Recommended Posts

Canada's unstoppable insect man

 

By Brandy Yanchyk

Montreal

 

Georges Brossard has spent the last 35 years in passionate pursuit of insects - sleeping among them and even eating the odd cricket or ant.

 

The dedicated collector spends six months a year travelling the globe collecting specimens for "insect museums" known as insectariums, which he has helped set up around the world.

 

The Montreal Insectarium, which opened 20 years ago, was Georges Brossard's idea. He donated 250,000 insects from his collection to get it started.

 

“ Sometimes it was tiny portions but other times it was big scorpions seasoned with Asian spice ”

Francois Ouellet Montreal Insectarium

 

Today it is the largest insectarium in North America and among the largest in the world, attracting more than 350,000 visitors each year.

 

Visitors come to see the live and dead bugs on display. These include mounted insect collections of more than 145,000 specimens and a live collection of over 100 species of arthropods.

 

But it is more than the collections of live and dead insects that has been attracting visitors. The annual insect tastings, where professional chefs cook up bugs for thousands of visitors to taste, are an added attraction.

 

Cheese-flavoured crickets

 

"Sometimes it was tiny portions, but other times it was big scorpions seasoned with Asian spice," says Francois Ouellet of the Montreal Botanical Garden and Insectarium.

 

"For some people it was just too much to taste bigger, larger insects. For others it was maybe an experience to face a fear, and then once it's done the fear is gone. You were not harmed and it tasted good."

 

When there are no insect exhibitions, visitors can taste bugs at the Insectarium's boutique, where they sell boxes of barbecue, salt-and-vinegar, or cheese and bacon-flavoured mealworms and crickets.

 

They also sell lollipops that contain worms. In fact, the Insectarium breeds its own mealworms and crickets for this very purpose.

“ People use the cooked insects on top of salads, instead of using bacon bits ”

Enza Cacciatore Insectarium boutique

 

"These here are especially grown at the Insectarium for us to sell," says Enza Cacciatore from the insectarium's boutique.

 

"So we try to explain to the little ones that they are not to start to pick up the bugs from off the floor and eat them because they are not the same kind of bugs."

 

Ms Cacciatore says it is mostly children and teenagers who buy insects. But she thinks more people should consider buying them because they are "very good for you, have good proteins, are zero fat and are perfect for snacking".

 

She continued: "People use the cooked insects on top of salads, instead of using bacon bits. Sure, they won't be using it every night, because it's C$4.50 (£2.90) a box. But if they have parties it's a talking starter for a good party."

 

Mr Brossard also agrees with the Insectarium that dispelling myths about insects is important. But it goes further than that for the entomologist: he believes humans can learn a lot from the way insects live their lives.

 

"Insects have found a way of life which humans have not done yet," says Mr. Brossard. "There's war this morning, there's problems all over the planet, and insects have no problems.

 

"They know how to utilise life, nature, and they render it to their successors, which is not the case for humans. We're going to leave in a state that's totally spoiled."

Hollywood butterflies

 

Mr Brossard has been teaching the world about bugs through the "Insectia" television series he presented, which was broadcast in 150 countries around the world.

 

"The Blue Butterfly" starring William Hurt from 2004 was also based on an episode from Mr Brossard's life. The film was about a young boy with terminal cancer, who asked the collector if he could help him catch a rare blue butterfly before he died.

 

"I took him to Mexico, because it's the closest place where the blue butterfly flies," says Mr Brossard.

 

"He caught his blue butterfly...Today he is 27 years old. You see, 20 years after he is still alive. People say it's a miracle."

 

Mr Brossard continues to travel the world collecting insects for his insectariums and says he "will keep going till the end".

 

Story from BBC NEWS:

http://news.bbc.co.uk/go/pr/fr/-/2/hi/americas/8596627.stm

 

Published: 2010/04/05 10:53:21 GMT

 

© BBC MMX

Share this post


Link to post
Share on other sites

when i went to culinary school, a few years ago, i actually participated in the annual event that had people eat bugs. i can't remember what it was called ... but anyway, i actually cooked the critters & everything - and ate quite a few of them.

 

i'd say of the ones we had that year, about half are truly repulsive while the rest were merely "culturally" repugnant. for instance, we had dried up larvae that tasted just like pop corn .. if you didn't stop to think they were larvae. at one point in the afternoon i actually got hungry for some. also, we had an electric grill setup for some bbq'd crickets - which it turns out are loosely related to shrimp. they even turned bright red when heated, just like shrimp, and even tasted somewhat similar. except, the bugs feed on plants, while shrimp eat mostly whatever fish shit they can suck off the ocean dirt...

 

so you see .... ..

Edited by pedepy

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Similar Content

    • By Fortier
      Discussion sur la Ligne Rose, proposée par Projet Montréal

      Discussion sur la proposition de Projet Montréal en terme d'expansion du transport en commun à Montréal.
      Entente de principe datant du 2019-06-26 pour le financement de la section ouest de la Ligne Rose, de Lachine vers le centre-ville. Les détails de cette extension ne sont pas connus.
    • By Stu
      ÉCO Quartier de la Gare

       
    • By acpnc
      Publié le 24 septembre 2018 à 00h00 | Mis à jour à 06h25
      http://www.lapresse.ca/actualites/grand-montreal/201809/23/01-5197673-trottinettes-en-libre-service-des-projets-bloques-par-quebec.php
      Trottinettes en libre-service: des projets bloqués par Québec?
      Lime, filiale du géant Google qui exploite des trottinettes électriques en libre-service dans plus d'une centaine de villes, a récemment annoncé vouloir étendre ses activités au Canada.
      ARCHIVES REUTERS
      Pierre-André Normandin
      La Presse Roulera, roulera pas? L'arrivée des trottinettes électriques en libre-service au centre-ville de Montréal risque de se faire attendre. Les règles mises en place par Québec pour encadrer leur arrivée semblent leur fermer la porte jusqu'en 2021.
      Lime, filiale du géant Google qui exploite des trottinettes électriques en libre-service dans plus d'une centaine de villes, a récemment annoncé vouloir étendre ses activités au Canada. L'entreprise, qui espère lancer ses activités au centre-ville de Montréal cet automne, risque toutefois de se buter aux règles imposées par Québec.
      Le ministère des Transports a dévoilé cet été les règles qui encadreront un projet-pilote de trois ans afin d'évaluer ce nouveau mode de transport. Celles-ci prévoient notamment que les usagers devront obligatoirement avoir au moins 18 ans et porter un casque.
      Formation obligatoire
       
      Certains critères rendent difficile l'utilisation de trottinettes électroniques en libre-service, à l'instar de BIXI. Québec impose que tous les usagers suivent «une formation appropriée à la conduite d'une trottinette électrique». Les usagers devront d'ailleurs se promener en tout temps avec une attestation pour démontrer aux policiers qu'ils ont suivi cette formation, qui doit être tant théorique que pratique.
      Responsable de gérer le projet-pilote, la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) précise que les systèmes en libre-service ne sont pas interdits, mais que ceux-ci ne cadrent pas avec les objectifs. 
      «L'objectif du projet-pilote est d'abord de recueillir de l'information en vue de mettre à jour la réglementation», affirme Sophie Roy, porte-parole de la SAAQ.
      Pour y arriver, la SAAQ dit vouloir retrouver tous les utilisateurs afin de les questionner sur leur expérience : manoeuvrabilité, sentiment de sécurité, pertinence des équipements imposés (comme le casque), utilité réelle de ce moyen de déplacement, etc.
      La SAAQ juge ainsi qu'une «expérience sporadique» n'est pas appropriée. «Une location ponctuelle à un touriste, par exemple, ne rencontre pas ces objectifs», poursuit Sophie Roy.
      Des critères sévères
      Les règles adoptées par Québec semblent également disqualifier la trottinette électrique utilisée par Lime, celle-ci ne respectant pas plusieurs critères édictés. Pour être autorisés, les véhicules doivent être dotés de roues ayant un diamètre d'un minimum de 25 cm. Celles de l'entreprise américaine font 20 cm. Les véhicules doivent être équipés de freins indépendants aux deux roues. Le bolide du géant américain mise sur un frein moteur et un sur roue. Les trottinettes doivent être munies de feux de changement de direction tant à l'avant (jaune ou blanc) qu'à l'arrière (jaune ou rouge). Le véhicule de Lime n'en a pas.
      Surprise par les critères imposés par Québec, Lime dit toujours espérer lancer son système en libre-service dans le centre-ville de Montréal cet automne. L'entreprise américaine compte répondre à l'appel de projets de la SAAQ et recevoir une réponse positive, même si sa trottinette ne respecte pas certains critères.
      Le dernier mot revient au ministre, qui peut autoriser une entreprise à mener un projet-pilote même s'il ne respecte pas tous les critères édictés cet été. Pour l'heure, aucune entreprise n'a reçu d'autorisation à mener un projet-pilote.
      Un fabricant québécois se lance
      Si l'incertitude plane sur les trottinettes électriques en libre-service à Montréal, un fabricant québécois de ce type de bolide doit annoncer sous peu comment il compte participer au projet-pilote de Québec. Plutôt que la location à court terme, la firme Concept GeeBee, de Sherbrooke, misera sur des entreprises qui fourniront des trottinettes électriques à leurs employés.
      L'entreprise avait été pressentie par des hôtels qui souhaitaient offrir des trottinettes en location à court terme à leurs clients, mais GeeBee constate que les règles de Québec ne permettent pas ce type de service pour le moment.
      «Ce n'est pas à 100% ce qu'on espérait, mais les contraintes ne sont pas insurmontables. On espère qu'après une année de projet-pilote, il y aura des adaptations», indique Sabine Le Névannau, présidente de GeeBee.
      «Ce qu'on désire, c'est démontrer que ce type de mobilité durable a sa place, que ça répond aux besoins de mobilité.»
      La trottinette de l'entreprise québécoise répond à pratiquement tous les critères imposés par Québec. Ses roues ont 43 cm de diamètre (58 cm en incluant le pneu) et sont dotées de freins indépendants à l'avant et à l'arrière. Son moteur de 500 watts lui permet de rouler jusqu'à 32 km/h. Ses 39 kg respectent aussi la limite de poids imposée par Québec. Seuls les clignotants manquent à GeeBee, mais l'entreprise dit travailler à une solution.
       
    • By mtlurb
      Prolongement de la ligne bleue vers l'est

      Prolongement de la ligne bleue vers l'est. La mise en chantier est prévue en 2022, pour une livraison en 2026. Connexion avec le SRB Pie-IX, stationnement de 1200 places aux Galeries d'Anjou. Coût évalué à 3.9 milliards de dollars.
      Le projet en chiffres 
      5 nouvelles stations de métro accessibles, pour une longueur de tunnel de 5,8 km 2 terminus d’autobus et 1 stationnement incitatif de 1 200 places 1 tunnel piétonnier souterrain assurant le lien avec le futur SRB Pie-IX Plusieurs infrastructures opérationnelles : 6 structures auxiliaires renfermant des équipements nécessaires à l’exploitation, 1 poste de district, 1 garage de métro, 1 centre d’attachement hébergeant des véhicules d’entretien des voies et 1 centre de service pour l’entretien des infrastructures Budget estimé de 3,9 G$ Échéancier préliminaire
      Début 2019 : début de la conception des plans et devis.  Printemps 2019 : approbation du mode de réalisation, du plan budgétaire et de l’envergure du projet. Fin 2019 : début de travaux préparatoires sur certains sites. Début 2020 : démarrage des processus de changement de zonage et de consultations publiques.   2021 : dépôt du dossier d’affaires, lancement de la construction des nouvelles infrastructures. 2026 : inauguration du nouveau tronçon.
    • By Miska
      Tour B3

      Projet global: