Jump to content

Recommended Posts

Nine Canadian airports, including Montreal’s, will install full-body scanners within two months according to Tuesday’s La Presse, to strengthen the security net that failed to catch an alleged terrorist with plans to blow up a plane-load of people on Christmas Day.

 

The report says federal Transport Minister John Baird could make the announcement as early as Tuesday afternoon, and that it would be in response to requests from United States officials who want to boost security on flights from Canada to the U.S.

 

The scanners will be installed at airports in Montreal, Toronto, Ottawa, Vancouver, Calgary, Edmonton and Halifax, according to sources cited by La Presse.

 

Which two other airports might be selected for the scanners was not mentioned.

 

The scanners could meet with strong objections from privacy rights advocates, since they essentially provide an image of the subject in the nude.

 

The Harper government has already set aside money to buy the equipment, according to the report. “Our goal is to protect the security perimeter of North America with these new measures,” a government source that insisted on anonymity told the paper.

 

The U.S. and the United Kingdom have in recent days announced plans to increase the number of full-body scanners at their airports.

 

The U.S. is also insisting that passengers arriving in the U.S. from any one of 14 countries – or who transited through there – that are accused of harbouring terrorists submit to extra security measures, including body searches by hand, hand searching of luggage, full-body scanners and searches for explosives. The countries on the list include Cuba, Iran, Sudan, Syria, Nigeria, Yemen, Pakistan, Afghanistan, Algeria, Lebanon, Libya, Saudi Arabia and Somalia.

 

(Courtesy of The Montreal Gazette)

Link to comment
Share on other sites

je voyage plus si sa arrive et je porte plainte pour non respect de mes droits

 

 

Je suis un peu indécis sur ce sujet!

 

D'un côté je me dis que c'est une bonne chose. Si ces machines permettrons de découvrir des bombes dans des couches ou dans les souliers, c'est une bonne affaire. D'un autre côté, je me dis que ça commence à faire pas mal de choses que nous devons faire avant de prendre l'avion...ça commence à être gossant en esti!

Link to comment
Share on other sites

Je suis un peu indécis sur ce sujet!

 

D'un côté je me dis que c'est une bonne chose. Si ces machines permettrons de découvrir des bombes dans des couches ou dans les souliers, c'est une bonne affaire. D'un autre côté, je me dis que ça commence à faire pas mal de choses que nous devons faire avant de prendre l'avion...ça commence à être gossant en esti!

 

Ce ne sera pas plus long, ce sera fait en même temps que le détecteur de métaux!

 

L'appareil brouille automatiquement l'image des organes génitaux. Maintenant j'imagine le criminel qui se rajoute quelques pouces à son membre grâce aux explosifs plastiques, est-ce que l'appareil le détectera ou le brouillera?! :rolleyes:

Link to comment
Share on other sites

:( Le monde a bien changé depuis le début de ma carrière aérienne il y a un peu plus d'une trentaine d'années. A l'époque le seul véritable danger était un détournement vers Cuba sans autre véritable motivation. Il y avait bien quelques rares exceptions aléatoires ou des appels à la bombe, mais elles étaient le fait de groupuscules politique locaux pour faire valoir quelques revendications nationales.

 

A peu près partout, tout le monde pouvait se rendre jusqu'à la porte d'embarquement des vols, sans fouille, pour raccompagner leur proches et les passagers montaient à bord sans trop de formalités, leur carte d'embarquement étant le seul document vraiment nécessaire. Il arrivait d'ailleurs à l'occasion de retrouver des passagers en direction d'une destination homonyme du genre London, Ont et London England que l'on corrigeait tant bien que mal.

 

On pouvait aussi monter à bord à la dernière minute et laisser ses bagages suivre sur le vol suivant. Même qu'il y avait dans certains aéroports, New York notamment, des tapis roulants à l'extérieur de l'aérogare où déposer les valises identifiées par un bagagiste et envoyées directement à l'avion.

 

Fumer n'était pas criminel et on offrait même les cigarettes (Dunhill) avec allumettte au logo d'Air Canada, gratuitement en première classe. Personne ne se plaignait du film ou des défectuosités du système de divertissement car tout le monde avait un bon livre pour s'occuper. Il n'y avait pas de choix de repas sauf en première classe, et tout le monde était content d'être servi prestement par une armée d'agents de bord dans un service entièrement fait à la main.

 

Voyager en avion était encore perçu comme un privilège, les gens s'habillaient bien et respectaient leur environnement en le gardant propre. Un simple nettoyage rapide permettait l'embarquement du prochain vol dans un délai normal d'une quinzaine de minutes. Une bouteille d'eau n'était pas perçue comme une arme offensive, pas plus que le parfum ou la trousse à maquillage. On était alors encore dans l'âge de l'insouciance et d'une certaine forme de liberté, dans un monde presque meilleur.

 

Tout cela s'est malheureusement rapidement dégradé, parallèlement à la situation politique mondiale, et l'environnement du voyage s'est suréglementé au niveau de la sécurité en même temps qu'il se déréglementait au niveau des prix, favorisant une cohorte de nouveaux passagers qui a vite été dépassée par les événements.

 

Aujourd'hui l'industrie souffre d'une profonde insécurité et la paranoïa est partout, autant du côté des autorités que des voyageurs qui surréagissent au moindre doute. Pas étonnant alors qu'on en soit rendu au scanner intégral qui est la fouille à nu des temps modernes. Tout le monde y passe, car la mémé de 90 ans est tout aussi menaçante en chaise roulante que le bébé aux couches qui pourraient être explosives à la moindre déjection.

 

Cependant en dépit des règlements de sécurité appliqués le plus sérieusement du monde par la majorité des autorités aéroportuaires, le nombre de voyageurs est devenu tel qu'il est devenu impossible de tout prévoir et contrôler. Le monde du voyage croule donc sous son propre poids et sa démocratisation a multiplié les difficultés de manière exponentielle.

 

C'est donc au niveau individuel qu'on a encore choisi de sévir puisque la bureaucratie est incapable de garantir la sécurité que la population exige. C'est devenu une forme de psychose collective et bien malin serait celui qui pourra prédire où tout cela s'arrêtera.

 

Avant, voyager était davantage un plaisir et le déplacement en avion le clou du voyage. Aujourd'hui l'avion est le mal nécessaire par lequel il faut passer pour s'accorder quelques plaisirs durement gagnés avant même d'être parti.

Link to comment
Share on other sites

Et si le gars avale les explosifs et les ressorts ensuite dans les toilettes?? Me semble qu'il n'y a rien de sûr à 100%...

 

Alors on ne sert que des choses qui font chi... à l'aéroport et que des choses qui constipent une fois à bord. :rotfl:

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...