Jump to content

jesseps
 Share

Recommended Posts

Plus de quatre employés de Montréal sur dix vivent à l'extérieur de la métropole, a révélé Projet Montréal, hier. Et selon son chef Richard Bergeron, ce sont les services aux citoyens qui en souffrent.

 

Le deuxième parti d'opposition à l'hôtel de ville a recueilli des données sur les lieux de résidence des 29 000 employés de Montréal. Résultat: près de 80% des policiers et des pompiers vivent hors de Montréal. La moitié des travailleurs des services centraux habitent en banlieue. Même chose pour 45% des cols bleus.

 

Le recensement de Projet Montréal n'est pas exhaustif, puisqu'il n'a pu obtenir les lieux de résidence précis de tous les employés municipaux. Mais le parti a obtenu des données sur les policiers. Les chiffres révèlent que 12 d'entre eux vivent à St-Hyacinthe, 30 résident à St-Jérôme. Repentigny est aussi une destination populaire: 205 agents y habitent.

 

D'autres voyagent bien davantage: des employés de Montréal viennent d'aussi loin que de Saint-Paul-de-l'Île-aux-Noix, près de la frontière américaine, de Sherbrooke et même de Québec.

 

Richard Bergeron se défend de vouloir lancer la pierre aux travailleurs. Selon lui, c'est la Ville de Montréal qui est à l'origine du phénomène parce qu'elle fournit des stationnements gratuits et des voitures de service à plusieurs travailleurs.

 

Il estime qu'un employé municipal qui habite loin des citoyens qu'il dessert connaîtra beaucoup moins les problèmes locaux qu'un travailleur qui habite sur place. Et par conséquence, ce sont les Montréalais qui font les frais de l'exode des travailleurs.

 

«Le résultat de cette politique de la Ville réduit, abaisse la qualité des services aux citoyens», a dénoncé Richard Bergeron lors d'une conférence de presse.

 

(Courtesy of La Presse)

Link to comment
Share on other sites

la statistique pour les policier est impressionante, mais les autres c'est juste du bla bla.

 

45% des employes vivent en banlieue - 45% de toute la population de la region de montreal vie en banlieue, toute profession confondue !....

Link to comment
Share on other sites

la statistique pour les policier est impressionante, mais les autres c'est juste du bla bla.

 

45% des employes vivent en banlieue - 45% de toute la population de la region de montreal vie en banlieue, toute profession confondue !....

 

Il faut quand même comprendre que le travail de rue est différent que le travail d'intérieur...Comment avoir la propreté et l'entretient de la ville à coeur si on paie même pas de taxes et on y vit même pas? Mais c'est surtout vrai dans le cas de la police. Ce serait un non-sens d'envoyer un policier qui vit à St-hyacinthe gèrer une situation à Montréal-Nord. Je viens de st-hyacinthe, je connais la mentalité, les gens habite-là pour des raisons...

Link to comment
Share on other sites

Il faut quand même comprendre que le travail de rue est différent que le travail d'intérieur...Comment avoir la propreté et l'entretient de la ville à coeur si on paie même pas de taxes et on y vit même pas? Mais c'est surtout vrai dans le cas de la police. Ce serait un non-sens d'envoyer un policier qui vit à St-hyacinthe gèrer une situation à Montréal-Nord. Je viens de st-hyacinthe, je connais la mentalité, les gens habite-là pour des raisons...

 

Les employés de la ville c'est compréhensible qu'on ne peut les empêcher de déménager. Mais, si quelqu'un qui travail au McDO mange jamais là à cause qu'il trouve ça dégueux et qu'il sait des choses, est-ce que son employeur sachant cela le garderait? C'est la même question qu'on pourrait se poser pour la ville. Si il les gens n'habite plus montréal pour des raisons négatives, est-ce que leur motivation au travail pourrait s'en ressentir?

 

Pour moi la police doit être impliqué et beinger dans l'environnement dans lequel il travail, il doit être impliqué dans sa communauté pour bien la comprendre et avoir un sentiment d'y appartenir afin d'avoir le désir sincère d'y règler les conflits. Ça peut expliquer pourquoi il y a encore du profilage racial; les gens de la banlieue versus de la ville (quartiers immigrants) sont deux milieux de vie/mentalités opposés.

Link to comment
Share on other sites

Les employés de la ville c'est compréhensible qu'on ne peut les empêcher de déménager. Mais, si quelqu'un qui travail au McDO mange jamais là à cause qu'il trouve ça dégueux et qu'il sait des choses, est-ce que son employeur sachant cela le garderait? C'est la même question qu'on pourrait se poser pour la ville. Si il les gens n'habite plus montréal pour des raisons négatives, est-ce que leur motivation au travail pourrait s'en ressentir?

 

Pour moi la police doit être impliqué et beinger dans l'environnement dans lequel il travail, il doit être impliqué dans sa communauté pour bien la comprendre et avoir un sentiment d'y appartenir afin d'avoir le désir sincère d'y règler les conflits. Ça peut expliquer pourquoi il y a encore du profilage racial; les gens de la banlieue versus de la ville (quartiers immigrants) sont deux milieux de vie/mentalités opposés.

 

:) Tu apportes de bons arguments qui méritent qu'on y réfléchisse davantage.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...