Recommended Posts

Frais d'université

Diminution des hausses

 

030513dalhousie-universite-classe_n.jpg (Archives)

 

Une enquête de Statistique Canada, rendue publique jeudi, révèle qu'en moyenne les frais de scolarité ont augmenté de 2,8 % au premier cycle universitaire, en 2007-2008, pour les étudiants à plein temps.

 

L'an passé, la hausse était de 3,2 %, tandis qu'elle atteignait en moyenne de 4,3 % pour la dernière décennie.

Les étudiants de premier cycle ont déboursé en moyenne 4524,00 $ en frais de scolarité en 2007-2008, comparativement à 4400,00 $ l'année précédente

 

Ces frais ont augmenté dans six provinces, y compris au Québec, où ils étaient gelés depuis plus de dix ans.

C'est au Nouveau-Brunswick (4,8 %), au Québec (4,8 %) et en Ontario (4,4 %) que les hausses ont été les plus fortes.

 

Les frais de scolarité les plus élevés sont enregistrés en Nouvelle-Écosse, où les étudiants de premier cycle ont payé en moyenne 5878,00 $.

 

Aucune surprise, les étudiants du Québec n'ont payé en moyenne que 2025,00 $, soit moins de la moitié de la moyenne nationale.

 

Frais de scolarité par provinces 2007-2008

  • Terre-Neuve-et-Labrador 2633,00$
  • Île-du-Prince-Édouard 4440,00 $
  • Nouvelle-Écosse 5879,00 $
  • Nouveau-Brunswick 5733,00 $
  • Québec 2025,00 $
  • Ontario 5381,00 $
  • Manitoba 3384,00 $
  • Saskatchewan 4774,00 $
  • Alberta 4964,00 $
  • Colombie-Britannique 4855,00 $

Share this post


Link to post
Share on other sites

^

c'est une petite minorité qui contrôle tout

 

je suis encore à l'université et dans les assemblé pour voter les grêves il y a souvent pas plus que 15-20 personnes (sur quelques milliers)....

 

ceux qui votes les grêves sont souvent les mêmes petits hippies qui passent 7 ans au Cégep en science humaines.....

 

des bon petit futur syndicalistes.....au lieu de proposer des solutions ou trouver des compromis, ils votent la grève......honnêtement ça commence à devenir chiant de payer pour perdre 3 semaines de cours a chaque session

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Similar Content

    • By IluvMTL
      https://renx.ca/quebec-forum-tackles-students-seniors-mixed-use-housing-issues/
      Quebec forum tackles rental housing challenges
      Danny Kucharsky | Property Biz Canada | 2018-03-01 An influx of affluent international students in Montreal is providing new opportunities to developers and forcing managers of student housing to up their game, says Jean-Marc Bélanger, vice-president of operations at Cogir Real Estate.
      The Humaniti development in Montreal, by Cogir Immobilier, includes a hotel, condos, multi-res housing, office and retail. (Rendering courtesy Cogir Immobilier)
      He was among the speakers at a session on trends in student housing, seniors housing and mixed-use developments at the recent Quebec Apartment Investment Conference in Montreal.
      “In the last few years, we’ve noticed a major change in the student clientele and their needs,” Bélanger says. Cogir manages about $3.5 billion in real estate, including several student residences in Montreal.
      Although Americans are still the No. 1 source for foreign students, “China is assuming its place in the sun in Montreal,” with a 187 per cent increase in the last few years at Cogir’s student residences.
      More international students
      Roger Côté, vice-president of services at Concordia University in Montreal, says there has been a dramatic increase in American and other international students in the last year to Canada and he attributes the increase to the election of Donald Trump as U.S. president.
      Wealthy students from China as well as the Middle East are increasingly seeking value-added amenities such as games rooms, gyms and yoga spaces, Bélanger says.
      Last year, Cogir installed a beehive at one of its residences serving McGill University students. Residents received training on the importance of bees and harvested and distributed the honey.
      “It’s a small gesture” but it provided a feeling of community, he says. “People really appreciated it.”
      While there are huge growth opportunities in a growing student market, there is a major short-term problem in the Montreal market, he says: Many owners of traditional multi-residential buildings have been offering promotions such as three months free rent to tenants. This has provided some developers with fewer incentives to build new student housing.
      Bélanger says international students are good at paying their rent. For the most part, it’s their parents who pay the rent and students undergo exhaustive credit checks before being accepted as tenants. 
      In addition, Concordia students have to pay their debts before they can graduate, Côté says.
      However, high vacancy rates and significant turnover are major challenges when it comes to housing international students. Bélanger notes there is a 30 to 50 per cent annual turnover rate in its downtown Montreal student residences. 
      That turnover does have benefits, though. It gives Cogir the opportunity to conduct major renovations, primarily during the summer, and to reposition its buildings.
      Seniors also seek more amenities
      It’s not only students who are seeking more when it comes to housing.
      “What we’re building now compared to what we built 10 years ago is greatly different,” notes Michel Bouchard, vice-president, real estate at Le Groupe Maurice, which develops and manages seniors housing in Quebec.
      Seniors want new housing, much larger common areas and better quality finishes, such as quartz countertops. They’re also more technologically adept than ever. A survey conducted by Le Groupe Maurice found 80 per cent of its residents aged 75 and over use tablets or smart phones.
      Demand for seniors housing will remain very strong, says Bouchard, noting there remains 15 to 20 years worth of development potential to accommodate aging baby boomers.
      Staffing an issue for seniors’ homes
      However, he cautions undisciplined developers have created an oversupply of seniors housing in certain markets. “It’s not good for the product, it’s not good for the product’s image, it’s not good for investors.”
      In addition, with unemployment rates currently low, it is a major challenge to find staff for seniors’ homes, he says.
      Given that labour is the largest single expense in seniors’ homes, minimum wage increases have a major impact on operating costs. Bouchard says the difference in minimum wages between Quebec ($11.25 an hour) and Ontario ($14) can make it more difficult for senior homes bordering Ontario to find employees.  
      One such seniors’ project, called L’Initial, is being built in Aylmer, Que., near Ottawa for delivery early next year. “How will we be able to find people and compete with Ottawa where salaries are higher? We’re looking for solutions.”
      Mixed-use projects “are the future”
      Bélanger says mixed-use projects “are the future” of development but bring with them problems both large and small that are not evident when they’re designed on paper.
      He gives the “banal” example of a condo owner’s dog that does its business outside a multi-residential building sandwiched with condos. The condo owner doesn’t scoop up the poop. “Who cleans up the mess?”
      While it’s the condo board’s responsibility, it ends up being cleaned by the janitor of the multi-residential building because “it’s our image” that’s at stake and it’s a common area. Small things like that put pressures on operating budgets.
      Another Cogir property has 250 housing units and a 24-hour gym in the lobby that offers popular cross-fit classes at all hours. While the classes are appreciated by most tenants, the noise from the music and dropped weights can be a nuisance to others. The key to handling such situations lies in being flexible, diplomatic and listening well, he says.
      Despite their complexity, mixed-use projects are well worth it and their benefits outweigh their negatives, Bélanger says. Cogir is co-developing the $200-million-plus Humaniti in downtown Montreal, which combines a hotel, condos, multi-residential housing, office space and retail.
      “We believe very much in them,” because they can satisfy people’s needs all under one roof. “There are other mixed-use projects coming to Montreal, and I’m certain they’ll be successful.”
    • By mtl_yul
      Pas de train haute vitesse entre Montréal et New York
      12 octobre 2007 - 07h09
      Presse Canadienne
       
      Au moment où il lance un grand chantier de renouvellement des infrastructures, le gouvernement du Québec renonce au projet de train rapide entre Montréal et New York, un méga-projet d'au moins 4 milliards $.
       
      Cliquez pour en savoir plus : Transport ferroviaire | Chef de l'état | Jean Charest | Eliot Spitzer | Québec-New York
      Le projet, qui flotte dans l'air depuis des années, n'est plus dans les cartons du gouvernement et ne fera pas partie des échanges tenus vendredi, à New York, entre le premier ministre Jean Charest et le gouverneur de l'État de New York, Eliot Spitzer.
       
      Pourtant, en octobre 2005, à Albany, lors du dernier sommet Québec-New York, le gouverneur de l'époque, George Pataki, et le premier ministre Charest avaient clairement dit que l'idée d'un lien ferroviaire haute vitesse entre l'État de New York et le Québec était hissée au rang de «projet» à réaliser à court terme.
       
      Les deux hommes s'étaient engagés à tout mettre en oeuvre pour que le projet se réalise.
       
      Aux yeux de M. Charest, ce projet constituait un «symbole fort et puissant» des liens qui unissent les deux voisins, et un moyen de plus de réduire les émissions de gaz à effet de serre, par la promotion du transport en commun.
       
      Or, deux ans plus tard, le dossier n'a pas bougé.
       
      Dorénavant, au ministère des Transports, plus modestement, on mise plutôt sur l'amélioration des infrastructures actuelles, ont indiqué plusieurs sources gouvernementales au cours des derniers jours à La Presse Canadienne.
       
      Si ce projet était devenu réalité, les passagers auraient pu faire le trajet Montréal-New York en quatre heures à peine, au lieu de 10 actuellement.
       
      Certaines évaluations fixaient à 500 000, voire 700 000, le nombre additionnel de voyageurs intéressés à faire la navette entre les deux villes, si un tel train à haute vitesse avait vu le jour.
       
      En 2004, une étude de préfaisabilité, menée par le New York State Department of Transportation et Transports Québec, avait fixé à 4 milliards $ US le coût de réalisation du projet, uniquement pour la construction des voies ferrées sur 613 kilomètres, dont seulement 77 au Québec.
       
      Les Américains auraient donc dû assumer la plus grande partie de la facture, soit au moins 4 milliards $, sans compter les wagons et locomotives.
       
      Le train de passagers, qui aurait roulé à 240 km/h, nécessitait la construction de plusieurs ponts et tunnels dans les Adirondacks, d'où un coût élevé.
       
      Pour Québec, la facture des voies ferrées était évaluée à 110 M$.
       
      À l'époque, en 2005, le ministre fédéral des Transports, Jean Lapierre, s'était montré prêt à envisager un financement d'Ottawa pour la portion canadienne du trajet. Mais à l'automne 2006, Ottawa avait refroidi les ardeurs de Québec, alors que le ministre Lawrence Cannon jugeait que le projet n'était pas rentable.
       
      Électricité à vendre
       
      Vendredi, à New York, après avoir prononcé une allocution devant 400 gens d'affaires, le premier ministre Charest rencontrera pour la première fois le nouveau gouverneur de l'État, Eliot Spitzer.
       
      Au cours des derniers mois, M. Spitzer a rendu publiques ses priorités en matière de transport, mais le train rapide New York-Montréal n'en fait pas partie.
       
      Même si plusieurs sujets sont à l'ordre du jour de la rencontre, il est clair que la vente d'hydroélectricité au voisin du sud arrive au premier rang des priorités du Québec dans ses relations avec New York.
       
      «Nous, on peut faire de l'argent et en même temps on aide l'environnement», a résumé le ministre du Développement économique, Raymond Bachand, lors d'un entretien téléphonique jeudi.
       
      Québec plaidera aussi pour assurer la fluidité du corridor de commerce entre les deux États.
       
      Les dossiers d'environnement et de sécurité seront aussi à l'agenda, de même que la tenue souhaitée d'un quatrième sommet Québec-New York. Les trois premiers ont eu lieu en 2002, 2004 et 2005.
       
      L'État de New York est le principal partenaire commercial du Québec aux États-Unis. En 2006, la valeur totale des échanges commerciaux a atteint 10,2 milliards $.
       
      Un sommet avait été atteint en 2000, avec 14,1 milliards $ d'échanges.
    • By Davidbourque
      Géothermie: Hydro-Québec vise une centrale-pilote
       
      Jean-François Cliche
      Le Soleil
       
      (Sherbrooke) Il n'y a pas que l'industrie des gaz de schiste qui a un oeil sur le sous-sol du sud de la province. Hydro-Québec aussi lorgne de ce côté, mais pour des raisons autrement plus «vertes» : c'est là, en effet, que la géothermie offre les potentiels les plus intéressants pour d'éventuelles centrales électriques. La société d'État vise même la construction d'une centrale-pilote pour 2015.
       
      C'est ce qu'il a été possible d'apprendre lors d'une conférence prononcée mardi au 79e congrès de l'Acfas, à Sherbrooke, par Vasile Minea, chercheur et ingénieur pour la société d'État. M. Minea y a principalement présenté l'évaluation qu'il a faite du potentiel géothermique québécois pour la production d'électricité.
       
      Intuitivement, on est porté à croire que la température est plus faible sous terre qu'à la surface, mais ce n'est vrai que jusqu'à une certaine profondeur - relativement faible, d'ailleurs - , sous laquelle la chaleur augmente. Après tout, on estime que la température du noyau de la Terre atteint 4000 °C, et celle de son «manteau» (couche d'environ 3000 km d'épaisseur située entre le noyau et la «croûte», la couche externe de 30 km), environ 1000 °C.
       
      À partir de données provenant de 980 forages pétroliers et gaziers creusés principalement entre Québec et Montréal, mais qui incluent un certain nombre de «trous» en Ontario et dans les Maritimes, Vasile Minea a colligé pas moins de 25 000 lectures de température à des profondeurs allant jusqu'à 4,4 km. Il a ainsi pu calculer qu'à 6 km, la température moyenne est de 120 °C dans le sud du Québec et d'environ 113 °C en Gaspésie et dans le golfe du Saint-Laurent. Mais il s'agit là d'une moyenne, la chaleur remontant mieux en certains endroits.
       
      Sans gaz à effet de serre
       
      Si l'on pouvait «récolter» seulement 2 % de cette énergie thermique, puis amener seulement 10 % de cette «récolte» jusqu'à la surface, puis transformer 13 % de la chaleur remontée en électricité, il y aurait moyen de produire ainsi 40 000 mégawatts (MW) de courant - soit l'équivalent de la capacité actuelle totale de production d'Hydro-Québec. Le tout, évidemment, sans gaz à effet de serre ni grandes étendues inondées.
       
      Il y a déjà quelques centrales électriques dans le monde qui génèrent de l'électricité de cette manière. Le principe, explique M. Minea, consiste à injecter de l'eau sous haute pression à grande profondeur.
       
      La pression du liquide crée ou agrandit alors des crevasses qui permettent à l'eau de circuler, et donc de recueillir la chaleur de la roche.
       
      Un second forage est percé à quelques centaines de mètres pour permettre à l'eau chaude de remonter - ce qu'elle fait à cause de la pression - , puis on en tire de la vapeur qui fait tourner une turbine.
       
      Si tout se passe bien, dit M. Minea, c'est-à-dire si d'autres études confirment l'intérêt de l'entreprise, Hydro-Québec pourrait construire une centrale géothermique dès 2015 pour tester la technologie. Mais dans tous les cas, on ne verra pas de sitôt d'exploitation à grande échelle, nuance-t-il.
       
      Projet stratégique
       
      «À Hydro-Québec, c'est vu comme un projet stratégique, projet à long terme. On vise une application pour l'horizon 2030 à 2050», dit M. Minea.
       
      Et pour cause : les coûts de pareilles centrales sont encore très loin d'être compétitifs. Construire une centrale moyenne, a calculé l'ingénieur, coûterait environ 26 millions $ sans compter les imprévus, ce qui donnerait environ 10 400 $ par kilowatt installé; par comparaison, le projet de La Romaine, sur la Basse-Côte-Nord, coûtera environ 5000 $/kW.
       
      Mais comme la technologie des forages de grandes profondeurs coûte de moins en moins cher, on peut imaginer que cette source d'énergie pourrait devenir rentable dans, disons, un «avenir envisageable».
       
       
      lien: http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/environnement/201105/12/01-4398731-geothermie-hydro-quebec-vise-une-centrale-pilote.php
    • By Le Fou
      J'ai vu le chantier en passant par là à plusieurs reprises. Rien ne m'aurait fait croire que ça puisse avoir 8 étages de bureaux. L'environnement immédiat m'apparaissait assez poche au premier coup d'oeil. J'aurais cru à l'érection d'une boîte de tôle pour classer des courroies de cuir.
       
      Prestige Prestige, quand tu nous dis que tu es Prestige, oui oui... Miam.
    • By GDS
      http://www.quartier440.ca/projet-condo-laval.html
       
      Fenêtre ouverte sur la sérénité et la quiétude, Quartier 440 déploie un espace où la nature reprend ses privilèges, pour le plus grand plaisir de ses habitants. Le Quartier 440 est protégé de la circulation grâce à l’Avenue Jacques Bureau qui traverse tout le complexe et fini en rond-point. Comportant deux espaces verts publics, un aménagement paysagé élaboré et des toitures vertes écologiques, le 440 s’instaure comme étant le premier parc urbain à vocation résidentielle de la région Laval et Rive-Nord.
       
      Localisé à moins de 5 minutes des autoroutes 440, 15 et 13 ainsi que des principales zones commerciales de Laval, le Quartier 440 est le compromis idéal entre la campagne et la ville.