Jump to content

Laval fait le ménage dans ses noms de rues


Recommended Posts

https://www.lapresse.ca/actualites/grand-montreal/202002/01/01-5259254-laval-fait-le-menage-dans-ses-noms-de-rue.php?fbclid=IwAR0-W09LQJJPADQvvrXJtVRD1NU6GOCv1GZESjzriWvtDWRWvlYSTOq2Clo

 

« On ne se le cachera pas, c’était gênant de dire qu’on vivait à Laval il y a quelques années. On veut faire rayonner Laval, redonner un sentiment d’appartenance à nos citoyens », affirme l’élu responsable du dossier, Yannick Langlois.

Publié le 02 février 2020 à 0h00

 

 

 

SARA CHAMPAGNE
LA PRESSE

Devant le nombre élevé de demandes provenant des citoyens, l’administration municipale a adopté une Politique de dénomination toponymique en 2018. Puis, l’an dernier, la Ville a franchi une autre étape en mettant sur pied un comité de toponymie composé d’un élu et de quatre citoyens, un homme et trois femmes.

À l’heure actuelle, une quinzaine de demandes sont à l’étude au comité de toponymie. Mais la Ville s’attend à recevoir davantage de nouvelles de demandes avec la mise sur pied du comité.

Depuis peu, la ville de 425 000 habitants a renommé le parc des Prairies « parc Bernard-Landry », en l’honneur du premier ministre élu sur le territoire de Laval-des-Rapides. Et ce n’est qu’un début, assure l’équipe du maire Marc Demers.

Yannick Langlois explique qu’un recensement a révélé que seulement 2,3 % des noms de rue à Laval étaient associés à des femmes sur le territoire.

Place aux nouveaux arrivants

Le conseil municipal en est venu à pondre une politique toponymique basée sur quatre critères : l’appartenance, la représentativité des femmes, celle des communautés culturelles et l’histoire nationale, explique-t-il.

Le comité élabore une banque de noms propres, entre autres pour représenter des femmes. Un nouveau parc a été nommé « Rosa-Bonheur », à la mi-août, en hommage à la peintre française du XIXe siècle, féministe de la première heure. 

« On va être prudents, on ne veut pas que les changements incommodent les citoyens. L’un de nos critères stipule que ça ne doit pas porter à la controverse. C’est donc clair qu’il n’y aura pas de rue Gilles-Vaillancourt », affirme Yannick Langlois.

À la Ville de Laval, on estime que 12 nouveaux Lavallois s’installent sur le territoire chaque jour. Souvent de nouveaux arrivants. Pour souligner l’apport de la communauté maghrébine, une allée a récemment été nommée « Kabylie. »

« On veut que les gens soient de plus en plus fiers. Nous sommes la deuxième terre d’accueil au Québec après Montréal », ajoute l’élu.

 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...