Jump to content

Hydro-Québec - Le Vermont veut renouveler son contrat


monctezuma
 Share

Recommended Posts

Par Radio-Canada, http://www.radio-canada.ca, Mis à jour le: 11 mars 2010 07:01

Hydro-Québec - Le Vermont veut renouveler son contrat

 

La corporation américaine Green Mountain Power, du Vermont, serait sur le point d'annoncer une nouvelle entente avec la société d'État québécoise, selon plusieurs médias américains.

 

Hydro-Québec - Le Vermont veut renouveler son contrat

 

La corporation américaine Green Mountain Power, du Vermont, serait sur le point de conclure une nouvelle entente avec Hydro-Québec pour l'achat d'électricité, selon des médias américains. Le porte-parole de l'entreprise américaine, Robert Dostis, a précisé qu'une annonce officielle sera faite jeudi.

 

Des représentants de Green Mountain Power et de Central Vermont Public Service Corporation sont à Québec depuis mercredi, rapportent des médias américains. Les négociations auraient commencé il y a plus d'un an.

 

Le premier ministre du Québec, Jean Charest, doit rencontrer son homologue du Vermont, le gouverneur James H. Douglas, jeudi. Une « annonce en matière d'énergie » est d'ailleurs prévue au programme de M. Charest, notamment avec le PDG d'Hydro-Québec, Thierry Vandal.

 

« Nous renégocions un contrat [en vigueur depuis] 20 ans, ce qui est un gros accord pour les deux parties », a confirmé M. Charest dans une interview avec une chaîne de télévision américaine mercredi soir.

 

Un fournisseur pourrait disparaître

 

Le Vermont est déjà un client d'Hydro-Québec. Il achète environ le tiers de son électricité à la société d'État, soit environ 310 mégawatts à 6,5 ¢US le kilowattheure, selon le Rutland Herald.

 

Outre Hydro-Québec, la Vermont Yankee Nuclear Power Station fournit un autre tiers de l'électricité à cet État américain. Mais le sénat du Vermont a récemment voté la fermeture de cette centrale, dont la licence expire en 2012.

 

Quant au contrat avec Hydro-Québec, il se termine en 2015. Le représentant démocrate Tony Klein a déclaré que cette entente était « extrêmement importante » pour le Vermont. « C'est une grande source fiable d'énergie sans émission de carbone », a-t-il ajouté. Il s'attend à une extension du contrat de 10 ans, voire 20.

 

M. Klein tente de faire passer une loi qui accorderait le qualificatif de renouvelable à l'hydroélectricité québécoise, à condition qu'Hydro-Québec s'engage pour 10 ans ou plus, selon la radio publique du Vermont.

 

Radio-Canada.ca avec Associated Press

Link to comment
Share on other sites

C'est un excellent début. Ça ne me surprends pas, le Vermont est probablement l'état américain qui est le plus à gauche(donc qui ressemble plus au Québec). Maintenant, il faut convaincre les autres États plus populeux du nord-est d'acheter notre hydro-électricité. Ce ne sera pas facile (surtout avec le New-Hampshire) mais il faut faire les efforts nécessaires!

Link to comment
Share on other sites

Bonne nouvelle pour le Vermont, mais des peanuts pour le Québec.

 

Par contre, si jamais Hydro-Québec parvenait à conclure un contrat d'envergure à long terme à un PRIX excédant significativement son COÛT MARGINAL*, alors on pourrait commencer à rêver à une source significative d'enrichissement durable pour le Québec.

 

Entretemps, c'est "business as usual", pas pire mais pas renversant.

 

A mon avis, les facteurs qui pourraient rendre possible un gain majeur tiennent davantage à l'évolution des conditions économiques aux Etats-Unis (croissance de la demande; évolution des prix des autres formes d'énergie), que d'un quelconque "tour de force" d'H-Q ou du Premier ministre du Québec.

 

* Coût marginal: coût pour produire une unité supplémentaire. Dans le cas d'Hydro-Québec, le coût marginal a tendance à dépasser le coût moyen (de l'ensemble de la production existante), parce que les conditions physiques et économiques (pour développer de nouvelles capacités) sont (généralement) moins favorables que pour les installations antérieures.

Link to comment
Share on other sites

Bonne nouvelle pour le Vermont, mais des peanuts pour le Québec.

 

Par contre, si jamais Hydro-Québec parvenait à conclure un contrat d'envergure à long terme à un PRIX excédant significativement son COÛT MARGINAL*, alors on pourrait commencer à rêver à une source significative d'enrichissement durable pour le Québec.

 

On a la source d'enrichissement ici même à domicile, il faut augmenter les tarifs payés par les québécois, ce qui amènerait des économies substantielles découlant du gaspillage réduit, et par le fait même libérerais des milliers de kwh prêt à être exportés à des prix encore plus élevés que ceux payés par nous. Et cela se fait sans aucun investissement additionnel

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...