Jump to content

Économie mondiale


Normand Hamel

Recommended Posts

  • Administrator
Le 2019-11-05 à 19:42, Normand Hamel a dit :

Regarde bien les deux graphiques ci-joint. Le premier nous montre la croissance réelle des États-Unis, qui est beaucoup plus basse qu'elle ne devrait l'être. Tandis que le second nous montre le ratio dette/PIB pour la planète entière qui atteint aujourd'hui des sommets jamais vus dans l'histoire de l'humanité. De mon point de vue cela n'a rien de vraiment rassurant.

En passant, le système capitaliste ne repose pas vraiment sur la dette ni les cycles. Il repose avant tout sur la confiance. Mais avec un passif de 4 500 milliards, et qui continue d'augmenter quotidiennement, la Fed pourrait justement engendrer bientôt une perte de confiance parmi les investisseurs. Heureusement nous ne sommes pas encore là.

Mais à mon avis cela ne saurait tarder car la Fed est présentement incapable de se sortir de cette spirale de la mort. Dès que la réserve d'huile sera épuisée la machine se grippera. Je ne parle évidemment pas du pétrole mais de l'assouplissement monétaire (QE) que les banques centrales utilisent pour retarder le plus longtemps possible une éventuelle récession.

C'est que cela fait maintenant plus de 10 ans que les marchés sont en croissance, soit le plus long cycle de l'histoire moderne. Il s'agit cependant d'une croissance artificielle entretenue par les banques centrales.

Ce qu'il faut comprendre c'est qu'il y a une limite au montant que les banques centrales peuvent injecter avant que la panique "pogne" sur les marchés. En effet même s'ils sont un peu euphoriques présentement, certains sont peut-être même un peu cinglés aussi, ils réaliseront tôt ou tard (probablement trop tard) que la situation actuelle est intenable.

Real GDP Growth.png

Debt to GDP Ratio.png

Je me suis certainement mal exprimé. D’accord 100% avec toi que la confiance est la base du capitalisme. C’est cette même confiance qui crée les symptômes des cycles de bubbles and bust. 
 

Le capitalisme génère des richesses incroyables, mais il faut aussi qu’il puisse « bust » et corriger les excès. C’est ce qu’on apelle la destruction créatrice. 
 

Tu sembles aussi très inquiets des mesures de QE qui ont étés mises en places. Si tout cet argent était artificiel, le taux d’inflation serait galopant, il y aurais plus d’argent en circulation que les besoins réels ce qui ferais exploser tous les prix. ce qui n’est pas le cas. 
 

Le QE est maintenant chose du passée, la FED à cessée de l’utiliser en 2017, puisque l’emploi est bas et l’inflation sous contrôle. 
 

aussi tu mentionnes un 120mm par jour, je crois que tu te trompes et que c’est par mois. 
 

Je t’invites à lire: https://www.thebalance.com/what-is-quantitative-easing-definition-and-explanation-3305881

Link to comment
Share on other sites

  • Administrator
il y a 36 minutes, Normand Hamel a dit :

« Quand les économistes font le procès du libéralisme »

Joseph Stiglitz, Patrick Artus, Dani Rodrik, ou Philippe Aghion encore : à l’occasion des Journées de l’économie, ces économistes s’en sont pris à la finance débridée et à la mondialisation, entamant ainsi un « procès du libéralisme », analyse Philippe Escande, éditorialiste économique au « Monde ».

Il flotte dans le monde une étrange atmosphère de fin de fête. On danse encore, mais avec de moins en moins de conviction. Les Bourses sont au plus haut, à l’affût de la moindre bonne nouvelle, alors que les signaux se multiplient suggérant la fin d’un cycle économique et politique qui nous a accompagnés durant près de quarante ans. Une bonne partie de l’élite des économistes en semble de plus en plus convaincue. Témoin, les Journées de l’économie de Lyon qui réunissent tous les ans en novembre la crème des intellectuels du domaine. Cette année, elles étaient placées sous le magistère de deux des plus importants économistes américains, mais aussi les plus critiques du système actuel.

Intronisés mercredi 6 novembre docteur honoris causa de l’université de Lyon, Joseph Stiglitz et Dani Rodrik ont inauguré les débats en toge de cérémonie, comme pour masquer sous l’apparat du costume la virulence du propos. Pour eux, le capitalisme actuel, sous les habits du néolibéralisme, que Joseph Stiglitz a baptisé « fondamentalisme du marché », vit ses dernières heures. Témoin, la colère populaire qui monte dans le monde entier et la pression populiste qui en est sa traduction politique.

Les suspects habituels

Sur le banc des accusés, les suspects habituels : la finance débridée et la mondialisation. Dani Rodrik fut le premier, il y a plus de vingt ans, à pointer le risque du libre-échange pour les démocraties occidentales. Pour lui, il est allé trop loin dans la poursuite effrénée de réduction des coûts sans se préoccuper des politiques de protection des populations locales qui ont été détruites les unes après les autres. Une vague qui a sorti de la pauvreté nombre de pays pauvres, à commencer par la Chine, mais plongé dans le désarroi les classes moyennes des pays industrialisés.

Lire la suite derrière le paywall:

https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/11/07/le-capitalisme-actuel-vit-ses-dernieres-heures_6018340_3234.html

cf0efe0_K2zMgJYIPr8pv9kjpzSvr1uT.jpg

Le titre devrait lire « des » et non « les », je sais que c’est un détail mais qui peut jouer dans la psyché des gens. 

Il y’a  autant d’économistes qui sont d’accords avec ces messieurs qui seraient contre... du bon journalisme   Offrirait des opinions opposés pour balancer l’article. 

Ceci dit, un économiste qui se trompe pas, ça existe? Lol

À propos de Patrick Artus:

Le 22 mars 2007, Patrick Artus rédige une note « Flash Marchés »[6] publiée par Natixis où il explique pourquoi il n'y a pas lieu de craindre une crise financière prochaine :

« Les marchés financiers croient n'importe quoi. Les corrections successives des marchés d'actions en février-mars 2007 sont liées à une série de craintes des marchés : […] il peut y avoir une récession aux États-Unis ; […] la crise du crédit immobilier « subprime » […] aux États-Unis va déclencher une crise bancaire et financière. Or, toutes ces affirmations sont fausses. La crédulité et l'absence de sang froid des marchés financiers sont donc remarquables. »

Cette thèse est reprise le 24 mai 2007 dans un éditorial publié dans le magazine Challenges :

« Le potentiel des Bourses européennes est gigantesque. […] Dans une économie mondiale qui peut fonctionner avec des États-Unis en croissance faible et où l'inflation semble vaincue, il est possible de croire que le seul CAC 40, par exemple, puisse atteindre 7 000 points au premier semestre 2008[7]. »

tire de sa page Wikipedia. 

Link to comment
Share on other sites

il y a 35 minutes, mtlurb a dit :

Le QE est maintenant chose du passée, la FED à cessée de l’utiliser en 2017, puisque l’emploi est bas et l’inflation sous contrôle.

C'est en 2013 que la Fed a mis officiellement fin à son programme de rachat d'actifs après trois périodes distinctes: QE1, QE2 et QE3. Mais nous sommes maintenant officieusement dans le QE4 depuis le mois de septembre dernier alors que la Fed s'est remise à injecter des sommes colossales dans le système afin, selon moi, d'éviter un effondrement.

il y a 35 minutes, mtlurb a dit :

aussi tu mentionnes un 120mm par jour, je crois que tu te trompes et que c’est par mois.

Il s'agit bien de 120 milliards par jour, aussi incroyable que cela puisse paraître. Voir un article de CNBC (plus à droite que ça tu meures) daté du 23 octobre qui parle de l'accélération de l'augmentation déjà brutale qui avait été initiée en septembre dernier:

https://www.cnbc.com/2019/10/23/fed-repo-overnight-operations-level-to-increase-to-120-billion.html

Link to comment
Share on other sites

  • Administrator

C’était un one shot deal pour soutenir le marché repo. Ce n’est pas à tous les jours, mais un jour seulement de façon temporaire. Et c’est des liquidités utilisés pour acheter des bons aussitôt revendus aux banques une fois le repo stabilisée ( le lendemain). 

Il n’y a pas de QE( peu importe la version) depuis 2017. Et il ne faut pas oublier cet argent achète des bons du trésors et autres actifs pour permettre aux banques d’avoir une marge de manœuvre. Donc la FED présentement possède environ 4 trillions d’actifs... et non seulement de l’argent créé dans le vide comme au Zimbabwé par exemple. 

 

30873985-35EA-4157-A404-1E229CEFBDBF.jpeg

Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, mtlurb a dit :

C’était un one shot deal pour soutenir le marché repo. Ce n’est pas à tous les jours, mais un jour seulement de façon temporaire. Et c’est des liquidités utilisés pour acheter des bons aussitôt revendus aux banques une fois le repo stabilisée ( le lendemain). 

C'est à tous les jours depuis deux mois maintenant. Cela a été d'abord annoncé en septembre comme une mesure temporaire ne devant durer que quelques semaines. Puis avant que cette période ne se termine on a bonifié le montant pour le porter de 75 milliards par jour à 120 milliards par jour et on en a allongé la durée. Le marché du repo est justement ce qui a causé la faillite de Bear Stearns, Lehman Brothers, AIG et tous les autres en 2008 car elles étaient l'une après l'autre dans l'impossibilité de rencontrer leurs obligations quotidiennes. Le marché du repo étant la principale source du risque systémique.

Quelques extraits d'un article déjà partagé:

It all started as a temporary fix in September when, suddenly, the overnight target rate jumped sky high and the Fed had to intervene to keep the wheels from coming off. Short-term liquidity issues, the Fed said. Those have become rather permanent.

And liquidity injections are massive and accelerating. On Tuesday, the Fed injected $99.9 billion in temporary liquidity into the financial system and $7.5 billion in permanent reserves as part of a program to buy $60 billion a month in Treasury bills. The $99.9 billion comes from $64.9 billion in overnight repurchase agreements and $35 billion in repo operations.

But market demand for overnight repo operations has far exceeded even the $75 billion the Fed has allocated, suggesting a lot more liquidity demand. Hence, on Wednesday the Fed suddenly announced a $45 billion increase on top of the $75 billion repo facility for a daily total of $120 billion.

These actions are surprising. What stable financial system requires over $100 billion in overnight liquidity injections? The Fed did not see the need for these actions coming. It is reacting to a market that suddenly requires it.

To be clear: This is not a temporary rise in the balance sheet; this is the beginning of something big. The Fed’s balance sheet looks like it will expand to record highs once again.

What would markets look like without these policy interventions? One can only wonder.

Many analysts now suggest there will be a year-end stock market rally, primarily driven by the Fed as earnings growth remains weak. If they print, you must buy.

It may well be that our financial markets have permanently devolved into a Fed-subsidized, wealth-inequality-generating machine benefitting the few that own stocks. But one has to wonder why the rate cutting and liquidity injections haven’t been able to produce sustained market highs.

You don’t think the Fed is all about markets? Where have you been? After all, the Fed’s stated policy objective now is to extend the business cycle by any means necessary. And policy makers can’t do that with falling stock prices.

And so they are in accelerated daily intervention mode. Because that is what it takes. The questions that investors have to ask themselves is: What if it’s not enough? And what is it policy makers aren’t telling us? Why are they forced into these historic, unexpected measures? What happens if they lose control? 

https://www.marketwatch.com/story/the-federal-reserve-is-in-stealth-intervention-mode-2019-10-25

Link to comment
Share on other sites

  • Administrator

Ce n’est pas un nouvel 120 milliards à chaque jour. C’est le même 120 milliards. 
 

Preuve les actifs de la fed ont augmentés que de 250 milliards de Sept au 9 Novembre (et non 120 x 50-60 jours)
 

https://realconservativesunite.com/2019/11/07/fed-s-balance-sheet-soars-above-4-trillion-up-250-billion-since-repo-crisis/

3E0DE770-5333-4483-85D3-AD1DAE07FC93.jpeg

Link to comment
Share on other sites

il y a 14 minutes, mtlurb a dit :

Ce n’est pas un nouvel 120 milliards à chaque jour. C’est le même 120 milliards.

Effectivement, car les montants sont remboursés à chaque jour pour être réinjectés le lendemain, c'est le principe du repo. Mais pourquoi cette mesure est-elle soudainement devenue nécessaire? Pourquoi le système a-t-il besoin de 120 milliards de garanties de la part de la Fed à chaque jour?

Selon moi c'est parce que les banques ne se font plus confiance entre elles. Normalement elles se chargent mutuellement un taux légèrement inférieur au taux directeur qui est à 2% environ présentement. Pourquoi demandent-elles maintenant 10%? Une banque en particulier est en difficulté peut-être? Le système est devenu instable et il y a un risque systémique accru peut-être?

Je ne sais pas. Personne ne le sait en fait. Surtout que personne dans les media mainstream n'ose en parler. Il s'agit pourtant d'un phénomène unique dans l'histoire. Autrement dit c'est sans précédent et d'une ampleur jamais vue, incluant la crise financière de 2008. Le fait est que sans ce nouvel apport d'huile la machine se gripperait instantanément

Link to comment
Share on other sites

  • Administrator

Les médias spécialisés en parlent, economist en a parlé, ce n’est pas très mainstream ... mais essai aussi d’expliquer ça dans un clip de 2 minutes ou bien un titre click bait accrocheur. Pas évident. 

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value