plan de construction directement sur le sol d’un chantier.

Publié le 9 novembre 2021 à 14h00

https://www.lapresse.ca/affaires/portfolio/2021-11-09/innovation/construction-petite-revolution-laser-sur-les-chantiers.php

Antoine Trussart Collaboration spéciale

Développé par l’entreprise Mechasys, le système de projection FramR permet d’accélérer le processus de la pose des murs sur les grands chantiers de construction en projetant des lignes laser directement sur le sol. Les charpentiers n’ont plus qu’à tracer leurs lignes le long des lasers et n’ont plus besoin dès lors de traduire un plan papier ou en version PDF.

« Ça permet de créer un “super-charpentier”, explique Christophe Roy, directeur du marketing de Mechasys. Ça ne remplace pas la personne, mais ça l’aide à faire beaucoup plus et simplifier son travail. »

Décupler la productivité

Dans des conditions contrôlées, les tests menés par l’entreprise montrent une productivité multipliée par 10 lors du traçage, l’étape cruciale qui précède la pose des murs, de la plomberie, de l’électricité et la ventilation.

« C’est toujours la personne la plus expérimentée qui fait ça, et donc quelqu’un qui est payé très cher, poursuit M. Roy. Nous, on veut que cette personne-là puisse faire le plus de travail possible. »

 

PHOTO FOURNIE PAR MECHASYS

Le projecteur a été utilisé entre autres dans la construction de projets de condos à Mirabel et à Mascouche, ainsi que sur le chantier du nouveau pavillon de HEC Montréal au centre-ville.

L’entrepreneur doit avoir des plans de son chantier en format AutoCAD pour les importer dans le système de projection. Le positionnement de la machine prend environ cinq minutes et peut projeter ses lasers à 360 degrés dans un rayon de 10 m.

Mechasys a été fondée à Montréal en 2018 par trois anciens étudiants en génie de l’École de technologie supérieure, William St-Pierre, Jonathan Lefebvre et Charles Ha. Après avoir été incubée au Centech, elle s’est établie depuis un an dans de nouveaux bureaux dans le secteur Chabanel.

« La R&D est faite ici, la majorité des pièces est faite ici et l’assemblage est fait ici, c’est vraiment un produit local », dit M. Roy.

Les trois ingénieurs avaient d’abord en tête de produire des murs préfabriqués avant de se faire rabrouer par des clients potentiels qui leur ont dit qu’ils avaient davantage besoin d’un système plus précis de mesure au sol.

Si le prototype du projecteur est apparu rapidement, son développement se raffine encore, en collaboration avec des clients fidèles, près de trois ans plus tard. Le projecteur a été utilisé entre autres dans la construction de projets de condos à Mirabel et à Mascouche, ainsi que sur le chantier du nouveau pavillon de HEC Montréal au centre-ville.

Croissance en vue

 

PHOTO FOURNIE PAR MECHASYS

Pour le moment, le projecteur intéresse surtout de grandes entreprises qui utilisent déjà des plans numériques pour leurs chantiers.

Le système FramR n’en est qu’à ses débuts et l’entreprise montréalaise de 18 employés cherche toujours à élargir son champ d’action.

On peut projeter n’importe quoi. Les systèmes intérieurs, c’est une première étape et un marché qu’on peut servir assez rapidement. Après ça, on peut projeter au plafond, on peut projeter la ventilation, l’électricité ou le carrelage au plancher. C’est illimité, les possibilités qu’on a avec ça.

Christophe Roy, directeur du marketing de Mechasys

Pour le moment, le projecteur intéresse surtout de grandes entreprises qui utilisent déjà des plans numériques pour leurs chantiers. Les quatre machines FramR sont offertes à l’achat ou en location, avec ou sans employé de Mechasys pour les opérer.

Si la majorité des clients de Mechasys sont québécois, l’entreprise est déjà présente sur le marché des États-Unis et du Japon, où la numérisation des plans de construction est plus avancée qu’ici.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

I am sure the technology is better these days. But, we did employ this technology when we were surveying the Grey Nun Mother's House for Concordia University - I guess that was almost 10 years ago - right before the renovation. But, omg - it gave us a good idea of the floor plans, but it became a mess when we tried to integrate it into revit. What we found is that the drawing was off by a few mm here, and another mm there - but those little discrepancies added up .. all this to say, we had to go back and manual survey the building again! 

 

I would say though, since Covid, we have been using drones for site-visits and those work wonders!

 

 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • 4 months later...

Imprimer une maison? C’est une réalité!

Chris Morin, opérateur d'imprimante de maison en 3D, se tient devant l'imprimante de maison en 3D à Leamington.

Photo : GABRIEL NIKUNDANA

Gabriel Nikundana (accéder à la page de l'auteur)Gabriel Nikundana

à 6 h 10

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1884230/maison-imprimee-nidus-leamington-habitat-humanite-ontario

La première maison créée à partir d'une imprimante 3D au Canada est en construction à Leamington.

Habitat pour l'humanité Windsor-Essex en partenariat avec l'Université de Windsor et le centre de ressources pour les jeunes de Leamington, The Bridge, sont derrière le projet.

Le but est d'être moins cher, plus rapide et plus efficace. Je pense que cette technologie a le potentiel de contribuer à atténuer la crise du logement, explique la directrice générale d'Habitat pour l’humanité Windsor-Essex, Fiona Caughlin.

Trois à quatre jours suffisent pour construire une maison imprimée. Dans le futur ça prendra moins de temps, selon Chris Marin, chef opérateur d’imprimante de maisons en 3D.

Le premier lot de quatre maisons de trois chambres chacune à usage résidentiel sera livré avant la fin de l’année 2022.

Fiona Caughlin est la directrice générale d'Habitat pour l’humanité-Windsor-Essex.

Photo : GABRIEL NIKUNDANA

La valeur des quatre premières unités est estimée à 600 000 $. L’objectif du projet est d'en constuitre 42 d'ici 2025.

Le coût de la technologie devrait diminuer avec son avancement, explique le président de l'entreprise Nidus 3D.

De plus, le contrôle de la qualité reste un enjeu, selon deux doctorants de l'Université.

Baisse des coûts en perspective

Selon Ian Arthur, président de l'entreprise Nidus 3D responsable du projet pilote, il est trop tôt pour fournir des données chiffrées du coût total du projet initial.

Ian Arthur, président de l'entreprise Nidus 3D, sur le chantier de la maison imprimée en 3D à Leamington.

Photo : GABRIEL NIKUNDANA

Il s’agit d’un projet de recherche et de test. C'est la première fois qu'on y pense au Canada, explique-t-il.

Nous nous attendons à ce que, dans le futur, il y ait beaucoup plus d'efficacité, ce qui pourrait sensiblement réduire les coûts.

Les premières maisons imprimées en 3D sont construites sur le site du centre de ressources pour les jeunes de Leamington, The Bridge.

Selon Krista Rempel, la directrice de centre, les premiers logements seront en priorité destinés aux jeunes du centre et aux membres de la communauté de Leamington.

Krista Rempel, est la directrice générale du centre de ressources pour les jeunes The Bridge à Leamington.

Photo : GABRIEL NIKUNDANA

Les jeunes qui vivent avec nous auront la possibilité d'accéder à la vie indépendante lorsqu'ils auront terminé leur programme avec nous tandis que huit autres unités seront attribuées aux membres de la communauté, précise-t-elle.

Deux doctorants de l'Université supervisent le projet

L'Université de Windsor dispose d’un grand laboratoire pour tester la conformité aux normes de tout le matériel de construction des maisons imprimées en 3D.

Marcos Silveira, doctorant en ingénierie civile et environnementale à l'Université de Windsor, est content de faire partie du projet.

Il a la tâche de superviser la construction des quatre unités, dans le cadre de ses recherches doctorales.

Quant à Bruno Paini, lui aussi doctorant au même département, il se dit heureux de participer dans un tout nouveau type de construction.

À lire aussi :

Un premier village de logements abordables imprimé en 3D pourrait voir le jour en C.-B.

L’impression 3D pourrait-elle aider à résoudre les problèmes d’itinérance?

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

Sorel-Tracy

PME : un broyeur portatif unique

 

PHOTO FOURNIE PAR GSR CONSTRUCTION

Angélique Salvas et Martin Robichaud posent devant la Salvas Machine.

GSR Construction a récemment lancé la Salvas Machine, un broyeur portatif ayant la capacité de pulvériser jusqu’à 1,7 tonne de déchets par heure. Avec cette innovation, les entrepreneurs Angélique Salvas et Martin Robichaud souhaitent simplifier le travail de décontamination et de démolition.

Publié le 6 juin

https://www.lapresse.ca/affaires/portfolio/2022-06-06/sorel-tracy/pme-un-broyeur-portatif-unique.php

Samuel Larochelle Collaboration spéciale

L’invention

Leur machine peut traiter divers matériaux : chape de béton, céramique, tuile de vinyle, gypse, panneaux de béton léger, bloc de béton, bitume, tuile de plafond, verre, crépis, bloc de terracotta, etc.

Elle permet de remplacer les nombreux sacs de déchets à remplir quand une entreprise est appelée à décontaminer. « Pour un quatre et demie, ça nous prend environ 1000 sacs, explique M. Robichaud. À l’inverse, notre système broie les déchets afin qu’ils soient assez fins pour être aspirés directement dans le conteneur. »

L’origine

Gestionnaire de projet, Angélique Salvas a constaté que ses employés manquaient souvent à l’appel pour nettoyer un chantier, après la démolition. « J’ai compris pourquoi les gars ne venaient pas : faire des sacs, c’est aberrant comme c’est plate, dit-elle. Tu as chaud ou froid. Ça ne sent pas bon, et tu es entouré de poussière. »

Souvent appelée à se salir les mains pour aider les employés, l’idéatrice ajoute que son physique l’a poussée à faire les choses autrement. « Je ne mesure pas 6 pieds. Je ne pèse pas 200 livres et je n’ai pas les muscles d’un homme dans la jeune vingtaine. Il fallait que je trouve un moyen pour être aussi performante qu’eux. »

Le développement

Elle ajoute ne pas être du genre à se laisser freiner par la nature conservatrice de l’industrie de la construction.

J’ai commencé à 20 ans dans un monde d’hommes et je me suis fait dire tellement souvent : “Ça fait 30 ans que je travaille de même, alors tu ne viendras pas me dire comment travailler.” Ça m’a encouragée à faire les choses autrement.

Angélique Salvas

Cherchant un moyen pour économiser temps, énergie et main-d’œuvre, elle a pensé à la Salvas Machine en 2017. Puis, son associé et elle ont mis cinq ans pour la peaufiner. « On a fait le design à l’interne, avant de faire appel à un organisme en développement de nouvelles idées, qui nous a aidés à faire des tests, explique M. Robichaud. On a trouvé plein de petites choses qui ne fonctionnaient pas pour arriver à un prototype fiable. »

La mise en chantier

Depuis la fin de mars, GSR Construction utilise sa machine sur les chantiers. « Les réactions sont tellement bonnes que ça nous donne un élan pour continuer, dit Mme Salvas. Après cinq ans à travailler sur le projet sans rétroaction, on se disait qu’on était peut-être les seuls à y voir un intérêt, mais non. Les gens veulent faire appel à nos services. »

Prochaine étape : trouver un partenaire pour fabriquer et distribuer la machine. « On est en pourparlers avec quelques entreprises. L’objectif est de nous associer avec une organisation qui a un réseau mondial. »

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

Le guide ultime sur les mini-maisons au Canada en 2022

 

https://journalmetro.com/parlons-cash/parlons-bacon/2886139/le-guide-ultime-sur-les-mini-maisons-au-canada-en-2022/

 

Rim Hajjoui - Hardbacon

17 août 2022 à 5h00 8 minutes de lecture

Au cœur d’une économie en pleine croissance, la vague de pensée «vivre en grand dans une maison minuscule» commence à séduire de plus en plus de Canadiens. Les mini-maisons préfabriquées, comme le nom l’indique, sont des petites habitations dont l’objectif ultime est de réduire son espace de vie habitable.

En contrepartie, elles permettent d’épargner de grosses sommes d’argent. L’idée semble tentante, découvrons alors ensemble si cela en vaut vraiment la peine, et comment franchir le pas. 

Qu’est-ce qu’une mini-maison?

Une mini-maison a le luxe de se concevoir comme vous imaginez. La mini-maison ne répond qu’aux besoins d’une vie plus minimaliste ou nécessitant moins d’espace.

Le concept peut donc regrouper plusieurs types de différentes surfaces: une mini-maison peut être préfabriquée ou bâtie de manière conventionnelle. Elle peut être mobile ou sur des roues. Voici quelques exemples des mini-maisons les plus connues:

Sur fondation

Étant un modèle plus traditionnel, ce type de mini-maison ne peut  pas être déplacé. Elles sont généralement d’une surface de moins de 500 pieds carrés  mais elles sont coûteuses car elles sont robustes. 

Les roulottes

De nombreux Canadiens choisissent d’installer leurs petites maisons sur des roues en raison des règlements en vigueur dans leur municipalité. Ces roulottes sont généralement plus petites que les fixes, et elles se déplacent facilement.

Les mini-maisons transportables

Un hybride de mini-maison fixe et mobile. Il est souvent sur pilotis et peut être déplacé occasionnellement, mais c’est un peu plus complexe que le mobile.

Une préfabrication c’est encore possible

Pour ceux qui choisissent de ne pas concevoir une mini-maison à partir de zéro, il existe des options préfabriquées. La production se fait en usine et l’assemblage se fait sur le chantier.

La durée de livraison de ce type de maisons dépendra de plusieurs paramètres comme la surface de l’habitation, le type de matériaux utilisés et l’équipement intérieur souhaité. Dans le cas des mini-maisons, l’option de préfabrication est généralement plus pratique, et le déménagement peut se faire rapidement. 

Même si le design des mini-maisons préfabriquées n’est pas toujours original, vous aurez l’avantage de faire des extensions ou des transformations à tout moment. Un autre avantage est qu’on est à l’aise concernant ce qu’on va acquérir, car on peut savoir ce qu’on va acheter avant même de l’acheter.

Les mini-maisons, ce n’est pas partout

Le Canada n’autorise pas les mini-maisons partout. De plus en plus de municipalités acceptent des maisons de petite taille, généralement moins de 700 pieds carrés.

Par contre, pour que ça soit réglementé, elles ont dédié des quartiers et des étendues de terrain exclusivement pour les mini-maisons. Cela veut dire qu’il faut chercher un bon moment pour trouver la bonne adresse.

Dans la majorité des cas, il s’agit d’un milieu rural, donc il faut être prêt à déménager et adopter un mode de vie relativement différent. Il faut vérifier le code de construction de chaque province.

Pour le Québec, on peut trouver sur le site du Mouvement Québécois des mini-maisons une carte pour les personnes qui cherchent où s’installer.

Combien coûtent les mini-maisons au Canada? 

Certes, acquérir une mini-maison coûte beaucoup moins cher, mais la transition peut prendre plus de temps et d’argent que l’on pense. Il faut prendre en compte tous les paramètres qui entrent en vigueur. Les prix peuvent dépendre de si on opte pour une mini-maison préfabriquée, ou bien, si on préfère la construire soi-même.

La préfabrication coûte évidemment plus, mais l’acheteur n’a pas à se préoccuper des rénovations et de la construction car le logement est neuf et  prêt à être habité. Les mini-maisons préfabriquées coûtent en moyenne entre 80 000 dollars et 150 000 dollars canadiens.

Alors qu’une mini-maison construite par le propriétaire lui-même peut ne pas dépasser les 40 000 dollars canadiens. Dans ce cas, on peut imaginer sa demeure et l’adapter à son imagination et ses besoins.

Pourtant, il faut vérifier comment on peut construire sa propre mini-maison, en respectant les règlements de sa province. Pour obtenir un permis de construction de sa municipalité par exemple, le plan de la mini-maison doit être conforme aux règlements municipaux.

Il ne faut absolument pas oublier que les mini-maisons exigent des meubles sur mesure en fonction de la surface. Il est préférable d’utiliser l’espace jusqu’aux plus hautes hauteurs et optimiser les quelques pieds carrés qu’on a au maximum. Alors dans le cas d’un déménagement d’un appartement, il faut prendre en considération les coûts supplémentaires des nouveaux meubles.

Financer sa mini-maison, ce n’est pas si simple

Les mini-maisons n’exigent pas un investissement énorme, c’est pourquoi les banques n’accordent pas un financement facilement. La raison est simple: les critères d’évaluation sont différents des maisons traditionnelles.

La plupart des maisons s’obtiennent en hypothèque, chose qui permet aux banques de revendre le bien immobilier au cas d’un échec de paiement de ses échéances de remboursement. L’hypothèque s’applique rarement sur les mini-maisons, surtout les roulottes.

La raison est que, contrairement aux biens immobiliers qui prennent de la valeur au fil du temps, les mini-maisons ne sont pas rentables sur le long terme. La seule solution est donc d’essayer d’obtenir un financement personnel auprès des banques.

Est-ce qu’une mini-maison est le bon choix pour moi?

En obtenant une mini-maison, il faut être prêt à faire ses adieux à ses meubles conventionnels. Les propriétaires sont donc obligés de faire preuve de créativité lorsqu’il s’agit d’aménager leurs espaces.

C’est difficile pour ce mode de vie de convenir aux familles avec de nombreux membres. Les enfants aiment avoir autant de jouets pour se divertir!

Ce serait également une mauvaise idée d’avoir une mini-maison qui se déplace sur des roues alors que ses enfants ont besoin de se sentir en stabilité que ce soit dans leurs écoles ou bien leur environnement en général.

Par contre, s’il s’agit d’une personne ou d’un couple qui cherche à se libérer et adopter un style minimaliste, une mini-maison pourrait être le choix idéal. C’est aussi idéal pour les retraités!

On peut trouver des mini-maisons situées partout au Canada, même dans des grandes villes. Mais, les quartiers qui sont dédiés à ça sont souvent éloignés du centre.

De plus, il faut donc être à l’aise avec le changement qui vient avec le déménagement de la ville. Le mode de vie change carrément, donc il faut y réfléchir sérieusement. 

En parlant de déménagement et de quartiers hors ville, il ne faut pas oublier son travail. Les mini-maisons conviennent le plus souvent aux gens qui font du télétravail ou bien ceux qui sont obligés de se déplacer en permanence. Pour les personnes retraitées, profiter de la paix d’esprit en  vivant dans un endroit tranquille peut être encore plus tentant.

Une communauté de mini-maisons, oui ça existe!

En plus de partager le charme et la convivialité des mini-maisons, les communautés servent également à rendre le séjour encore plus pratique et facile. La plupart des communautés des mini-maisons cherchent à réduire leur empreinte carbone, c’est pourquoi les habitants comptent sur leur propre production alimentaire au lieu des produits industriels.

Il y en a qui font même du covoiturage pour se déplacer dans les banlieues. Pour les personnes souhaitant s’installer au Québec, il faut consulter les communautés comme l’Espace Pur Mini-Maisons et Au pied du Mont-Ham. 

Après avoir choisi le modèle et le lieu de sa mini-maison, il faut également penser à ses assurances. Quand sa petite demeure est à fondation, elle doit être couverte par une assurance habitation conventionnelle. Il est possible d’épargner des centaines de dollars par année en comparant le prix avant d’assurer sa mini-maison. 

Le reste à ce point n’est que du plaisir et de l’esthétique à la Pinterest. Si on décide d’obtenir sa mini-maison, autant s’amuser à le faire et vivre l’expérience jusqu’au bout.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...