Jump to content
publicité

Domaine-de-l’Estérel


daniel_88

Recommended Posts

Paru dans Le Devoir

Pourtant classé, le Domaine-de-l’Estérel est mis à terre

Jean-François Nadeau

L’un des joyaux de l’architecture moderne du Québec, le Domaine-de-l’Estérel, a été détruit vendredi. Le bâtiment principal du complexe était en principe protégé au plus haut degré par l’État québécois, mais pas ses dépendances. Tout y est finalement passé, sous l’action de deux grosses pelles mécaniques.

Même s’il était protégé par l’État, un bijou du patrimoine moderne vient d’être détruit par des pelles mécaniques à Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson.

Le maire de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson, Gilles Boucher, est catastrophé. « On avait un bâtiment d’exception, un chef-d’œuvre. On vient de le perdre. Le ministère de la Culture et des Communications nous a envoyé une autorisation de démolir. On n’avait pas de ressources ni de critères pour nous y opposer. Nous n’avions plus qu’à délivrer le permis. »

Le propriétaire souhaitait démolir la partie arrière. « C’est ça qu’ils ont fait. Et le centre culturel, la plus belle partie, est venue avec ! Là, tout tenait à un fil. Et tout s’est effondré. C’est fini. »

Il y a quelques jours, dans une lettre publiée par Le Devoir, France Vanlaethem, professeure émérite à l’École de design de l’UQAM, s’était publiquement inquiétée du projet de démolition partielle qu’avait approuvé le ministère de la Culture et des Communications. Elle retraçait du même souffle l’histoire du bâtiment.

 En entrevue, Mme Vanlaethem indique avoir communiqué ses « inquiétudes au ministère ». En guise de réponse, dit-elle, « nous avons reçu une lettre qui ne disait rien du tout ». La missive se voulait rassurante : « Le Ministère porte une attention particulière à la préservation des différentes composantes intérieures et extérieures de la partie classée qui font face à de nombreuses problématiques. »

Les autorités détaillent que leur décision « de permettre la démolition de la section arrière s’explique entre autres par le souhait de limiter l’accès au bien dans un contexte où l’état de dégradation de cette section le justifiait, et ce, sans nuire au bien classé ». Mais, au final, tout a été rasé.

Les travaux ont-ils été bien supervisés ? Le 9 mars dernier, Renée Genest, directrice générale d’Action patrimoine, et France Vanlaethem, présidente de Docomomo Québec, avaient écrit une lettre commune au chef de la direction du patrimoine du MCC, Jean-Jacques Adjizian, afin de sonner l’alarme. « Nous voudrions être rassurées que toutes les vérifications ont été faites avant d’autoriser la démolition [partielle de l’édifice]. Il ne faudrait pas que l’intervention sur la partie arrière de l’immeuble mette en péril la stabilité de l’avant », avait écrit le duo. Mmes Genest et Vanlaethem se demandaient en outre « si des études structurelles de cet édifice, qui compte parmi les premières constructions en béton, valid[ai]ent la démolition ».

Leurs observations seront restées lettre morte, jusqu’à ce que leurs craintes se matérialisent.

« Illégal », dit la ministre

Selon la ministre en titre, Nathalie Roy, le bien patrimonial a été détruit illégalement. Dans un tweet lancé vendredi après-midi, Mme Roy affirme avoir appris « que le bâtiment patrimonial classé du domaine de l’Estérel, dans les Laurentides, a été démoli illégalement, sans aucune autorisation ». Elle ajoute avoir « demandé au ministère de faire toute la lumière sur ce qu’il s’est passé » et conclut en affirmant que la loi sera appliquée.

« Je ne suis pas étonnée », souligne France Vanlaethem. « Le propriétaire du bien avait-il un intérêt particulier pour le patrimoine du Québec ? Je ne sais pas, je ne le connais pas. Le ministère de la Culture, lui, a-t-il surveillé de près les travaux ? Le ministère n’avait pas jugé bon, en tout cas, de protéger l’ensemble du bien. Et voilà : maintenant, c’est terminé. »

Au moment où ces lignes étaient écrites, le ministère de la Culture et des Communications n’avait pas répondu aux questions du Devoir.

En péril depuis des années

La situation de ce complexe de villégiature de style Art déco, érigé par le baron belge Louis Empain entre 1936 et 1937, a été maintes fois dénoncée par l’Ordre des architectes. Ce dernier s’indignait de ce que « le berceau de la modernité architecturale au Québec » se retrouve en péril malgré son classement.

Lorsqu’il achète les lieux, dans les années 1930, le baron belge n’a pas 30 ans. Riche comme Crésus, il confie à un architecte de réputation internationale le soin de dessiner un bâtiment exceptionnel au milieu des Laurentides. C’est à l’un de ses compatriotes, Antoine Courtens, un lauréat du prix de Rome, que revient le contrat. En 1938, le complexe est inauguré par une grande réception dans la salle de bal ; c’est nul autre que Benny Goodman qui dirige l’orchestre.

Le centre original comprenait un restaurant cabaret, une salle de cinéma, des bureaux, des appartements, un garage et une station-service. Des chalets y sont associés. Dans l’un d’eux, le romancier Georges Simenon écrira trois romans, dont l’un de ses plus célèbres, Trois chambres à Manhattan.

La propriété a changé de mains à plusieurs reprises avant d’être acquise par la municipalité en 1978, qui la convertit en centre communautaire et en hôtel de ville.

En 2013, un promoteur privé rachète l’ensemble pour y construire un centre récréatif et hôtelier. Une démolition partielle avait vite été projetée, et ce, même si la MRC des Pays-d’en-Haut avait inscrit ce domaine comme l’une des composantes importantes du patrimoine de son territoire dans sa politique culturelle et son schéma d’aménagement. Devant l’indignation générale, le ministère avait classé au patrimoine québécois l’immeuble qui borde le lac Masson, ainsi que des éléments particuliers de son style Art déco. L’immeuble a néanmoins été laissé dans un abandon quasi complet malgré plusieurs appels à agir.

AAXf7Dw.jpg

b547bda702ca3b30ad6f0c1eba2b1afd.jpg

  • Sad 1
Link to comment
Share on other sites

publicité

Un autre bel exemple de notre insouciance collective face au patrimoine, surtout le patrimoine plus récent. On peut bien se targuer de protéger le Vieux-Québec à coups de pastiches comme la Place Royale (qui est moins authentique que l’acteur hollywoodien moyen), mais quand vient le temps de protéger le patrimoine du 20e siècle, rares sont ceux qui s’en préoccupent. On le voit bien avec les églises, où l’on s’efforce de préserver les plus vieilles sans égard à leur réelle valeur architecturale, mais où des chefs-d’œuvre modernes disparaissent dans l’indifférence totale. 

Espérons que les propriétaires doivent reconstruire à l’identique, ça leur apprendra… J’espère qu’on n’acceptera pas de demi-mesures du genre on reconstruit du neuf avec à peine un clin d’œil à l’original et on impose une amende toute symbolique.

Il faudrait vraiment que les lois sur la préservation du patrimoine aient plus de dents, du genre tu paies pour reconstruire à l’identique en plus d’une amende de valeur équivalente au bien détruit. Tu n’as pas les moyens, parfait, la ville prend possession de ton terrain sans dédommagement. Mais non, on préfère enliser la préservation du patrimoine dans une bureaucratie crasse et inefficace. On va vous empêcher de teindre les fenêtres de votre façade d’un ton quasi-identique, et pendant ce temps-là votre voisin va laisser s’effondrer une propriété historique (je peux en témoigner, je suis sur de l’Esplanade… ça fait juste depuis 1984 que la saga avec mon voisin dure!).

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Le Vérificateur général du Québec a produit en 2020 un rapport dévastateur pour le ministère de la Culture et des Communications en matière de patrimoine. Le VGQ y faisait les constats suivants :

1. Il n’y a pas de stratégie d’intervention en matière de patrimoine
immobilier, alors qu’une telle stratégie aiderait notamment le MCC
à susciter l’adhésion collective et à résoudre des enjeux de sauvegarde
qui existent depuis des décennies.


2. Le MCC encadre peu les actions des municipalités, alors qu’elles
sont des acteurs incontournables en ce qui concerne la sauvegarde
et la valorisation du patrimoine immobilier.


3. Le MCC ne détient pas l’information qui lui permettrait de bien intervenir
sur le patrimoine immobilier québécois.


4. Le classement de biens patrimoniaux ne fait pas l’objet d’un traitement
équitable et diligent par le MCC.


5. Le MCC n’offre pas aux propriétaires d’immeubles patrimoniaux
les outils et le soutien appropriés pour leur permettre de bien orienter
leurs interventions et d’assurer la conservation de ces immeubles.


6. L’État ne fait pas preuve d’exemplarité en matière de sauvegarde
et de valorisation du patrimoine immobilier.

https://www.vgq.qc.ca/fr/publications/163

 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • 11 months later...
il y a une heure, KOOL a dit :

Lien du fil « Domaine de l'Estérel mis à à terre » ? 

Ville de Québec et le reste du Québec par Daniel_88: Le domaine de l'Estérel est mis à terre

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

publicité


×
×
  • Create New...