Recommended Posts

World poutine-eating contest to be held in Toronto. Yes, that's right. T.O.

By Andy Blatchford (CP) – 20 minutes ago

 

MONTREAL — One of Quebec's cultural symbols has been called everything from disgusting, to heart-attack inducing, to delectable.

 

But can the increasingly popular Quebecois dish known as poutine -that messy mix of french fries, sauce and cheese curds -now be considered a gooey source of Canada-wide pride?

 

When a gang of professional "eaters" from the United States and a handful of Canadian amateurs battle for the world poutine-eating championship, it won't go down in Montreal, Quebec City, or anywhere else in la belle province.

 

It will be held in, of all places, Toronto.

 

And due to provincial contest rules, Quebecers hoping to eat their way to the title won't be allowed to even take part.

 

No longer seen as just working-class grub from small-town Quebec, poutine now has fans across Canada and beyond.

 

The concoction has been integrated into haute cuisine and has secured niches under the bright lights of the Big Apple and Los Angeles.

 

"I think it shows that poutine has become a national meal," Charles-Alexandre Theoret, author of the 2007 book "Maudite poutine!" ("Damned poutine!") said of the upcoming all-you-can-eat showdown on May 22 at BMO Field in Toronto.

 

"It was once a Quebec meal, but now it's everywhere."

 

A dozen stars of Major League Eating, a circuit best known for its stomach-turning, rapid-fire hot dog eating contests, will have 10 minutes to wolf down as much poutine as they can.

 

"You must use a fork, so there's going to be certainly some skill involved," said Mike Antolini, a spokesman for the International Federation of Competitive Eating.

 

"It's going to test their capacity, but also their hand speed and technique."

 

The champ wins a modest sum of $750 and bragging rights.

 

Antolini said organizers considered poutine-serving joints in Montreal to serve the fare, but eventually chose Smoke's Poutinerie, a Toronto-based chain.

 

"I know that Montreal maybe feels like poutine is theirs, but we are going to be crowning a champion in Canada, and I think that's the most important thing because poutine certainly is Canadian first and foremost," he said.

 

Of course, that hasn't always been the case.

 

For years, the towns of Warwick and Drummondville have duelled over the true birthplace of poutine, but one thing has never been questioned: it's from Quebec.

 

Warwick claims the dish was invented by local restaurant owner Fernand LaChance in 1957, while Drummondville insists that restaurateur Jean-Paul Roy blended the first poutine in 1964.

 

To help cement its claim, Drummondville started holding an annual poutine festival in 2008.

 

Regardless of its exact origins, poutine has long had a complicated bond with Quebecers, many of whom have looked down their noses at what some have called a culinary abomination.

 

"It's a love-hate relationship, there are younger generations who feel fine with it, and almost make it a cool icon," said Theoret, whose book takes a historical look at poutine.

 

"But older generations didn't grow (up) with it and think that it's low class, low life. They're really ashamed about it."

 

For the poutine-eating contest, three Canadians will be selected through a sweepstakes to join the race.

 

In an ironic twist, Quebec laws don't allow its residents to apply.

 

"I don't argue with lawyers," said Smoke's Poutinerie owner Ryan Smolkin, who has five restaurants and one mobile kitchen in his growing poutine empire.

 

All of them are in Toronto, but he's expanding to other parts of Ontario and plans to eventually open up shops across the country and around the world.

 

The Ottawa native imports cheese curds from Quebec's Eastern Townships and tops his poutines with authentic chicken-based sauce.

 

But he said he's never tried to pretend he's a Quebecer.

 

"I know where the roots are, I know what it's all about and I'm trying to maintain that heritage for sure, and the Quebec influence," said Smolkin, who opened his first restaurant 15 months ago.

 

"I respect and want to take that heritage and culture into my brand and help spread that across the world."

 

With poutine's popularity spreading in the United States, he wanted to make sure the dish was "Canadianized" before an American restaurant tried to claim it.

 

"It's been too isolated to Quebec," he said.

 

"Nobody's just tried to take it big outside Quebec, so I'm trying to do that."

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hahahaha awesome.

 

How can you claim a Canadian if Quebec is part of it?

 

One thing whats with these contests in Canada excluding Quebec all the time?

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est avec un grand plaisir que je verrais les Canadiens s'attribuer la création de la poutine. Ce met infecte ne mérite pas qu'on s'en attribue la pérrénité. Laissons même les États-Uniens s'en prétendre : ce serait dans la logique des choses. Le reste du monde n'aurait aucune difficulté à croire que cette merde est issue du pays de la malbouffe par excellence.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Hahahaha awesome.

 

How can you claim a Canadian if Quebec is part of it?

 

One thing whats with these contests in Canada excluding Quebec all the time?

 

Because in Quebec we are so much better than everywhere else, we've passed more stringent laws on contests, and have to pay a fee the equivalent to X% of the total value of the total prize pool.

 

So instead of paying for contests to be eligible in quebec, they simply state that quebec residents can'T participate

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est avec une grande tristesse que je verrais les Canadiens s'attribuer la création de la poutine. Ce met délectable mérite entièrement qu'on s'en attribue la pérennité. Ne laissons pas les États-Uniens s'en prétendre, même si ce serait dans la logique des choses. Le reste du monde n'aurait aucune difficulté à croire que cet œuvre d'art de la gastronomie rapide est issue du pays de la fast food par excellence. ;)

Edited by JFrosty

Share this post


Link to post
Share on other sites

NOOOOOOOOO!

I will not sacrifice Poutine. We've made too many compromises already, too many retreats. They take our banks, and we fall back. They assimilate entire companies, and we fall back. Not again. The line must be drawn here! This far and no further! And I will make Toronto pay for what they've done!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Calisse que c'est honteux. Encore une fois, on se fait fourrer directement dans le cul par Toronto!

 

Yara, ta honte de la poutine est un peu mal placé! Je sais que pour certains gens de ta génération, la poutine est quelque chose qu'il faut dénigrer et rabaisser...mais ce n'est pas le cas avec les générations qui vous ont suivi. Get over it!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Calisse que c'est honteux. Encore une fois, on se fait fourrer directement dans le cul par Toronto!

 

Yara, ta honte de la poutine est un peu mal placé! Je sais que pour certains gens de ta génération, la poutine est quelque chose qu'il faut dénigrer et rabaisser...mais ce n'est pas le cas avec les générations qui vous ont suivi. Get over it!

 

Pas vraiment... c'est un québécois qui a décidé de lancer ce concours "canadien" dans la capitale du Canada. Quoi de plus logique ?

 

Je commence de plus en plus à croire que si on prend un porc québécois et on le sort du Québec, on devient millionnaire.

 

(Croisement entre le cochon rouge d'outremont et le fait que beaucoup d'artistes disent que pour connaître du succès, il faut oser sortir du Québec et chanter / jouer en anglais)

Share this post


Link to post
Share on other sites
C'est avec un grand plaisir que je verrais les Canadiens s'attribuer la création de la poutine. Ce met infecte ne mérite pas qu'on s'en attribue la pérrénité. Laissons même les États-Uniens s'en prétendre : ce serait dans la logique des choses. Le reste du monde n'aurait aucune difficulté à croire que cette merde est issue du pays de la malbouffe par excellence.

 

si tu as si honte du quebec que ca rien t'empeche de demenager en europe.

 

pour de vrai, va-t-en donc..

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Similar Content

    • By mtlurb
      Prolongement de la ligne bleue vers l'est

      Prolongement de la ligne bleue vers l'est. La mise en chantier est prévue en 2022, pour une livraison en 2026. Connexion avec le SRB Pie-IX, stationnement de 1200 places aux Galeries d'Anjou. Coût évalué à 3.9 milliards de dollars.
      Le projet en chiffres 
      5 nouvelles stations de métro accessibles, pour une longueur de tunnel de 5,8 km 2 terminus d’autobus et 1 stationnement incitatif de 1 200 places 1 tunnel piétonnier souterrain assurant le lien avec le futur SRB Pie-IX Plusieurs infrastructures opérationnelles : 6 structures auxiliaires renfermant des équipements nécessaires à l’exploitation, 1 poste de district, 1 garage de métro, 1 centre d’attachement hébergeant des véhicules d’entretien des voies et 1 centre de service pour l’entretien des infrastructures Budget estimé de 3,9 G$ Échéancier préliminaire
      Début 2019 : début de la conception des plans et devis.  Printemps 2019 : approbation du mode de réalisation, du plan budgétaire et de l’envergure du projet. Fin 2019 : début de travaux préparatoires sur certains sites. Début 2020 : démarrage des processus de changement de zonage et de consultations publiques.   2021 : dépôt du dossier d’affaires, lancement de la construction des nouvelles infrastructures. 2026 : inauguration du nouveau tronçon. Information : http://www.stm.info/fr/a-propos/grands-projets/grands-projets-metro/prolongement-ligne-bleue
      Consultations publiques : http://www.stm.info/fr/consultations/prolongement-de-la-ligne-bleue
        
       
    • By SkahHigh
      Fil de discussion sur les travaux du tunnel Mont-Royal dans le cadre du REM.

    • By ScarletCoral
      Discussion générale sur l'illumination des édifices et infrastructures de Montréal 
      En passant, Montréal n'a pas de plan lumière à l'exception du Quartier des spectacles et du Vieux-Montréal

      Voir ici un reportage au Téléjournal 18h  de Nabi-Alexandre Chartier (Ça fait toujours drôle de voir à Radio-Canada depuis ses débuts à Musique Plus!!)
       
       
    • By ScarletCoral
      Valérie Mahaut et son équipe de l'Université de Montréal ont recensé tous les anciens cours d'eau et plans d 'eau de l'île de Montréal. 
      On peut consulter les cartes ici : https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/handle/1866/16311 

      Très intéressant pour expliquer pourquoi les fondations de certains projets prennent du temps à construire.
    • By IluvMTL
      https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1136958/parc-automobile-agglomeration-voitures-vehicules?fbclid=IwAR1o1mYJdYbsfGoomVM14xorfEMiTzviEr1O11iNk3Oa5hTX4A43c05_w98
      En route vers le million de véhicules immatriculés sur l'île de Montréal
      Publié aujourd'hui à 11 h 53Mis à jour à 12 h 24 Congestion routière sur le pont Jacques-Cartier, à l'heure de pointe matinale à Montréal. Photo : Radio-Canada/Simon-Marc Charron
        L'île de Montréal comptera bientôt plus d'un million de voitures, à en croire les plus récentes statistiques de la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ).
      Un texte de Jérôme Labbé
      Les chiffres relayés lundi par le bulletin Montréal en statistiques indiquent que le parc automobile de la métropole continue de croître, et non l'inverse.
      Ainsi, l'île de Montréal comptait 968 466 véhicules immatriculés en 2017, en hausse de 1,64 % par rapport à 2016. C'est la plus forte augmentation enregistrée depuis 2004, alors que le même territoire comptait 115 000 véhicules en moins.
      Depuis 13 ans, près de 9000 véhicules s'ajoutent au parc automobile montréalais chaque année, calcule la SAAQ.
      Cette hausse provient surtout des véhicules de promenade. Car si le nombre d'automobiles décroît un peu chaque année depuis le début des années 2010, celui des camions légers – une catégorie qui englobe notamment les véhicules utilitaires sport (VUS) – a plus que doublé depuis 2004.
      En fait, il y a maintenant un camion léger pour deux automobiles à Montréal.
      Quant aux véhicules institutionnels, professionnels ou commerciaux, ils connaissent sensiblement le même phénomène – réduction des automobiles et augmentation des camions légers – avec comme résultat un nombre total relativement stable, autour de 150 000.
      À noter que le nombre de taxis, lui, a légèrement diminué au fil des ans, passant de 3489 en 2004 à 3190 l'an dernier.
      La faute à la croissance
      La SAAQ remarque que la fluctuation du prix de l'essence influence généralement le nombre de véhicules immatriculés à Montréal : plus les prix à la pompe augmentent, plus la croissance du parc automobile ralentit.
      « Par contre, après 2016, la conjoncture économique favorable à Montréal fait en sorte que même avec une hausse des prix de l'essence, peu d'impacts sont ressentis sur l'achat de véhicules », observe-t-elle.
      Et la croissance démographique n'explique pas à elle seule la croissance du parc automobile, puisque le nombre de véhicules de promenade par habitant a augmenté, passant de 0,365 à 0,392 entre 2004 et 2017.
      Enfin, la Société affirme que 5323 véhicules électriques étaient enregistrés sur l'île de Montréal en septembre dernier, alors qu'elle n'en comptait que 652 en août 2004.
      Ces nouvelles données sont publiées alors que le conseil municipal de Montréal, à l'instar de la Communauté métropolitaine, a adopté lundi une « déclaration citoyenne universelle d'urgence climatique » sur la nécessité de réduire rapidement les émissions de gaz à effet de serre.
      Avec la collaboration de Benoît Chapdelaine