Jump to content

ProposMontréal
 Share

Recommended Posts

Source: CNW

 

Montréal crée le Bureau du Plan pour proposer à la population une vision nouvelle du devenir de Montréal et élaborer un nouveau Plan d'urbanisme

MONTRÉAL, le 5 juill. /CNW Telbec/ - Le responsable de la mise en valeur et du plan d'urbanisme au comité exécutif de la Ville de Montréal, M. Richard Bergeron, est heureux d'annoncer la création du Bureau du Plan, une unité temporaire qui sera mise en place, à la Direction générale, afin de réaliser le nouveau le Plan d'urbanisme, qui sera assorti d'un document qui proposera une vision du devenir de Montréal. Cette vision du développement du territoire et la nouvelle version du Plan d'urbanisme de Montréal constitueront ensemble le Plan de développement urbain de Montréal. Rappelons que le Plan d'urbanisme a été adopté et est entré en vigueur en 2004, une révision de celui-ci s'impose donc, d'autant plus que la Loi sur l'aménagement et l'urbanisme le prévoit.

 

"La confection et la mise à niveau de ces outils de planification offrent à l'Administration municipale l'occasion d'actualiser les grandes orientations en matière d'aménagement et de développement du territoire montréalais et ce, à la lumière des défis auxquels Montréal est confrontée comme toutes les grandes villes du monde" a déclaré Richard Bergeron.

 

Au-delà de cette révision, le Bureau du Plan a le mandat de doter l'Administration d'un véritable outil de développement urbain, d'un plan qui tienne compte de l'ensemble des préoccupations de celle-ci pour imaginer le Montréal de demain et améliorer le cadre de vie d'une métropole du XXIe siècle.

 

En fait, l'élaboration du Plan prendra appui simultanément sur les éléments porteurs des différents plans et politiques de Montréal actuellement en vigueur tels que l'actuel Plan d'urbanisme, le Plan de développement durable, le Plan de transport, la Politique de développement culturel de Montréal, la Politique du patrimoine, le Plan de protection et de mise en valeur du Mont-Royal, la Stratégie d'inclusion des logements abordables. Le Plan de développement urbain devra également prendre en considération les outils en développement dont le Plan régional de lutte à la pauvreté et à l'exclusion sociale ainsi que la Stratégie de verdissement. Il se fera aussi porteur des préoccupations de l'Administration en matière de rétention et d'attraction des familles sur le territoire montréalais, d'art public et de protection de la biodiversité.

 

De plus, le Bureau s'assurera d'inscrire la démarche d'élaboration du Plan de développement urbain dans une approche concertée, axée sur le partenariat et la mobilisation, au sein de laquelle les autres unités corporatives de la Ville et les arrondissements trouveront une place prépondérante.

 

La tenue de consultations publiques sera par ailleurs essentielle à la mobilisation tout au long de la démarche d'élaboration.

 

"Nous voulons établir un dialogue avec la population et avec les experts d'ici et d'ailleurs. Nous souhaitons nous inspirer des villes qui ont les démarches les plus exemplaires en matière d'urbanisme à travers le monde. Nous désirons entendre, nous inspirer des experts montréalais ainsi qu'associer de très près les citoyens, et plus particulièrement les jeunes, à l'élaboration de ce nouveau Plan. Nous souhaitons qu'ils s'associent à nous pour rêver leur ville de demain" a également indiqué M. Bergeron.

 

Le Plan de développement urbain sera élaboré en cinq étapes. L'adoption de la vision du développement du territoire par le conseil d'agglomération et celle de la nouvelle version du Plan d'urbanisme par le conseil de la Ville de Montréal sont prévues à l'été 2013.

Link to comment
Share on other sites

Source: CNW

En fait, l'élaboration du Plan prendra appui simultanément sur les éléments porteurs des différents plans et politiques de Montréal actuellement en vigueur tels que l'actuel Plan d'urbanisme, le Plan de développement durable, le Plan de transport, la Politique de développement culturel de Montréal, la Politique du patrimoine, le Plan de protection et de mise en valeur du Mont-Royal, la Stratégie d'inclusion des logements abordables. Le Plan de développement urbain devra également prendre en considération les outils en développement dont le Plan régional de lutte à la pauvreté et à l'exclusion sociale ainsi que la Stratégie de verdissement. Il se fera aussi porteur des préoccupations de l'Administration en matière de rétention et d'attraction des familles sur le territoire montréalais, d'art public et de protection de la biodiversité.

 

 

HAHAHAHA n'importe quoi sauf la création de richesse et le dynamisme de l'économie... wow camarade Richard Bergeron!

Link to comment
Share on other sites

Qui serait prêt à rédiger un joli petit texte en faveur d'une augmentation des limites de hauteurs sur certains terrains stratégiques en ville?!?!?!?

 

Probablement personne ici, car on a tous une job, ou encore une famille à s'occuper ou des examens à préparer.

 

Parfois j'aurais le goût de devenir un bohème du Plateau, de partir en croisade contre les automobiles, de militer pour la piétonnisation de Montréal, de transformer la 720 en piste cyclable et le pont Champlain en trottoir de pavés, d'installer des dos d'âne à chaque 10 mètres sur St-Denis, Christophe-Colomb et St-Urbain.

 

Ce serait l'fun pour une fois d'être dans la gang qui jappe haut et fort :rolleyes: et non dans la gang qui se fait manger la laine sur le dos jour après jour.

 

Gens du Plateau, je sais que vous n'êtes pas tous en jihad contre les automobiles. Certains d'entre vous sont plus illuminés que vos confrères et réalisés que de s'attaquer à une voiture, ce n'est que prendre un bouc émissaire, un symbole, et le détruire du mieux possible. Comme Hitler à fait avec les juifs. Il en a fait le symbole de la misère et de la crise économique d'Europe.

 

L'automobile est devenu le symbole de tout les maux à Montréal et c'est pour ça qu'il faut les exterminer ! Tous ! Pas d'exception. Au lieu de promouvoir l'utilisation de technologies vertes, d'encourager le développement de source d'énergie alternatives, non polluantes et silencieuses, on s'attaque au char, c'est bien plus facile et rapide, pourtant c'est tellement stupide et inutile. Que dirons les nazis anti voiture le jour où ces mêmes véhicules fonctionneront aussi bien qu'aujourd'hui, mais avec l'énergie solaire et avec des moteurs ultra silencieux. Peut-être auront-ils alors trouvés un autre bouc émissaire pour tout les maux du monde et finalement, les automobilistes auront un brin de considération dans cette ville.

 

Mais ce n'est même pas le sujet de ce fil désolé. Je réagissais à l'autre fil sur le réaménagement des rues dans le Plateau (mais c'est aussi une accumulation de Turcot en rond-point)

 

Pour le plan d'urbanisme, comme toi Malek, je déplore fortement que la ville ne songe même pas au développement économique.

 

Toxik, si tu lis ce fil, je crois de plus en plus que tu as raison avec l'idée de l'industrie de la pauvreté. Ces gens là se sont emparés de Montréal et ils contrôlent tout maintenant. De développer l'économie, de créer des emplois, d'avoir un centre des affaires en santé pour faire vivre des avocats, des comptables mais aussi des firmes d'ingénieurs et autre organismes financiers, des grosses job qui paient pleins d'impôts et de taxes sur leur condos qui vaut dans les 500 000$+, ces mêmes taxes qui nous permettent de faire des travaux comme le quartier des spectacles ou encore de financier les festivals, ça, on n'en veut pas.

 

Mais où s'en va cette ville ? Oui pour la culture, oui pour lutter contre la pauvreté (et non pour) mais on devrait peut-être doser égal aussi et se préoccuper de créer de la richesse pour s'enrichir collectivement par la suite.

Edited by monctezuma
Link to comment
Share on other sites

J'ai un peu de mal à voir le lien entre "l'industrie de la pauvreté" et le plan d'urbanisme de la ville. D'accord, il y a une politique pour le logement social. Mais elle n'est nullement responsable de cette pauvreté. Les logements sociaux répondent à un besoin bien malheureux. Oui, bien entendu, des actions sont à prendre contre la pauvreté, et il faut encourager les gens à faire les efforts pour s'enrichir, mais ce n'est pas en réduisant les logements sociaux que nous arrivons à nous enrichir. Au plus, cela favoriserait les logements miteux, les taudis et les sans-abris. Ou bien tous ces "pauvres" iraient s'installer dans les endroits les moins cher de la périphérie. Cette bataille doit se livrer à un autre niveau de gouvernement. Éliminons la source du problème, et la politique des logements sociaux deviendra obsolète. Nous n'en sommes pas là aujourd'hui.

 

Ou bien alors la pauvreté et les "hippies" sont les seuls responsables des mesures d'apaisement de la circulation? Je crois plutôt que c'est le contraire! J'ai plutôt l'impression qu'il s'agit avant tout d'une conséquence directe de la gentrification, une conséquence de la concentration toujours plus importante des ménages fortunés que tout le monde souhaite voir s'installer à Montréal. Je crois que personne ici ne va nier ce phénomène. Il a été parfaitement documenté lors des derniers recensements, et les prix de l'immobilier ne font que renforcer cette tendance. Il faut être très aisé pour s'acheter une propriété dans le très "bohème" et "hippie" Plateau Mont-Royal. Ces gens fortunés vont-ils tolérer une qualité de vie diminuée par la circulation de transit? Ou même pour la "vitalité économique des commerçants"? Bien sûr que non :silly:. Ce seront les premiers à faire des pressions politiques pour augmenter leur qualité de vie, leur bien-être et la valeur de leur maison. Vous vous promenez souvent à Westmount (ou tout autre quartier du même genre)? Les mesures d'apaisement de la circulation existent depuis bien longtemps, et d'une manière beaucoup plus extrême que sur le Plateau! Les bosses de vitesse, les rues réduites par les bacs de fleur, la signalisation contraignantes, et même les limites de vitesse extrêmement basses (qu'on a jamais vu à Montréal avant tout récemment), tout cela existe depuis bien longtemps dans ces communautés bien cossues! Pourtant, est-ce que ce sont des hippies? Des pauvres? Non, tout simplement des gens qui ont les moyens d'influencer les décisions de la ville en faveur de leur qualité de vie. Regardez aussi la saga de l'accès au nouvel hôpital universitaire...

Et franchement je doute vraiment que la plupart de la classe aisée du Québec rêve de vivre dans des tours de condos de luxe à côté de la Place Ville-Marie.

 

Qu'est-ce que des mesures d'urbanismes pour favoriser le développement économique? Augmenter la fluidité automobile de transit pour le centre-ville? Le centre-ville n'est qu'un seul des quartiers de Montréal, et franchement pas le plus populeux. La ville voudrait vraiment se passer d'attirer les gens dont je parle au deuxième paragraphes, des gens qui, dans le fond, n'ont pratiquement que des avantages à voir leurs quartiers prendre de la valeur et devenir un milieu exclusif, chic et plus sécuritaire (quelques critères que plusieurs ici sont allés chercher en banlieue)? Tout ça dans l'espoir de voir quelques hautement hypothétiques compagnies choisirent le centre-ville grâce à nouvelle fluidité? Je ne vois aucun avantage fiscal pour la ville ici. Il n'y aurait plus que les logements sociaux pour remplir les quartiers centraux, fini les gens capables de mettre un demi-million pour se payer une propriété :silly: .

 

Bon le ton de mon message est un peu exagéré, et je ne suis pas un super expert en urbanisme, mais je suis pas trop mal pour analyser la nature humaine, et je sais observer. Je vois les quartiers (ou villes défusionnées :silly: ) les plus chers de Montréal, et je vois dans ces endroits ce que Montréal tente d'obtenir dans les quartiers centraux. Je vois des gens de plus en plus aisés s'installer dans des propriétés de plus en plus chers. Je vois dans ces quartiers autant la caricature du hippie sans voiture que l'élite de notre télévision, de nos journaux... Je vois ma propre famille qui n'aurait jamais mis un montant aussi élevé dans une maison dans un secteur "de transit" vers le centre-ville, pas avec des enfants et pas avec un certain standard de vie.

 

Et franchement, même si la région métropolitaine peut se retrouver affaiblie par cette vision, je vois très bien la ville de Montréal en sortir gagnante. Du moins, je ne la vois pas, en ce moment, se diriger vers le gouffre, contrairement à ce que pourrait en dire les banlieusards exaspérés de ne plus être les bienvenus. Ces mêmes banlieusards qui deviennent, avec les années, moins bien nantis face aux "pauvres hippies" capables de se payer un cottage rénové par un architecte à la mode sur le Plateau pour plus d'un demi-million.

Link to comment
Share on other sites

je suis du plateau et je suis aussi un fervent defenseur des transports collectifs .. et pourtant, je n'aime pas du tout les recentes mesures entreprises par le parti qui represente mon arrondissement, ou certaines idees que son chef tente de vendre a tout prix a l'hotel de ville.

 

le probleme est bien simple: projet montreal et les autres groupes que l'on pourrait qualifier "anti voiture" ne semble y aller que de mesures coercitives; encourager le transport collectif ne passe pas simplement par le decouragement de l'automobile, mais aussi par une bonne planification du zonage, la mise en place de services adequats a la demande et la favorisation d'une densite minimale autour des axes de transports en commun.

 

si l'arrondissement du plateau - de l'est de st-denis jusqu'a milton park, en passant par le mile end et le quartier latin - est tres bien configurer pour pouvoir y vivre sans automobile, il n'en va pas de meme pour la majorite du reste de la ville de montreal. la plus grande dichotomie du discours actuel semble etre celui qui semble vouloir restraindre le developement urbain tout en essayant de decourager l'usage automobile au suppose profit du transport en commun - alors qu'il est clair que la densite est le meilleur remede a l'utilisation de la voiture!

 

j'ai rien contre le fait de mettre des speed bump dans la rue ou peinture des stationnements de parc en vert, en autant que vous laissiez en contre partie la ville compenser ces pertes en se batissant d'une maniere consequente a l'utilisation des tranports collectifs !...

Edited by pedepy
Link to comment
Share on other sites

D'un coté, je pense qu'on peux comprendre les détracteur de l'automobile. L'auto a presque tout eu depuis 15 ans comme contrat d'envergure. A part le métro de Laval, qui à mon avis aurais déjà du faire une loop avec côte vertu. (il était déjà a pleine capacité à son ouverture, signe que cela fait longtemps que les gens attendait cela, et que les gens sont prêt a utiliser le transport en commun s'il y a une offre décente)

 

Si la ville aurais améliorer son offre de transport en commun, le débat serait beaucoup moins présent. C'est vraiment loin d'être tout le monde qui aime aller au centre ville en auto. La plupart des gens préfère y aller en transport en commun si le délai pour s'y rendre est acceptable.

 

Je persiste à croire que le Métro, bien que cela coute énormément cher, est très rentable. Regarder les zones qui ont beaucoup d'activité et qui sont prospère, elle sont tous a coté d'une ligne de métro. Certaines zones sont encore couci-coussa, mais elle sont encore en train de s'améliorer. (ex Hochelaga Maisoneuve d'améliore beaucoup et des place comme la promenade Ontario sont très bien. Il est difficile de changer la mentalité des gens, mais il va arrivé un point ou la valeur des terrain et des batiment va exploser comme sur le plateau quand la mode sera lancé.

 

D'ailleurs, il n'y aurais pas de plateau si le métro ne passait pas par la. C'est aussi simple que cela.

 

Je pense que le prochain projet d'envirgure à Montréal, outre le remplacement des égouts, (chose de colossale mais qu'on parle peu vu que tout le monde prend cela pour acquis) doit être le prolongement et l'amélioration du métro.

 

Donner accès au métro et à l'auto à une population qui se rend au centre ville, vous seriez surpris du % de gens qui préfèrerais le métro (pas à conduire dans le trafic, lecture, pas de stationnement, beaucoup moins cher, etc)

 

J'ai toujours eu des jobs, "On Call" donc j'ai toujours du avoir un auto et devoir aller au centre ville avec. Mais franchement, avoir vu prendre le transport en commun pour en profité pour lire des documents techniques, je n'aurais pas été travailler à l'extérieur de la ville..."

 

Je me serait acheté un beau petit condo pas trop loin d'un métro et j'aurais peux être même vendu mon auto. Parce que quand je vois dans mon budget comment je met d'argent sur mon autos, je me dit facilement que je pourrais m'en louer une pendant toute mes vacances + toutes les fois ou j'en aurais de besoin et je serais encore gagnant....

 

Mais bon, il y a aussi une petite guerre dans la bourgeoisie, il y a les inconditionnel du plateau, et il y a la bourgeoisie de banlieue (Candiac et cie)

 

Les premier fan du mode de vie urbain, les autres, fan de l'auto, des grosses maison et cie.

 

J'ai rien contre ni une ni l'autre. Mais il y en a un qui ne s'expend pas dans les terres agricoles. :D

 

Personnellement c'est le point qu'il faut travailler. On va avoir besoin de ces champs pour nous nourrire un jour ou l'autre, alors il serait bien de s'assurer qu'il en reste le moment venu. Ce n'est pas l'agriculture urbaine qui va nourrir une ville de 5 millions d'habitant à l'année...

 

Qu'on mette un frein à l'expansion des banlieues. Cela va revalorisé les terrains existant et cela permettra d'améliorer la croissance du centre ville.

 

Ou sinon, on peux faire comme tout le monde et attendre que les gens fasse 2-3 heure de char le matin pour qu'il se rendre compte que c'est vraiment avantageux de rester au centre ville.

 

il y a 10 ans lorsque j'ai quitter la région pour Montréal, la ville avait bien mauvaise réputation. Aujourd'hui, la tendance est en train de s'inversé et de plus en plus de gens pense que s'ils ont les moyens (le gros hic...) c'est faisable d'élever son enfant en ville.

 

On a buché sur la ville de Montréal pendant longtemps(à tord ou à raison) mais de plus en plus, les gens veulent rester en ville.

Link to comment
Share on other sites

davidbourque: je ne sais pas si j'irais jusqu'a dire que le plateau a ete creer par le metro; si le metro est passe par la c'est qu'il y avait deja un quartier fortement peuple a l'epoque. la gentrification relativement recente de ce secteur prends probablement racine dans une multitude de facteurs, l'acces facile au metro n'en etant qu'un parmis tant d'autres.

 

uqam+: si tu visite la section visions, tu y trouvera plusieurs autres idees des membres du forum. je ne sais pas si je suis entierement en accord avec les tiennes, mais si tu veux en discuter, part toi une thread ou continue en une autre a cet endroit! ca m'interesse tjrs d'entendre les idees des autres ! en passant, pourquoi tjrs dire que "ca n'arrivera jamais" ? .. c'est un peu defaitiste comme mentalite; si la maniere de faire et l'attitude actuelle de nos politiciens n'est pas certainement pas propice a de telles extentions, les choses peuvent changer eventuellement et alors on aura peut-etre droit au reseau que l'on merite: digne de la taille de la ville et de la forte utilisation des transports collectifs qu'elle exhibe depuis son implantation au debut du siecle dernier ! ..

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...