Jump to content

Des architectes pour dessiner les écoles du futur


Recommended Posts

Des architectes pour dessiner les écoles du futur

Daphnée Dion-Viens - Le Journal de Montréal

Dans le cadre du projet Lab-École, des architectes sont invités à dessiner les plans de futurs établissements scolaires, une première au Québec.

Des concours d’architecture sont lancés pour les sept projets de construction, d’agrandissement ou de transformation qui ont été retenus par le Lab-École, cofondé par le chef Ricardo Larrivée, l’athlète Pierre Lavoie et l’architecte Pierre Thibault. L’annonce officielle sera faite cet avant-midi, à Québec.

Les concours d’architecture permettront de « penser en dehors de la boîte » et d’innover par rapport aux normes jusqu’ici établies par le ministère de l’Éducation, explique-t-on.

Repenser l’aménagement physique

Même si plusieurs enfants passent de longues heures à l’école chaque jour, en fréquentant les services de garde matin et soir, la plupart des établissements scolaires ne disposent pas de cafétéria ou d’espace de vie, à l’extérieur des classes ou des locaux traditionnels.

L’objectif du Lab-École est notamment de repenser l’aménagement physique des écoles pour favoriser les apprentissages.

Les détails entourant ces concours architecturaux seront connus d’ici février. Un jury se penchera sur les propositions reçues en avril, et les finalistes seront connus au cours de l’été 2019.

Parmi les projets retenus, on retrouve notamment la transformation de l’ancienne école Stadacona, dans le Vieux-Limoilou, à Québec.

https://www.journaldemontreal.com/2018/11/29/des-architectes-pour-dessiner-les-ecoles-du-futur

Architectes.jpg

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Que c est merveilleux de voir le Québec avancer sur le plan de l architecture  ! L architecture reflète l identité et le visage d un peuple ou d une nation. L architecture est d une importance capitale pour tous. 

Edited by enrigue9
  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

  • 8 months later...

https://www.v2com-newswire.com/fr/salle-de-presse/dossiers-de-presse/4169-01/le-lab-ecole-annonce-officiellement-le-lancement-de-son-concours-d-architecture

Dossier de presse | no. 4169-01

Le Lab-École annonce officiellement le lancement de son concours d’architecture 

Québec, Canada

Lab-École

« Penser l'école de demain »

Québec, Canada, 12-08-2019 - C’est avec fierté que l’équipe du Lab-École annonce officiellement le lancement de son concours d’architecture. Ce concours permettra de voir naître les premiers projets Lab-École québécois.

« C’est en consultant et en travaillant avec les intervenants de tous les milieux sélectionnés pour recevoir un Lab-École que nous avons déterminé les spécificités des différents projets. C’était une étape importante pour nous en vue du déploiement du concours d’architecture. Il est reconnu que les projets réalisés par voie de concours contribuent à élever les standards de qualité en design. Ainsi, nous pourrons concevoir de nouveaux modèles d’écoles innovantes, axées sur les meilleures pratiques, qui favoriseront la réussite des élèves », a affirmé Pierre Thibault, architecte et cofondateur.

Un concours en deux grandes étapes

Les firmes désirant participer au concours peuvent trouver l’information sur la plateforme SEAO. Les architectes sont invités à soumettre leur proposition de façon anonyme à l’étape 1, via SEAO, selon les modalités prescrites et spécifiques à chacun des cinq projets, soit celui de Gatineau (Commission scolaire Western Québec), Shefford (Commission scolaire du Val-des-Cerfs), Maskinongé (Commission scolaire du Chemin-du-Roy), Rimouski (Commission scolaire des Phares) et Saguenay (Commission scolaire des Rives-du-Saguenay).

Par la suite, les jurys se pencheront sur les propositions reçues et sélectionneront quatre finalistes par projet pour l’étape 2. Ceux-ci seront connus en octobre 2019.

C’est au début de l’année 2020 que les jurys détermineront les 5 lauréats, puis l’ensemble des prestations des finalistes seront exposées dans leur milieu respectif avant que les étapes de construction s’entament.

Les premières écoles portant la signature Lab-École ouvriront leurs portes entre septembre 2021 et septembre 2022.

Budgets accordés

C’est grâce à l’appui du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur que les commissions scolaires pourront profiter de la vision du Lab-École.

En rappel

Le Lab-École est un organisme sans but lucratif qui s’est donné comme mission de rassembler une expertise multidisciplinaire pour concevoir les écoles de demain. Sous l’impulsion de ses trois membres fondateurs, Pierre Thibault, Pierre Lavoie et Ricardo Larrivée, le Lab-École entend mobiliser autour de cette réflexion collective pour en faire un projet de société.

https://www.v2com-newswire.com/fr/salle-de-presse/post_files/1398/download

Link to comment
Share on other sites

  • 4 months later...

Dans un autre ordre d'idées les locaux temporaires sont un segment qui prend de l'expansion afin de répondre à des besoins ponctuels.

https://www.lapresse.ca/actualites/education/202001/07/01-5256010-des-classes-modulaires-reinventees-.php

Des classes modulaires réinventées 

PHOTO TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK DE CHANTIERS CHIBOUGAMAU

Chantiers Chibougamau a vu dans les classes préfabriquées qui poussent sur les terrains des écoles québécoises une occasion d’affaires et s’est inspirée de ces habitations pour concevoir son propre modèle de classe préfabriquée.

Les classes modulaires, plus pragmatiquement appelées « roulottes », se sont multipliées dans les cours d’école du Québec dans les dernières années. Un modèle fabriqué en épinette noire vient de faire son apparition sur le terrain d’une école de Jonquière.

Publié le 08 janvier 2020 à 5h00

 

Marie-Eve Morasse
La Presse

C’est Chantiers Chibougamau qui l’a conçu en réponse à un appel d’offres de la Commission scolaire Central Québec. C’est une première du genre pour l’entreprise.

« On a un besoin d’habitations temporaires pour nos opérations de coupes en forêt, et c’est là qu’on a commencé à faire des modules en usine. On a vu la résistance de ces modules-là qui étaient transportés sur des routes de gravier et qui demeuraient en extraordinaire condition », explique Frédéric Verreault, directeur général du développement corporatif chez Chantiers Chibougamau.

L’entreprise a vu dans les classes préfabriquées qui poussent sur les terrains des écoles québécoises une occasion d’affaires et s’est inspirée de ces habitations pour concevoir son propre modèle de classe préfabriquée.

On a travaillé avec des spécialistes en conception d’écoles pour développer un concept de classe qui répond à des concepts extrêmement exigeants. On a voulu de la qualité supérieure autant pour l’isolation, la performance énergétique et la performance acoustique. On a de la fenestration avec des verres triples.

Frédéric Verreault

Les deux classes modulaires et l’aire commune qui ont été installées à l’école Riverside de Jonquière ont coûté en deçà de 500 000 $, précise-t-il.

Mission embellissement 

Plusieurs entreprises québécoises fabriquent leur propre modèle de classe modulaire. La Commission scolaire de Laval a par exemple mandaté Industries Bonneville pour fabriquer ce qu’elle appelle une « maison-classe ». En mars dernier, le ministère de l’Éducation a accordé 3,5 millions de dollars aux commissions scolaires de Laval et Marguerite-Bourgeoys pour installer 16 de ces classes.

« C’est une idée très intéressante pour pallier le manque de locaux », a alors déclaré le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge.

Devant la multiplication des classes modulaires, on rivalise également d’inventivité pour les embellir. Au cours des dernières années, la Commission scolaire de Montréal a fait appel à l’organisme MU pour faire des œuvres murales sur certaines de ces classes. Des opérations de verdissement ont aussi été menées près de ces unités.

Chantiers Chibougamau croit qu’avec son plafond cathédrale et sa « signature contemporaine », son concept de classe modulaire se démarque des autres, et l’entreprise souhaite vendre le concept ailleurs dans la province. « Il faut comparer des pommes avec des pommes, affirme Frédéric Verreault. Entre une roulotte de chantier et une classe comme celle qu’on a livrée, il y a un monde de différence. »

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value