Jump to content

    Recommended Posts

    Toughening up Bill 101 is not the way to integrate more allophones into the French-speaking community, says a new study on the role of immigrants in Quebec's language debate.

     

    Rather, the province should do more to help immigrants get jobs that would help them become fully functioning members of the francophone majority, argues the report by the Institute for Research on Public Policy, an independent, non-profit group.

     

    "It's not a matter of passing legislation. It's a matter of ensuring better integration," said Michel Pagé, an emeritus professor of psychology at the Université de Montréal who has researched language and diversity issues for the Centre d'études ethniques des universités Montréalaises.

     

    Pagé said it's a misconception that the Charter of the French Language was the only reason French has become the language of daily life in Quebec. The 1977 law limits English school to native-born anglophones and makes French the language of work and advertising.

     

    The Quiet Revolution, which extended public education and social services to the masses in the 1960s, led to the rise of a French-speaking middle class with access to well-paying jobs, Pagé pointed out. That, more than Bill 101, made it possible for Quebec to function in French.

     

    What's needed now is a new Quiet Revolution that will give immigrants better access to jobs, Pagé said. He recommended internships in the workplace to allow immigrants to update their credentials and more French classes where allophones can acquire better language skills.

     

    "That is the condition for succeeding in French," he said. "If it worked for us, it is also the key to success for immigrants." The study comes out amid a debate over the primacy of French in Montreal, where the coexistence of English and other languages has revived Quebec nationalists' fears of assimilation.

     

    There are 2.4 million francophones, 448,325 anglophones and 783,210 allophones in greater Montreal, according to the 2006 Census.

     

    Quebec attracts about 44,000 immigrants each year, of whom three-quarters settle in the Montreal area.

     

    Hardliners in the Parti Québécois have demanded tough laws to force immigrants to adopt French by limiting CEGEP access to anglophones and extending Bill 101 to companies with fewer than 50 employees.

     

    But Pagé said coercive measures would be hard to enforce and would prove less effective than empowering immigrants to succeed.

     

    Unemployment among immigrants is twice as high as in the general population. That must be remedied if newcomers are to integrate fully, Pagé said.

     

    Barring immigrants and francophones from English CEGEP would be unfair, he added.

     

    Thirty-nine per cent of allophone CEGEP students who attended French schools choose an English CEGEP.

     

    More than 80 per cent of allophone children attend school in French - more than seven times as many as in 1980.

     

    (Courtesy of The Montreal Gazette)

     

    :stirthepot::stirthepot::stirthepot:

    Link to comment
    Share on other sites

    • Replies 29
    • Created
    • Last Reply

    Top Posters In This Topic

    You want to protect french in Quebec?

     

    1. Anyone that wants to learn french in Quebec and is willing to take courses will have their courses subsidized (in part or in full) by the government. And...

    2. Teach more and better french in schools.

     

    "ces pas compliké!"

    Link to comment
    Share on other sites

    You want to protect french in Quebec?

     

    1. Anyone that wants to learn french in Quebec and is willing to take courses will have their courses subsidized (in part or in full) by the government. And...

    2. Teach more and better french in schools.

     

    "ces pas compliké!"

     

    I agree, the quality of French instruction in schools is a big problem. I took French immersion and "Francais langue marternelle" classes at English public schools, and graduated not being completely fluent. I think a big problem is that it was exactly immersion when all the students were anglophone. I'm actually starting to lean towards a solution where English school boards close, and anglophone and francophone students attend the same schools (of course the quality of English would have improve as well!). This way, I think most people would come out fairly bilingual (not to mention the two solitudes would learn to live with each other a little better).

    Link to comment
    Share on other sites

    1. Anyone that wants to learn french in Quebec and is willing to take courses will have their courses subsidized (in part or in full) by the government. And...

     

    Isn't this the case already? What does the Gov't offer right now for Immigrants who want to learn french??

     

    I agree, the quality of French instruction in schools is a big problem. I took French immersion and "Francais langue marternelle" classes at English public schools, and graduated not being completely fluent. I think a big problem is that it was exactly immersion when all the students were anglophone. I'm actually starting to lean towards a solution where English school boards close, and anglophone and francophone students attend the same schools (of course the quality of English would have improve as well!). This way, I think most people would come out fairly bilingual (not to mention the two solitudes would learn to live with each other a little better).

     

    I don't think this is just a problem with the English schools. Have you seen the quality of english being taught in our french high schools? I went to a Private College for High-School. It was a french school, and throughout my 5 years in high school, I was always placed in advanced English classes. I always got 100%. not because I'm a genius ;);), but mostly because it was so easy!

     

    I did not become bilingual because of the quality of English that was taught in my high school. I became bilingual because i watched TV in English (almost exclusively) and I had many friends who were bilingual. I was fluent in both languages at a VERY young age.

    Edited by Habsfan
    Link to comment
    Share on other sites

    L'apprentissage du français doit etre amélioré de beaucoup dans les écoles anglophones comme francophones. C'est vraiment la priorité sans aucun doute.

     

    Par contre, la seule modification que j'apporterais à la loi 101 c'est d'inclure le CÉGEP. Le succès de l'intégration passe par l'apprentissage de la langue française au Québec car c'est encore la langue principale. Cela est le cas dans TOUS les pays/endroits du monde ou les immigrants apprennent la langue de la majorité pour mieux s'intégrer et du coup avoir un meilleur accès au monde du travail.

     

    I'd drop the laws forcing small businesses to give all services en french as long as they can give it if and when required. En ce qui a trait à l'affichage je serais pret à laisser tomber l'histoire du ''français prioritaire'' (bigger in size) en faisant confiance à l'ensemble des gens/commercant pour respecter le fait français tout en langue de leur choix, selon le cas.

     

    On s'accomode comme on peut....

    Link to comment
    Share on other sites

    Par contre, la seule modification que j'apporterais à la loi 101 c'est d'inclure le CÉGEP.

    Je suis complètement en désaccord avec toi. Je trouve que ça commence à être assez suffocant comme ça, rajouter les CEGEPS ce serait la goutte qui fait déborder le vase. J'ai fais mes études au primaire et au secondaire en Français(Collège Jean-de-la-Mennais). J'ai fais mes études au CÉGEP en Anglais (Champlain College - St-Lambert) et à l'Université à Concordia. Avec la loi que tu proposes, je n'aurai pas eu cette chance et mes enfants n'auront pas cette chance.

     

    Ça suffit d'empecher les gens d'aller ou ils veulent...surtout pour les francophones du Québec. Si ils veulent étudier l'anglais,(pour leurs études post-secondaire) ils devraient avoir le droit! Il y a des limites quand même!! :rolleyes:

     

    I'd drop the laws forcing small businesses to give all services en french as long as they can give it if and when required. En ce qui a trait à l'affichage je serais pret à laisser tomber l'histoire du ''français prioritaire'' (bigger in size) en faisant confiance à l'ensemble des gens/commercant pour respecter le fait français tout en langue de leur choix, selon le cas.

     

    AHHH!! Sur ce point je suis entièrement en accord avec toi. J'ai toujours dis que ce règlement était stupide et ne servait qu'à faire chier la population. Aussi longtemps que le français est en premier, que le lettrage en anglais soit de la même grandeur que le lettrage français...ça devrait être OK!

    Edited by Habsfan
    Link to comment
    Share on other sites

    http://www.ledevoir.com/politique/quebec/283195/le-cegep-et-l-universite-francophones-pour-integrer-les-immigrants

     

    Le cégep et l'université francophones pour intégrer les immigrants

    L'éducation et l'emploi doivent aller de pair dans le processus de francisation des nouveaux arrivants, affirme une étude de l'IRPP

     

    Pour encourager les immigrants à travailler en français, il faudrait les inciter à fréquenter davantage les établissements francophones lors de leurs études post-secondaires, soutiennent des chercheurs du Centre d’études ethniques des universités montréalaises.

    À retenir

    L'étude de l'IRPP (pdf) Le milieu de travail est un pôle important de francisation des immigrants, et il faut s'en occuper davantage, conclut une nouvelle étude de l'IRPP. Pour améliorer l'usage du français dans les entreprises, il faut notamment encourager les jeunes immigrants à fréquenter les cégeps et les universités francophones, disent les auteurs.

     

    Forcer les entreprises de moins de 50 employés à obtenir un certificat de francisation, comme le souhaite le Parti québécois, n'est pas le meilleur chemin pour améliorer l'intégration des immigrants au Québec, révèle une nouvelle étude de l'Institut de recherche en politique publique (IRPP). Le document de 44 pages, dont Le Devoir a obtenu copie, s'intitule L'Intégration linguistique des immigrants au Québec. Il sera rendu public ce matin.

     

    Les auteurs estiment qu'il faut avant tout ouvrir les portes du marché du travail en français aux immigrants, puisque l'entreprise est l'un des endroits par excellence de francisation. «Les immigrants adultes ont, sur leur lieu de travail, un contact avec les langues qui constitue un creuset influençant fortement leur intégration», expliquent les auteurs, Michel Pagé et Patricia Lamarre, qui sont chercheurs au Centre d'études ethniques des universités montréalaises.

     

    Encourager les immigrants à travailler en français devrait donc être un axe important des politiques publiques, soutiennent-ils. Pour y parvenir, deux chemins s'imposent: amener les immigrants à fréquenter davantage les cégeps et les universités francophones; et renforcer les cours de français offerts aux immigrants à leur arrivée.

     

    Les limites d'une loi

     

    Or, la situation actuelle ne permet pas de pousser véritablement les immigrants vers des emplois en français. Pour changer les choses, l'étude remet en doute l'utilité d'étendre la certification des entreprises à celles qui renferment moins de 50 employés. Il ne faut pas surestimer l'effet d'une loi, disent les auteurs. «Il est courant de penser que l'histoire des trente dernières années démontre que le moteur premier des changements dans la situation linguistique du Québec est la loi 101. Cet argument ignore que la loi 101 n'est que l'un des facteurs — et peut-être pas le plus puissant — qui a rendu possible la situation actuelle. C'est un ensemble de conditions sociologiques qui ont finalement favorisé l'essor du français», peut-on lire.

     

    Une loi ne peut pas modifier la réalité du marché du travail, disent les auteurs. Par exemple, la propriété anglophone de l'entreprise ou le fait que la compagnie brasse des affaires avec des clients hors du Québec va toujours avoir une influence. «Dans les entreprises où francophones bilingues et anglophones unilingues se côtoient, par exemple, l'anglais devient vite la principale langue de communication, et une loi ne peut pas avoir d'action directe sur ce plan», peut-on lire.

     

    Deux axes à suivre

     

    Les auteurs mettent en avant deux pistes à privilégier pour améliorer la situation du français dans les milieux de travail. D'abord, il faut que les nouveaux arrivants qui fréquentent l'école optent davantage pour les cégeps et les universités francophones dans leur parcours.

     

    Actuellement, environ 40 % des immigrants qui ont étudié en français au primaire et au secondaire choisissent de faire leurs études collégiales en anglais. En nombre, il s'agirait de 1400 personnes par année. Au niveau universitaire, près de 50 % des immigrants ayant fait un parcours en français jusque-là bifurquent vers une université anglophone.

     

    Ces choix ont une incidence importante, notent les auteurs. «La langue d'enseignement du collège et de l'université que les jeunes choisissent de fréquenter devient souvent celle qu'ils maîtriseront le mieux — en particulier dans leur domaine d'études —, et celle qu'ils souhaiteront donc utiliser au travail par la suite», peut-on lire.

     

    Les auteurs affirment toutefois que des études plus approfondies seront nécessaires pour évaluer ce phénomène.

     

    L'étude souligne également que des programmes existants sont sous-utilisés et sous-financés. «Avant de penser à de nouveaux programmes, il faut doter les programmes existants de moyens adéquats pour atteindre leurs objectifs; cela s'applique notamment à l'enseignement du français aux immigrants.»

     

    Le Devoir

     

    Selon-moi, il faut étendre la loi 101 au niveau Collégial, sans toutefois remettre en question le droit des anglophones d'avoir leur propres institutions.

    Link to comment
    Share on other sites

    Je suis complètement en désaccord avec toi. Je trouve que ça commence à être assez suffocant comme ça, rajouter les CEGEPS ce serait la goutte qui fait déborder le vase.

     

    Mais pourquoi ca serait suffocant d'aller au CEGEP en français ? Est-ce que les Ontariens suffoquent de faire tout leurs études en anglais ? Est-ce que les Italients suffoquent de faire tous leurs études en Italiens ?

     

     

    J'ai fais mes études au primaire et au secondaire en Français(Collège Jean-de-la-Mennais). J'ai fais mes études au CÉGEP en Anglais (Champlain College - St-Lambert) et à l'Université à Concordia. Avec la loi que tu proposes, je n'aurai pas eu cette chance et mes enfants n'auront pas cette chance.

     

    Mais moi je n'ai jamais été à l'école en anglais et je suis parfaitement bilingue. Idem pour mon frère, mes amis et mes parents. Les enfants de ma soeur sont en train de devenir bilingue et n'ont jamais été à l'école ni au CEPEG en anglais.

     

    À ce que je sache l'école française offre des cours en anglais. Il y a peut-etre place à l'amélioration dans certains cas mais pour l'ensemble je pense que c'est assez bien car l'ensemble des francophones de Montréal parlent anglais.

     

    Ça suffit d'empecher les gens d'aller ou ils veulent...surtout pour les francophones du Québec. Si ils veulent étudier l'anglais,(pour leurs études post-secondaire) ils devraient avoir le droit! Il y a des limites quand même!! :rolleyes:!

     

    Mais partout dans le monde les gens sont empeché d'aller à l'école dans une autre langue que celle de la majorité alors ton commentaire devrait s'adresser au reste du monde car il n'y à qu'au Québec que des gens peuvent aller à l'école publique dans une autre langue que celle de la majorité, sauf erreur.

     

    Alors il ne faut pas exagérer et jouer les vierges offensé. N'importe qui qui veut apprendre l'anglais en Amérique du nord n'a qu'à sortir de chez dehors.

    Link to comment
    Share on other sites

    Le cégep et l'université francophones pour intégrer les immigrants

    L'éducation et l'emploi doivent aller de pair dans le processus de francisation des nouveaux arrivants' date=' affirme une étude de l'IRPP[/b']

     

    Pour encourager les immigrants à travailler en français, il faudrait les inciter à fréquenter davantage les établissements francophones lors de leurs études post-secondaires, soutiennent des chercheurs du Centre d’études ethniques des universités montréalaises.!

     

    Ce n'est que du bon sens. C'est la seule façon de bien intégrer les immigrants sinon ca sera le ''free for all'' et c'est nous qui allons en faire es frais si cela n'est pas appliqué, comme c'est le cas dans l'ensemble de la planète d'ailleurs.

     

    Non seulement est-ce bon pour nous mais très bénéfique pour les immirants et cela leur donne un outil essentiel pour entrer sur le marché du travail.

    Link to comment
    Share on other sites

    Create an account or sign in to comment

    You need to be a member in order to leave a comment

    Create an account

    Sign up for a new account in our community. It's easy!

    Register a new account

    Sign in

    Already have an account? Sign in here.

    Sign In Now
     Share




    ×
    ×
    • Create New...