swansongtoo

Membre
  • Compteur de contenus

    581
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

27 Excellent

1 abonné

À propos de swansongtoo

  • Rang
    Mtlurb Master

Personal Information

  • Biography
    None
  • Location
    Montreal
  • Intérêts
    None
  • Occupation
    None
  1. YUL - 38, 38 étages

    Given they have a sign up at the corner on the lot to the west of YUL they've likely understood the potential at the moment.
  2. Tour des Canadiens 3 - 53(?) étages

    Works out to a little under 11 units a floor over 53 floors and with larger appartements up top the count may a little higher for some of the lower floors so yeah that's a lot of potential people to stuff in there!
  3. 1204 Crescent - Projet Groupe Brivia - ?? étages

    Indeed. Quick off the gun.
  4. 1204 Crescent - Projet Groupe Brivia - ?? étages

    Over here dude.
  5. YUL - 38, 38 étages

    Saw an ad somewhere construction on phase 2 starts October 18th.
  6. Tour des Canadiens 2 - 53 étages

    Quick explanation here. http://aerosealcorp.com/curtain-wall-vs-window-wall-key-differences/
  7. Skyline De Montréal

    Agreed though I think the only hope would be building on top of CN HQ, around Place Bonaventure or St. Jacques and HB and there again would have to be tall enough of a tower to make an impact.
  8. Le Drummond - 24 étages

    Indeed. What a waste.
  9. Projet du Groupe Brivia (Guy/René-Lévesque)

    Agreed on the height variation but why set the bar lower ? I live in the shadows of that corner and have no issues with building taller in the area. Malheureusement Montreal est une ville avec le vertige a trop d'endroit.
  10. MaryRobert Griffintown - 2x?? Étages

    Cool ... Greenlobster mentioned this project as well on another thread.
  11. Found this series today that looks at different areas of architecture (Big City Icons, City Squares, Parks and Gardens etc.) and has one episode dedicated to stadiums and arenas which includes a portion on Montreal's Olympic Stadium. Season 1, Ep. 5, 11:50 in. Haven't seen any other episode but figured some of you here may enjoy the show.
  12. Activité commerciale dans Griffintown

    Genesis car dealership appears set to open corner Duke / Wellington. Meanwhile Nini Meatball House was alive and kicking this past Friday however one closure to note is Java U Bar a Lait on Notre Dame (facing Starbucks).
  13. Until further details are provided I figured I'd drop this bit of news here. The area continues to be attractive to development. **** http://www.lapresse.ca/actualites/montreal/201708/30/01-5129134-le-jardin-domtar-sacrifie-pour-un-projet-immobilier.php Le Jardin d'arbres de la Domtar, adossé à une bouche du métro Place-des-Arts, sera bientôt chose du passé. Aménagé et géré par la papetière Domtar mais ouvert au public, ce coin de verdure unique dans le Quartier des spectacles sera vendu sous peu à un promoteur immobilier, a-t-on appris. Dans un mot adressé aux employés, le 28 juillet, le premier vice-président, Développement corporatif, Patrick Loulou, précise qu'on y construira un immeuble regroupant un hôtel et des appartements. «Toutes les mesures seront prises pour minimiser les inconvénients durant la construction et de plus amples informations vous seront transmises à une date ultérieure», indique-t-il. M. Loulou ajoute que le Centre de la petite enfance Origami, situé à la Maison Domtar, pourra continuer à occuper une parcelle clôturée du jardin comme aire de jeu. Cet espace extérieur, assure-t-il, sera amélioré à la suite de la construction de l'immeuble. Quand les travaux vont-ils débuter? Qui est le promoteur immobilier? «Nous n'avons aucun commentaire à faire pour le moment», nous a dit par courriel Bérangère Parry, conseillère aux communications. Un jardin primé Inauguré en 2002, le Jardin Domtar, l'un des rares jardins au centre-ville, a reçu deux prix en 2003 : le prix des designers de l'Association des architectes paysagistes du Québec et le prix Orange en design urbain de Sauvons Montréal. Ce projet, disait-on à l'époque, est un exemple de société qui contribue à la conscience écologique des centres-villes. Situé sur un ancien terrain de stationnement, acheté en 2000 à la Ville de Montréal, au coin de la rue De Bleury et du boulevard De Maisonneuve, il occupe une superficie de plus de 2800 mètres carrés. Le président et chef de la direction de la papetière, John D. Williams, avait déclaré en 2012 : «Le Jardin Domtar illustre parfaitement une de nos valeurs clés : l'engagement. L'engagement à être une société durable pour notre environnement, nos employés et nos communautés.» Le lieu, dont le thème est «Une forêt pour tous pour toujours», se divise en deux parties. Le côté nord symbolise la forêt de l'est du Canada, tandis que le côté sud est plus urbain. D'un bord, on trouve une végétation indigène : chêne, érable à sucre, bouleau. De l'autre, des arbres utilisés et transformés par Domtar dans ses activités : chêne, frêne, peuplier. Une large passerelle relie l'accès au métro Place-des-Arts et l'entrée principale du siège social de Domtar. Le jardin est ouvert tous les jours, de 7h à 21h. Les gens du quartier sont nombreux à le fréquenter, surtout à l'heure du lunch. «C'est vraiment malheureux qu'on le détruise, c'est un choc», lance Malaka Ackaoui, présidente de l'agence d'architecture du paysage, d'urbanisme et de design urbain WAA, qui a réalisé le jardin en 2002. «Il n'y a pas assez d'espaces verts au centre-ville. Que va-t-on faire des arbres devenus matures?» Une question à laquelle personne ne semble en mesure de répondre. «Le Jardin Domtar est un espace privé, ouvert au public selon la volonté du propriétaire, rappelle Gabrielle Fontaine-Giroux, du service de communications. La Ville de Montréal n'a pas reçu de demande de permis de construction à cet endroit à l'heure actuelle.» «Une perte pour Montréal» C'est La Presse qui a appris l'existence du projet immobilier à Michel Saulnier, qui a réalisé la sculpture baptisée Écho, plantée au coeur du jardin : une oeuvre en forme de totem à quatre mâts composée de 17 têtes d'ours en bois. L'ours est le symbole de la sagesse dans les cultures amérindiennes, explique l'artiste. «Sa présence nous rappelle sur ce site la nécessité d'être "sage" afin de conserver et de protéger la forêt ou la biodiversité des écosystèmes.» Après vérification, M. Saulnier a appris que son oeuvre serait entreposée durant les travaux de construction et déplacée par la suite, sans doute dans l'espace extérieur réservé au Centre de la petite enfance. «C'est dommage, dit-il, parce qu'il n'y a pas tellement d'espaces verts dans cette partie de la ville.» C'est aussi La Presse qui a appris l'existence de ce projet à Héritage Montréal, dont la mission est de promouvoir et protéger le patrimoine architectural, historique, naturel et culturel de Montréal. «Domtar a fait un très bel effort en créant ce jardin, note Dinu Bumbaru, directeur des politiques d'Héritage Montréal. Aujourd'hui, faut-il exproprier? Je ne sais pas. Mais ça mériterait une discussion. Le quartier dans lequel se trouve ce jardin est en train de devenir hyper dense et très congestionné.» «Ce n'est pas un jardin public, c'est un jardin d'entreprise, ajoute Bernard St-Denis, professeur à la faculté d'aménagement de l'Université de Montréal. Si la société renonce à le garder, on ne peut pas faire grand-chose. Mais c'est dommage parce qu'il n'y a pas beaucoup de jardins au centre-ville et qu'il n'y a pas beaucoup de jardins publics tout court.» Selon M. St-Denis, un jardin offre une qualité d'expérience que d'autres espaces publics n'offrent pas. «Quand on entre dans un jardin, on est ailleurs. La disparition du Jardin Domtar est une perte pour Montréal.» La papetière, d'après nos informations, aurait pris cette décision en partie parce que la Société de transport de Montréal (STM) menaçait depuis quelques années d'exproprier le tiers du jardin pour y construire un poste de ventilation à côté de la bouche de métro. Il n'est toutefois plus question d'expropriation, assure Amélie Régis, conseillère aux affaires publiques de la STM. «Le poste de ventilation mécanique serait intégré à un projet d'un promoteur dont on ne peut révéler les détails, car nous sommes tenus à la confidentialité», précise-t-elle. La Ville pourrait-elle racheter ce terrain pour conserver le jardin? «Oui, sans doute, répond Bernard St-Denis. Mais ça veut dire des millions de dollars.»
  14. SE7T - 7, 7 étages

    Crane is up unfortunately cell was left at home so no pic.
  15. http://montrealgazette.com/business/local-business/aerospace/direct-flights-between-montreal-and-tokyo-to-begin-next-summer Direct flights between Montreal and Tokyo to begin next summer JACOB SEREBRIN, MONTREAL GAZETTE More from Jacob Serebrin, Montreal Gazette Published on: August 23, 2017 | Last Updated: August 23, 2017 4:25 PM EDT "Since 2016, we have added 18 direct links departing from Montreal to five continents," says Air Canada president and CEO Calin Rovinescu, seen at the company's annual general meeting in Montreal on May 5, 2017. GRAHAM HUGHES / THE CANADIAN PRESS Share Adjust Comment Print Montreal’s airport authority is eyeing further expansion to the Trudeau airport as Air Canada announced plans to begin direct flights between Montreal and Tokyo’s Narita airport next summer. The flights, scheduled to begin on June 1, 2018, will be the first direct scheduled service between Montreal and Japan. The airline said it plans to offer daily non-stop service during the summer, with service reduced to three times a week during the winter. “This is a day we’ve been looking forward to as we continue to expand Air Canada’s reach internationally from Montreal,” Calin Rovinescu, the company’s president and CEO, said at a press conference announcing the new route on Wednesday morning. “Since 2016, we have added 18 direct links departing from Montreal to five continents.” The route will be served by a new Boeing 787 Dreamliner — a plane that carries a price tag of almost $200 million, Rovinescu said. “For us, this is a very important investment,” he said. The route won’t just be aimed at Montrealers. Rovinescu said the airline will be scheduling connecting flights to Quebec City, Ottawa, Halifax, Charlottetown, Boston, Philadelphia and Orlando to encourage travellers from those cities to fly through Montreal to Japan. “We certainly could not expect to make a business case for a $200-million investment based only on traffic that emanates from the Montreal community, so therefore we have to, by definition, count on traffic coming from the northeastern United States, coming from Eastern Canada,” Rovinescu said. It’s part of a larger plan by Air Canada to grow its business through what’s called “sixth freedom flying” — bringing passengers from the U.S. through a hub in Canada on their way to their final destination in a third country. It’s a strategy the airline is also pursuing with its other Canadian hubs, Toronto and Vancouver. “The competition has started to be the competition between hub airports, so if the experience in the Montreal airport is a better one than it is elsewhere, that will give us more of a tool, of an advantage, to be able to attract that type of sixth freedom connecting traffic, primarily from the United States,” he said. The announcement comes as the number of international flights departing from Montreal is increasing. In 2004, there were direct flights between Montreal and 30 international destinations, said Philippe Rainville, the president and CEO of Aéroports de Montréal. This year, that has grown to 85. “The addition of Tokyo on top of Tel Aviv, Algiers and Shanghai certainly reinforces Montreal-Trudeau’s status as an international hub,” Rainville said. Passenger traffic is also increasing. “We’ve had great success in Montreal,” Rainville said. Traditionally, the airport authority forecasts passenger growth of gross domestic product growth plus one per cent — that would have given the airport a passenger growth rate of just over two per cent in 2016, he said. Instead, passenger traffic grew by seven per cent last year and is on track to grow by almost eight per cent this year, Rainville said. That growth may require further expansions to the Trudeau Airport, where a 65,620-square-foot expansion to the international wing opened in 2016. The airport has two runways and could support significantly more flights, Rainville said. “We’re not at capacity runway-wise, so what we would need to do is add some terminal capacity to be able to accommodate the number of flights,” he said. “Over the next 12 months, after talking to my partners and obviously the community, we will come up with some more details on our expansion plans.”