Recommended Posts

grenoble_003.jpgLe retour du tramway à Montréal est une idée qui tient à coeur au chef du parti Projet Montréal.

Richard Bergeron a dévoilé hier les grandes lignes de son projet de tramway.

 

Selon lui, le tramway pourrait redorer l'image de la métropole tout en lui donnant un atout écologique.

 

Dans un premier temps, le tramway couvrirait 25 kilomètres et serait implanté dans le centre-ville, au coût d'un milliard de dollars.

 

M. Bergeron assure que cette somme est justifiée et comparable au coût du métro, construit dans les années 1960.

 

Au total, le réseau couvrirait 250 kilomètres et coûterait après 20 ans, 10 milliards de dollars.

 

Richard Bergeron a tenu à présenter son projet avant le dépôt du plan de transport par le maire Gérald Tremblay.

 

lyon_001.jpg

lyon_002.jpgparis_003.jpgstrasbourg_002.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

j'étais sur le point de mettre un fil là dessus :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Now this would be nice, one thing what happens too the STM busses?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Projet Montréal propose un réseau de tramway de 250 km

 

Par Alain Perron

Voir tous les articles de Alain Perron

Article mis en ligne le 16 février 2007 à 16:11

Soyez le premier à commenter cet article JLP_0139Redukto.jpg

Richard Bergeron, chef de Projet Montréal, a présenté son plan ambitieux d'un réseau de tramway de 250 km pour l'île de Montréal. (Photo: Régent Gosselin)

Projet Montréal propose un réseau de tramway de 250 km

L'île de Montréal sillonnée par 250 kilomètres de voies de tramway. Des tramways circulant sur l'avenue du Mont-Royal, du Parc, Saint-Laurent, Sherbrooke et Papineau. Cette vision est celle de Richard Bergeron, chef de Projet Montréal, qui a présenté son réseau de «nouveau tramway» pour Montréal.

Le dévoilement de l'esquisse du réseau de tramway s'est fait lors du congrès de Projet Montréal, le 3 février dernier. Richard Bergeron propose pas moins de 250 kilomètres de réseau de tramway sur l'île de Montréal. Même si cela peut paraître beaucoup, 250 kilomètres, en 2007, signifie moins que le réseau qui existait en 1940. À l'époque, Montréal était traversé par 430 kilomètres de tramway, alors que seulement le tiers de l'île était occupé, le reste n'étant que champs et campagne.

 

«Si on additionne les 70 kilomètres de métro, ceux du train de banlieue et les 250 kilomètres du tramway projeté, on arrive grosso modo à l'offre de transport collectif qu'on avait en 1940», fait observer M. Bergeron.

 

Le coût de construction de ce réseau représenterait 10 milliards $. «Construire le métro aujourd'hui, correspondrait à un investissement de 10 milliards $. La décision de développer un réseau de tramway signifie le même genre de décision prise il y a 45 ans pour le métro», maintient le chef de Projet Montréal.

Achalandage

Développé en complémentarité avec le réseau de métro, d’autobus et de train de banlieue, le réseau de tramway viserait à porter le nombre de déplacements en transports collectifs à un milliard par année, soit deux fois et demie le nombre actuel.

À voir les photos fournies par Projet Montréal, nous sommes loin des p'tits chars bringuebalants. Les tramways du XXIe siècle sont modernes, d'allure futuriste, plus légers et beaucoup moins encombrants sur la voie publique.

 

Avec ce plan tramway, Projet Montréal souhaite combler l’écart creusé avec des centaines de villes dans le monde possédant déjà des réseaux de cette envergure, dont Sydney en Australie, Buffalo, Portland ou Denver aux États-Unis, Paris, Lyon ou Montpellier en France, Munich, Berlin ou Düsseldorf en Allemagne, à Istanbul ou Eskisehir en Turquie.

 

Le chef de Projet Montréal signale aussi que «l’implantation d’un réseau de tramway de cette envergure, en plus d’accroître la fierté des Montréalais, permettrait de réduire la circulation automobile sur l’île de Montréal, contribuant ainsi à limiter les épisodes de smog et à réduire de manière importante les émissions de gaz à effets de serre».

Un tramway pour bientôt

Richard Bergeron croit que le maire de Montréal a confié au secteur privé la préparation de son plan de transport. «À ce que je sache, il n'y a pas d'exercice formel impliquant des fonctionnaires ni au plan de transport ni au tramway. Or, le maire annonce quand même la divulgation du plan de transport», analyse-t-il.

Selon M. Bergeron le maire dévoilera au mois d'avril son plan de transport «avec dix ou quinze kilomètres de réseau de tramway, le tout en partenariat avec Bombardier, avec une concession de 30 ans, ou quelque chose du genre. D'ailleurs, depuis quand Bombardier annonce-t-il ses tramways à la télé?», interroge-t-il.

Share this post


Link to post
Share on other sites

c'Est l'fun rêver. Mer ci M. Bergeron, mais je vais y croire quand je vais le voir.

 

Je suis tellement rendu cynique, ça n'a pas de bon sens. Mais c'est ce qui arrive quand ta province niaise avec la puck sur tout et n'importe quoi!

Share this post


Link to post
Share on other sites

j'ai un ami qui travail avec le maire Tremblay et il m'a dit de pas trop me faire d'illusion là dessus, ça fait des années qu'ils parlent de tramway ,mais ça se fera pas...la ville a bien d'autres problèmes à résoudre avant de dépenser temps et argent là dessus...c'est dommage,

Share this post


Link to post
Share on other sites
j'ai un ami qui travail avec le maire Tremblay et il m'a dit de pas trop me faire d'illusion là dessus, ça fait des années qu'ils parlent de tramway ,mais ça se fera pas...la ville a bien d'autres problèmes à résoudre avant de dépenser temps et argent là dessus...c'est dommage,

 

Je suis entierement d'accord que la ville doit mettre de l'argent ailleur que dans un reseau de tramway qui bien qu'intéressant n'est pas necessaire.

 

Qu'ils reparent les routes et aqueduc avant un tramway qui ne contribuera que marginalement a une augmentation de l'achalandage

Share this post


Link to post
Share on other sites
Je suis entierement d'accord que la ville doit mettre de l'argent ailleur que dans un reseau de tramway qui bien qu'intéressant n'est pas necessaire.

 

Qu'ils reparent les routes et aqueduc avant un tramway qui ne contribuera que marginalement a une augmentation de l'achalandage

 

je ne suis pas daccord avec toi :) .le transport en commun est tres tres important et c est necéssaire de faire de plus dans ce domaine , pour le smog pour l environement pour les gens qui veulent abandonner leur voitures et ils peuvent pas a cause du manque de transport en commun ,pour le tourisme et pour la beauté de la ville au yeux de ces citoyens et le role qu il joue en leur faciliton les choses,abandonner sa voiture n est pas facile si on leur offre pas mieu que ca.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Moi je crois bien plus au plan #1 de Tremblay, plan dont il avait parlé il y a 1 ou 2 ans, quand il projetait une seule ligne pour commencer:

 

Avenue du parc vers le sud, ensuite il allait vers l'est un peu, pour redescendre vers le sud jusqu'à la rue de la commune et utilisait l'ancienne voie ferrée qui y est encore vers l'ouest. Ensuite, il longeait le canal Lachine et s'arrêtait pas trop loin.

 

Pour moi, c'est réaliste et permettrait de voir l'efficacité et si ça vaut la peine de d'agrandir le réseau après.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Similar Content

    • By mtlurb
      L'industrie maritime prépare la population à la croissance de son trafic
       
      MONTREAL (PC) - L'industrie québécoise du transport maritime lance une campagne de sensibilisation pour préparer la population à la croissance de ses activités sur le fleuve Saint-Laurent.
       
      Dotée d'un budget de 3 millions $ sur trois ans, versé à parts égales par l'industrie maritime et Transports Québec, la Société de développement économique du Saint-Laurent (SODES) veut souligner la contribution de ce secteur d'activité au développement économique de la province.
       
       
       
      Une campagne publicitaire a débuté dimanche à la télévision et se déploiera aussi sur Internet et dans les médias imprimés. Elle sera suivie de tournées régionales, a indiqué jeudi dernier le directeur général de la SODES, Marc Gagnon, après la présentation de cette initiative.
       
      "Pour permettre d'accommoder la croissance du trafic maritime, il faut que la population sache ce qu'on fait et ce que le transport maritime lui apporte, a-t-il dit lors d'une entrevue téléphonique. La publicité télé est simplement la démonstration que les produits qu'on utilise tous les jours dans notre maison viennent par bateau."
      var gnEbMinZIndex = 10000;var gfEbInIframe = false;var gEbBAd = new Object();gEbBAd.nFlightID = 208297;gEbBAd.nWidth = 300;gEbBAd.nHeight = 250;var gstrEbRandnum = new String(Math.random());gstrEbRandnum = gstrEbRandnum.substring(gstrEbRandnum.indexOf(".")+1 , gstrEbRandnum.length);gEbBAd.strNonSupported = "http://bs.serving-sys.com/BurstingPipe/NonSupportedBanner.asp?FlightID=208297&Page=&PluID=0&Width=300&Height=250&Pos=" + gstrEbRandnum;

       
       
      Selon la SODES, qui regroupe notamment des transporteurs et des administrations portuaires, le trafic maritime pourrait augmenter de 40 pour cent d'ici 2015, au Québec, principalement grâce à l'intensification du commerce avec l'Asie. L'an dernier, sur la voie maritime du Saint-Laurent - entre Montréal et les Grands Lacs -, le tonnage de marchandise manutentionnée a augmenté de 9 pour cent. Le fleuve dispose actuellement des infrastructures nécessaires, mais il faut cependant commencer à penser dès maintenant aux effets de cette croissance, a expliqué M. Gagnon.
       
      Selon lui, l'intensification du trafic pourrait éventuellement requérir des projets d'amélioration des réseaux ferroviaires ou routiers. "Tout projet qui va impliquer le transport maritime devra impliquer la population, a affirmé M. Gagnon. Quand les gens ne connaissent pas ce que ça implique, il y a une levée de boucliers."
       
      La SODES, dont le siège est à Québec, met notamment de l'avant le fait que les navires de marchandises produisent moins de gaz à effets de serre que les trains et les camions. Le regroupement élabore aussi une politique pour réduire les impacts environnementaux du trafic maritime.
       
      Parallèlement à cette campagne, des représentants de l'industrie ont amorcé des discussions avec le gouvernement fédéral à propos d'un projet de corridor de commerce Saint-Laurent-Grands Lacs.
       
      "On ne fait pas la campagne de valorisation à cause du corridor mais c'est vrai que tout est lié", a reconnu M. Gagnon.
       
      Le projet de corridor est piloté par des représentants du Forum de concertation sur le transport maritime, l'interface du gouvernement provincial et de l'industrie - qui est aussi à l'origine de la campagne de valorisation.
       
      Ce plan d'axe commercial s'inspire du programme de la porte d'entrée du Pacifique, à Vancouver, où le gouvernement fédéral a prévu, dans son dernier budget, des investissements de 400 millions $ au cours des sept prochaines années.
       
      Ces sommes serviront à la réfection de routes, de ponts, de voies ferrées de même qu'à l'amélioration des services frontaliers. Ces améliorations doivent permettre au Canada de profiter du boom économique asiatique. Le plus récent plan budgétaire fédéral promettait d'investir au total 1 milliard $ dans la porte du Pacifique, sans toutefois préciser d'échéancier.
      Pour l'instant, le secteur maritime québécois n'a pas encore chiffré les montants des investissements qui pourraient devenir nécessaires à cause de la croissance prévue de ses activités. "Ce sur quoi on travaille actuellement, c'est un plan qui vise à déterminer ce qu'il faut comme infrastructures et services pour accommoder la croissance du commerce", a affirmé M. Gagnon.
       
      L'industrie québécoise n'est toutefois pas la seule à faire entendre sa voix auprès du gouvernement fédéral.
       
      L'automne dernier, le premier ministre de la Nouvelle-Ecosse, Rodney MacDonald a rencontré M. Harper pour lui demander d'appuyer son projet de porte d'entrée de l'Atlantique, qu'il évalue à 400 millions $.
      En mars, un groupe de recherche a publié un rapport concluant que le port d'Halifax était le plus avantagé, de tous les ports de l'Est canadien, pour profiter du trafic de conteneurs en provenance de l'Asie.
       
      Le document du Conseil économique des provinces de l'Atlantique notait entre autres que la profondeur de la voie maritime du Saint-Laurent limitait la possibilité que le port de Montréal puisse recevoir les plus gros navires de classe post-Panamax.
       
      Marcel Poitras, président de la Corporation des pilotes du Saint-Laurent central, affirme que la concurrence entre Halifax et Montréal ne date pas d'hier. Il estime toutefois que le port de la capitale néo-écossaise est désavantagé par sa desserte ferroviaire et routière.
       
      "Leur handicap, c'est le transport par train et par camion et c'est ce qui fait que Montréal reste la plaque tournante pour le marché du Midwest américain", a-t-il dit. M. Gagnon croit lui aussi que la distance qui sépare notamment Halifax de Toronto constitue un obstacle favorisant Montréal, où transitent annuellement plus d'un million de conteneurs, deux fois plus que dans le port de la Nouvelle-Ecosse. Mais il reconnaît que la région Saint-Laurent-Grands Lacs a pris du retard comparativement aux initiatives de M. MacDonald.
       
      "Est-ce qu'on a pris du retard, oui, je suis prêt à l'admettre, a dit M. Gagnon. Mais est-ce que le plan de M. MacDonald est crédible? Ca, je n'en ai aucune idée."
    • By vincethewipet
      Projet de Nicolas Poirier, la formation d'une nouvelle entité politique, qui visiblement s'oppose à Projet Montréal et trouve Ensemble Montréal trou mou et insignifiant.
      Une entrevue dans le Huffington Post: https://quebec.huffingtonpost.ca/entry/reunifier-montreal-nicolas-poirier_qc_5efdd67ec5b6ca97091a5086
      Le site web (probablement temporaire vu les nombreuses fautes) https://www.reunifier-montreal.org/
      Nicolas Poirier a déjà commencé à faire de la publicité dans certains médias sur le web, vous l'avez peut-être remarqué. 
      (Il va sans dire que ce genre de formation n'est 100% pas de mon goût, autant dans l'approche qui se définit en opposition plutôt qu'en vision, et les objectifs urbains à mon avis complètement dépassé et déconnecté d'une bonne part de la science, mais toute option en démocratie est importante, bonne et à encourager)
    • By ProposMontréal
      Discussion portant sur le nouveau pont Samuel-De Champlain

      Webcam: http://www.nouveauchamplain.ca/chantier/chantier-en-direct/
      Caméras de circulation : https://www.youtube.com/channel/UCt9lhgKwKl4GHGpgQdGy1AA
       
    • By ScarletCoral
      Annonce concernant le REV lundi à l'ÉTS
      https://www.lelezard.com/communique-18777503.html
      Avis aux médias - Dévoilement des premiers axes du Réseau Express Vélo et de la programmation vélo 2019
      MONTRÉAL, le 26 mai 2019 /CNW Telbec/ - La mairesse de Montréal, Mme Valérie Plante, invite les représentants des médias au dévoilement du Réseau express vélo (REV), ses premiers axes ainsi que la programmation vélo 2019. Seront également présents, M. Éric Alan Caldwell, membre du comité exécutif, responsable de l'urbanisme, du transport et de l'Office de consultation publique de Montréal et de Mme Marianne Giguère, conseillère associée aux transports. Une séance de prise d'images est également prévue.  
      Date : Lundi 27 mai 2019
      Heure : 11 h
      Lieu : École de technologies supérieures (ETS) - Maison des étudiants  1220 Notre-Dame Ouest Salon des diplômés  
      SOURCE Ville de Montréal - Cabinet de la mairesse et du comité exécutif 

       
    • By erpj
      La mairesse vient d'annoncer la présentation pour vendredi (15 mai) du plan d'amenagement estival de montreal.
      Il faut s'attendre a la "sécurisation" et la "piétonisation" de plusieurs grands axes de circulation. Les segments traverseront plusieurs arrondissements.