Recommended Posts

Publié le 06 février 2019 à 00h00 | Mis à jour à 00h00

https://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-canadienne/201902/05/01-5213689-montreal-pressenti-pour-accueillir-un-bureau-de-lonu.php

Montréal pressenti pour accueillir un bureau de l'ONU

Montréal fait partie d'une liste de quatre villes... (PHOTO MIKE SEGAR, ARCHIVES REUTERS)

Montréal fait partie d'une liste de quatre villes retenues par le secrétaire général de l'ONU pour accueillir un des centres de services partagés que l'organisation souhaite établir en dehors de son siège social de New York (notre photo).

PHOTO MIKE SEGAR, ARCHIVES REUTERS

629983.png
 

(Ottawa) En pleine réforme administrative, l'ONU souhaite établir quatre centres de services partagés à l'extérieur de son siège new-yorkais. Et Montréal pourrait en accueillir un.

Marc-André Blanchard, ambassadeur du Canada aux Nations unies, en novembre 2016... (Photo Martin Chamberland, archives La Presse) - image 1.0

Agrandir

Marc-André Blanchard, ambassadeur du Canada aux Nations unies, en novembre 2016

Photo Martin Chamberland, archives La Presse

L'Organisation des Nations unies (ONU) souhaite établir des racines plus profondes à Montréal, attirée notamment par la main-d'oeuvre bilingue qualifiée qu'offre la métropole et ses avancées dans le domaine de l'intelligence artificielle.

Montréal fait partie d'une liste de quatre villes qui ont été retenues par le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, afin d'accueillir un des centres de services partagés que l'organisation internationale souhaite établir en dehors de son siège social de New York dans le cadre d'une réforme administrative visant à réduire ses coûts de fonctionnement.

Le secrétaire général Guterres a entre les mains un rapport recommandant que la ville de Montréal soit choisie pour accueillir un tel centre pour la région des Amériques. Les autres villes qui pourraient se voir attribuer un centre du même acabit sont Nairobi, capitale du Kenya, pour la région de l'Afrique ; Budapest, capitale de la Hongrie, pour la région de l'Europe ; et Shenzhen, ville du sud-est de la Chine, pour la région de l'Asie, selon des informations obtenues par La Presse hier.

 

Une décision concernant cette réforme administrative doit être prise par la Cinquième commission, une entité de l'ONU chargée des questions administratives, au plus tard en mars, a indiqué hier l'ambassadeur du Canada aux Nations unies, Marc-André Blanchard, précisant que le centre pourrait ouvrir ses portes à Montréal en 2020 et pourrait compter une centaine d'employés en tout.

Au départ, la ville de Mexico semblait être en position de tête pour obtenir le centre pour la région des Amériques, mais Montréal a pu lui damer le pion au cours des derniers mois grâce aux efforts déployés par les membres de la mission canadienne à l'ONU et à la présentation bien ficelée faite par Montréal International avec l'appui de la Ville de Montréal et du gouvernement du Québec. Si Montréal obtient un tel centre, les autorités canadiennes se sont engagées à payer les frais de location des bureaux.

Si cette réforme devait aller de l'avant, Montréal obtiendrait ainsi une troisième entité des Nations unies sur son territoire, après l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) et le Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique.

« Une ville de calibre mondial »

Dans une entrevue accordée à La Presse, hier, entre deux rencontres aux Nations unies, M. Blanchard a soutenu que Montréal disposait de quelques atouts qui font en sorte que la métropole a la cote auprès des dirigeants de l'ONU. « Cela confirme que Montréal est une ville hôte de calibre mondial dans le contexte onusien », a affirmé l'ambassadeur.

Il a souligné que Montréal jouissait d'une position avantageuse en raison de sa main-d'oeuvre bilingue qualifiée - le français et l'anglais étant les deux langues de travail de l'ONU -, sans compter que nombre de travailleurs maîtrisent souvent une troisième langue. Montréal a également la cote parce qu'il est devenu une plaque tournante en matière d'intelligence artificielle en peu de temps, a-t-il dit.

Aussi, le Canada est un ardent défenseur du multilatéralisme sur la scène internationale - une position qui est fort appréciée à New York, a souligné M. Blanchard.

« La réforme de l'ONU est une priorité pour le secrétaire général. Donc, nous travaillons de près sur cette réforme. Mais il est à prévoir qu'il va y avoir des débats et de la diplomatie durant les prochaines semaines entre les gens qui sont favorables à cela et ceux qui auraient peut-être souhaité des recommandations différentes », a dit M. Blanchard.

« Urgence d'agir »

Les centres qui sont proposés permettraient de rationaliser les dépenses de l'ONU grâce, par exemple, à la centralisation des services aux agences et aux secrétariats touchant l'administration, les ressources humaines, la comptabilité et les services informatiques. Une décision doit être prise rapidement, car la réforme administrative doit permettre à l'ONU de réaliser des économies de 53 millions de dollars durant les cinq prochaines années, et de 23 millions de dollars par année par la suite.

« Compte tenu de la situation financière précaire des Nations unies, il y a une urgence d'agir dans ce sens-là. Le rapport du secrétaire général recommande ces quatre villes », a dit M. Blanchard, en poste depuis 2016. 

« Mais la Cinquième commission doit prendre une décision par consensus. Cette commission est composée de 193 États membres des Nations unies, et elle doit entériner la recommandation du secrétaire général, ce qui n'est pas du tout un automatisme. »

- Marc-André Blanchard, ambassadeur du Canada aux Nations unies

Au départ, 63 villes ont été évaluées par une firme de consultants pour accueillir un des quatre centres. Parmi elles, 39 villes répondaient aux exigences techniques minimales (main-d'oeuvre locale qualifiée, coûts de fonctionnement et pertinence de l'emplacement). En fin de compte, 19 États membres ont confirmé qu'ils étaient prêts à offrir des incitations financières qui permettraient à l'ONU de réduire ses coûts de fonctionnement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce serait bien que l'une des propositions pour la Pointe-du-Moulin intègre ce bureau! (ou encore qu'il se retrouve sur le site de la Cité Internationale tout proche de l'OACI)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
25 minutes ago, montreal67 said:

Ce serait bien que l'une des propositions pour la Pointe-du-Moulin intègre ce bureau! (ou encore qu'il se retrouve sur le site de la Cité Internationale tout proche de l'OACI)

Ce bureau ouvrira en 2020, il est donc impossible de faire partie d'un nouveau projet. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 2019-02-06 à 06:04, acpnc a dit :

Publié le 06 février 2019 à 00h00 | Mis à jour à 00h00

https://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-canadienne/201902/05/01-5213689-montreal-pressenti-pour-accueillir-un-bureau-de-lonu.php

Montréal pressenti pour accueillir un bureau de l'ONU

Montréal fait partie d'une liste de quatre villes... (PHOTO MIKE SEGAR, ARCHIVES REUTERS)

Montréal fait partie d'une liste de quatre villes retenues par le secrétaire général de l'ONU pour accueillir un des centres de services partagés que l'organisation souhaite établir en dehors de son siège social de New York (notre photo).

PHOTO MIKE SEGAR, ARCHIVES REUTERS

629983.png
 

(Ottawa) En pleine réforme administrative, l'ONU souhaite établir quatre centres de services partagés à l'extérieur de son siège new-yorkais. Et Montréal pourrait en accueillir un.

Marc-André Blanchard, ambassadeur du Canada aux Nations unies, en novembre 2016... (Photo Martin Chamberland, archives La Presse) - image 1.0

Agrandir

Marc-André Blanchard, ambassadeur du Canada aux Nations unies, en novembre 2016

Photo Martin Chamberland, archives La Presse

L'Organisation des Nations unies (ONU) souhaite établir des racines plus profondes à Montréal, attirée notamment par la main-d'oeuvre bilingue qualifiée qu'offre la métropole et ses avancées dans le domaine de l'intelligence artificielle.

Montréal fait partie d'une liste de quatre villes qui ont été retenues par le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, afin d'accueillir un des centres de services partagés que l'organisation internationale souhaite établir en dehors de son siège social de New York dans le cadre d'une réforme administrative visant à réduire ses coûts de fonctionnement.

Le secrétaire général Guterres a entre les mains un rapport recommandant que la ville de Montréal soit choisie pour accueillir un tel centre pour la région des Amériques. Les autres villes qui pourraient se voir attribuer un centre du même acabit sont Nairobi, capitale du Kenya, pour la région de l'Afrique ; Budapest, capitale de la Hongrie, pour la région de l'Europe ; et Shenzhen, ville du sud-est de la Chine, pour la région de l'Asie, selon des informations obtenues par La Presse hier.

 

Une décision concernant cette réforme administrative doit être prise par la Cinquième commission, une entité de l'ONU chargée des questions administratives, au plus tard en mars, a indiqué hier l'ambassadeur du Canada aux Nations unies, Marc-André Blanchard, précisant que le centre pourrait ouvrir ses portes à Montréal en 2020 et pourrait compter une centaine d'employés en tout.

Au départ, la ville de Mexico semblait être en position de tête pour obtenir le centre pour la région des Amériques, mais Montréal a pu lui damer le pion au cours des derniers mois grâce aux efforts déployés par les membres de la mission canadienne à l'ONU et à la présentation bien ficelée faite par Montréal International avec l'appui de la Ville de Montréal et du gouvernement du Québec. Si Montréal obtient un tel centre, les autorités canadiennes se sont engagées à payer les frais de location des bureaux.

Si cette réforme devait aller de l'avant, Montréal obtiendrait ainsi une troisième entité des Nations unies sur son territoire, après l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) et le Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique.

« Une ville de calibre mondial »

Dans une entrevue accordée à La Presse, hier, entre deux rencontres aux Nations unies, M. Blanchard a soutenu que Montréal disposait de quelques atouts qui font en sorte que la métropole a la cote auprès des dirigeants de l'ONU. « Cela confirme que Montréal est une ville hôte de calibre mondial dans le contexte onusien », a affirmé l'ambassadeur.

Il a souligné que Montréal jouissait d'une position avantageuse en raison de sa main-d'oeuvre bilingue qualifiée - le français et l'anglais étant les deux langues de travail de l'ONU -, sans compter que nombre de travailleurs maîtrisent souvent une troisième langue. Montréal a également la cote parce qu'il est devenu une plaque tournante en matière d'intelligence artificielle en peu de temps, a-t-il dit.

Aussi, le Canada est un ardent défenseur du multilatéralisme sur la scène internationale - une position qui est fort appréciée à New York, a souligné M. Blanchard.

« La réforme de l'ONU est une priorité pour le secrétaire général. Donc, nous travaillons de près sur cette réforme. Mais il est à prévoir qu'il va y avoir des débats et de la diplomatie durant les prochaines semaines entre les gens qui sont favorables à cela et ceux qui auraient peut-être souhaité des recommandations différentes », a dit M. Blanchard.

« Urgence d'agir »

Les centres qui sont proposés permettraient de rationaliser les dépenses de l'ONU grâce, par exemple, à la centralisation des services aux agences et aux secrétariats touchant l'administration, les ressources humaines, la comptabilité et les services informatiques. Une décision doit être prise rapidement, car la réforme administrative doit permettre à l'ONU de réaliser des économies de 53 millions de dollars durant les cinq prochaines années, et de 23 millions de dollars par année par la suite.

« Compte tenu de la situation financière précaire des Nations unies, il y a une urgence d'agir dans ce sens-là. Le rapport du secrétaire général recommande ces quatre villes », a dit M. Blanchard, en poste depuis 2016. 

« Mais la Cinquième commission doit prendre une décision par consensus. Cette commission est composée de 193 États membres des Nations unies, et elle doit entériner la recommandation du secrétaire général, ce qui n'est pas du tout un automatisme. »

- Marc-André Blanchard, ambassadeur du Canada aux Nations unies

Au départ, 63 villes ont été évaluées par une firme de consultants pour accueillir un des quatre centres. Parmi elles, 39 villes répondaient aux exigences techniques minimales (main-d'oeuvre locale qualifiée, coûts de fonctionnement et pertinence de l'emplacement). En fin de compte, 19 États membres ont confirmé qu'ils étaient prêts à offrir des incitations financières qui permettraient à l'ONU de réduire ses coûts de fonctionnement.

Une excellente nouvelle pour Montréal si cela se concrétise !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Contenu similaire

    • Par Marc90
      En partant des principes hautement utopiques que le CP et le CN deviennent des partenaires dans le transport de personnes ET que le gouvernement du Québec finisse par admettre le potentiel et l'urgence du développement du transport collectif structurant comme le moteur économique et social, voici une vision personnelle d'une expansion globale et intégrée du réseau montréalais qui - c'est en tout ce que j'ai visé - s'insère dans des paramètres qui relèvent du techniquement et technologiquement possible, du socialement souhaitable/envisageable et du économiquement relativement viable. Au final, je ne suis certainement pas un expert, mais je crois que c'est ce que la région métropolitaine mérite. Et encore davantage. 

      Puis j'ai eu bien du plaisir à nommer les stations aussi! Plusieurs ont des référents géographiques clairs mais plusieurs sont des noms qui, je crois, auraient tout simplement du sens dans leurs quartiers et/ou devraient avoir leur place dans le panthéon des stations de métro. J'ai essayé de mettre le plus de noms de femmes aussi, puisqu'on en manque cruellement en ce moment dans la toponymie montréalaise.

      J'admet l'existence des trains de banlieue, biensûr, mais ils ne sont pas inclus dans le design des cartes que j'ai produit. On pourrait imaginer qu'un train de banlieue pourrait continuer à emprunter le corridor pour se rendre à St-Jérôme malgré un partage avec mon idée de ligne REM mauve, et ainsi de suite. De la même manière, je suis tout à fait d'accord avec l'idée de tramway, que je trouve complémentaire au métro, mais les lignes potentielles de tramway ne sont pas illustrées dans cette vision. Par contre, d'importants tronçons de la ligne REM Mauve seraient en mode tram. 

      L'idée de la ligne bleue qui se divise en plusieurs branches permettrait à la ligne de se rendre au centre-ville sans transfert. Ça incorpore littéralement le trajet de la ligne rose aussi. Je crois que la possibilité d'avoir des branches diverses à un même tronc devrait être exploré davantage à Montréal, de même que de changer la technologie de certaines lignes (la jaune avant tout) pour permettre aux expansions de sortir de terre. J'ai tout de même mis, dans les plans globaux, l'option AVEC ligne rose et SANS ligne rose.

      Certains secteurs névralgiques du développement futur de Montréal méritent également une attention particulière, comme le secteur de Victoriatown, de Blue Bonnets, de Lachine-Est, de Royalmount et de la pointe de Longueuil. J'ai essayé d'intégrer et le présent, et l'avenir de la région dans cette vision. 

      Bref, voilà, petite fantaisie du lundi soir. Enjoy!
      -MAP     





    • Par IluvMTL
      Port de Montréal
       
      Installations

       
      Accueil À propos du Port Carrières Nous joindre Médias English  
       
      ENTREPRISES
       
      LE PORT, PARTENAIRE D'AFFAIRES
      Nos avantages Plateforme intermodale Ouvert toute l'année Sûreté au port Statistiques Représentation - Europe / É-U / Asie Contacts à l'Administration portuaire Services fréquemment demandés Liens utiles aux entreprises Appels d'offres Magazine Port Info  
       
      OPÉRATIONS
      Arrivées et départs des navires Services programmés de conteneurs Pratiques et procédures Permis et autres documents MARSEC Avis aux usagers Services aux navires TarifsPassPortRéseau de caméras Internet    
      INFORMATIONS SUR LE PORT
      Répertoire du Port Carte des installations Carte du Port de Montréal Carte d'accès au siège socia lRoutes d'accès aux terminaux Information aux camionneurs Carte régionaleLois et règlements Conditions générales d’occupation FAQ    
       
      COMMUNAUTÉ
       
      PRÉSENTATION DU PORT
      Commerçant maritime mondial Le Port en chiffres Statistiques Moteur de développement économique Le Port au fil de son histoire Niveaux d'eau Maison des marins Présentation et discours Publications Carnet de bord – Le magazine des amis du port Devenez un ami du port PhotosVidéos  
      ENGAGEMENT SOCIAL
      Développement durable Environnement  
       
      PROJETS
      Travaux secteurs Maisonneuve et Viau  
       
      CROISIÈRES
       
      CROISIÈRES INTERNATIONALES
      Arrivées et départs des navires Montréal, destination touristique Accès à la gare maritime FAQ Photos Vidéos Liens utiles  
      CROISIÈRES INTÉRIEURES
      Liens utiles  
       
      BATEAUX DE PLAISANCE
      Liens utiles
    • Par mtlurb
      350 Maisonneuve
       
      Architectes: Menkès, Shooner, Dagenais, Letourneux
      Fin de la construction:2009
      Utilisation: Hôtel/Résidentiel
      Promoteur: SacresaCanada, Iber Management ( Espagne).
      Emplacement: Quartier des Spectacles, Montréal
      98 mètres (296 pieds) - 28 étages
      Description:
      - Le complexe en «L», comprendra environ 300 unités.

      Plus d'infos et d'images: http://www2.ville.montreal.qc.ca/ldvdm/jsp/ocpm/ocpm.jsp?laPage=projet14.jsp
      1b1.pdf