Jump to content

Recommended Posts

Dans La Presse d'aujourd'hui :

 

 

Publié le 24 avril 2013 à 11h26 | Mis à jour à 11h26

 

 

Tramway: l'étude de faisabilité du projet confirme sa pertinence

 

 

Une image de ce que pourrait être le tramway de Montréal.

Photo fournie par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

Member uploaded pictures are not shown to unregistered visitors.spacer.png

Create a free account or sign in to view the pictures.

 

La Presse Canadienne

 

L'étude de faisabilité technique du projet de la première ligne du tramway à Montréal confirme la pertinence de doter la ville d'un transport collectif intermédiaire entre l'autobus et le métro.

 

Cette première ligne est constituée d'un tracé en boucle dans le centre-ville, puis, dans l'axe du chemin de la Côte-des-Neiges. Elle s'étendrait sur 13,2 km et permettrait de véhiculer plus de 70 000 usagers par jour.

 

L'étude ajoute que le tracé est particulièrement adapté aux secteurs de fort achalandage situés à proximité puisqu'il comprend une quantité importante de pôles générateurs de déplacements, tels des hôpitaux et des campus d'universités.

 

On croit que le tramway offrira un service sécuritaire et confortable tout en permettant des gains de temps appréciables en termes de déplacement.

 

L'étude de faisabilité conclut aussi à l'amélioration de la qualité de vie des quartiers desservis grâce à la création d'espaces publics, l'accessibilité accrue aux secteurs en développement et par l'impact du projet sur la qualité de l'air.

 

Réal Ménard, responsable du transport au comité exécutif de la Ville de Montréal, croit que l'étude de faisabilité confirme la pertinence du projet et met en évidence l'importance des investissements requis. Le coût de cette première ligne du tramway est estimé à près d'un milliard de dollars.

 

Les auteurs de l'étude affirment que le projet permettra de générer une plus-value foncière de près de 1 milliard de dollars et de créer près de 12 400 emplois directs et indirects.

 

 

http://www.lapresse.ca/actualites/regional/montreal/201304/24/01-4644105-tramway-letude-de-faisabilite-du-projet-confirme-sa-pertinence.php

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 698
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

La Ville rend publique l'étude de faisabilité du projet de tramway

 

24 avril 2013

 

Montréal, le 24 avril 2013 -Monsieur Réal Ménard, responsable du transport au comité exécutif de la Ville de Montréal, rend publique l'étude de faisabilité technique du projet de la première ligne du tramway à Montréal, soit un tracé en boucle dans le centre-ville, puis dans l'axe du chemin de la Côte-des-Neiges. Cette ligne de tramway s'étendra sur 13,2 km et permettra de véhiculer plus de 70 000 usagers par jour.

 

« L'implantation de la première ligne du tramway à Montréal est un projet qui viendra non seulement améliorer la desserte en transport collectif, mais qui sera également l'un des gestes les plus importants qui puisse être posé au chapitre de la requalification urbaine, du développement économique et du développement durable. L'étude de faisabilité confirme la pertinence du projet et met en évidence l'importance des investissements requis », a déclaré M. Ménard.

 

Le coût de cette première ligne du tramway est estimé à près d'un milliard de dollars. Or, le financement du projet du tramway arrive à un moment où plusieurs projets de transport collectif requièrent d'importants investissements de l'ordre de 23 G$ à l'échelle métropolitaine.

 

« Le tramway s'inscrit dans la poursuite du développement de notre réseau dans un horizon de moyen terme. Considérant la réalité des finances publiques, nous souhaitons que le rigoureux travail d'analyse entamé soit poursuivi, afin d'évaluer avec précision les différents scénarios de financement. En ce sens, nous avons mandaté le Service des finances et la Direction des transports d'étudier des mesures alternatives de financement du tramway. Le rapport de cette étude devrait être prêt d'ici la fin de l'année », a ajouté M. Ménard.

 

Les faits saillants de l'étude de faisabilité

L'étude de faisabilité confirme la pertinence de doter Montréal d'un transport collectif intermédiaire entre l'autobus et le métro. Tel que conçu, le tracé de la première ligne est particulièrement adapté aux secteurs de fort achalandage situés à proximité. Cette nouvelle offre de service répondra aux besoins de mobilité des Montréalais, d'autant que le tracé comprend une quantité importante de pôles générateurs de déplacements, dont des pôles hospitaliers et des pôles universitaires. Plusieurs secteurs amenés à se développer considérablement au cours des années, tels que Griffintown et les secteurs de l'hippodrome et de Radio-Canada, pourraient bénéficier grandement de la venue du tramway pour assurer une desserte en transport collectif performante. Bien intégré au réseau existant, le tramway offrira un service sécuritaire et confortable tout en offrant des gains de temps appréciables en termes de déplacement.

 

L'étude de faisabilité conclut aussi à l'amélioration de la qualité de vie des quartiers desservis par la création de nouveaux espaces publics, par l'accessibilité accrue aux nouveaux secteurs en développement et par l'impact du projet sur la qualité de l'air. De surcroît, ce projet permettra de générer une plus-value foncière de près de 1 G$ et de créer près de 12 400 emplois directs et indirects.

 

Pour en apprendre davantage sur le projet du tramway à Montréal, et consulter l'étude de faisabilité et les documents annexes, le lecteur est invité à consulter le site Internet suivant : ville.montreal.qc.ca/transports, sous la rubrique Publications.

 

FICHE TECHNIQUE

 

Coût de l'étude : 2,3 M$ financée à 90 % par la Ville de Montréal et 10 % par Hydro-Québec

 

Tracé du tramway dans l'axe de Côte-des-Neiges–centre-ville :

- Rue Jean-Talon

- Chemin de la Côte-des-Neiges/rue Guy

- Boulevard René-Lévesque

- Rue Berri

- Rue de la Commune

- Rue Peel

 

Principales caractéristiques :

- Longueur : 13,2 km

- Nombre de stations : 32

- Distance moyenne entre les stations : 420 mètres

- Nombres de rames : 26

- Vitesse commerciale : 18,1 km/h

- Achalandage : 70 000 passagers par jour

 

Matériel roulant :

- Longueur (rame) : 30 à 35 mètres (extensible)

- Largeur : 2,65 mètres

- Capacité : 200 personnes

- Alimentation : électrique

 

Insertion urbaine

Selon les différents tronçons :

- Insertion axiale (bidirectionnelle au centre de la rue) ou

- Insertion latérale (bidirectionnelle en bordure de la rue)

 

Pôles urbains desservis

- 12 grands pôles générateurs de déplacements (Place Ville- Marie, Centre Bell, Quartier international, Palais des congrès, Vieux-Montréal, etc.)

- 5 pôles hospitaliers (CHU Sainte-Justine, Hôpital général juif, hôpital St. Mary, CUSM (site de la Montagne) et CHUM/Saint-Luc)

- 7 pôles universitaires (Université de Montréal, HEC, École Polytechnique, Université Concordia, McGill, UQAM, ÉTS)

Aspects financiers :

- Coûts de construction et d'acquisition (avec contingences) : 1,023 G$ (janvier 2011)

- Coûts d'exploitation et d'entretien : 19,2 M$/an

- Ratio d'autofinancement (exploitation et entretien) : 88 %

- Ratios d'autofinancement comparable : STM métro 87 %, STM global 59 %, AMT 41%, GO Transit Toronto 88 %

 

Retombées économiques (sur 36 ans)

- Emplois directs, indirects et induits (personne-année) : 12 392

- Valeur foncière ajoutée : 967 M$

- Revenus fiscaux pour la Ville : 157 M$

- Revenus taxes gouvernementales (Canada et Québec) 220 M$

- Ratio avantages/coûts (avec développement immobilier) : 0,77

Link to comment
Share on other sites

Sur lapresse.ca:

 

Publié le 24 avril 2013 à 11h26 | Mis à jour à 13h10

 

Le tramway roulera à Montréal «dans un horizon d'espoir 2021»

 

Member uploaded pictures are not shown to unregistered visitors.spacer.png

Create a free account or sign in to view the pictures.

Même s'il estime que le tramway ajouterait «une valeur inestimable» à Montréal, le responsable du dossier au comité exécutif, Réal Ménard, se montre réaliste: sa réalisation ne pourrait se faire avant 2021.

 

En dévoilant ce matin une étude commandée au coût de 2,3 millions en 2009, qui évalue les investissements nécessaires à un milliard, M. Ménard a tenu à tempérer les attentes. Il l'a fait de façon plutôt poétique, en utilisant l'expression d'«horizon d'espoir» d'ici huit ans.

 

«On pense qu'on a des arguments forts pour convaincre le gouvernement Marois dans un horizon de moyen terme, a-t-il déclaré en point de presse. Mais aussi enthousiasmante que soit l'ouverture de ce chantier, il ne faut pas oublier que les courbes de l'espoir et des finances publiques de Montréal devront se croiser.»

 

L'étude commandée à Genivar-Systra s'est intéressée à la faisabilité d'une première ligne de 13 km, qui se rendrait en 32 stations du centre-ville à la rue Jean-Talon, par le chemin de la Côte-des-Neiges. On évalue que 70 000 personnes l'utiliseraient tous les jours, ce qui financerait 88% de ses frais de fonctionnement. Elle permettrait en outre un développement économique qui générerait la construction de 2000 logements et 12 000 emplois directs et indirects. L'augmentation des valeurs foncières dans son giron permettrait à la Ville de percevoir 157 millions en revenus fiscaux.

 

Sous et fonctionnaires

 

L'étude a été déposée à la Ville en novembre 2011 et n'a été rendue publique que ce matin, à la demande du chef de Projet Montréal, Richard Bergeron. D'autres études similaires, notamment celle commandée à Pricewaterhouse Coopers en 2010, devraient être dévoilées sous peu. Leur coût totalise 4 millions. Les explications concernant les délais de publication de ces études sont quelque peu nébuleuses.

 

Pour évaluer pleinement l'impact financier de ce projet, le Service des finances et la Direction des transports ont été mandatés et devraient déposer leur rapport d'ici la fin de l'année.

 

«Nous voulons analyser toutes les possibilités financières», a expliqué M. Ménard.

 

À court terme, a-t-il rappelé, son administration de coalition s'est engagée dans d'autres projets, notamment le Service rapide par bus sur Pie-IX et le train de l'Est.

 

«L'accélérateur au plancher»

 

Pour Richard Bergeron, les 18 mois qu'il a fallu pour dévoiler l'étude de Génivar-Systra sont symptomatiques du peu d'empressement de l'administration à réaliser le projet de tramway. «Il va falloir se décider à accélérer le processus.Ça nous a pris quatre ans pour le métro de Montréal, alors que c'est beaucoup plus simple de faire un tramway.»

 

Le chef de Projet Montréal s'engage, s'il est élu, à offrir aux Montréalais un début de réseau dès 2017. «Vous pouvez être sûr qu'on va mettre l'accélérateur au plancher. Ça va être une découverte extraordinaire pour les Montréalais.»

 

Quant au financement, il ne doute pas que la métropole peut s'offrir ce mode de transport collectif, avec un règlement d'emprunt dont le coût annuel serait de 44 millions par année.

 

«L'administration Tremblay a levé deux nouvelles taxes, sur le stationnement et l'immatriculation, qui rapportent 58 millions par année. Si on met ces revenus dans un fonds dédié au transport collectif, il nous resterait 14 millions pour faire autre chose.»

 

Quant au contenu de ce rapport dont il a demandé la divulgation la semaine dernière, il constitue «une grande déception», conclut-il. «Il n'y a pas grand-chose de neuf là-dedans. Je n'ai absolument rien appris.»

 

D'autres priorités

 

La chef de l'opposition, Louise Harel, a accueilli avec dérision cet empressement de M. Bergeron, qu'elle surnomme «Monsieur Tramway». «Il voudrait faire un référendum là-dessus. C'est un très beau projet, mais le grand défi, c'est de concilier ce qui est souhaitable et ce qui est réalisable.»

 

Montréal a besoin de réaliser des projets à plus court terme, estime-t-elle, reprenant la liste de son conseiller Réal Ménard à laquelle elle ajoute le système électrique de transport léger sur rail sur le futur pont Champlain . «Ce sont les priorités des prochaines années.»

 

Elle a demandé à son tour qu'on divulgue une autre étude, celle qu'aurait commandée la Société de transport de Montréal sur la faisabilité d'un trolley bus sur un segment de la rue Sherbrooke.

 

Le tramway en chiffres

 

13,2 km

 

32 stations

 

Vitesse : 18 km/h

 

Achalandage : 26,6 millions de passagers par an

 

Alimentation : électrique

 

Coût : 849$ (un milliard avec les contingences et les taxes)

 

Dont :197 millions pour le système de transport, 160 millions pour les aménagements urbains, 113 millions pour le matériel roulant

 

Coût d'exploitation : 19,2 millions par année (88% provenant des revenus générés)

 

Mise en service : 6 ans après le début de l'avant-projet préliminaire

 

http://www.lapresse.ca/actualites/regional/montreal/201304/24/01-4644105-le-tramway-roulera-a-montreal-dans-un-horizon-despoir-2021.php

Link to comment
Share on other sites

Est-ce que quelqu'un peut nous expliquer en quoi le tramway est si extraordinaire vs une ligne d'autobus ou de métros ?

 

Le tram, c'est l'efficacité d'un métro, mais en moins cher.

Tout est là.

 

Le métro de Laval a couté 803,6 M$ pour 5 km de trajet.

On parle ici du même prix, mais pour 13,2 km.

 

Et les coûts d'une éventuelle expansion seront nettement moins cher.

Edited by UrbMtl
Link to comment
Share on other sites

Je ne pense pas que c'est la même efficacité qu'un métro; ça se situe entre les bus et le métro. Et puis, ça circule dans les rues et ça se prends dans le traffic! J'ai bien hâte de voir s'ils vont être capable de maintenir du 4 minutes en heure de pointe sur Côte-des-Neiges ou René-Lévesque...

Link to comment
Share on other sites

Pourquoi les villes continuent de construire des métros alors ?

 

Le métro est plus rapide, c'est certain, et possède moins d'arrêts.

 

Mais tous les secteurs ne sont pas assez dense pour permettre la construction d'une ligne de métro, ce qui ne veut pas dire que ces secteurs n'ont pas un besoin criant pour une nouvelle desserte en tec.

 

On n'irait pas construire une ligne de métro simplement pour desservir le sud du Vieux et Griffintown. Pourtant, la population est/sera tellement importante qu'elle justifie une augmentation de l'offre en tec.

 

Une simple ligne de bus n'aura jamais les effets d'un tram.

Le tram a une capacité plus grande, offre un confort supérieur, peut facilement se déplacer l'hiver (as-tu déjà vu les bus articulés de Pie-IX l'hiver? Un triste spectacle...) et surtout : il n'est pas soumis à la congestion de la rue.

 

Si tu regardes dans le monde, on investi beaucoup plus dans les nouvelles lignes de trams ou SLR que des lignes de métro (les premiers qui me viennent en tête : Amsterdam, Paris, Portland, Strasbourg, etc.). Sans compter que le nôtre ne peut sortir du sol (à moins d'être couvert).

 

On n'imaginerait jamais une ligne de métro être remplacée par une ligne de bus. Il faut voir le tram de la même façon.

Link to comment
Share on other sites

Je ne pense pas que c'est la même efficacité qu'un métro; ça se situe entre les bus et le métro. Et puis, ça circule dans les rues et ça se prends dans le traffic! J'ai bien hâte de voir s'ils vont être capable de maintenir du 4 minutes en heure de pointe sur Côte-des-Neiges ou René-Lévesque...

 

Le tram étudié à Montréal ne roulera pas sur les mêmes voies que les voitures :

 

 

 

 

 

 

 

 

Member uploaded pictures are not shown to unregistered visitors.spacer.png

Create a free account or sign in to view the pictures.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By mtlurb
      REM de l'est
      Je propose de créer un nouveau fil pour ce projet sorti de nulle part cet après-midi.
      http://journalmetro.com/actualites/montreal/1655839/quebec-allonge-15m-pour-etudier-de-grands-projets-de-transport-collectif/
      "de même que l’extension du Réseau express métropolitain (REM) dans l’emprise du train de l’Est."
    • By ChrisDVD
      Réseau express métropolitain (REM) phase 1

      26 stations / 67 km
      Liens utiles :
      http://www.rem.info/ http://www.nouvlr.com/ https://surlesrails.ca/ https://www.devisubox.com/dv/dv.php5?pgl=Project/interface&dv_pjv_sPjvName=Reseau Express Metropolitain https://www.youtube.com/channel/UCRulWJrtFo8KNxr-2FgILhQ https://twitter.com/REMgrandmtl https://www.instagram.com/rem_metro/ https://www.facebook.com/REMgrandmtl/
      TRAINS
      Voiture de type métro léger, électrique Flotte de 212 voitures Alstom Metropolis Rame de 4 voitures en heure de pointe; rame de 2 voitures en hors pointe Capacité de 150 passagers par voiture (assis et debout) Configuration entre deux voitures de type "boa" Alimentation électrique par caténaire Systèmes et conduite automatisée des trains Vitesse maximale de 100 km/h STATIONS / GARES
      Quais d'environ 80 m de long Portes palières sur les quais Accessibles à pied, vélo, par autobus et en voiture Accès universel Ascenseurs, escaliers mécaniques et supports à vélo Wi-Fi offert sur toute la ligne Préposés circulant dans les rames et stations pour information et contrôle ---
      Fil de discussion pour les prolongements hypothétiques:
      https://mtlurb.com/index.php?/topic/15107-rem-expansion-future/
       
       
       
    • By Nameless_1
      La Ville de Montréal dévoile sa programmation hivernale
      26 novembre 2020 | mise à jour le: 26 novembre 2020 à 17:14 temps de lecture: 5 minutesPar:  Zacharie GoudreaultMétro

      De nouvelles places publiques, des sentiers mieux entretenus dans les parcs, des patinoires: la Ville de Montréal a présenté jeudi sa programmation hivernale. Elle espère ainsi inciter les Montréalais à «bouger en sécurité» au cours des prochains mois, tout en stimulant l’achat local.
      La pandémie, combinée aux journées plus courtes et grises qui marquent l’arrivée de l’hiver, ont affecté le moral des citoyens, constate la mairesse de Montréal, Valérie Plante.
      «Il y a cette fatigue qui s’installe et qui est plus difficile pour certaines personnes. C’est un climat qui est assez anxiogène», a-t-elle souligné jeudi après-midi lors d’une conférence de presse à l’hôtel de ville. Elle a alors présenté la programmation hivernale 2020-2021 de la Ville de Montréal.
      ...
      Des stations hivernales
      Ce plan prévoit notamment l’aménagement de 25 stations hivernales dans 17 arrondissements de la métropole au cours des prochaines semaines. Celles-ci prendront forme près d’artères commerciales, voire sur celles-ci, afin d’inciter les Montréalais à aller faire leurs emplettes dans les commerces locaux. Ces petites places publiques seront lumineuses afin d’attirer le regard.
      ...
      Pas pour se réchauffer
      Afin d’éviter que ces petites places publiques deviennent des lieux de rassemblements, aucune programmation d’activités culturelles ou ludiques ne sera mise en place pour ces lieux. Par ailleurs, les stations hivernales ne seront pas chauffées.
      ...
      Plus d’activités dans les grands parcs
      Le programme prévoit par ailleurs la création de nouvelles patinoires, dont une au square Cabot et une seconde au parc Jean-Drapeau. Ce dernier accueillera également une glissade, de même que de nouveaux kilomètres de sentiers pédestres et d’autres dédiés aux fat bike et au ski de fond, entre autres.
      Par ailleurs, bien que la Fête des neiges n’aura pas lieu cette année au parc Jean-Drapeau, plusieurs activités gratuites y seront offertes à partir du 19 décembre, assure la Ville. Cette programmation proposera notamment la découverte d’un sentier historique en raquettes et une exposition extérieure baptisée «Océans».
      ...
      Contrôler l’achalandage
      La Ville entend d’ailleurs s’assurer de surveiller les grands parcs cet hiver pour en limiter l’achalandage. Cet été, l’administration municipale a notamment dû fermer le stationnement du parc du Mont-Royal à plusieurs reprises parce que trop de personnes s’y sont rendues les jours de beau temps.
      «Il y a le mont Royal, mais il y a d’autres endroits. C’est ce que je veux dire aux Montréalais.» -Valérie Plante, mairesse de Montréal
      https://journalmetro.com/actualites/montreal/2583376/la-ville-de-montreal-devoile-sa-programmation-hivernale/
       
    • By IluvMTL
      http://www.vieux.montreal.qc.ca/accueil.htm
      [
       
      Visite éclair Grand tour en 150 images Des siècles d'histoire Plan lumière Découverte de la fortification de Montréal Trois courts métrages : L'archéologie montréalaise en vedette sur You Tube
       
      Musées, attraits et espaces publics Vieux-Port de Montréal Calendrier des activités et expositions
       
      Carte officielle et circuit lumière Cartes, localisation et accès Informations touristiques Autobus 715 – Vieux-Montréal / Vieux-Port / Centre-Ville Hôtels et auberges Shopping et divertissement Carte des stationnements
      dans le Vieux-Montréal et environs Carte pour les autobus touristiques  
      Galerie de photos Communiqués  
      Guide pour la réalisation de travaux Portrait socio-économique Sondage auprès des clientèles Le Vieux-Montréal en calèche :
      manuel de formation pour les cochers  
       
      Projet de plan de protection et de mise en valeur
      du Vieux-Montréal Réaménagement de la place d'Armes 2009-2012 Vision Vieux-Montréal 2017 La Table de concertation du Vieux-Montréal, une interface efficace Imaginer la place d'Armes Plaque tournante montréalaise Déclaration de Montréal lors de la 8e Conférence mondiale des villes historiques Site de la Ville de Montréal sur le patrimoine architectural Aménagement du square des Frères-Charon Entente sur le développement culturel
      de Montréal Sites internet complémentaires  



×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value