Mtlarch

Membre
  • Compteur de contenus

    38
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1

Mtlarch a gagné pour la dernière fois le 24 juillet

Mtlarch a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

37 Excellent

À propos de Mtlarch

  • Rang
    Junior Member

Personal Information

  • Biography
    Intéressez par l'architecture moderne au cours de mes voyages mais également par ce qui se passe au centre-ville de Montreal. Je n'ai pas de formation quelconque en architecture ou urbanisme, cependant j'apprécie beaucoup la recherche des formes et l'agencement général de l'environnement urbain dans lequel je vis. Sans être un sportif, j'apprécie la proximité du canal Lachine pour le velo. Je me suis établi dans mon quartier avant la construction du Centre Bell alors que tout le monde doutais de mon choix qui était trop peu pratique à leurs yeux. Train de banlieue ou accès routier facile, proximité des commerces et à 15 min de marche de la Montagne, sont les éléments qui m'ont décidé. Depuis, j'ai toujours cru au centre-ville et je désire ardemment voir des constructions en hauteur se profiler un peu partout. La place Ville-Marie aurait dû être le seul édifice à pouvoir dépasser le Mont-Royal afin que son phare puisse rayonner et être aperçu de partout. Ce rêve ne se réalisera jamais malheureusement! J'ai une voiture usager dont je me sers peu puisque je marche partout en ville.
  • Location
    Rue Victor-Hugo
  • Intérêts
    Natation, cyclisme et marche
  • Occupation
    Ingénieur
  1. Métro - Ligne Rose

    Le brusque changement de direction proposé près de la place des Arts est incompatible avec l’utilisation d’un tunnelier qui nécessite un grand rayon de courbure pour effectuer un virage. L’efficacite d’un tunnelier est nettement meilleure en ligne droite et cela est d’autant plus vrai que le tunnel à creuser est gros. Bref, beaucoup de complications techniques à prévoir si on persiste avec un changement de direction radical..
  2. Métro - Ligne Rose

    C’est intéressant ce que vous proposez car cela a pour objectif de simplifier les déplacements des gens un peu partout au quotidien avec un effet à court terme et sans tomber dans les projets ´pharaoniques’. L’ouverture de la section Ouest du quai du métro Lucien-l’Allier est un bel exemple. Modification de l’entree a peu de frais qui pourrait se faire immédiatement et donner un meilleur accès au métro aux gens du quartier. Dans toutes vos propositions, le thème centrale est bien celui de favoriser l’accessibilité à des lieux déjà existants mais en partie mal conçus ou mal exploités.
  3. Métro - Ligne Rose

    Non, pas exactement. Bien que la roche soit moyennement compétente, elle demeure sédimentaire avec des couches litées à l’horizontale. C’est cet aspect qui peut rendre le soutènement plus difficile et ralentir la progression. Plus un tunnel est gros, plus cet aspect prends de l’importance. En regardant une coupe de tunnel typique à Montréal, sa forme est rectangulaire avec un arche au toit et fait 7,1m de largeur. Pour faire un tunnel circulaire dans lequel les rames de métro peuvent circuler côte à côte, il faudra prévoir possiblement un tunnel plus gros. Le dernier tunnel que j’ai visité faisait 15m de diamètre avec un taux de progression de 5m/jr et beaucoup de problèmes mécanique sur un tunnelier faisant 300m de longueur. Les taux de progression affichés ont toujours pour but de démontrer le succès de la technique employée alors que la nature dicte souvent à l’humain les limites qu’ils ne peut dépasser. Bref, j’ai tendance à être plus conservateur, question de prudence, lorsqu’on avance ces chiffres.
  4. Métro - Ligne Rose

    Peu importe, la ligne projetée, le fait de mentionner un taux d’avancemen de 60m/jour est totalement irréaliste en utilisant un tunnelier. Le taux réel sera plutôt autour de 10m/jr et si Ça va bien, peut être 15m/jr. Plus un tunnel est gros, moins le tunnelier est efficace car la tête rotative est trop éloignée des équipements de support de terrain placée plusieurs mètres à l’arriere. Sans support immédiat, le terrain a tendance à s’effriter juste à l’arriere de la tête rotative obligeant l’intervention humaine pour dégager les débris et faire le support manuellement. Une opération toujours délicate dans des conditions parfois difficiles. Il y a eu des cas d’effondrement de tunnel causant la perte de l’equipement et modification de parcours. Extrêmement couteux a tout point de vue. Valérie s’est fait conseiller par quelqu’un qui regardait trop les ´Sentinelles de l’Air’ dans son enfance... Ca va couter 3 fois plus chère que mentionner et au moins 2-4 fois plus longtemps étant donné le peu d’expertise en ce domaine à Montréal. Pour ma part, j’aimais bien le projet de la ligne du savoir en bonifiant un prolongement vers le Nord et vers le CV sous le Mont Royal. Comme on a le REM déjà planifié jusqu’a Dorval, j’essaiera d’y développer un ´hub’ au-delà de l’aéroport pour offrir une option de transport aux gens de Lachine et cette partie Sud Ouest de l’autoroute 20. Ce ne serait pas la fréquence d’un métro par contre...
  5. Maison Olympique -500, boul. René-Lévesque Ouest

    Est-ce qu’on va se débarrasser un jour de cette horrible sculpture et des ridicules anneaux olympiques qui ressemblent à un panneau publicitaire en carton au niveau de la rue? Dans le palmarès des horreurs architecturales à Montréal, cet édifice occupé déjà une place de choix. Pourquoi l’enlaidir encore plus avec une sculpture ´kitsch’ à souhait?
  6. QUAD Windsor: projet global

    Il doit bien y avoir une logique à cette décision. J’ai toujours cru que le.cout d’une tour était influencée par le cout de sa fondation. Une tour de 30 etages devrait revenir moins chère à bâtir que 2 édifices de 15 étages avec des fondations différentes pour chacune d’elles?
  7. YUL - 38, 38 étages

    Les pieux ont déjà commencé à être planter autour de l’emplacement de la 2ieme tour. C’est tant mieux car cela comblera le vide visuel entre le YUL actuel et le. Hodilay Inn,
  8. CHUM - 17, 20 étages

    Le CHUM demeure un ensemble architectural plus ou moins réussi selon le côté que l'on regarde. A partir du coin Sud-Est de St=Denis et St-Antoine, on voit une certaine diversité dans les formes et teintes grâce au centre de recherche en autres. C''est bien surtout lorsque les teintes varient un peu le soir venant ou en début de journée. Sur une note un peu plus humoristique, faisons le tour de l'ensemble! En sortant de l'autoroute Ville-Marie, on prends maintenant la sortie qui devrait s'appeler: 'Sortie du Mur de Tôle Ondulé' en raison du Centre de Recherche à droite au look plutôt fade. En arrivant à l'intersection de Viger la portion de rue entre les 2 bâtiments au Nord et au Sud de la rue, devrait se nommer: 'Rue du Canyon des Hauts Hurlants' en raison des forts vents glaciaux qui s'y engouffrent et rebutent tout piéton normalement constitué s'y engageant par mégarde. Bon, on continue sur Sanguinet qui s'appelle maintenant: 'Rue du Mur des Lamentations'. On ne sait pas trop si c'est en raison de l'entrée des urgences faisant une encoche anachronique dans ce mur parfaitement vertical et de couleur bien sombre ou bien en raison des patients qui se cognent le nez tout au long de celui-ci avant de trouver la dite entrée. Maintenant on vire à droite sur RL qui s' appelle dorénavant: 'Rue du Clochard Ambulant' ( et c'est moins drôle mais malheureusement réaliste jusqu'à un certain point) principalement par la clientèle type qui la fréquente et qui se demande bien ou est l'entrée de l'hôpital en longeant le nouveau centre administratif qui y sera construit. Ouf! On arrive enfin sur St-Denis et on vire à nouveau à droite. Cette portion de rue, s'appelle dorénavant: 'Rue de l'Esplanade de l'Espoir' car si on peut y bâtir l'amphithéâtre, cela permettrait d'améliorer l'ensemble très régulier des formes des bâtiments principaux. On repasse devant la Rue du Canyon des Hauts Hurlents et en abouti sur la 'rue de la Face Cachée'. Probablement, la plus belle portion à date de l'ensemble du CHUM puisque séparé par un peu de verdure , une sculpture et finalement une entrée qui fait plus officielle que celle de l'hôpital lui-même. On fini le tour en traversant St-Antoine. Cette portion du rue ou abouti également la sortie 'sud' de l'autoroute Ville-Marie. Cette sortie s'appelle désormais 'sortie du Casse-Cou' en raison des véhicules sortant à pleine vitesse et des piétons qui ne traversent pas nécessairement au bon endroit. Cela dit, le côté 'Est' du CHUM est indéniablement mieux réussi que sa portion 'Ouest'. Il reste à espérer que dans 30 ans, lorsque la garantie du manufacturier sera échue, la couleur de la tôle utilisée un peu partout ne deviendra pas semblable à celle de la tour Telus... Je demeure cependant persuader que cet hôpital va pleinement contribué au bien-être de ses clients par la qualité des soins qui y seront promulgués et que les chambres y sont aussi plus lumineuses que l'impression qui se dégage des murs extérieurs.
  9. Par les études dont vous faites part! Si on prends 2 populations en des lieux différents (ex.; Outremont vs Sud_Ouest) et qu'on élimine des cas étudiés: la cigarette, les mauvaises habitudes alimentaires, la sédentarité, les drogues sous toutes ses formes y compris celles prescrites, peut-on réellement distingué la différence que les terrains contaminés ont sur les dites populations? Est-ce que le degré de pollution à Montréal est tel qu'on pourrait faire cette distinction à 95% de certitudes 19/20 par exemple? Vous n'êtes pas sans savoir que toute étude se bâtie à l'aide de paramètres de base (hypothèses) qui automatiquement en limite la portée et leur interprétation. Vous vivez à Pékin et vous souffrez de problèmes respiratoires, je crois en effet que qu'il y a une probabilité élevée que cela puisse vous affecté. Même chose pour les travailleurs du vêtement au Bangladesh exposées à main nue à une multitude de produits toxiques ou si vous vivez dans un dépotoir à Manille. Toutes les études démontrent clairement la relation cause-effet dans des conditions précises. 1- Le point que je soulève ici est très pertinent; Quel est le seuil de tolérance pour déclarer qu'un terrain contaminé va affecter la 'santé' d'une population de façon significative? Il faudrait définir en premier lieu, qu'est-ce que la 'santé' d'une population. 2- L'autre point est celui du contrôle de la dite situation problématique. Est-ce qu'une dalle de béton est suffisante ou non pour isoler un ensemble résidentielle de terrain contaminé sous-jacent ou doit-on 'décontaminer' et à quelle profondeur? Si on décontamine à cette profondeur, il reste peut être des résidus encore plus toxique malgré la décontamination. La dalle de béton est au final, peut-être la meilleure solution? Le canal Lachine est fortement contaminé avec des métaux lourds depuis belle lurette mais on laisse tout le monde s'y promener le long de ses berges et on y permet la navigation. En principe, la couche d'eau nous protège des métaux lourds contenus dans les sédiments. Ça ressemble beaucoup au principe de la dalle... (Pour revenir sur votre dernier commentaires au sujet des émanations de métaux lourd: Par définition, le métal lourd, ca ne s'évapore pas: ça se dilue et ça se transporte dans les eaux souterraines pour contaminer la nappe phréatique environnante) Comme je ne vis que 2 semaines / mois à Montréal, j'ai tendance à relativiser les conditions de vie exécrables pour la santé qui y sévisse... mais il est vrai que certaines rues ressemblent à un bombardement et cela, j'en suis sûr à 100% 20fois/20 :-)
  10. Effectivement! Je m’excuse d’avoir dériver un peu du sujet dans ce fil mais c’etait Intéressant d’en parler. Donc, en revenant au sujet, je trouve que l’ETS a vraiment fait un beau projet qui apporte un plus très positif sur ces anciens terrains inexploités. J’aime la transparence de l’ensemble. C’est en quelque sorte invitant. Sans avoir de parc, le passage entre les 2 bâtiments me semble bien pensé également avec assez de dégagement pour avoir quelques arbres et dans la continuité de la petite rue transversale.
  11. Je comprends votre point de vue. Il ne s'agit pas de se laver les mains de toutes responsabilités mais plutôt d'établir si l'on doit ou pas décontaminer et à partir de quel niveau on doit le faire. Il y a peut être des normes établies que le citoyen normal ne connait pas. Pour l'instant, ça me semble une bonne intention sans trop connaître les faits. Cela nous permets de se déculpabiliser en envoyant la responsabilité sur les méchants promoteurs (qu'ils soient gouvernementaux ou privés). On joue à l'autruche: on autorise des Mel's et autres cies à bâtir sur des terrains officiellement contaminés mais pour lesquels on n'a jamais entendu parler par la suite, d'aucuns cas de maladies reliés à cet état de fait. Le réaménagement de l'autoroute Bonaventure en est un autre exemple. On a remplacé du béton sur-élevé par du béton à terre. Le terrain n'était pas particulièrement propre à cet endroit à ce qui me semble. C'est un peu comme faire mention du mot 'amiante' dans une pièce fermée pour que tout le monde dans la pièce deviennent subitement malade. Il me semble y avoir beaucoup d'effet psychologique sans grand fondement scientifique réel. En ce qui concerne les gens de Sydney, sont-ils plus malades maintenant en raison d'un mince couche de verdure ou si on avait dépenser des millions pour décontaminer le même terrain? A quel degré ce terrain était contaminé au juste? C'est mon point, la réglementation a tout son sens si on a des données pour prouver la relation cause-effet. Pour l'instant, je ne voie rien de tel et je serais par contre heureux d'être un entrepreneur en décontamination pour la ville de Montréal, histoire de bien exploiter ce psychodrame collectif. Oui à la décontamination mais dans la mesure ou c'est nécessaire et non par une vague impression que cela pourrait être néfaste éventuellement dans 50 ans. Est-ce que le balancier de l'horloge est passé de l'acceptation aveugle au refus non-fondé?
  12. Est-ce quelqu’un pourrait nous citer les statistiques démontrant clairement l’incidence des terrains ´contaminés’ sur un taux anormalement élevé de cancer pour les habitants des jardins Windsor et même de tout le quartier bâti directement à l’Ouest depuis 30 ans par rapport à d’autres quartiers sur l’ile? Avant d’avancer ce genre d’affirmation, ça me prends des preuves et des études. Le concept des terrains contaminés est bien réel. Cependant, on en exagère peut être la portée réelle dans beaucoup de cas. Bref on préfère ne pas prendre de chance sur la présomption d’un doute qui nous chatouille l’esprit mais sans avoir fait de vérifications au préalable. La dalle de béton était au final une bonne solution à moins qu’on me démontre le contraire et si c’est le cas, je serai le premier à bannir cette approche. Pour l’instant, l’argumentaire me semble un peu faible et sans valeur scientifique précise provenant des autorités médicales....
  13. 628 Saint-Jacques - 35 étages

    Effectivement,, j'aime la diversité de forme qu'apporte cet édifice par rapport à ce qui se construit majoritairement un peu partout sur l'île: des formes cubiques que l'on dit épurées mais qui ne contribuent en fait qu'à essayer de sauver des coûts sur la construction. C'est trop souvent le cas, on va jouer un peu sur le style revêtement mais ça demeure des boites carrés ou rectangulaires sans vraiment de distinction l'un par rapport à l'autre. Dans ce cas-ci, la forme est différente et c'est ce qui me semblé intéressant. Le dégradé du toit donne un look new-yorkais que j'aime bien en fin de compte.
  14. Maison Manuvie - 28 étages

    Pour ma part, cet édifice demeure anodin et ne procure aucun attraits. Il remplit un trou vide. On est loin d'un design quelque peu inspirant même si le verre utilisé est semble-t-il exceptionnel. Pour essayer de donner un peu de stature à cette boîte de Kleenex, on pourrait illuminer son haut en démontant les lumières bleus qui dénaturent un bel édifice classique (Sunlife) et les mettre sur la tour Manuvie. Ainsi, le soir, on aurait l'impression que la tour Manuvie existe même si personnellement je déteste son architecture. Mais c'est mon avis et d'autres personnes ont une perception contraire.que je respecte néanmoins !
  15. QUAD Windsor: projet global

    Serait-il logique d'élargir cette portion de rue pour ensuite la réduire 150m plus loin? À Montreal on se spécialise déjà dans les goulots d'étranglement en circulation. L'échangeur de ville St-Pierre en est un exemple frappant ou bien la rue Ste-Catherine au coin de MacKay ou l'on avait 3 voies sur un bloc pour ensuite retourné à 2 voies. Finalement, on a réglé le problème en stationnant des voitures de police de travers dans la voie excédentaire. Vivement que Montreal cesse de planifier ses rues avec une vision à courte échelle. Pour la circulation, on devrait respecter un nombre uniforme de voies sans essayer constamment d'élargir sur des portions de longueurs. Dans le cas présent, j'espère que ce sera pour élargir les trottoirs et rendre le mobilier urbain un peu plus intéressant ou même planter quelques arbres supplémentaires.