Recommended Posts

Tu as tout a fait raison. J'avais juste pas eu le temps de trouver les détails.

 

Voici (avec les references pour les tables stats CANSIM):

 

v1540820 Quebec; Males; Average earnings (Dollars)

01/01/2005 $36,700

 

v1542136 Quebec; Average earnings, males (Dollars); Full-year full-time workers

01/01/2005 $49,600

 

v1540821 Quebec; Males; Median earnings (Dollars)

01/01/2005 $29,900

 

v1540822 Quebec; Males; Average total income (Dollars)

01/01/2005 $42,000

 

Quelques notes; la diffierence entre earnings et income, c'est que 'earnings' est la paye et 'income' vient de toutes les sources (paye, revenus d'investissement, de pension, etc...)

Tu peux aussi voir que si on compte juste les travailleurs a temps plein, la moyenne augmente de facon significative (j'ai pas trouvé la médianne pour les travailleurs a temps plein).

 

J'ai juste mis les détails pour les hommes, les femmes font moins.

 

Et finalement:

v1540799 Quebec; Both sexes; $60,000 and over (Percent)

01/01/2005 12.2%

 

Cette dernierement statistique prouve que Picjer exagere en disant que le 10% superieur ce situe a $50,000.

 

c'est cool d'avoir qqun qui a accès à cansim :)

 

Bon ces chiffres sont du début de 2005. Après trois ans a une indexation d'environ 3% ca devrait être plus élevé que ça!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
c'est cool d'avoir qqun qui a accès à cansim :)

 

Bon ces chiffres sont du début de 2005. Après trois ans a une indexation d'environ 3% ca devrait être plus élevé que ça!

 

C'est exprimé en dollars constant de 2005. Tu as raison, en dollar 'nominals', ca aurait du bon sens que ca ait augmenté d'a peut pres 2-3% par année depuis la.

 

Et oui, j'ai acces a CANSIM II gratiss...

(Ben, en fait gratiss c'est vite dit, le MBA qui m'a donné acces a CANSIM m'a couté $70,000 :( )

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

70K! ouch, je suppose que c'est la perte d'un an de salaire + depenses hehehe

 

j'espere que le MBA va te permettre de te refaire :)

 

est-ce que t'as les donnees par RMR??

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans un autre ordre d'idée mais dans le même esprit, je publie la chronique de Francis Vaille sur une intéressante comparaison entre la fiscalité française et celle du Québec à partir d'une analyse sur le mouvement des gilets jaunes. J'ai d'ailleurs trouvé que cet article était une excellente référence de base pour d'autres discussions ultérieures sur le même sujet.

Publié le 11 janvier 2019 à 05h00 | Mis à jour le 11 janvier 2019 à 05h00

https://www.lapresse.ca/debats/chroniques/francis-vailles/201901/10/01-5210661-les-gilets-jaunes-en-france-et-le-quebec.php

Les gilets jaunes en France et le Québec

Manifestation des gilets jaunes à Paris le 15... (PHoto Zakaria ABDELKAFI, Agence France-Prese)

Manifestation des gilets jaunes à Paris le 15 décembre. Le mouvement conteste notamment la hausse du prix du carburant, dopée par la taxe sur le carbone.

PHoto Zakaria ABDELKAFI, Agence France-Presse

1367398.png
Francis Vailles
La Presse

Vous voulez comprendre la révolte des gilets jaunes en France avec un chiffre ? Le voici : 46 %.

Il s'agit du taux de pression fiscale imposé aux Français, c'est-à-dire le poids de la fiscalité dans l'économie française. Plus précisément, c'est l'ensemble des taxes et impôts en France divisé par le produit intérieur brut (PIB), soit les revenus annuels de l'économie.

Ce taux français de 46,2 % en 2017 est non seulement le plus élevé au monde, mais il est aussi en croissance, puisqu'il se situait à 45,3 % en 2016. Il est très loin de la moyenne des pays industrialisés, qui est de 34,2 %. Il est à ce point élevé que chaque nouvelle ponction fiscale de l'État, si minime soit-elle, soulève un tollé, comme on le voit avec les gilets jaunes, qui contestent la hausse du prix du carburant, dopée par la taxe sur le carbone.

En clair, au-delà d'un certain seuil d'imposition, un système démocratique devient fragile et il s'expose à ce que les citoyens en contestent la légitimité, même s'il offre beaucoup de services, comme en France. C'est l'un des facteurs qui expliquent, selon moi, la montée du populisme de droite et de gauche en France ces dernières années. Dans l'Hexagone, faut-il ajouter, cette pression fiscale est jumelée à un taux de chômage encore très élevé, de 9,2 %.

 

LES PLUS ET LES MOINS AU QUÉBEC

Maintenant, le Québec est-il rendu près de ce plafond fiscal, comme certains le dénoncent ? Pas du tout, selon les données du nouveau Bilan de la fiscalité au Québec, publié par des chercheurs de l'Université de Sherbrooke.

Au Québec, le taux de pression fiscale était de 37,3 % en 2017, loin du sommet de 46,2 % en France.

Le Québec vient au 15e rang des 38 régions recensées par l'équipe de Luc Godbout, économiste et fiscaliste de l'Université de Sherbrooke.

Cela dit, dans le contexte nord-américain, le Québec conserve un taux de pression fiscale très élevé. De fait, c'est ici que le taux est le plus gras parmi les provinces canadiennes, l'Ontario étant à 34,1 %, la Colombie-Britannique, à 31,3 % et l'Alberta, à 28,6 %. Ces taux sont aussi plus élevés qu'aux États-Unis (27,2 %) et au Mexique (16,2 %).

Cet écart fiscal du Québec avec ses voisins est toujours un sujet de préoccupation pour les décideurs. Le Québec a besoin d'un minimum de recettes fiscales pour assurer des services, mais un trop grand écart fiscal avec ses voisins risque de miner sa compétitivité, tant pour les entreprises que pour les particuliers.

Maintenant, le bilan de l'étude comporte une bonne nouvelle à cet égard. Alors que cette pression fiscale s'accroissait sans cesse depuis 2008, atteignant un niveau de 38 %, la tendance s'est inversée en 2016 et cela risque de se poursuivre au cours des deux prochaines années.

En effet, les baisses d'impôts de l'ère Couillard continueront de se faire sentir en 2018, auxquelles il faut ajouter le nouvel allégement des taxes scolaires promis par le clan Legault en 2019 ou 2020. Ces diminutions pourraient être conjuguées à une croissance du PIB encore intéressante au Québec - le dénominateur de l'équation -, si bien que le Québec pourrait ainsi se rapprocher de la moyenne des pays du G7, de 35,7 %.

L'allégement au Québec fait en sorte que l'écart de pression fiscale avec le reste du Canada est à un creux des 15 dernières années, à 5,3 points d'écart, contre 7,7 points en 2014.

« La pression baisse au Québec, mais surtout, elle augmente dans les autres provinces, qui doivent poursuivre leur lutte pour atteindre l'équilibre budgétaire, qui implique un alourdissement de leur fardeau fiscal », dit Luc Godbout.

L'étude contient cette année une nouveauté, soit la comparaison des inégalités dans les pays industrialisés. À cet égard, bonne nouvelle : le Québec est le territoire où il y a le moins d'inégalités en Amérique (avec le Nouveau-Brunswick et l'Île-du-Prince-Édouard) et l'un des moins inégalitaires au monde.

Ces inégalités des revenus après impôts et transferts sont mesurées par ce qu'on appelle le coefficient de Gini, du nom du sociologue italien Corrado Gini, qui a conçu l'indice. Plus le coefficient se rapproche de 0, plus les revenus sont égalitaires, et plus il se rapproche de 1, plus les revenus sont inégalitaires.

Le Québec arrive au 11e rang des 38 territoires analysés, avec un coefficient de 0,284, un poil après la Suède (0,282). À l'autre bout du spectre, les États-Unis sont à 0,391 et le Mexique, à 0,459. Quant à la France, le coefficient de Gini y est plus élevé qu'au Québec (0,295), malgré le poids plus important des taxes et impôts.

Contrairement à la croyance répandue, les inégalités des revenus après impôts et transferts sont stables au Québec depuis 20 ans, et non en croissance.

Les inégalités étaient semblables en 1998 (0,29), moindres en 1988 (0,269), mais plus importantes en 1976 (0,295), selon l'étude.

Enfin, il reste à voir si la qualité des services au Québec - services qui font ici l'objet de nombreuses critiques (santé, routes, éducation, etc.) - est comparable à celle des autres provinces et pays. Avec le retour à l'équilibre budgétaire depuis quatre ans, on peut imaginer que les citoyens finiront par en bénéficier, tôt ou tard.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par Fortier
      On parle beaucoup du Montréal souterrain ces temps-ci. J'ai donc créer un fil.
       
    • Par loulou123
      BLADES OF GLORY
      Le STADE COMME DÉCOR. Qui eût cru qu'en 2007 le Stade olympique de Montréal serait en vedette dans un film hollywoodien! C'est le cas dans Blades of Glory, une nouvelle comédie avec Will Ferrell où Montréal est à l'honneur.
       
      «On a eu tellement de plaisir à tourner à Montréal qu'on aurait aimé y tourner tout le film», dit le plus sérieusement du monde Will Ferrell, en entrevue à Los Angeles la semaine dernière.
       
      Blades of Glory est une satire du milieu du patinage artistique dans laquelle Will Ferrell campe un champion déchu.
       
      Ceux qui iront au cinéma à partir du 30 mars n'auront pas qu'un air de déjà-vu, le film est une vraie carte postale touristique de la ville !
      Tournées l'hiver dernier pendant deux semaines, les scènes du film ont comme décors le Vieux-Montréal, le canal de Lachine, l'Usine Five Roses, l'intérieur et l'extérieur du Palais des congrès et, bien sûr, le Stade olympique où se déroule la finale de patinage artistique.
       
      «C'est assez rare que Montréal fasse partie du scénario. Ça ne s'est fait qu'à deux ou trois reprises, comme dans The Score, avec De Niro (2001), et Taking Lives, avec Angelina Jolie (2003)», précise Adrian Knight, directeur montréalais des lieux de tournage.
       
      Mis à part le facteur économique, ce qui a séduit les deux réalisateurs du film est l'architecture des années 70.
       
      «On aime Montréal, on est fans de l'architecture de la période olympique avec le Stade et Habitat 67, même s'il y en a plusieurs là-bas qui détestent ça !» ont déclaré Josh Gordon et Will Speck, également en entrevue la semaine dernière à Los Angeles.
       
      Ces derniers ont aussi été attirés par les canaux fluviaux de la ville où ils ont pu tourner une course en patins.
       
      Ils ont toutefois eu des petits pépins avec le bassin Bonsecours qui n'était pas tout à fait gelé en mars, ce qui a eu pour effet de repousser les délais de tournage de deux semaines.
       
      Non seulement ils ont tourné une partie du film dans la métropole, mais les spectateurs seront surpris d'entendre quelques figurants s'exprimer en «québécois».
       
      Rémy Girard
       
      Il y a même Rémy Girard qui fait une courte apparition en homme d'Église au début du film.
       
      «Normalement, les équipes qui tournent dans une ville font semblant que ça se déroule ailleurs. Nous, on a mis Montréal partout: sur les sacs, les chaussures, les manteaux», ajoute un des réalisateurs.
       
      De fait, sur les objets promotionnels et affiches du film, le nom de Montréal est bien en évidence.
       
      À Montréal, on se réjouit d'une telle visibilité.
       
      «Ce film sera vu par des millions de personnes dans une soixantaine de pays. Aucune campagne de pub ne peut acheter ce niveau d'exposure», dit Hans Fraikin, du Bureau du cinéma et de la télévision du Québec.
       
      «Les retombées économiques d'un tel tournage sont importantes», affirme Adrian Knight, directeur des lieux de tournage, précisant que chaque lieu de tournage bénéficie par le fait même d'un cachet.
       
      Blades of Glory (Les Rois du patin) sort en salle le 30 mars.
       
      Le film 300, qui bat des records au box-office en ce moment, a été entièrement tourné à Montréal dans les studios Mel's, et ce sont trois sociétés montréalaises qui ont produit les effets visuels.
    • Par loulou123
      (PRESSE)Trente milliards de dollards devront étre investis a montréal au cours des deux prochaines décennies pour la mise a niveau des infrastructures, souterraines et de transport en commun.A l instar du fonds de l eau,qui permettra d autofinanacerles travaux d infranstructures dans le réseau souterrain a partir de 2013, l administration Tremblay-Zampino envisage la mise sur pied d un fonds similaire,celui ci dédié aux infrastructures routiéres.C est qu a révélé le président du comité exécutif de la ville de Montréal ,Frank Zampino,en entrevue avec Montreal Express.(ce fonds pour les infrastructures routiéres permettrait de mettre a niveau non ponts,viaducs et l ensemble du réseau artériel.Nous nous sommes engagés a investir 500millions dollard dans nos infratructures routiéres,notament pour corriger le probléme des nids-de-poules, mais cette somme n est pas suffisante pour la remise a niveau de toutes les rues )explique M.Zampino.Selon lui montréal nécessitera des investissements de 30 milliards au cours des 20 prochaines années,soit 10milliards pour les infrastructures routiéreset 10 milliards pour les infranstructures de transport en commun.Les deux autres paliers de gouvernement seront appelés a contribuer ,comme c est notament le cas du fédéral avec la taxe d accise sur l essence et du gouvernement du Québec pour le métro de montréal .Mais Montréal n en reste pas la et réclame également des pouvoirs habilitants en matiére fiscale et administrative pour continuer son dévloppement.(Nous dépendons de l impot foncier qui représente environ70pour100 de nos revenus sur un budget de 4 milliards dollard , poursuit M.Zampino .Nous voulons obtenir une partie de la croissance générée a Montréal.Chaque fois qu un milliard est investi ici,les gouvernements supérieurs retirent chcun 150millons .On demande a Québec et a Ottawa de partagerla moitiéde ces retombées avec nous)(Si le gouvernement n accorde pas d attention a sa métropole,elle qui crée plus de la moitié de la richesse au Québec , nous serons toujours en retard par rapport a Toronto et aux autres grandes villes du monde.Ajourd hui ,la compétition se fait entre les grandes villes ,pas entre les pays)soutient le président du comité exécutif.Le maire Gérald Tremblay et Frank Zampino doivent rencontrer sous peu le chef du parti québéquois et celui de l Action démocratique su Québec pour les sensibiliser aux besoins de Montréal.