Jump to content

Ville de Québec - les projets


Recommended Posts

  • 4 weeks later...
  • 8 months later...
  • 4 months later...

Place Fleur de Lys Québec finance la transformation d’un centre commercial

 

PHOTO FRANCIS VACHON, ARCHIVES ALAMY STOCK PHOTO

La transformation de Place Fleur de Lys, photographiée ici en 2015, s’inscrirait dans un redéveloppement urbain majeur du quartier, démarré en 2021.

Le gouvernement du Québec investit 43 millions de dollars dans la transformation de Place Fleur de Lys en complexe multifonctionnel de 750 millions ayant des composantes résidentielles, de bureaux et de services à la population. Une intervention inhabituelle qui soulève des réactions.

Publié à 5h00

https://www.lapresse.ca/affaires/marche-immobilier/2022-07-28/place-fleur-de-lys/quebec-finance-la-transformation-d-un-centre-commercial.php

André Dubuc La Presse

Selon le décret publié le 27 juillet et adopté le 6 juillet dernier, l’argent provient de l’enveloppe discrétionnaire du gouvernement, appelée Fonds de développement économique, laquelle sert au financement d’entreprises. Investissement Québec (IQ) agit comme mandataire.

« L’intervention se justifie par sa différenciation en regard des autres projets immobiliers. Cet important projet va permettre de redynamiser un quartier central de la ville de Québec, d’attirer de nouvelles clientèles et d’offrir une panoplie de services à la population avoisinante », explique-t-on au ministère de l’Économie.

« Il s’agit d’un partenariat d’affaires avec espérance de rendement, poursuit-on. Si d’autres promoteurs déposent des projets semblables, ils seront analysés en tenant compte des mêmes critères et avec la même rigueur que celui concernant Place Fleur de Lys », assure le gouvernement.

Pas de logement social

Sans succès, La Presse a demandé au gouvernement et aux propriétaires de Place Fleur de Lys le nombre de logements sociaux prévus. Un article du quotidien Le Soleil datant de septembre 2021 rapportait qu’il y en aurait 0 sur les 1000 premiers logements.

L’investissement gouvernemental prend la forme de l’achat d’actions privilégiées d’au maximum 43 millions de dollars dans la société 9468-4859 Québec, dont les administrateurs sont liés à Trudel Alliance, propriétaire de Place Fleur de Lys. Le rendement exigé est gardé confidentiel.

La société en commandite Trudel Alliance est en train de transformer le vieux centre occupant un terrain d’une superficie de 280 000 m2 (3 millions de pieds carrés) en un complexe à vocation mixte. Des travaux d’une valeur de 750 millions répartis sur cinq à sept ans sont au programme.

Plus de 2500 logements, un campus universitaire, des arbres, des services à la collectivité, des bureaux et des espaces commerciaux remplacent la galerie marchande défraîchie d’environ 80 000 m2 (860 000 pi2).

La société en commandite Trudel Alliance appartient aux frères William et Jonathan Trudel et à leurs partenaires. Au nombre des commanditaires, on trouve une société liée au constructeur Pomerleau.

 

PHOTO PATRICE LAROCHE, ARCHIVES LE SOLEIL

Les frères William et Jonathan Trudel, propriétaires de Trudel Alliance, en juin 2021

« Cet investissement gouvernemental se fait par le biais d’une prise de participation en actions privilégiées. Celles-ci seront à terme rachetées par Trudel. Cet investissement vient bonifier le volet innovant de Fleur de Lys », dit la société Trudel dans un second courriel envoyé à La Presse. Dans un autre courriel envoyé précédemment, la société écrivait que le projet « aurait été réalisé avec ou sans l’aide gouvernementale ».

Le nouveau campus de l’UQTR à Québec, qui se trouve non loin de Place Fleur de Lys, a accueilli ses premiers étudiants l’automne dernier. Il est aussi question d’y ouvrir une université du troisième âge. Le projet de transformation a fait l’objet d’une consultation des parties prenantes.

Un précédent

« Si les fonds servent au redéveloppement du centre, l’équivalent devra être rendu disponible à tous les promoteurs », soutient Vincent Chiara, président de Groupe Mach, propriétaire de plusieurs centres commerciaux dans la région de Québec

Il existe 50 centres commerciaux de plus de 500 000 pi2 de superficie locative au Québec. « À peu près tous ont des projets de transformation », signale le spécialiste en immobilier commercial Jean-François Grenier, directeur principal d’Altus Solutions analytiques.

Dans le passé, le gouvernement provincial est intervenu dans le marché privé de l’immobilier en subventionnant les locataires d’immeubles. Ç’a notamment été le cas à la Cité multimédia et à la Cité du commerce électronique, au tournant du siècle. Les concurrents avaient crié à la concurrence déloyale. Cette fois-ci, l’intervention se fait dans le capital d’une filiale du promoteur.

« Une intervention justifiée »

« Une telle aide n’est certainement pas courante, convient François Des Rosiers, professeur à l’Université Laval. Elle s’inscrit sans doute dans une perspective de redéveloppement urbain majeur du secteur avoisinant le Centre Vidéotron. Il ne s’agit donc pas de “rénover” le centre commercial, mais de changer radicalement sa vocation », précise-t-il.

Pour Danielle Pilette, professeure au département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale de l’École des sciences de la gestion de l’UQAM, l’intervention gouvernementale est justifiée, puisque le projet aidé vise à requalifier un secteur de Vanier, un quartier central de la ville de Québec en manque d’amour.

La présence du campus de l’UQTR et celle à venir de l’université du troisième âge contribuent à la démocratisation du savoir.

Danielle Pilette, professeure à l’École des sciences de la gestion de l’UQAM

Il y a tout un travail à faire de requalification de la ville de Québec à partir du savoir. Ce genre d’intervention gouvernementale s’inscrit dans cette démarche. En investissant sous forme d’actions privilégiées, ajoute-t-elle, le gouvernement se donne des garanties.

Les mots clés sont « revitalisation urbaine », dit pour sa part Christian Yaccarini, président de Société de développement Angus (SDA), un promoteur mettant de l’avant des projets avec des composantes d’économie sociale. « Au niveau du principe, je trouve intéressant que le gouvernement s’implique pour accompagner des projets de revitalisation urbaine dans un contexte de crise du logement, avec la hausse des coûts et du prix des terrains », dit-il.

D’ailleurs, au début de la mise en valeur des terrains Angus, dans Rosemont, dans les années 1990, SDA avait reçu 32 millions en prêts gouvernementaux qui se sont avérés essentiels au décollage de l’aventure et à son succès, insiste-t-il. Les prêts ont depuis été remboursés.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Superbe nouveau pont de l’Île-d’Orléans 🙂

Le nouveau pont de l’Île-d’Orléans

28 juillet 2022

Mise à jour le 29 juillet 2022

image.png.2129bead73eaaf6e7eebe753e01159ae.png

Inauguré en 1935, le pont de l’Île-d’Orléans, qui assure le lien avec la rive nord du fleuve Saint-Laurent, arrive à la fin de sa vie utile.

En outre, n’étant plus aux normes, il n’offre que deux voies étroites sans accotement et avec limite de charge aux quelque 12 000 véhicules (15 000 durant la période estivale) qui l’empruntent quotidiennement.

La solution retenue en aval des diverses études et consultations prévoit la construction d’un pont à haubans d’une longueur approximative de 2,1 kilomètres, à environ 120 mètres à l’ouest du pont actuel. Il comprendra toujours une seule voie de circulation par direction, toutefois plus large, mais sera doté, de chaque côté, d’un accotement et d’une piste polyvalente.

Des travaux seront effectués aux approches de la future structure. Ils se traduiront, sur l’ile d’Orléans, par le raccordement du pont à la route 368 (côte du Pont) et, à Québec, par la reconstruction de l’échangeur le reliant à l’autoroute Dufferin-Montmorency et au boulevard Sainte-Anne. À la suite de quoi l’actuel pont sera démantelé.

Couts

Plus de 100 millions de dollars

Donneur d’ouvrage

Ministère des Transports du Québec (MTQ)

 

Échéancier

2015

Le Gouvernement du Québec décide de construire un nouveau pont à haubans pour assurer la desserte de l’ile d’Orléans.

Octobre 2020

Dévoilement du concept du nouveau pont, « un navire immobile au cœur du fleuve », du Groupement Origine Orléans, composé des firmes Stantec et EXP, qui a été sélectionné pour en effectuer la conception préliminaire.

Novembre 2020 à janvier 2021

Première démarche de consultation publique.

Mars 2021

Seconde étape de la consultation publique.

Avril 2021

Finalisation de la conception préliminaire.

Juillet 2021

Début de la préparation des plans et devis.

Septembre 2021

L’étude d’impact sur l’environnement du projet est déposée au ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Octobre et décembre 2021

Séance d’information publique du BAPE et consultation ciblée sur certains enjeux du projet.

Juin à octobre 2022 

Période de sélection de l’entrepreneur ou du consortium pour la conception et la construction du nouveau pont. L’appel de qualification vise à évaluer les capacités techniques et financières des candidats en amont de l’appel de propositions.

Été 2022

Mise en chantier des travaux préparatoires sur l’ile d’Orléans, soit la requalification de la côte du Pont et le réaménagement de son intersection avec le chemin Royal et la route Prévost.

Fin 2027

Mise en service prévue du nouveau pont.

Un peu d’histoire

Avant la construction du pont de l’Île-d’Orléans, apprend-on sur le site du MTQ, la traversée du fleuve se faisait généralement en chaloupe durant l’été. L’hiver, lorsque la glace était suffisamment épaisse, des ponts de glace étaient construits et on faisait le lien en canot. Des goélettes et puis un traversier à vapeur ont éventuellement été utilisés.

Au début des années 1930, en réponse à la pression des insulaires, notamment des agriculteurs qui souhaitaient avoir à leur disposition un moyen rapide et régulier pour approvisionner le marché de Québec, le gouvernement provincial entreprend la préparation des plans et devis pour la construction d’un pont.

Le pont suspendu est inauguré le 6 juillet 1935 et nommé pont Taschereau en l’honneur de Louis-Alexandre Taschereau, alors premier ministre du Québec. L’ouvrage d’art est renommé pont de l’Île-d’Orléans en 1977.

••••

Le nouveau pont de l’Île-d’Orléans. Crédit : MTQ

image.png.163efc3637e298350a0b7bf5c2654789.png

image.png.6e7ef0cc7ede88d7a0ec1780b469726d.png

https://www.portailconstructo.com/actualites/grands_chantiers/nouveau_pont_lile_dorleans

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...