Jump to content

Recommended Posts

vendredi 02 novembre 2007 La Chambre de commerce propose de séparer la facture entre Ottawa, Québec, Montréal et les promoteurs

 

La Chambre de commerce de l'est de la métropole a proposé hier à Québec de s'attaquer à la décontamination des vastes terrains des anciens secteurs industriels de l'île de Montréal, une facture éventuelle qui irait de 350 à 550

Link to comment
Share on other sites

le 7 novembre 2007 500 M$ pour générer 2,5 milliards $ d’activités économiques Décontaminer et développer les 846 hectares de terrains vacants dans l’est de Montréal, dont 70 % sont contaminés, pourraient générer 2,5 milliards $ d’activités économiques, selon la Chambre de commerce et d’industrie de l’Est de l’île de Montréal (CCIEIM).

La Chambre rendait publique jeudi dernier une étude exhaustive sur la question, jetant du même coup les bases d’un vaste programme d’investissements évalué à un demi-milliard de dollars.

 

Les gens d’affaires réclament une participation active des trois paliers de gouvernement pour venir à bout des 8,5 millions de pieds carrés de terrains vacants (846 hectares), l’équivalent de deux fois la superficie totale de l’arrondissement d’Outremont.

 

« Et le drame, c’est que plus de 70 % de ces terrains sont dans des territoires contaminés et que cette situation freine de façon indue le développement immobilier qui se trouve largement hypothéqué par la contamination des sols », a déclaré Daniel Marcoux, président de la CCIEIM.

Programme 15+15X15 = 2,5 milliards $ en investissements

La CCIEIM lance l’idée d’un programme 15+15X15 et fait appel aux gouvernements du Québec et du Canada ainsi que la Ville de Montréal pour donner un coup de fouet à l’économie de l’Est de Montréal.

« L’évaluation approximative des coûts de décontamination de l’ensemble des terrains vacants dans l’Est établit une fourchette oscillant entre 350 et 550 millions $. Si les trois administrations publiques se partagent un investissement de 15 millions $ par année pendant les 15 prochaines années et que cette somme est jumelée par les promoteurs et propriétaires des terrains contaminés, nous réglerons une fois pour toutes la situation et cela engendrera des investissements de quelque 2,5 milliards $ dans l’est de Montréal », a déclaré Ahmed Galipeau, vice-président Développement durable et environnement de la Chambre.

 

La CCIEIM considère primordial le déploiement à court terme d’un plan d’action soutenant le processus de promotion immobilière dans l’Est. Un tel plan d’action, selon elle, comportera de nombreux avantages: création et maintien d’emplois, augmentation des revenus d’impôts, revitalisation des quartiers et des communautés, réduction de l’étalement urbain, amélioration de la compétitivité des arrondissements, amélioration de la qualité de vie des citoyens, de leur santé et sécurité.

Cinq recommandations visent le redéveloppement des terrains contaminés - Que les gouvernements du Québec, du Canada et de la Ville de Montréal, reconduisent pour l’est de Montréal l’équivalent du programme Revi-Sols ;

 

- Que les trois administrations lancent un programme 15+15X15 = 2,5 milliards $ en investissements ;- Cibler des territoires prioritaires structurants en concordance avec le plan d’urbanisme de la Ville de Montréal ;

 

- Bâtir un inventaire documenté des territoires prioritaires ciblés dans le plan d’urbanisme ;

 

- Confier la confection et la gestion de cet inventaire à un organisme indépendant.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value