Jump to content

Toronto, un exemple à ne pas suivre...


acpnc
 Share

Recommended Posts

Après 10 ans d'absence j'ai profité de deux longues escales à Toronto, entre deux vols outre-mers, pour visiter la ville et me mettre à jour dans son développement. Ma première impression est qu'il y a de nombreux chantiers de construction et la plupart dépassent les 40 étages et plus. J'ai donc parcouru les rues du centre-ville, caméra à la main afin de partager mon expérience avec les gens du Forum.

 

Je suis énormément surpris de l'intensité de la construction et me demande si elle ne fait pas partie d'une certaine bulle immobilière? Je sais qu'il y a encore beaucoup de gens qui viennent s'installer à Toronto mais l'importance et le nombre de condos notamment, me semble dépasser la demande normale du marché.

 

Néanmoins ce n'est pas l'observation principale qui a retenu mon attention dans cette visite, mais la densité énorme du bâti au c-v. Je logeais au Harbour Castle au 30e étage sur le bord du lac Ontario, site coupé de la ville par l'écrasante autoroute Gardiner qui sépare le c-v du majestueux lac.

 

Du haut de ma fenêtre je voyais une ville minérale où la verdure était limitée à de petits carrés qui semblaient oubliés dans la frénésie du développement. Au niveau de la rue ce sont ces tours gigantesques qui s'élèvent orgueilleusement en occupant la maximum de terrain qui leur est dévolu.

 

Le long de la plupart des rues du quartier des affaires ont trouve ce même sentiment de désert végétal où les arbres sont trop souvent absents et où le béton et le verre envahissent tout le champ de vision. De grands canyons creusés par un alignement d'édifices en hauteur qui forment des corridors de vents fort désagréables et où le soleil ne perce que rarement.

 

Ça et là, de rares petites places bétonnées avec fontaine cachée entre deux grands immeubles offrent, à la foule de travailleurs de bureau, un minuscule lieu de détente où ils doivent se disputer les rarisimes bancs de parc avec les touristes et passants. Dans le grand centre-ville il n'y a aucun parc digne de ce nom sauf pour les terrains de l'Université au nord et les iles de Toronto au sud où il faut prendre la traverse pour s'y rendre.

 

Le long des berges c'est la même observation, l'autoroute omniprésente et un autre canyon d'édifices à condos qui se touchent presque et où encore l'herbe est plutôt très rare. Magnanimement on a daigné réserver un couloir étroit de circulation pour les piétons et les cyclistes sur le bord de l'eau, qui autrement est occupé totalement par les immenses condos qui bloquent toute la vue.

 

Même phénomène autour de la Tour du CN, de la gare et le centre des congrès, où encore là on a privilégié le bâti à des espaces ouverts et accueillants avec arbres matures et grandes plages de gazon. On aurait pourtant eu une belle occasion de créer un joli parc, comme ici au Vieux Port, ou même le fameux grands parc de Chicago qui a réconcilié la ville avec son lac.

 

Cet aménagement urbanistique est à mon sens une erreur magistrale, qui créé un immense ilot de chaleur et un désert de béton qui favorise: vent, pollution et chaleur intense, particulièrement les jours de canicule. Ce désert de béton a aussi son pendant alimentaire puisqu'on y trouve probablement la plus grande concentration de junk food en Amérique. En effet les restaurants dignes de ce nom sont rares et chers et difficiles à trouver sauf dans le secteur des rues King et Queen et Yorkville notamment.

 

Une autre caractéristique de Toronto, toutes les activités: stades et arénas, salles de congrès et attractions diverses sont concentrés dans un petit périmètre du cv, qui finalement créé une congestion importante sur l'autoroute et les rues, à toutes heures du jour et particulièrement pénible les jours où plusieurs événements prennent place en même temps. C'est d'ailleurs l'observation principale des quelques chauffeurs de taxis à qui je me suis adressé.

 

Bien sûr Toronto ne jouit pas d'un véritable poumon de verdure, un authentique grand parc facilement accessible et qui tempériserait son climat étouffant. Je suis donc resté sur cette mauvaise impression qu'ici on a privilégié l'argent, la vie rapide et superficielle au détriment du bien-être et d'un environnement invitant.

 

Je prendrais bien quelques unes de leur nouvelles constructions bien situées à Montréal. Mais je leur laisse leur ville mal aménagée qui a réussit à concentrer toutes les erreurs urbanistiques au même endroit. Une belle carte postale malgré tout (vue de loin), pourvu qu'on ait pas à y vivre, et définitivement un exemple à ne pas suivre.

 

(J'éprouve encore des difficultés à afficher des photos et en dépit des doublons voici un échantillon malheureusement non-commenté de ma visite)

 

images

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 37
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Tu n'as pas tort au sujet de la verdure. C'est drôle, parce que statistiquement il paraît que Toronto a plus d'espaces verts que Montréal, mais ça ne paraît pas quand on se promène dans la ville. Tout est béton.

 

En fait, Toronto n'a aucun sens de l'esthétique, contrairement à Montréal (surtout depuis dix ans). Younge street est une vraie dump. Bloor, la rue de prestige avec ses boutiques de luxe, est d'une incroyable laideur bétonnée. Même Yorkville, leur petit quartier à la Crescent, est plutôt moche. Par contre, j'aime beaucoup Queens street, mais rien à Toronto se compare à Sherbrooke, Ste-Catherine, St-Denis ou Laurier. Rien non plus se compare aux Vieux-Montréal, au Vieux-Port et surtout au parc du Mont-Royal en plein coeur de la ville. Toronto est une ville funky et vibrante, mais vraiment pas très jolie.

Link to comment
Share on other sites

C'est une bonne analyse du centre de Toronto. Tu as réussi à mettre le doigt, je crois, sur le pourquoi que je ne me sens pas bien dans ce Centre-Ville. Je n'avais pas remarqué le manque d'espace vert, de petites places agréables, d'arbres etc. Mais je me demandais pourquoi on avait l'impression qu'il faisait plus chaud à Toronto qu'à Montréal. Je veux dire vraiment plus chaud et plus froid en meme temps. Ce n'est pas une question de température mais plutot une question ''d'overdose'' de béton, comme tu l'a remarqué.

 

Si on sort du centre il y a quand meme quelques endroits plus humains mais cela ne se compare pas à Montréal. Tout à fait raison.

Link to comment
Share on other sites

POurtant, quand on regarde vers le nord de la Tour Du Cn. on voit tout plein d'arbres(des quartiers au complet ou c'est vert). Comme l'a mentionné Martinmtl, Toronto est reconnu comme ayant plus d'espaces verts que Montréal.

 

Peut être que dans le C-V, ou devrais-je dire le Central Business District il y n'y a pas beaucoup d'arbres, mais aussitôt que tu sors de ce quadrilatère d'environs 10 rues par 10 rues, la ville devient beaucoup "verte"!?!?!

Link to comment
Share on other sites

J'ai visité Toronto récemment aussi, et j'étais plutot impressioné avec la quantité d'arbres dans le quartier de mon hotel, The Annex. Le plus grand chose qui m'as frappé: Le relief de Toronto est vraiment plat. C'est plus exitant d'avoir une grosse colline (ou un petit montagne si vous préférez).

 

Je trouve les banlieues de Toronto ont beaucoup plus d'arbres que les banlieues comparables de Montréal. North York, Don Mills, etc. sont tous trés verts. Longueuil ou Laval, pas tellement.

 

Le centre ville est impressionant, mais je suis d'accord. Je trouvais aussi que ca manquait un peu d'arbres. Il n'y a pas de Mont-Royal ni de Central Park au centre-ville. Mais ca aide aussi qu'il n'y a presque pas de stationnements de surface!

 

@MartinMtl: Je trouve Bloor d'être une très belle rue. Ca me rappel un peu de Sherbrooke, et The Annex me rappel du Golden Square Mile.

Link to comment
Share on other sites

Ils ont un green belt non?? ;)

 

Mais sérieusement, je crois que les anglophones ont un sens utilitarien beaucoup plus poussé que le nôtre. Manahattan est très "béton" aussi, et pourtant ça fait pas de New York une ville de demi-mesure. Le métro de New York et de Toronto sont très laids, pourant ils sont plus développés que le nôtre.

 

Les anglais ont compris, il y a une place pour le béton, et de la place pour la verdure (ou l'esthétisme), mélanger les deux coute plus cher et ne produit pas les résultats escomptés.

 

(avez vous vu un arbre mature sur ste-catherine? non puisqu'ils sont toujours endommagés et doivent être remplacés.)

 

edit: et en passant ces deux villes sont beaucoup plus riches que le nôtre, le jour qu'il décide de prendre un virage quelconque (par exemple esthétique ou de verdissement), ils auront les moyens de leur ambitions.

Link to comment
Share on other sites

Mais sérieusement, je crois que les anglophones ont un sens utilitarien beaucoup plus poussé que le nôtre. Manahattan est très "béton" aussi, et pourtant ça fait pas de New York une ville de demi-mesure. Le métro de New York et de Toronto sont très laids, pourant ils sont plus développés que le nôtre.

 

 

Pour le métro de toronto, il me semble que leur métro est pas mal plus petit que le notre, mais ils ont des trams pour compenser.

 

Je trouve quand même le CV de montréal beaucoup plus convivial et diversifié que celui de toronto.

Link to comment
Share on other sites

Pour le métro de toronto, il me semble que leur métro est pas mal plus petit que le notre, mais ils ont des trams pour compenser.

 

Il l'était mais ils nous ont rattrapés et vont nous dépasser d'ici peu, d'ou mon expression de se donner les moyens de ses ambitions en premier.

 

Toronto:

 

4 lignes

69 stations

68.3 kms

usagers 1.246m/jour

 

Montréal

4 lignes

68 stations

65.3 km

usagers 1.067m/jour

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share




×
×
  • Create New...