Jump to content

Recommended Posts

  • Administrator

Montréal veut son quartier de la finance

 

Mise en ligne 15/11/2007 04h00

 

 

20071114-223839-g.gif

Photo © Corbis

 

Géraldine Martin

Le Journal de Montréal

 

Après le «quartier des spectacles», pourquoi pas le «quartier de la finance»?

 

C’est l’idée de Jacques Girard, président-directeur général par intérim de CFI Montréal, qui songe à créer une grappe dans le secteur financier à Montréal tout comme il en existe déjà dans le secteur de l’aérospatiale, par exemple.

 

M. Girard a déjà eu deux rencontres à ce sujet avec les entreprises du secteur financier et la Ville de Montréal. Une rencontre avec la ministre des Finances, Monique Jérôme-Forget, est également dans les plans.

Selon M. Girard, Montréal dispose de tous les ingrédients pour développer une grappe dans le secteur de la finance.

 

«Ayant notamment constaté que le monde financier se développe là où il y a une réalité universitaire intéressante, pourquoi ne pas tenter de faire croître la place financière de Montréal en se donnant des mécanismes de coordination?», nous a-t-il confié.

 

Montréal possède quatre grandes écoles de gestion et universités qui accueillent chaque année près de 20 000 étudiants. «Il y a une force réelle à Montréal», assure M. Girard.

 

Toujours pertinent

 

Dans son projet, pas question toutefois de supprimer les centres financiers internationaux, ce programme qui offre des avantages fiscaux aux entreprises et aux personnes qui viennent faire de la finance internationale à Montréal. Idéalement, le programme s’inscrirait dans le cadre de la grappe.

 

«Il faut bonifier le programme, sinon il risque d’être marginalisé», soutient Frank Zampino, président du Comité exécutif de la Ville de Montréal, qui siège au conseil de CFI Montréal, l’organisme qui fait la promotion du programme fiscal.

 

Les deux hommes assurent que le programme a encore toute sa raison d’être.

 

«C’est un programme qui a donné des résultats et qui continue de donner des résultats», affirme M. Girard.

 

En plus de retenir à Montréal des spécialistes qui seraient peut-être allés à Toronto, le programme, soutient-il, est allé chercher chaque année, depuis 2005, de six à huit nouveaux CFI. Et si, dans les chiffres, ça ne se voit pas forcément, c’est qu’il y a eu des fusions et des acquisitions, dit-il.

 

√ Une grappe regroupe des entreprises d’un même secteur d’activité. L’idée est de partager certaines ressources pour être plus compétitif.

 

√ Le projet des grappes est une initiative de la Communauté métropolitaine de Montréal. Il en existe quatre actuellement, dont trois qui sont hébergées chez Montréal International.

√ Jacques Girard était président de Montréal International entre 1996 et 2003.

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 24
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

La Presse, 9 Janvier 2075

 

Après près de 64 ans d'annonces et de discutions, Jean Charest Junior 3eme du nom vient aujourd'hui inaugurer le Quartier de la Finance de Montréal. En conférence de presse il a affirmé:

 

En tant que 7eme plus grande ville du Canada, Montréal se devait d'avoir un quartier de la finance. Après le départ de Desjardins et de la Banque Nationale à Toronto, notre gouvernement a décidé d'agir POUR Montréal et le bien de ses habitants.

 

 

....

Link to comment
Share on other sites

La Presse, 9 Janvier 2075

 

Après près de 64 ans d'annonces et de discutions, Jean Charest Junior 3eme du nom vient aujourd'hui inaugurer le Quartier de la Finance de Montréal. En conférence de presse il a affirmé:

 

En tant que 7eme plus grande ville du Canada, Montréal se devait d'avoir un quartier de la finance. Après le départ de Desjardins et de la Banque Nationale à Toronto, notre gouvernement a décidé d'agir POUR Montréal et le bien de ses habitants.

 

 

....

 

Hahaha, j'adore tes projections. Beau sarcasme de la situation actuelle.

Link to comment
Share on other sites

  • Administrator

Programme des centres financiers internationaux

 

La facture des contribuables: 211 millions

 

Le programme des centres financiers internationaux a coûté 211 M$ aux contribuables québécois depuis 5 ans, selon le rapport sur les dépenses fiscales du gouvernement du Québec de 2006.

 

 

De ces 211 M$, 137 M$ concernent les avantages fiscaux octroyés aux entreprises, comme des exemptions fiscales au chapitre de l’impôt sur les profits des sociétés ou encore de la taxe sur le capital.

 

Le reste, 74 M$, représente les avantages fiscaux accordés aux employés qui travaillent dans les centres financiers internationaux.

Les chiffres montrent que les mesures Séguin de 2003 et 2004 ont nettement réduit les avantages accordés.

 

Par exemple, en 2002 seulement, les employés avaient bénéficié de remboursements d’impôts totalisant 22 M$. En 2005, ces remboursements sont tombés à 8 M$, tout comme l’an dernier. Pour mettre en perspective ces chiffres, soulignons, par exemple, que les dépenses fiscales reliées aux études comme les crédits d’impôt relatifs aux frais de scolarité étaient chiffrés à 152 M$ l’an dernier.

Link to comment
Share on other sites

La Presse, 9 Janvier 2075

 

Après près de 64 ans d'annonces et de discutions, Jean Charest Junior 3eme du nom vient aujourd'hui inaugurer le Quartier de la Finance de Montréal. En conférence de presse il a affirmé:

 

En tant que 7eme plus grande ville du Canada, Montréal se devait d'avoir un quartier de la finance. Après le départ de Desjardins et de la Banque Nationale à Toronto, notre gouvernement a décidé d'agir POUR Montréal et le bien de ses habitants.

 

 

....

 

Tu aurais dû décrire Montréal comme étant "La banlieue sud de Laval..." :D

Link to comment
Share on other sites

Intéressant, mais ça va se faire où exactement?

 

Et j'espère que ce ne sera pas un autre tentative échouée comme le Centre des Multimédia...

 

La Cité du Multimédia n'a peut être pas été le succès escompté au niveau immobilier mais ça a permi à Montréal de se développer une industrie du jeu vidéo. Montréal fait maintenant partie des leaders mondiaux du développement des jeux vidéos, une des grande industrie du XXIe siècle. Je n'appelle pas çâ un échec.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share




×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value