Jump to content
publicité

A Montréal, le coût environnemental du ramassage de la neige


mtlurb

Recommended Posts

  • Administrator

A Montréal, le coût environnemental du ramassage de la neige

il y a 8 heures•3 min

Par RTBF avec AFP

A Montréal, le coût environnemental du ramassage de la neige.

En quelques heures, les tonnes de neige vont disparaître pour permettre la circulation des voitures, des vélos et des piétons de Montréal. Une énorme logistique aux coûts environnementaux non négligeables, notamment en raison des centaines de véhicules polluants qui parcourent les rues et du sel utilisé.

Le Québec connaît justement ses températures les plus basses en 29 ans, la neige est de la partie et pas en petite quantité !

Impossible de les rater quand ils entrent en action : l’énorme souffleuse avale la neige dans un bruit assourdissant avant de l’envoyer dans l’un des énormes camions qui roulent au pas à ses côtés. En quelques minutes, la rue est dégagée. "Le défi de la neige à Montréal est colossal. Quand on met bout à bout les rues et les trottoirs, ça fait 10.000 km, c’est l’équivalent de la distance Montréal-Pékin", explique Philippe Sabourin, porte-parole de la ville de Montréal.

La neige est entreposée dans des dépôts imperméables

La vue du centre-ville de Montréal depuis un dépôt de neige dans le sud de la ville.

Alors à chaque tempête de neige, la même "chorégraphie" se répète, poursuit-il : 3000 employés et 2200 véhicules se relaient nuit et jour. Objectif : rendre les rues praticables notamment à la circulation automobile, sachant que Montréal reçoit quasiment deux mètres de neige par an.

Jusqu’à la fin des années 1990, la neige souillée par les déchets et la pollution était directement déversée dans le fleuve Saint-Laurent, avant que cela ne soit interdit. Une partie est aujourd’hui versée dans des chutes à neige reliées au système d’égouts.

Mais la majorité (75%) se retrouve entreposée dans d’immenses carrières ou dépôts imperméables qui donnent le vertige : dans le sud de l’île de Montréal, c’est une butte de neige haute de dix étages et large comme plusieurs terrains de football qui s’élève vers le ciel.

Au pied de cette immense colline, des centaines de semi-remorques, qui semblent soudain minuscules, viennent décharger leur cargaison de neige souvent plus grise que blanche tandis qu’une énorme souffleuse envoie les flocons au-dessus, à 40 mètres de haut.

Il faudra attendre la fonte pour que soient triés les déchets et les gravillons. Ensuite, direction "la station d’épuration" où la neige est traitée avant de retourner dans le fleuve.Mais un contaminant passe, cependant, à travers les mailles du filet : le sel.

Le sel jeté sur les trottoirs perturbe les écosystèmes

En quelques heures après une tempête de neige, les services de la ville de Montréal s’activent à enlever les tonnes de neige des rues et des routes.
En quelques heures après une tempête de neige, les services de la ville de Montréal s’activent à enlever les tonnes de neige des rues et des routes. © Sebastien ST-JEAN

"Cela a un impact dommageable sur l'environnement", constate Florent Barbecot, professeur en hydrogéologie à l’Université du Québec à Montréal. "On voit depuis quelques années le niveau de sel qui monte un petit peu partout." De plus, au printemps, le sel épandu sur les chaussées sèches, s’évapore.

"Il va alors se retrouver dans l’atmosphère, ce qui va jouer sur les futures précipitations."

Uniquement pour la ville de Montréal, ce sont 150.000 tonnes de sel qui sont étalées sur les routes et les trottoirs au cours de l’hiver. C’est "un matériau qui nous rend un fier service", reconnaît Philippe Sabourin, conscient toutefois du problème environnemental posé.

Mais selon lui, malgré des recherches, aucun substitut efficace n’a été trouvé. "On a essayé les résidus de café, ça sentait bon, mais ça n’a pas été un succès", rigole-t-il. "On a aussi essayé le jus de betterave mais ça tachait beaucoup les planchers, les gens n’étaient pas contents."

Le déneigement, un "mal nécessaire" ?

La neige ramassée dans les rues de Montréal est entreposée dans un immense dépôt dans le sud de la ville.
La neige ramassée dans les rues de Montréal est entreposée dans un immense dépôt dans le sud de la ville. © Sebastien ST-JEAN

Selon Florent Barbecot, faire attention aux quantités de sel utilisées signifierait changer "la façon que l’on a de vivre" dont moins utiliser la voiture. "Mais ça, c’est un choix de société", finit-il par dire.

Mais dans les rues, employés comme habitants ne semblent pas encore prêts à ce changement. Au volant de sa souffleuse, Charles Drolet, qui se dit fier "d’offrir ce service aux citoyens", note que les habitants aimeraient surtout les voir passer plus souvent.

Malgré les impacts néfastes sur l’environnement, pour Francine Lalonde, qui habite un quartier central de Montréal, le déneigement est en effet "essentiel" : "C’est un mal nécessaire !".

https://www.rtbf.be/article/a-montreal-le-cout-environnemental-du-ramassage-de-la-neige-11146375

 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

publicité

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

publicité


  • Les dernières mise à jour

    1. 487

      Hydro-Québec : actualités

    2. 86

      Côneries montréalaises ​​

×
×
  • Create New...